Pourquoi le déluge de Noé n’a pas pu être universel.

Posté par Benoit Hébert
Print Friendly, PDF & Email

Bien des théologiens et des scientifiques de confession évangélique rejettent l’idée d’un déluge universel à cause des découvertes de la science. Bien entendu, ils ne sont  pas opposés à l’idée que Dieu puisse réaliser un tel miracle, mais ce n’est pas ce qu’ils constatent en examinant les faits. C’est un exemple intéressant d’interaction entre les deux modes de révélation de Dieu : sa révélation « spéciale » ou particulière par la Bible, et la révélation non verbale et générale par la science. S’appuyant sur l’image biblique des deux « livres » de Dieu : la Bible et la nature, ces chrétiens savent que Dieu ne peut se contredire et qu’il est parfois nécessaire de remettre en cause une interprétation littérale d’un passage lorsque la science nous donne un éclairage suffisant. Ne pas le faire serait manquer à une responsabilité morale : celle de tenir compte dans notre compréhension des textes inspirés des progrès rendus possibles par les facultés d’investigation que Dieu a données à l’homme. Le faire, ce n’est pas croire que Dieu n’intervient jamais directement dans la nature, mais c’est faire confiance à ce que l’observation du monde nous enseigne à propos des modes d’action divine.

Henri Blocher est l’un des exemples les plus frappants de théologien évangélique français d’envergure mondiale partisan d’un déluge local. Il écrit dans la Révélation des origines p 203: « Le retour au chaos, c’est la création à l’envers…Dieu défait ce qu’il a fait. Il déchaîne les eaux qu’il avait séparées : les eaux d’en-bas submergent le sec, et les eaux d’en haut les rejoignent dans un retour au grand mélange du tohû-bohû. La décréation du déluge, malgré son ampleur, n’a pas été complète : seulement tendancielle. » (Ma mise en gras)

Dans l’encyclopédie des difficultés bibliques, Alfred Kuen cite un certains nombre de  théologiens évangéliques qui ne croient pas en un déluge global, mais local : D. Kidner, Don Fleming, S. Külling, Paul Seely (voir les 3 articles que nous avons publiés) et bien sur le géologue Davis Young, dont Alfred Kuen a repris les arguments dans Le labyrinthe des origines.

Dans un article précédent, nous avons déjà donné des arguments compilés par Paul Seely grâce auxquels on peut affirmer que le déluge n’a pas été universel. Je vous invite à le parcourir si ce n’est déjà fait.

Carol Hill est une géologue, chrétienne évangélique de confession, membre active de l’American Scientific Affiliation. Elle a apporté une contribution intéressante à propos du déluge. Bien qu’elle ne soit pas toujours en accord avec Paul Seely ou Denis Lamoureux, elle s’accorde avec le point qui nous intéresse ici : il n’y a pas eu de déluge de universel au temps de Noé. Elle explique pourquoi dans un très long article « Le déluge de Noé : universel ou local ? ». http://www.asa3.org/ASA/pscf/2002/pscf9-02Hill.pdf

Je ne retiendrai ici que les arguments scientifiques. Je suis moins convaincu par les arguments bibliques qu’elle donne, son but étant de démontrer que l’auteur biblique décrit lui aussi un déluge local, ce que je ne crois pas, nous en discuterons dans un prochain article.

  • « Preuves d’ordre géologique :

Il n’existe aucune preuve géologique d’un déluge universel, en faveur de la géologie du déluge (créationniste de la jeune terre) et de la théorie de la canopée. Les géologues modernes, hydrauliciens, paléontologues et géophysiciens savent tout à fait comment les différents types de roches sédimentaires et comment les fossiles se forment, ce qu’ils représentent et à quelle vitesse les continents bougent les uns par rapports aux autres (on peut le mesurer par satellite). Ils savent aussi les conséquences sur la géographie des inondations et comment les sédiments se déposent….

La géologie actuelle de la région du Mont Ararat, où le mont Ararat « traverse » des roches sédimentaires exclut que le déluge de Noé soit responsable de toutes les roches sédimentaires du monde entier, comme les « géologues » catastrophistes l’affirment.

  • La canopée de vapeur des créationnistes :

Il n’y a tout simplement pas assez d’eau dans l’atmosphère aujourd’hui pour provoquer un déluge universel de plus de 40 pieds sur les différents continents, il n’y a aucune trace de réservoirs étendus d’eau sous la terre (passés ou présents) qui auraient pu fournir cette eau. Il a donc fallu « fabriquer » un réservoir d’eau suffisamment important pour que le mont Ararat (5000 m) ait pu être submergé par le déluge. Voici quelques problèmes scientifiques posés par la théorie de la canopée :

Où sont passés les 5000 m d’eau supplémentaires après le déluge ? Se sont-ils envolés miraculeusement dans l’espace ? Les « sources de l’abîme » (sources) auraient été complètement saturées avec l’eau si le déluge avait été universel, ainsi, l’eau n’aurait pas pu retourner dans « l’abîme ». Ainsi, comment le vent aurait-il pu faire évaporer (Gen 8 :1) une telle quantité d’eau en moins d’un an (Gen 8 :13) ? »

  • La recherche de l’arche de Noé sur le mont Ararat :

…Qu’en est-il de tous les livres, les films et les émissions TV qui ont prétendu avoir retrouvé l’arche sur le Mont Ararat ? (C’est encore le cas très récemment, avec un débat animé sur le top Chrétien !!)

Dans Dieu versus Darwin , les créationnistes vont-ils triompher de la science ? , le dominicain Jacques Arnould consacrent plusieurs pages aux « aventuriers de l’arche perdue. » Sur un ton un peu trop sarcastique à mon goût mais toujours très bien informé, il raconte l’histoire épique de toutes les expéditions qui se sont succédées et qui prétendaient avoir retrouvé les restes de l’arche.

Carol Hill en parle aussi :

« Depuis les années 1800, il y a plus d’une douzaine d’expéditions sur le mont Ararat pour retrouver l’arche, aucune n’a été concluante… »

Denis Lamoureux dans Evolutionary Creation explique lui aussi pourquoi l’interprétation créationniste contredit les observations.

« Superficiellement, l’interprétation créationniste du déluge de Noé et du registre géologique est convaincante. En effet, c’est un fait scientifique que la plupart des strates et des fossiles dans l’écorce terrestre se sont déposés dans l’eau. Les couches géologiques parallèles et superposées indiquent que c’est bien le cas. Toutefois, un examen attentif des prédictions créationnistes à propos du registre fossile révèle un problème insurmontable. Le déluge de Noé aurait du produire une « couche universelle »  contenant les os et les dents mélangés de tous les animaux créés. En fait, selon les turbulences durant le déluge,  la gravité aurait du entraîner les os les plus lourds vers le bas de cette couche (ceux des éléphants ou des dinosaures par exemple), et les plus légers vers le haut. Mais ce n’est pas ce que l’on observe. Au lieu de cela, on observe un empilement très régulier des fossiles dans la croûte terrestre avec d’abord l’apparition des poissons, puis des amphibiens, puis des reptiles en enfin des mammifères.

La taille de l’arche est aussi un problème sérieux pour les créationnistes. 150m*25m*15m de hauteur environ selon Genèse 6 :15…la taxonomie moderne nous montre qu’il existe plus de 6 millions d’espèces aujourd’hui et le registre fossile nous montre qu’il s’agit de bien moins qu’1 % des espèces ayant vécu sur la terre. Si on se limite aux animaux décrits en Genèse 6-7 (mammifères, reptiles et oiseaux), un calcul grossier suggère que 15 millions d’entre eux sont entrés dans l’arche. C’est 200 fois le nombre de spectateurs d’un stade de 75 000 personnes !!! De plus, où mettre des animaux aussi volumineux que des dinosaures…Evidemment, il n’y aurait pas eu assez de place dans l’arche pour tous les animaux et leur nourriture… »

Carol Hill pose les questions suivantes :

  • Comment les animaux sont-ils passés du continent Eurasien en Amérique, ou bien en Australie ? Comment sont-ils allés du mont Ararat à des endroits comme l’Australie sans traverser les océans et sans laisser de descendants derrière eux ?
  • Comment huit personnes seulement (Noé, sa femme, ses trois fils et belles-filles) ont-elles pu s’occuper de toutes les espèces présentes sur terre ?
  • Comment les espèces marines ont-elles survécu au déluge ? n’auraient-elles pas été écrasées par une pression énorme et par la dilution des eaux des océans avec l’eau douce ?
  • Comment toutes les espèces seraient-elles descendues des pentes escarpées du Mont Ararat, ce qui reste difficile aujourd’hui pour l’homme ?

Ma conclusion :

On pourrait multiplier  les exemples qui rendent l’hypothèse d’un déluge universel invraisemblable. C’est d’ailleurs de ce type d’arguments dont se délectent les athées qui veulent ridiculiser les chrétiens qui croient à un déluge universel, et il faut bien reconnaître la faiblesse des arguments que l’on peut leur opposer !

La conclusion me paraît inévitable, le déluge de Noé n’a pas pu être universel. Pourtant, l’hypothèse du récit d’un déluge local ne me satisfait pas non plus, c’est que nous verrons dans un article prochain…

Pour ceux qui veulent encore plus d’arguments, en anglais : http://www.talkorigins.org/faqs/faq-noahs-ark.html

Avatar

14 Commentaires

  1. Avatar
    bruel dim 13 Juin 2010 Répondre

    je suis protestant et évangélique
    je ne crois pas en un déluge universel, principalement à cause des espèces endémiques
    j ‘aimerais m’entretenir avec vous

  2. Avatar
    Hans-Georg Lundahl mer 09 Fév 2011 Répondre

    « Où sont passés les 5000 m d’eau supplémentaires après le déluge ? Se sont-ils envolés miraculeusement dans l’espace ? Les « sources de l’abîme » (sources) auraient été complètement saturées avec l’eau si le déluge avait été universel, ainsi, l’eau n’aurait pas pu retourner dans « l’abîme ».  »

    À moins biensûr que les abîmes et montagnes sont post-déluge.

  3. Avatar
    Hans-Georg Lundahl mer 09 Fév 2011 Répondre

    « la taxonomie moderne nous montre qu’il existe plus de 6 millions d’espèces aujourd’hui et le registre fossile nous montre qu’il s’agit de bien moins qu’1 % des espèces ayant vécu sur la terre. »

    Il ne nous le montre pas. Les formes de vie actuels sont bien plusieurs que juste un % des formes actuelles et fossiles répérées ensemble.

    La plupart des espèces actuelles sont poissons ou insectes, et n’avaient point besoin de l’Arche.

  4. Avatar
    Daniel PIGNARD mar 31 Jan 2012 Répondre

    Preuves d’ordre géologique du déluge universel
    Les roches sédimentaires sont à peu près sur toute la terre comme vous le reconnaissez d’ailleurs.
    Reconnaître le Mont Ararat actuel (nommé ainsi au 5è siècle de notre ére) comme le lieu où s’est échoué l’arche et s’en servir comme preuve que le déluge n’a pas été universel montre l’inconséquence de l’auteur.

    La canopée de vapeur des créationistes est en effet critiquable. Ce n’est pas ce que j’ai retenu dans ma thèse mais bien l’anneau d’eau tournant autour de la terre avant le déluge et qui s’est effondré en pluie de 40 jours sur la terre pendant le déluge et a donné une accélération à la terre pour la faire passer de 360 jours à 365, 25 jours par an. Cet anneau d’eau a fait monter les eaux de plus de 300 m. Ce n’est donc pas l’apport le plus important pour réaliser la montée des eaux sur la terre.
    Il faut submerger les montagnes dites vieilles, (Vosges, Massif central, Appalaches) tandis que sous la terre sort du magma par les dorsales du Pacifique qui vont pousser autour des terres (encore rassemblées) pour faire les montagnes jeunes qui forment la ceinture de feu.

    La recherche de l’arche de Noé sur le mMont Ararat est vouée à l’échec comme je le démontre dans ma thèse.

    Ma conclusion, c’est que vous n’avez aucune preuve que le déluge n’a pas été universel et la différence avec moi, c’est que vous n’avez pas cherché à voir comment il a pu être universel et en tirer une théorie qui cumulent les données bibliques et les données visibles sur la terre. Vous êtes tous des paresseux en ne voulant pas mener les investigations jusqu’au bout mais seulement jusqu’au bout de votre croyance non étyée.

  5. Avatar
    Sylvain dim 28 Oct 2012 Répondre

    Bonjour

    Concernant la migration entre les continents, Kent Hovind fait remarquer qu’il existe plusieurs passages peu profonds entre les continents, c’est à dire quelques centaines de pieds … ce qui rend très plausible une légère variation du niveau des eaux et des continents, particulièrement si une partie des eaux ont formées les glaciers

    Concernant les animaux dans l’arche … une hibernation aurait très bien pu être possible … et bien plus, pourquoi dire possible puisque l’on parle d’un programme dirigé par Dieu

    Pour les espèces marines, rien n’indique que les mouvements catastrophiques des eaux aient été égales sur tout le globe, et encore, Dieu est entièrement capable de protéger les créatures qu’il désire

    Pour les montagnes et les abimes, pourquoi auraient elles dû se former avant la fin du déluge? Quelle devait être la hauteur maximale des montagne avant le déluge? Et quelle devait être la hauteur minimale des montagne avant le déluge?

    Si l’on laisse de côté ce que nous connaissons de ce monde ci pour ne pas l’imposer au monde d’avant et même au monde qui a surgit de l’eau … toujours en considérant le parfait contrôle de la main de Dieu … je me demande … Où est le problème?

  6. Avatar Auteur
    Benoit Hébert mar 30 Oct 2012 Répondre

    Bonjour Sylvain,

    Si tu penses que la Bible te raconte l’histoire géologique de la terre et que cette histoire est celle racontée par Kent Hovind, aucun argument d’aucune sorte ne pourra te convaincre du contraire.

    Affirmer que les montagnes comme celles de l’Himalaya, et les fosses océaniques de 10 km de profondeur se sont formées il y a qq milliers d’années est tout simplement contradictoire avec tout ce que les géologues ont découvert à propos de l’histoire de la terre…

  7. Avatar
    Sylvain lun 05 Nov 2012 Répondre

    Bonjour Monsieur

    Peut être avez vous raison, mais il ne faut pas oublier que presque tous les esprits scientifiques modernes ont été formés dans le courant évolutionniste, et cela dès leur jeune âge, que toute interprétation est liée de près ou de loin à son biais(1) et que toute hypothèse allant contre la pensée dominante (évolution) est rejetée du milieu scientifique et considérée comme irrecevable. Et même que dans certain milieu, un diplôme est impossible si l’on ne se « prosterne » pas devant cette théorie

    Il ne faut pas oublier que la raison d’être de cette théorie est de mettre Dieu à la porte … comme le dit 2 Pierre chap 3

    Pour ce qui est de la formation des montagnes et des creux océaniques, cette théorie implique que les continents ont toujours bougés à une vitesse similaire …
    S’il y a eu une catastrophe comme le déluge, le déplacement initial a très bien pu être catastrophique lui aussi, suivi d’une décélération donnant lieu à ce que l’on connait aujourd’hui

    Merci et désolé pour mon désaccord

    (1) http://creation.com/rock-language?fb_action_ids=10151162750393197&fb_action_types=og.likes&fb_source=aggregation&fb_aggregation_id=288381481237582

  8. Avatar Auteur
    Benoit Hébert lun 05 Nov 2012 Répondre

    Bonjour Sylvain,

    ne sois pas désolé de ton désaccord, je ne doute pas un instant de ta bonne foi…mais le pb n’est pas là!

    Si tu veux vraiment approfondir la question, il va falloir que tu investisses un peu de temps dans des connaissances de géologie. Si tu y es prêt, je veux bien te servir de guide…et si tu lis l’anglais ce sera encore plus facile!

    Evoquer les présupposés religieux de certains membres de la communauté scientifique pour justifier l’absence de traces d’un déluge universel, c’est oublier qu’historiquement, les premiers géologues à remettre cette lecture littérale en question étaient des géologues de confession chrétienne dont on ne peut douter des motivations…

    http://www.scienceetfoi.org/2010/12/des-siecles-de-preuves-geologiques-en-faveur-dune-terre-ancienne/

    http://scibel.com/scibel/paper_genesis_and_geology_unearthed_history.html

  9. Avatar
    Sylvain lun 05 Nov 2012 Répondre

    Re-Bonjour Mr Hébert

    Merci de votre intervention
    J’ai consulté aujourd’hui la page de votre premier lien et bien que ces arguments puissent être assez déroutants avec un manque de ressources, après quelques lectures des découvertes modernes, ces points, selon moi, ne sont plus vraiment des obstacles à une lecture littérale de la bible

    Comme je vous le dis, je ne pense pas qu’il s’agisse de chercheurs mal intentionnés, mais plutôt qu’il y a une pression très importante de la part de ceux qui veulent se débarrasser de Dieu … et lorsque les chercheurs manquent d’outils, c’est là qu’ils sont forcés d’abdiquer

    Mais cela ne signifie pas que les réponses n’existe pas

    Merci

  10. Avatar Auteur
    Benoit Hébert mar 06 Nov 2012 Répondre

    Bonjour Sylvain,

    Comme je le craignais, cette conversation risque fort de tourner en rond…

    Sache tout de même qu’il existe dans la communauté des géologues et chercheurs de métier des chrétiens authentiques qui pensent ce qu’ils pensent non pas parce qu’ils auraient cédé à une quelconque pression idéologique, mais parce qu’ils ont les preuves matérielles devant leurs yeux!

  11. Avatar
    Sylvain mar 06 Nov 2012 Répondre

    Merci quand même
    Sachez que je respect
    C’est le Seigneur qui nous forme en son temps

  12. Avatar
    Alice sam 04 Fév 2017 Répondre

    Bonjour merci pour ces explications et d’ailleurs j’aimerai aussi dire qu’a cette époque bizarrement la bible ne parle d’aucun autre pays que l’Afrique la grece et Rome.comment se fait t’il que ses récit soit juste situer dans une certaine zone et non pas sur la terre entière,et comme par hazard Noé et situé dans cette zone,ça veut dire qu’il n’yai pas d’autre homme ou tout simplement que se déluge n’a eus lieu que dans cette zone,si ce déluge ne se situait qu’a un seul endroit le récit de la tour de Babel ne fonctionne pas non plus,puisque la confusion des langue aurait du être né ici et du coup ça n’explique aucunement les différente langue Je trouve ça quand même important,comment Noé aurais s’il pu secourir tout les animaux ? Ceux qui se situe dans des zone bien particulière comme l’Australie l’Amazonie etc….et comment ses bête aurait pu s’entendre route.ensemble sans qu’elle se bouffe entre elle? Je vous rappel que certaine religion crois que dans un paradis les bête mangerons des légumes alors comment se fait s’il qu’elle mange de la viande de nos jour? Mr sans vouloir vous vexé si un dieu avait protéger ses bête se serait marqué dans la bible non?surtout qu’il a juste demandé a noé de mettre un animal de chaque espèce et de construire l’Arche il ne l’a aucunement aidé parce que c’est quand même un détail important vous ne trouvez pas?

  13. Avatar
    Luc sam 13 Juil 2019 Répondre

    Malheureusement tous ces expositions de faits sont pour nous, simple humain, des tentatives de preuves pour confirmer ou infirmer La Parole de Dieu. Nous manquons de foi chers amis scientistes et chrétiens. Si Jésus pouvait changer l’eau en vin, calmer la tempête par sa seule voix ou encore guérir des malades comment Dieu ne pourrait-il pas déverser et retirer tout l’eau nécessaire à un déluge universel ?

    Entendement humain une voie qui ne suit pas l’omnipotence de Dieu le Créateur

    • Avatar
      Marc Fiquet lun 15 Juil 2019 Répondre

      bonjour Luc,

      personne sur ce site ne remettra la capacité de Dieu à réaliser des miracles ni à utiliser les éléments de la nature à ses propres fins.
      https://www.scienceetfoi.com/ressources/croire-miracles-science-raison-rationnel/

      Cela ne doit pas nous empêcher pour autant de lire correctement nos Bibles et de distinguer les genres littéraires et notamment celui de Ge 1-11.

      Déjà l’Eglise en son temps reprochait à Galilée de fomenter de fausses théories à partir de son télescope sous couvert d’interpréter le psaume 93 littéralement.. une terre affermie par la puissance de Dieu qui ne pouvait donc pas se déplacer autour du soleil..

      Or il n’y a pas plus de traces d’un déluge universel dans les couches géologiques que de preuve que la terre soit fixe et que le soleil tourne autour…
      ça n’empêche pas que l’on croit au Dieu des miracles :-D

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*