Pourquoi les chrétiens devraient-ils considérer la création évolutive ?

Date : ven 06 Sep 2013 Catégorie, Voir le Project
Print Friendly

.

En résumé

Eye with world reflected in it

Comment voyez-vous le monde ?

La façon dont nous percevons les choses empêchent-elles ces choses d’être ce qu’elles sont ?

L’évolution est un sujet qui pose de nombreux problèmes et à ce titre, beaucoup de chrétiens sont tentés de l’ignorer ou de la rejeter. Pourtant, examiner la création évolutive (l’évolution en tant que méthode divine de création) amène de nombreux bénéfices pour les chrétiens, que ce soit dans notre relation avec le Créateur, ou dans nos relations avec d’autres personnes, croyantes ou non. Tout d’abord, les chrétiens devraient étudier l’évolution parce que (comme pour toutes les autres sciences naturelles), c’est étudier la création de Dieu. La création elle-même est une révélation complémentaire de ce qui est communiqué par les Ecritures et par elle, Dieu nous montre comment et quand il a créé la vie, pour son honneur et sa gloire. Etudier la création est aussi une invitation à comprendre plus profondément les attributs et les caractères du Père, du Fils et de l’Esprit. Ensuite, considérer la création évolutive aide l’Eglise dans sa mission d’évangélisation, à soutenir de jeunes chrétiens dans leur foi, à répondre à des critiques, et nous équipe pour nous engager efficacement dans la culture contemporaine. Une attitude anti-évolution peut blesser de jeunes chrétiens qui sont mis face à un faux choix, la science ou la foi. De même, une attitude hostile envers l’évolution peut gêner l’évangélisation quand des personnes en recherche entendent qu’elles doivent rejeter la science pour suivre le Christ. D’un autre côté, étudier l’évolution comme un processus ordonné par Dieu aide les chrétiens à réfuter les arguments selon lesquels la science encourage à avoir une vision athée du monde.. De plus, si l’Eglise s’engage dans des problèmes de la dernière actualité soulevés par la croissance rapide de la science, de la médecine et de la technologie, une voix centrée sur Christ dans des domaines comme la bioéthique sera plus forte si elle se fonde sur une compréhension rigoureuse des sciences naturelles, y compris de l’évolution.

.

En détail

.

Pourquoi les chrétiens devraient-ils considérer la création évolutive ?

CCertains chrétiens grimacent quand ils entendent le mot « évolution », et non sans raison : considérer l’évolution en tant que moyen que Dieu a utilisé pour créer la vie que nous voyons autour de nous suggère que nous avons besoin de revisiter certains passages bibliques familiers et soulève des questions théologiques difficiles. En même temps, des athées militants invoquent de façon répétée l’évolution dans les médias, essayant de discréditer l’Ecriture et la foi chrétienne. Alors pourquoi se focaliser sur un sujet si controversé ? Nous comprenons  que ces problèmes peuvent être difficiles, mais nous croyons que l’Eglise est appelée à examiner la création évolutive. Pour nous, cette discussion ne concerne pas seulement des idées abstraites et des débats académiques, mais concerne aussi la création continue de Dieu, la foi de croyants individuels, et la mission de l’Eglise.[i] Voici quelques points à prendre en compte à propos de l’évolution à la lumière de la foi chrétienne.

 

Considérer l’évolution nous aide à comprendre la création de Dieu

En tant que chrétiens, nous croyons qu’

« au commencement, Dieu créa les cieux et la terre » (Genèse 1 :1)[1]

et que la Bible nous enseigne que Dieu s’est révélé à nous dans le monde naturel qu’il a créé

«Les cieux racontent la gloire de Dieu » Psaume 19 :2

Dans l’étude de la création de Dieu, des scientifiques ont découvert d’incroyables merveilles qui vont bien au-delà de ce que la Bible décrit tels que les quarks, les neurones et les galaxies. Des scientifiques ont aussi découvert d’abondantes preuves de la longue histoire de l’univers et de la vie. Il est crucial que les chrétiens prennent en considération ces preuves, parce qu’elles viennent de la propre œuvre de Dieu dans le monde naturel. Puisque nous croyons que la nature déclare la gloire de Dieu, nous ne pouvons pas cesser d’écouter l’ordre créé lorsqu’il proclame quelque chose qui nous semble nouveau.

Nous voyons la création évolutive comme une description de la façon dont et du moment où Dieu a amené toutes les créatures sur Terre. Nous ne voyons pas Dieu comme distant de ce processus : Dieu n’a pas simplement déployé l’univers au commencement pour ensuite le laisser poursuivre sa route seul. Au lieu de cela, il maintient l’univers à chaque instant, et soutient toute chose par le pouvoir de sa Parole. Les motifs réguliers dans la nature que nous appelons lois naturelles ont leur fondement dans la gouvernance régulière et fidèle de Dieu (Jérémie, 33 :19-26). Ainsi nous croyons que Dieu a créé chaque espèce et l’a fait de telle sorte que nous pouvons décrire le processus de la création scientifiquement. Le modèle scientifique de l’évolution ne remplace pas le Dieu Créateur, pas plus que la loi de la gravité ne remplace Dieu dans ce qu’il règle le cours des planètes.

 

Considérer l’évolution nous aide à comprendre le Dieu Créateur

L’ordre créé – la nature— nous dit aussi quelque chose du Créateur.

Les cieux proclament la gloire de Dieu (Psaume 19 :2)

et nous montrent

sa puissance éternelle et sa divinité (Romains 1 :20).

La Bible est notre source première de connaissance de Dieu et le caractère de Dieu ne peut pas être dérivé de la seule observation de la nature. Mais pour ceux qui connaissent Dieu et croient qu’il est leur sauveur, l’ordre créé porte partout l’empreinte du créateur.[ii] Les cieux étoilés manifestent la gloire de Dieu (Psaume 19), l’orage exprime la puissance de Dieu (Psaume 29), et les écosystèmes témoignent que Dieu prend soin des plantes et des animaux (Psaumes 104 :10-18). Aujourd’hui, nous en savons plus à propos de la création divine que les auteurs bibliques ; les télescopes et microscopes ont étendu nos horizons vers le très grand et le très petit. Par la science, nous avons appris à connaître la façon dont les choses fonctionnent et s’ajustent les unes aux autres. Si l’on joint l’étude et la louange, nous pouvons réfléchir sur les pensées de Dieu après lui, suivre sa main à travers les lois physiques qu’il a utilisées pour créer notre monde et nous émerveiller de la façon dont il pourvoit à sa création autant que des formes infinies et magnifiques qu’il a créées.[iii]

Voici trois exemples d’attributs bibliques de Dieu mis en valeur dans l’étude de la création évolutive :

1Dieu est extravagant. Dieu n’a pas seulement créé un type de fleur, mais utilise les systèmes de l’évolution pour en créer une grande variété, de toutes tailles, formes, couleurs, et de tous les parfums. Une vision biblique de l’évolution nous permet de l’apprécier non comme exubérance mais plutôt comme révélateur de l’extravagance du don aimant de Dieu à toute la Terre. La création de Dieu ne reflète pas une efficacité froide mais la transformation d’un tel surplus en une louange, tout comme Jésus a honoré la femme qui a répandu du parfum de grand prix sur ses pieds[iv] (Marc 14 :3-9, Jean 12 :3-8).

 

2Dieu est patient et le plus souvent travaille progressivement plutôt qu’instantanément. Dans le monde naturel, nous voyons Dieu créer la vie sur des milliards d’années, non pas instantanément, et de grands processus géologiques se dérouler lentement dans le temps. De façon similaire nous lisons dans la Bible que des siècles ont passé entre l’alliance de Dieu avec Abraham et celle qu’il passe avec David, puis des siècles encore avant la venue de Jésus « lorsque les temps étaient accomplis » (Galates 4 :4). Dans les vies individuelles, Dieu travaille souvent en plantant sa Parole profondément en nous, puis en la laissant croître doucement, dans le temps. Dieu semble apprécier le déploiement lent mais extraordinaire de son univers, tout comme il déploie patiemment son plan de rédemption.[v]

 

3Dieu est celui qui pourvoit. Il pourvoit pour ses créatures à chaque instant en leur donnant ce dont elles ont besoin pour survivre, s’adapter, et prospérer en communautés de vie. La Bible parle de Dieu qui nourrit et prend soin des animaux (Jonas 4 :11, Psaumes 104) et la science moderne de l’évolution éclaire la façon dont Dieu a arrangé des écosystèmes complexes qui soutiennent nombreuses espèces de créatures ensemble. Mais Dieu pourvoit pour ses créatures jusqu’à l’échelle génétique, donnant aux espèces une mesure de créativité biologique pour les aider à répondre à de nouveaux défis. Un biologiste, Richard Collins, dit que « l’évolution, ce n’est pas l’imposition de la mort et de la destruction, ni la survie du plus fort. Cela en fait partie, mais ce n’est pas l’essentiel de ce qu’elle est… Le processus évolutionnaire qui créé des gènes dupliqués qui donnent jour à de nouvelles possibilités, c’est la rédemption, la possibilité, l’espoir. »[vi]

 

Considérer l’évolution permet à l’Eglise de se confronter à des visions athées du monde.

Considérer l’évolution permet de défier les arguments athées, plutôt que de les soutenir. L’évolution n’est ni une philosophie ni une vision du monde : elle est un modèle scientifique qui décrit les motifs et les lois que l’on voit dans la création de Dieu  – de même que la gravité décrit l’interaction qu’il a ordonnée, les planètes ou les étoiles, ou encore de même que la mécanique quantique décrit les relations entre les particules élémentaires de matière. En réaffirmant que l’évolution est une description des processus de Dieu, et non une vision du monde en soi, les chrétiens peuvent aider à montrer que l’athéisme est une philosophie séculaire et non une partie de la science.

De même, nous devrions rejeter les revendications selon lesquelles l’évolution a effectivement réfuté l’existence de Dieu, discrédité le christianisme et montré que la foi est fondée sur rien de plus que des superstitions en les réfutant clairement et avec force en public. Mais pour que cette tâche soit effective, notre réponse ne devrait pas être d’attaquer ce que la science montre de façon si convaincante sur l’ordre créé, mais encore une fois, de prendre ces arguments athées comme de la philosophie plutôt que comme de la science. Les explications scientifiques de processus naturels n’éliminent pas Dieu ni ne dénient sa souveraineté sur la création. De plus, la science ne peut pas prouver ou réfuter l’existence de Dieu. Mais explorer la création avec les outils de la science peut développer et soutenir la croyance en Dieu et sa louange, ce que les philosophes chrétiens montrent de façon convaincante sur la scène du monde.[vii]

 

Considérer l’évolution aide les étudiants chrétiens à rester forts dans leur foi

Comment les chrétiens doivent-ils répondre à une philosophie athée qui prend le déguisement de la science ? Comme Loïs et Eunice ont élevé Timothée dans la foi (2 Tim 1 :5, 3 :14-15), tous les parents chrétiens, pasteurs, et enseignants souhaitent préparer les jeunes à rester forts dans la foi quand ils intègrent l’université ou des carrières adultes. S’il est sage d’armer de jeunes croyants contre les visions athées du monde, leur enseigner d’ignorer la science peut les amener, contrairement à l’effet voulu, à traverser une crise dans la  foi.[viii] Lorsque des étudiants chrétiens découvrent la puissance des preuves scientifiques en faveur de l’évolution, beaucoup se rendent compte que leurs parents et pasteurs avaient peut-être tort à ce sujet et peuvent commencer à se questionner sur leurs autres croyances. Un sondage récent montre que l’un des facteurs clés dans la perte de crédibilité de l’Eglise évangélique au milieu de jeunes gens réside dans son hostilité à la science conventionnelle et dans son affirmation des modèles de la Jeune-Terre et de la création anti-évolutive qui contredisent virtuellement toutes les preuves que Dieu révèle par la science.[ix]

D’un autre côté, une étude récente a montré que des professeurs de biologie qui suivent Jésus et acceptent l’évolution offrent un puissant contre-exemple à ceux qui connectent l’évolution avec l’athéisme, et peuvent aider des étudiants à trouver leur chemin vers la foi et les préparer à porter leur témoignage dans la culture scientifique plus large. Si des parents et des dirigeants à l’église mettaient en valeur la centralité de Jésus et l’évangile et enseignaient que les chrétiens qui croient en la Bible croient en certaines choses en respectant la façon dont Dieu a créé la vie, les jeunes seraient mieux équipés pour rejeter des visions du monde athées et seraient plus inspirés pour explorer la création de Dieu plus profondément.

 

Considérer l’évolution contribue à l’évangélisation parmi les scientifiques

Comprendre l’évolution peut contribuer à l’évangélisation de ceux qui travaillent dans la science et dans les champs de la technologie, alors que des attitudes anti-évolution et antiscientifiques dans l’Eglise peuvent entraver l’évangélisation des scientifiques. Si l’athéisme chez les scientifiques n’est pas aussi commun que le stéréotype populaire le voudrait[x], une étude récente indique que plus de 80% des meilleurs scientifiques n’assistent pas régulièrement à un culte, et ne connaissent vraisemblablement pas Jésus comme leur sauveur. Une autre étude indique que de nombreux chercheurs scientifiques parmi les meilleurs ont quitté la foi parce que l’Eglise  ne les accueillait pas, ni eux ni leurs questionnements.[xi] Parce que certains chrétiens proclament que l’évolution doit être rejetée pour se convertir au christianisme ou demeurer un disciple fidèle au Christ, l’Eglise pourrait bien devenir un obstacle à la foi plutôt qu’un lieu qui nourrit ceux qui cherchent Dieu. En effet, cet argument ajoute une exigence qui n’est pas biblique pour rejoindre le corps du Christ, comme certains dans la jeune Eglise voulaient ajouter la circoncision comme exigence pour les païens qui viennent à Christ (Actes 15).

 

Au contraire, le soutien de l’Eglise des scientifiques à l’intérieur et à l’extérieur de l’Eglise fait avancer le Royaume. L’une des réponses les plus puissantes à l’athéisme académique se manifeste quand des scientifiques croyants prient et prennent soin de leurs collègues non-chrétiens[xii] (Matthieu 5 :43-48) ; les scientifiques athées ou agnostiques sont plus enclins à écouter la bonne nouvelle d’un scientifique qu’ils connaissent et respectent. Le petit pourcentage de scientifiques qui sont des croyants évangéliques ont besoin des prières et du soutien de leurs frères et sœurs en Christ pour partager leur foi avec leurs collègues. De plus, des églises – surtout celles qui sont proches des universités et d’industries de haute technologie – peuvent renforcer leur mission et édifier leurs communautés en invitant activement des scientifiques, des techniciens, des ingénieurs. Ecouter les vies quotidiennes de scientifiques[xiii] de cette façon là ne montre pas seulement de l’hospitalité et l’amour de Christ à des personnes qui n’ont pas encore été touchées, mais cela aide des communautés à cultiver leur propre sens d’émerveillement et de curiosité à propos de la création de Dieu. [xiv]

 

Considérer l’évolution aide l’église à s’engager dans la culture

Parce que la culture d’aujourd’hui est saturée de science et de technologie – des derniers gadgets de communication aux nouvelles méthodes d’imagerie médicale en passant par les découvertes de particules fondamentales et de biotechnologie – s’engager dans la culture signifie s’engager dans la science. Les chrétiens devraient être une voix convaincante et pertinente dans les problèmes de science sur la scène publique – surtout en ce qui concerne le discernement de l’usage approprié de nouvelles technologies. Beaucoup de ces innovations touchent notre compréhension des processus et interrelations de la vie sur terre décrits par la science de l’évolution. Dans le champ de la bioéthique, faire entendre des voix chrétiennes est fondamental pour discerner correctement les questions sur le développement de cellules souches, l’utilisation de l’information ADN, et le soin des personnes âgées et handicapées.[xv]

Mais pour être convaincants et pertinents, les chrétiens ont besoin d’être bien informés. Quand des chrétiens parlent avec ignorance de la recherche scientifique, nous altérons la réputation de toute l’Eglise et invitons à la moquerie. C’était un problème dans les jours mêmes de Saint Augustin (354-386) qui a écrit

« Or rien ne serait plus honteux, plus déplorable et plus dangereux que la situation d’un chrétien, qui traitant de ces matières devant les infidèles, débiterait tant d’absurdités… dans des vérités qui leur sont familières[2]»[xvi].

Aujourd’hui, les chrétiens évangéliques peuvent montrer qu’ils aiment le travail de Dieu dans l’ordre créé, et qu’ils participent pleinement à la recherche avancée et soutiennent la science comme un outil à protéger et ne s’en prenant pas aux plus faibles (Proverbes 6 :16-17).

 

Conclusion

Pourquoi les chrétiens devraient-ils prendre en considération la création évolutive ? Parce que nous reconnaissons que la nature est la création de Dieu, qu’elle proclame la gloire, l’extravagance et le soin aimant du Créateur ; parce que comprendre correctement l’évolution nous aide à réfuter les visions du monde athées et à soutenir la foi de ceux qui sont appelés à explorer la création par les sciences ; et parce que c’est renforcer la voix de l’Eglise sur la scène publique.

Notes

[i] Certaines idées de ce document peuvent être trouvées dans les blogs de Thomas Jay Oord (blog) et Karl Giberson (blog)

[ii] Sur la théologie naturelle, voir Alister McGrath Open Secret: A New Vision for Natural TheologyBlackwell Publishing, 2008 (book info)

[iii] Jennifer Wiseman aborde les attributs de Dieu disposés dans l’univers dans “Science as an Instrument of Worship: Can Recent Scientific Discovery Inform and Inspire Our Worship and Service?” (PDF)

[iv] Mark Sprinkle, “One seed” BioLogos Forum, January 30, 2011 (blog)

[v] Matthew Blackstone, “God’s Use of Time” BioLogos Forum, August 19, 2011 (blog)

[vi] Vidéo de Richard Colling de Ryan Pettey, présenté dans “Possibilities and Second Chances” BioLogos Forum, February 22, 2012 (video)

[vii] Deux exemples récents: Alister McGrath a écrit une chronique pour un journal de Londres ”Higgs boson: the particle of faith”, The Telegraph, December 15, 2011 (html). La vie et le livre d’Alvin Plantinga (Where the Conflict Really Lies: Science, Religion, and Naturalism, Oxford University Press, 2011) a été présenté dans un article de New York Times par Jennifer Schuessler “Philosopher Sticks Up for God”, December 13, 2011 (html)

[viii] Un sondage récent montre que la majorité des étudiants (pas exclusivement chrétiens) ne voient pas de conflit entre la science et la religion (Matt Rossano, “The (Lack of) conflict between science and religion in college students”, BioLogos Forum, June 3, 2011 blog). Mais la minorité inclut nombreux jeunes chrétiens accompagnés d’histoires douloureuses de leur crise dans la foi provoquée par l’évolution.

[ix] Barna Group “Six Reasons Young Christians Leave Church”, September 28, 2011 (html). BioLogos Forum (blog)

[x] Une étude récente et rigoureuse de la sociologue chrétienne Elaine Howard Ecklund observe qu’environ 50% des meilleurs scientifiques ont des convictions religieuses, y compris 20% environ qui assistent à des cultes une fois par mois.  (“What Scientists Think About Religion”, Huffington Post, June 28, 2010 blog) Pour en savoir plus sur ce sondage, voir son site (website).

[xi] Elaine Howard Ecklund, Science vs. Religion: What Scientists Really Think, Oxford University Press, 2010, p.17,20-24

[xii]Francis Collins, l’un des fondateurs de Biologos, a prié et rendu visite à son ancien adversaire en débat dans sa dernière maladie. Ethan Cole, “Atheist Hitchens Credits Evangelical Francis Collins for Cancer Hope”, The Christian Post, March 28, 2011 (html)

[xiii] Voir Andy Crouch “What I with my pastor knew about the life of a scientist”, BioLogos Forum, February 2012 (blog series)

[xiv] Voir ce qu’écrit le Pasteur Phil Reinders “Caring for our scientists: Some postures and practices of science-friendly churches”, The Banner, January 20, 2012 (html)

[xv]Pour des ressources chrétiennes sur la bioéthique, voir Christian Medical and Dental Association (website)

[xvi] Saint Augustin, Le sens littéral de la Genèse, I, XIX, 39.

EN VIDEO

Video1  Video02   VideoAVideoB

Toutes les questions

Vous aimez cet article ? Dites-le nous en cliquant sur le coeur…

Ca pourrait aussi vous intéresser
Filter by
Post Page
Interprétation biblique Discussion de livres Pertinence de la foi Adam et Eve, péché originel
Sort by