Laïcisme, foi chrétienne, science et créationnisme : le dérapage de médiapart

Print Friendly, PDF & Email

Philippe Fleutot, journaliste chez médiapart a écrit un article intitulé : « le créationnisme : un combat politique pour une théocratie. », introduit par Louise Mailloux.

Cet article est plutôt bien informé, et on y trouve tous les arguments scientifiques et philosophiques classiques que nous partageons (cependant dans un autre état d’esprit) à propos du créationnisme « scientifique », ou plutôt des différentes formes de créationnismes : « littéralistes, concordistes, ou le dessein Intelligent (ID) ».

Nous abordons ces questions en détails dans cet article:  La création, le dessein intelligent (I.D.) et l’éducation des sciences

Il y a pourtant une nouveauté dans cet article par rapport à des textes du même genre déjà parus dans la presse. Il ne s’agit plus simplement de critiquer ceux qui pensent que l’on doit faire de la Bible un livre de science ou qui pensent pouvoir démontrer scientifiquement que Dieu a créé les espèces. Il s’agit de stigmatiser ceux qui tout simplement croient que Dieu est le Créateur, et de les mettre sur le même plan que les autres. Franchement, une telle attitude laïciste sectaire, ça fait peur !

Extrait :

« – le créationnisme théiste, selon lequel Dieu a créé les lois de la nature et s’abstient d’intervenir dans sa création. Avec ce type de créationnisme, on franchit une dernière étape dans l’intégration de l’épistémologie scientifique. On accepte ici non seulement les travaux scientifiques les plus pointus, mais on va jusqu’à refuser l’idée d’un « hasard guidé », chère aux militants de l’Intelligent Design. La position est la suivante : oui, Dieu a créé le monde, car, comme l’écrivait Saint Augustin, « la Nature est ce que Dieu fait », sa beauté et sa complexité étant considérées comme un signe du divin. Mais on ne prétend pas qu’il a guidé les processus évolutionnistes. Dieu serait un « premier moteur » (Aristote), sachant qu’ensuite, le vivant aurait évolué selon ses lois propres, sans qu’il soit besoin de démontrer l’intervention, étape par étape, d’une force surnaturelle. »

J’ai déjà mentionné la position de Guillaume Lecointre, du Museum d’Histoire naturelle de Paris (un athée bien connu), ou celle d’Armand de Ricqlès du collège de France lors de leur série de conférence « Evolution ? Evolution ! », destinée notamment aux professeurs de science et vie de la terre pour les informer du phénomène créationniste en France.

Ces deux scientifiques s’accordaient sur le fait que croire en Dieu est compatible avec la démarche scientifique, à condition que l’on sépare les deux approches. Le laïcisme militant de Philippe Fleutot lui a fait franchir la ligne jaune. Ce que G. Lecointre qualifiait de « créationnisme philosophique » et plaçait à juste titre hors du champ des sciences est ici qualifié de « créationnisme théiste » et mis au même rang que les créationnismes « scientifiques » mentionnés ci-dessus.

Et les amalgames vont bon train : le fondamentalisme théologique et les évangéliques en général (les évangéliques ne sont pas tous littéralistes !!), les préservatifs (?) (les évangéliques n’ont généralement pas de problème avec la contraception), le sexe ( ???) (les évangéliques considèrent que c’est un cadeau de Dieu !),…et on va même jusqu’à accuser les évangéliques de se réjouir du sida, et on les assimilent aux « fous de Dieu »!

On voit toute l’ambiguïté et l’incohérence du discours de Philippe Fleutot dans sa conclusion. Après avoir fait de la croyance en Dieu une affirmation d’ordre scientifique (donc j’imagine que l’athéisme est aussi une position d’ordre scientifique dans son esprit?), il fait l’apologie de la science et de sa méthodologie. Des scientifiques de très haut niveau, chrétiens de confession, n’ont pas attendu ses recommandations  pour pratiquer leur activité avec intégrité. On peut noter la différence de traitement entre cet article et le dernier numéro spécial de Science et Vie: « Dieu et la science ».

En reprenant à mon compte l’expression de Louise Mailloux dans son introduction : »Allons-nous laisser faire cela ? À ceux qui dorment, je leur souhaite de ne jamais se réveiller ! »,  l’article de Philippe Fleutot pourrait avantageusement s’intituler : » Le laïcisme: un combat politique pour une France officiellement athée. »

Avatar

1 Commentaire

  1. Avatar
    Marc lun 30 Déc 2013 Répondre

    Salut Benoit,

    Merci pour cette référence dans l’actualité qui montre combien le débat peut être passionné et parfois assez confus !

    Personnellement, je ferais une part plus nette entre l’article lui-même et son introduction tellement la différence de ton y est prégnante.

    Comme tu le soulignes, L’exposé est plutôt de bonne qualité, sa compréhension de l’histoire du créationnisme et des sciences parfaitement résumée.
    On sera toutefois, en effet surpris de découvrir que notre ligne de pensée (création évolutive) se trouve rangée au même titre que des approches qui s’affichent clairement contre la démarche scientifique moderne, mais dans le cadre d’une étude journalistique cette catégorisation d’un créationnisme théiste pourrait se comprendre.

    Reste cependant le ton suspicieux employé, comme si cette démarche relevait d’une stratégie fallacieuse qui chercherait à égarer les esprits scientifiques rompus à la théorie du hasard !!
    Comme si tous les scientifiques adhéraient d’emblée aux thèses philosophiques de Jacques Monod (hasard et nécessité).

    D’autre part, si on admet comme semble le souligner la conclusion, qu’il existe bien 2 domaines différents qui ne s’opposent pas nécessairement, la science et la foi, il parait difficile de garder une cohérence sur le sujet sans évoquer la possibilité d’un Dieu Créateur !!
    D’un côté l’article rappelle qu’il est possible d’être croyant et scientifique mais d’un autre, que ces croyants « disqualifient le créationnisme ». Or la définition donnée à ce mot dans l’exposé est son sens littéral étymologique : celui de croire que Dieu est à l’origine de l’univers (en ce sens là, tout croyant monothéiste est bien créationniste).
    Donc, si je lis bien le développement de Philippe Fleutot, je dois en conclure que les croyants scientifiques ne croient pas que Dieu soit à l’origine de l’univers !…

    Bref on note une certaine schizophrénie qui témoigne d’une prise de position philosophique athée du monde sans trop le faire valoir par motif de conscience professionnelle, ce qui n’est visiblement pas le cas de Louise Mailloux qui se lâche véritablement dans son introduction !

    Car l’introduction est elle, assez surprenante par son irrationalité voire proche de la crise de nerf ! Mais quelle mouche a donc piqué Louise Mailloux ?
    Est-ce en rapport avec l’insinuation provocante de la classification que fait Philippe Fleutot du créationnisme ? Car on gravit sur une échelle les différentes positions théologiques, du littéralisme au créationnisme théiste (d’ailleurs plus souvent appelé évolutionnisme théiste ou création évolutive) en conservant et amalgamant en arrière-plan une « stratégie » de prosélytisme menaçante ! Brandissant même l’épouvantail de la théocratie comme le suggère le titre de l’article.

    Brr, ça fait froid dans le dos !

    Je m’interroge du reste sur l’intention véritable du chroniqueur car l’introduction ne semble pas être en lien direct avec l’article mais tiré d’un ouvrage comme indiqué en signature (« La Laïcité ça s’impose », Editions du Renouveau Québécois, pages 152 & 153). Cela explique certainement les décalages avec le sujet (voir la diatribe sur les préservatifs, le sexe, l’homosexualité, etc..)
    Une façon alors, de faire parler les autres à sa place au cas où le message ne serait pas assez clair ?!..

    Plutôt donc que d’appeler à la guerre sainte au travers l’euphémisme « Allons-nous laisser faire cela ? » on pourrait peut-être en appeler tout simplement à la raison et à un débat apaisé non ?…

    … et surtout éviter les amalgames…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*