les preuves historiques de l’existence de Jésus (4) : le problème du Messie crucifié

Posté par David VINCENT
Print Friendly, PDF & Email

 

Dans les articles précédents, j’avais eu l’occasion d’évoquer les témoignages externes de l’existence de Jésus, aussi bien les témoignages chrétiens que les témoignages non-chrétiens (juifs et païens). Je vous propose de terminer cette série sur l’existence historique de Jésus avec une preuve plus « philosophique ». Cette preuve est un peu différente des précédentes, mais n’en est pas moins intéressante et complémentaire.

 

Le témoignage des apôtres

Je me concentrerai pour cela sur le cœur de la prédication de l’Eglise primitive (Actes 2) :

 

« Hommes Israélites, écoutez ces paroles! (Ndr : C’est Pierre qui parle) Jésus de Nazareth, cet homme à qui Dieu a rendu témoignage devant vous par les miracles, les prodiges et les signes qu’il a opérés par lui au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes; cet homme, livré selon le dessein arrêté et selon la prescience de Dieu, vous l’avez crucifié, vous l’avez fait mourir par la main des impies.  Dieu l’a ressuscité, en le délivrant des liens de la mort, parce qu’il n’était pas possible qu’il fût retenu par elle. (…) Que toute la maison d’Israël sache donc avec certitude que Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous avez crucifié. »

 

Pierre, et avec lui les autres disciples, affirment deux choses : Jésus, qui a été crucifié, est le Messie. Or cette double affirmation est tout simplement invraisemblable pour les Judéens de l’époque.

Il est intéressant de constater qu’aujourd’hui encore, en dehors du christianisme, lorsqu’une de ces deux affirmations est acceptée, l’autre est refusée. Ainsi, les juifs reconnaissent que Jésus a été crucifié, mais ils refusent de le considérer comme « Messie », tandis que les musulmans reconnaissent bien Jésus comme Messie, mais ils refusent sa crucifixion.

 

Ce constat peut sembler étrange aux chrétiens et, plus largement, aux personnes de culture chrétienne. En effet, même inconsciemment, deux millénaires de christianisme nous ont habitués à ce paradoxe et nous oublions souvent le scandale de cette affirmation. Mais un examen attentif des textes du Nouveau Testament nous révèle bien cette tension :

 

 « Car puisque le monde, avec sa sagesse, n’a point connu Dieu dans la sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication. Les Juifs demandent des miracles et les Grecs cherchent la sagesse: nous, nous prêchons Christ crucifié; scandale pour les Juifs et folie pour les païens, mais puissance de Dieu et sagesse de Dieu pour ceux qui sont appelés, tant Juifs que Grecs. Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes ».
1 Corinthiens 1 : 21-25.

 

Ce passage ne doit pas nous tromper et le style rhétorique de l’apôtre ne peut masquer son embarras. Paul est bien conscient que prêcher un messie crucifié est une folie et il le reconnaît. C’est pour cela qu’il ose parler de « folie de la prédication » et même de « folie de Dieu ». S’il avait pu inventer son propre évangile, il n’aurait certainement pas choisi une histoire aussi difficile à accepter pour ses auditeurs.

 

La résurrection : une solution de secours ?

On pourrait à ce stade objecter : mais la résurrection ne compense-t-elle pas le scandale de la crucifixion ?

A cela nous pouvons répondre non, car le problème n’est pas seulement que le Messie soit mort, mais qu’il soit mort de cette façon, c’est-à-dire par crucifixion. En effet, pour les Judéens, la crucifixion est une malédiction (Deutéronome 21 : 23).

En réalité, une seule solution aurait permis de résoudre ce problème, celle d’affirmer que Jésus n’a pas été crucifié. Cette idée a d’ailleurs été développée par certains groupes gnostiques, les docètes notamment, et sera ensuite reprise par les musulmans. Différentes thèses ont été envisagées et c’est finalement celle de la substitution qui l’a emportée : Dieu aurait remplacé Jésus sur la croix par une autre personne. Ainsi, on évitait le scandale du messie crucifié.

 

Conclusion

Si tous les chrétiens croient à la crucifixion de Jésus, tous ne la comprennent pas de la même manière et ne lui donnent pas le même sens théologique. Ainsi, au cours de l’histoire, de nombreuses doctrines ont été élaborées pour expliquer ce sacrifice (christus victor, théorie de la rançon, substitution pénale, etc.). Cette diversité de compréhension met bien évidence la difficulté posée par cet événement.

Toutefois, d’un point de vue historique, cette difficulté théologique est un atout, car elle peut être considérée comme une preuve solide de l’existence de Jésus.

En effet, en envisageant tous les problèmes posés par l’idée d’un Messie crucifié, il ne fait aucun doute que si les premiers chrétiens avaient voulu inventer un « Jésus », ils n’auraient jamais eu l’idée d’un messie crucifié et auraient plutôt imaginé un Jésus capable de séduire leurs auditeurs.

 

thèmes de recherches sont l’historiographie chrétienne, l’histoire des doctrines et l’interaction entre la foi et les connaissances profanes.


EN VIDEO

Video1  Video3Video02


Navigation dans la série<< Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles

5 Commentaires

  1. Daniel PIGNARD lun 03 Août 2015 Répondre

    Le linceul de Turin est une preuve irréfutable que le Christ a été crucifié.

    • Paul Huy jeu 31 Mar 2016 Répondre

      Il a été indiscutablement prouvé que le suaire de Turin est un faux datant du Moyen-Age

  2. Jean-Jacques dim 13 Nov 2016 Répondre

    Et il est indéniable que les historiens sérieux ne nient pas l’historicité du Christ.

    • Remi lun 14 Nov 2016 Répondre

      ‘Les historiens ne nient pas l’historicité du Christ’, Réconfort d’un croyant, aucunement des historiens en masse se sont prononcé là-dessu, la majorité est silencieuse car la véracité de Jésus est peu importante et qu’il sert seulement de compas historique. Cela seulement parce que nos calendriers furent ordonnés de manière à ce que les années commencent à la date de crucifixion. Les historiens sérieux ont conscience que qu’il y a un gap entre la date où se déroule l’histoire des évangiles et l’achèvement des écrits. Il n’y a rien qui empêche la théorie selon laquelle les apôtres ont fabriqué Jésus de toute pièce. Comme la plupart des bandits tué depuis des millénaire, ils ont maintenu leur version sur le ‘bûcher’. C’est cela qui fait un bon historien ou un bon scientifique, quelqu’un qui ne se laisse pas influencer par les croyances populaires. Le contraire en ferait un historien qui ne mérite pas son titre.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*