C’est Jules César qu’a tué Napoléon !

Kermit
Print Friendly, PDF & Email

Crédit illustration : Pixabay

 

C’est Jules César qu’a tué Napoléon

Et si vous n’êtes pas d’accord, c’est que l’histoire officielle vous a lavé le cerveau.

Agaçant, non ?

Voyons donc pourquoi c’est agaçant. Pour commencer, ça n’agacerait pas tout le monde. Cette phrase laisserait par exemple de marbre un enfant de 5 ans. Sauf précocité extrême, il n’a aucune idée de l’histoire du monde et peut tout à fait gober sans sourciller que Jules César a tué Napoléon. Idem pour l’indien Yanomami d’Amérique du Sud qui n’a sans doute pas beaucoup d’idées sur l’histoire de l’Europe. Le même Indien rigolerait bien en revanche en me voyant confondre deux oiseaux ou deux plantes qui sont pour lui comme le jour et la nuit.

Autre exemple, que je copie/colle de la conclusion d’un article récent sur la « cosmologie » du créationniste jeune terre (CJT) Russel Humphreys : Imaginez que Google Maps n’existe pas et que je dise qu’à Madrid, la rue du Général Moscardo a changé de nom et s’appelle maintenant rue de l’Aviateur Zorita. Vous me croiriez sur parole. Pourtant, ceux qui connaissent mon quartier sauraient bien que je dis n’importe quoi. La rue du Général Moscardo a certes changé de nom, mais elle ne s’appelle pas du tout désormais rue de l’Aviateur Zorita. Mais comme 99,99% de mes lecteurs ne savent probablement rien de mon quartier Madrilène, mon erreur passerait sûrement inaperçue. Les 0,01% restant s’exclameraient en revanche, « mais qu’est-ce qu’il raconte l’Antoine ? ».

 

Certitude vs vérité

Où veux-je en venir ? Certaines assertions sont clairement vraies ou fausses, mais il faut être un tantinet « initié » pour s’en rendre compte. Quelques connaissances d’histoire suffisent pour savoir que César n’a pas tué Napoléon (tout le monde sait que c’est le Général de Gaulle). Quelques connaissances Madrilènes suffisent pour savoir, sans l’ombre d’un doute, que la rue du Général Moscardo ne s’appelle pas désormais rue de l’Aviateur Zorita. Et quelques connaissances de Relativité Générale suffisent pour savoir que la métrique de Minkowski n’est pas la FLRW, qui n’est pas celle de Schwarzschild, et que le temps et la lumière de s’arrêtent pas quand le coefficient de dt2 dans une métrique change de signe (comme le prétend notre ami CJT).

Seulement voilà, si l’immense majorité des adultes connait assez l’histoire pour hausser les épaules, ou appeler un médecin, en entendant quelqu’un prétendre que Jules César a tué Napoléon, peu en savent assez sur mon quartier Madrilène pour détecter mon erreur dans le nom des rues, et peu connaissent suffisamment la Relativité Générale pour détecter les énormités proférées par notre ami CJT.

 

Impact sur le témoignage chrétien

Quelle leçon tirer de tout cela ? Soyons prudents quand nous défendons la foi avec la science. Entraîné par le zèle apologétique, il est très facile de se retrouver en train de dire que Jules César a tué Napoléon. Il y a 1600 ans déjà, Augustin mettait en garde contre la même erreur,

 

Rien ne serait plus honteux, plus déplorable et plus dangereux que la situation d’un chrétien, qui traitant de ces matières, devant les infidèles, comme s’il leur exposait les vérités chrétiennes, débiterait tant d’absurdités, qu’en le voyant avancer des erreurs grosses comme des montagnes, ils pourraient à peine s’empêcher de rire… Comment en effet, après avoir vu un chrétien se tromper sur des vérités qui leur sont familières, et attribuer à nos saints Livres ses fausses opinions, comment, dis-je, pourraient-ils embrasser, sur l’autorité de ces mêmes livres, les dogmes de la résurrection des corps, de la vie éternelle, du royaume des cieux, quand ils s’imaginent y découvrir des erreurs sur des vérités démontrées par le raisonnement et l’expérience ? On ne saurait dire l’embarras et le chagrin où ces téméraires ergoteurs jettent les chrétiens éclairés.

Augustin, De la Genèse au sens littéral, Livre I, 19.39 (an 383).

Antoine BRET
Antoine est physicien chercheur et enseigne à l’Université Castilla-La Mancha près de Madrid. Auteur ou co-auteur de plus de 100 articles dans des revues à comité de lecture, il est régulièrement « chercheur invité » au département d’astrophysique de l’université de Harvard. Il a également travaillé pour une église évangélique française pendant 8 ans et a été pasteur à Madrid pendant une année.

9 Commentaires

  1. Avatar
    Temaro jeu 06 Août 2020 Répondre

    Salut Antoine (Bret)

     » Quelques connaissances d’histoire suffisent pour savoir que César n’a pas tué Napoléon (tout le monde sait que c’est le Général de Gaulle)

    Tu m’embrouilles là.
    C’est déjà pas simple… Du coup tu me jettes un gros doute !

    Plus sérieusement:
     » Soyons prudents quand nous défendons la foi avec la science  »

    Juste deux questions:
    1. La prudence que tu préconises inclut-elle, par exemple l’interprétation finaliste que font les théistes du principe anthropique, des attracteurs avec les systèmes dynamiques, ou encore de la convergence évolutive en biologie et plus généralement du hasard ?

    2. Du fait que la foi relève (hors institutionnalisation (de la sphère privée, de l’intimité et de l’expérience personnelle (traitées pour une large part dans le cerveau émotionnel) pourquoi même poser la question de sa défense collective si sa critique par la raison, également collective, ne peut même pas l’atteindre ?

    Pour ma part, je dirais plutôt:
     » Soyons prudents quand il s’agit de défendre la foi  » TOUT COURT !

    • Avatar
      Antoine Bret sam 08 Août 2020 Répondre

      //La prudence que tu préconises inclut-elle, par exemple l’interprétation finaliste que font les théistes du principe anthropique, des attracteurs avec les systèmes dynamiques, ou encore de la convergence évolutive en biologie et plus généralement du hasard ?//
      Je parle de notions bien moins subtils, du moins pour moi -:)

      • Avatar
        Temaro sam 08 Août 2020 Répondre

        Bonjour Antoine (Bret)

         » Je parle de notions bien moins subtils, du moins pour moi  »

        Je n’ai pourtant aucun doute sur ton aptitude à aborder ces  » subtilités « , directement ou indirectement.

        Par exemple, la TSE (théorie synthétique de l’évolution) ne semble pas laisser d’espace à un débat quant à une interprétation téléologique ou providentielle, ni plus ni moins que les autres théories scientifiques.

        Comment expliques-tu cette situation ?

  2. Avatar
    B.G. ven 07 Août 2020 Répondre

    » Soyons prudents quand il s’agit de défendre la foi » TOUT COURT
    !très juste
    mais ce texte pourrait aussi avoir comme fonction de mettre en garde le quidam contre ceux qui prétendent avoir une science qu’ils n’ont pas
    mais à ce titre s’ils n’ont pas la science ont-ils la foi ?
    et si ils ont la foi et même si ils n’ont pas la science ont ils le droit de donner leur avis ? lol

    • Avatar
      Temaro ven 07 Août 2020 Répondre

       » Ce texte POURRAIT aussi avoir comme fonction de mettre en garde le quidam contre ceux qui prétendent avoir une science qu’ils n’ont pas  »

      Tout à fait.
      L’article de A. Bret ne semble parfaitement clair à cet égard.
      Pourquoi donc ce conditionnel ?

      Le sujet est: que vous inspire la question que je pose dans mon commentaire précédent ? (point 1)

  3. Avatar
    B.G. ven 07 Août 2020 Répondre

    *Le principe anthropique (anthropique est le mot savant qui veut dire « humain ») est une théorie selon laquelle l’existence de tout ce qui existe (la Terre, le Monde, l’Univers, etc.) est justifiée par le fait que nous, les humains, existons pour en parler.* (wiki tout simplement)

    j’ignore qui a dit cela mais c’est une vision intéressante et qui à mon sens défini bien ce qu’est la base de la science : répondre aux questionnements générateurs d’angoisses
    que sont ces questionnements sinon une invitation à aller plus loin pour trouver des réponses
    et se rapprocher en pensée de la finalité

    *1. La prudence que tu préconises inclut-elle, par exemple l’interprétation finaliste que font les théistes du principe anthropique, des attracteurs avec les systèmes dynamiques, ou encore de la convergence évolutive en biologie et plus généralement du hasard ?*

    le hasard (me semble-t-il) reste hasard tant qu’il n’est pas expliqué (pour la dynamique
    un enfant a dit « le hasard c’est Dieu qui passe en catimini (pour les théistes
    et là je pense à la perspective en dessin ou architecture avez-vous remarqué que des lors que l’on se trouve dans une maison et que l’on regarde par les fenêtres , déjà on ne peut regarder que par une seule à la fois et chacune d’elles donnent une vision différente
    POURRAIT
    rhétorique évitant une réponse à la Diogène : si t’as rien d’autre à dire ôtes toi de mon soleil

    • Avatar
      B.G. ven 07 Août 2020 Répondre

      @Temaro

      cela dit ce n’est pas à vous que je disait cela
      mais au contenu global de cet article

      • Avatar
        Temaro ven 07 Août 2020 Répondre

        @BG,

        Pardon, mais de quoi parlez-vous ?

    • Avatar
      Temaro ven 07 Août 2020 Répondre

       » Le hasard, c’est Dieu qui se promène incognito  »

      Vous évoquez un  » enfant  » à l’origine de cette citation… C’est de l’humour j’imagine. Pour info, cette citation est d’Einstein, ce grand enfant !

       » *Le principe anthropique […] est une THEORIE…  »

      Pas vraiment.
      Comme son nom l’indique on parle de  » principe  » et pas de  » théorie  » anthropique.
      Pour info, c’est l’astrophysicien Brandon Carter qui a proposé ce principe en 1974 qui admet deux versions, une faible et une forte, là où Hubert Reeves préfère évoquer un principe de complexité.

      Désolé pour la suite de votre commentaire… Je ne sais pas trop où vous voulez en venir avec cette histoire de fenêtre et de pespective…
      Si vous voulez dire que notre vision du monde est en quelque sorte morcelée et souffre de l’absence d’un cadre unifié (unification mécanique quantique et relativité générale) alors oui, votre analogie a du sens.

      Mais on s’éloigne là de ma remarque sur cette citation de l’auteur de l’article, qui je le rappelle, s’exprime dans le cadre de la création évolutive:

       » Soyons prudents quand nous défendons la foi avec la science  »

      A bon entendeur.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*