Les objections de certains chrétiens à la théorie de l’évolution (1)

Posté par Benoit Hébert
Print Friendly

La théorie de l’évolution pose de réelles interrogations sur le plan théologique. Pour cette raison, beaucoup de chrétiens la rejettent, sans même prendre la peine de chercher à savoir si les preuves scientifiques qui la soutiennent sont convaincantes ou pas!  Ils partent du principe que l’évolution n’a pas pu avoir lieu parce qu’elle serait contraire à la révélation biblique.

Ces croyants se sentent encouragés quand ils perçoivent que beaucoup d’athées utilisent l’évolution dans leur combat contre le Christianisme.

L’ attitude  de ces chrétiens est certainement compréhensible d’un point de vue de la foi, mais c’est en réalité une position très dangereuse. Si les preuves en faveur de l’évolution sont bien réelles et si Dieu a choisi cette méthode de création, les athées disposent là d’une arme redoutable et beaucoup de chrétiens se trompent de combat!

De plus en plus de chrétiens, scientifiques en particulier, conscients de la puissance et de la quantité des confirmations scientifiques à l’appui de la théorie de l’évolution pensent que Dieu a très probablement choisi cette méthode pour créer la diversité biologique qui nous entoure.

Après tout, Il est Dieu, Il fait ce qu’Il veut!

Partant du principe qu’il ne peut pas y avoir de contradiction entre la révélation de Dieu dans sa parole et dans la nature, plusieurs théologiens et/ou scientifiques évangéliques se sont déjà penchés sur ces questions.

Aucune difficulté n’est insurmontable et beaucoup de réponses tout à fait intéressantes ont déjà été proposées.

  • Objection 1:« La théorie biologique de l ’évolution est en contradiction avec le récit de la création de la Genèse. Ainsi, toute personne qui prend au sérieux l’intégrité des Écritures doit rejeter l’évolution. »

« Cette objection est la plus fréquente, c’est aussi celle qui est résolue la plus facilement. » Steve Martin

Nous avons mis en évidence des interprétations non concordistes et ne s’excluant pas mutuellement tout à fait compatibles avec l’évolution ( interprétation littéraire, une réaction face à l’idolâtrie des peuples voisins des Hébreux, schéma du Shabbat…).

« Nous avons vu que si nous lisons la Genèse dans son contexte historique et culturel, et si nous permettons à Dieu d’adapter sa révélation à son auditoire, la Genèse ne fait aucune déclaration scientifique qui exclurait un développement de la création de Dieu pendant des millions d’années. » (Allan Harvey)

  •  Objection 2 : « la théorie de Darwin a remplacé Dieu par le « hasard ». L’évolution est aveugle, elle est sans objectif.»

 Deux significations du mot « hasard » 

  1. Le sens scientifique: tout à fait compatible avec la pensée biblique. « Beaucoup de passages bibliques décrive l’action de Dieu au travers d’évènements qui paraissent aléatoires d’un point de vue humain. » Loren et Deborah Haarsma
  2. Le sens « métaphysique »: une croyance incompatible avec la souveraineté de Dieu. En ce sens, l’univers et l’homme serait « le fruit du hasard et de la nécessité. » (Jacques Monod)

« Par la Bible, nous apprenons que Dieu accomplit toujours ses plans, mais sa manière de le faire peut ne pas être visible à nos yeux. En ce qui concerne l’utilisation par Dieu de phénomènes aléatoires, il y a au moins deux réponses possibles. L’une d’entre elles est que ce qui nous parait être du hasard est en réalité déterminé par Dieu « derrière la scène ». La 2ème est que le caractère aléatoire est réel, et c’est une des façons dont Dieu a accordé de la liberté à sa création, mais l’ensemble du tableau est bien entendu contrôlé par Dieu pour accomplir ses plan. Une analogie de cette dernière option est celle d’un casino qui gagne toujours en définitive! » Allan Harvey

« Si Dieu est transcendant à la création, alors Il est hors de l’espace et du temps, Dieu pouvait au moment de la création de l’univers connaître chaque détail dans le futur. Ceci pourrait inclure la formation des étoiles, des planètes, des galaxies, toute la chimie, la physique, la biologie et la géologie qui ont conduit à la formation de la vie sur la terre, et l’évolution des humain, jusqu’au moment où vous lirez ces lignes- et au-delà. Dans ce contexte, l’évolution pourrait nous paraître conduite par le hasard, mais du point de vue de Dieu l’issue paraîtrait entièrement spécifiée. Ainsi, Dieu pourrait être entièrement et intimement impliqué dans la création de chaque espèce alors dans notre perspective, limitée par la tyrannie de l’échelle linéaire du temps, le processus nous paraîtrait aléatoire et non dirigé. » Francis Collins, The language of God

  « Considérée dans son ensemble, l’évolution n’est en aucun cas un processus aléatoire… même un athée comme Richard Dawkins conclut que l’évolution n’est pas une affaire de hasard…, comme il l’écrit dans la préface de l’Horloger aveugle, l’un de ses objectifs est de « détruire ce mythe très répandu que le Darwinisme est une théorie du « hasard ». Le point important est « considérée dans son ensemble ». …Si vous êtes chrétien, alors vous croyez que Dieu dans son attention providentielle a été souverain sur tous les détails de votre vie, avant même votre naissance… Pourquoi s’arrêter à la biologie? »

  Dans sa Parole, Dieu a utilisé des évènements « aléatoires » pour accomplir son œuvre, comme la flèche qui a tuée Achab « tirée par un soldat syrien au hasard » à Ramoth en Galaad (1 Rois 22:34), alors que cette mort avait été prophétisée dans ces circonstances par Michée (1 Rois 22:15-28). Dans la Bible, Dieu agit tout autant au travers

–de « lois naturelles » prévisibles (Psaumes 33:6-11),

–dans des évènements aléatoires : “On jette le sort dans la grande poche ; toutes ses décisions viennent du SEIGNEUR.” (Proverbes 16:33), dans le contrôle du climat (Psaumes 148:8), qui est aujourd’hui décrit par la théorie du chaos. Tous les types d’évènements dans le monde naturel sont l’œuvre de Dieu. »

Le « hasard métaphysique» n’existe pas!

« Une chose dont nous pouvons être certains: le processus de l’évolution ne fournit aucun fondement pour la pensée que l’univers est le fruit du hasard dans un sens métaphysique ultime. En réalité c’est le contraire…En tant que biologistes, nous nous émerveillons de la complexité et la diversité des forme de vie de notre planète, et au fait que nous les hommes sommes liés par notre histoire évolutive de manière indissoluble avec toute forme de vie. »

Le « hasard » ne fait rien!

« Il devrait aussi être évident d’après ce que nous venons de dire que le hasard ne « fait rien ». Le « hasard » est simplement une description commode que nous les hommes utilisons pour décrire les propriétés de la matière. Il n’existe aucun agent métaphysique tel que le « hasard métaphysique », mais la croyance de certains hommes que notre univers n’a pas de but existe. Toutefois, ceux qui veulent s’appuyer sur le prestige de la science pour soutenir ce système de croyance particulier ne trouverons aucun appui dans la théorie de l’évolution. » Denis Alexander, Creation or Evolution, do we have to choose?

  • Objection 3: « La théorie de Darwin ne fait pas explicitement intervenir Dieu dans la création, c’est donc une théorie athée que nous devons rejeter! »
 « L’idée  sous jacente est que lorsque Dieu est actif au travers de mécanismes naturels, ceci ne compte pas, et qu’il faut que nous lui fassions de la place …Lorsqu’un météorologue peut expliquer l’origine de la pluie physiquement sans invoquer Dieu, en tant que chrétiens, nous continuons d’affirmer que Dieu contrôle la situation. Si nous avons une théologie de la nature qui affirme la souveraineté de Dieu sur la création, nous reconnaîtrons que le raisonnement derrière cette objection est erronée. »   Allan Harvey
  • Objection 4: « L’évolution est un processus qui sous entend beaucoup de souffrance, de mort et d’extinction. C’est incompatible avec un Créateur aimant. »

« Le problème de la coexistence d’un Dieu à la fois tout puissant et parfait dans son amour,  et l’existence du mal dans la création est une vraie question pour tous les chrétiens, pas seulement pour les partisans de la « création évolutive ».  » Steve Martin

« Nous pourrions observer que Dieu a (en Jésus) utilisé la mort et la souffrance pour accomplir ses buts. Dieu n’agit pas toujours comme nous nous y attendons. » Allan Harvey

 

A suivre…


Navigation dans la série
Les objections de certains chrétiens à la théorie de l’évolution (2) >>

3 Commentaires

  1. Marc lun 05 Mar 2012 Répondre

    Bonjour Benoit (et tous)

    Ton article résume bien les différents obstacles qu’il faudra franchir dans un cheminement de conciliation entre théorie de l’évolution et foi chrétienne.

    L’objection 4 est pour ma part celle qui me semble la plus « pointue ». Nombreux sont ceux qui achoppent sur le rapport à la théodicée. Nous y mêlons souvent nos expériences personnelles, notre propre perception de la souffrance et de la mort. Mais cette attitude – nous devrions l’admettre – nous rend plus captif qu’elle nous libère, projetant sur Dieu notre propre image du bien ou du bon, le faisant lui-même à notre image.
    Paradoxalement, c’est au travers un processus de mort (celle de la croix) que nous serons amenés à être libérés de cette démarche anthropomorphique en faisant cette expérience concrète de
    « mort à nous-mêmes ». Car la bible montre très clairement que la croix est plus que l’expérience temporelle vécue par le Christ. Il a en effet souffert la croix non pas pour nous l’éviter mais pour nous y « incorporer » car seul un processus de mort peut venir à bout de l’aliénation de nos propres volontés.

    Nous avons souvent accusé la chute de l’homme comme étant à l’origine de tous les maux de la création en y introduisant le péché et par là même l’avènement de la mort.
    Une lecture attentive des Ecritures – et non seulement de Genèse – nous amènera certainement à reconsidérer cette interprétation.
    La mort est le principe essentiel choisi par Dieu pour nous amener à la perfection (= accompli et conforme à son dessein). Comprenons-nous bien, quand je parle de mort ici, me référant à l’enseignement de Jésus ou des apôtres, il s’agit plus que de la mort physique. La mort physique est en quelque sorte le point d’orgue de notre libération complète, mais pour le chrétien qui procède à un échange de vie avec le Christ, la mort agit en lui comme une puissance immobilisant son ancienne nature au bénéfice de la vie du Christ en lui.

    Ainsi, la mort d’un côté exhibe sa face morbide sur laquelle nous focalisons si facilement mais de l’autre, elle libère également la vraie vie. Car la création visible dont nous jouissions en ces temps n’est qu’un passage vers une autre qui se trouve être éternelle et cela préfigure déjà dans le plan divin dès avant l’origine des temps !

    Ce principe de mort est tellement essentiel que Jésus nous l’enseigne en nous demandant de considérer la vie du grain de blé : « S’il ne meurt, il reste seul ». La mort n’est pas une fin en soi mais un processus de transformation de la vie ! Ce principe spirituel de mort est bien inscrit dans la nature et se déroule continuellement sous nos yeux. Serait-il étonnant de le retrouver dans un processus évolutif créé par Dieu pour propager la vie dans sa Création ?

    Comment pouvons-nous justifier et comprendre que Dieu s’applique ce principe à lui-même comme le souligne Allan Harvey dans les lignes de cet article ? Lui le Tout-Puissant n’avait-il pas d’autres solutions, d’autres chemins ?
    Nous devrions faire preuve d’humilité à ce sujet et peut-être aussi de curiosité car plutôt que de rejeter le principe de mort sous couvert de nos propres conceptions et de nos théologies personnelles, creusons la question au travers des très nombreux passages des Ecritures qui ne manqueront certainement pas de nous prendre à rebrousse-poil sur le sujet.

    Mais c’est bien là le moyen apprécié de ceux qui ne demandent qu’à progresser et également celui de ces échanges non ?

  2. Auteur
    Benoit Hébert lun 05 Mar 2012 Répondre

    Merci Marc de nous faire part de tes réflexions.

    Pendant longtemps, j’ai cru que la mort physique et la maladie étaient les conséquences directes de la chute. Ce n’est plus le cas. La lecture de Denis lamoureux dans Evolutionary creation m’a aidée à comprendre les textes de Paul. Comme Denis Alexander, généticien chrétien l’explique très bien, les mécanismes de mutations qui provoquent le cancer sont les mêmes qui produisent la diversité biologique… et notre organisme est programmé pour mourir à partir du moment où commence à vivre…

    Pour tous, voici deux articles parus sur le blog en rapport avec le mal et la mort dans la création

    http://www.scienceetfoi.org/2010/09/11/comment-un-dieu-bon-pourrait-il-creer-par-un-processus-qui-implique-tant-de-douleur-et-de-mort/

    http://www.scienceetfoi.org/2010/09/13/quel-est-lavantage-dun-monde-ou-la-douleur-et-la-mort-sont-des-necessites/

  3. Marc lun 05 Mar 2012 Répondre

    Merci Benoit pour ces liens très enrichissants auxquels on peut joindre la 3eme partie de l’exposé :
    http://www.scienceetfoi.org/2010/09/18/que-faire-du-langage-biblique-a-propos-de-la-mort/

    Je remarque combien il me reste encore de précieuses lectures sur ton blog !

    Nous avons des cheminements différents mais nous arrivons à des conclusions similaires.
    Pour ma part j’ai été très tôt confronté à ces problématiques sur la souffrance, bien avant de m’intéresser à la théorie de l’évolution…
    J’avais alors moins de vingt ans et devant des tensions presque insoutenables à ce sujet il m’a fallu rechercher dans la bible des réponses concrètes. J’ai été très surpris de découvrir ce que je considère encore aujourd’hui comme un trésor inestimable à partir de l’éclairage que j’ai alors reçu au travers des dizaines de versets issus du nouveau Testament sur ce seul sujet.
    Cette vision renouvelée, plus que d’enrichir ma théologie personnelle anime pour ainsi dire et avec force ma marche séculière et spirituelle et constitue pour ma vie un véritable fondement…

    Christ est un tout, il ne s’agit pas de morceler notre foi en lui mais je profite de la perche tendue pour rendre témoignage ici de son action concrète dans nos vies !…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*