Le « visage de Dieu » des frères Bogdanov

Posté par Benoit Hébert
Print Friendly, PDF & Email

Je viens de finir la lecture du « visage de Dieu » des frères Bogdanov. Comme beaucoup, j’ai abordé ce livre avec l’impression d’avoir surtout affaire à un « coup médiatique » de deux journalistes au look très « travaillé », donc avec une certaine méfiance. J’avoue avoir lu ces pages avec un réel plaisir, c’est écrit de manière agréable, très journalistique, avec beaucoup d’anecdotes.

Je ne qualifierais pas cet ouvrage de « scientifique » au sens strict du terme, parce que les auteurs mélangent sans cesse ce qui est du ressort de la « science pure » avec des considérations « métaphysiques ». L’essentiel à mon sens est de le reconnaître, ce qui n’est pas vraiment fait dans le livre (ou alors j’ai loupé le passage). Je reproche assez souvent sur ce blog la tentative de récupération de la science par certains athées, qui prétendent ne faire aucune démarche de « foi » dans leur non croyance, pour ne pas reconnaître à mon tour que reconnaître le « visage de Dieu » dans l’histoire de l’univers est aussi un acte de foi. Croyants et non croyants, nous vivons tous par la foi !

Je n’ignore pas la polémique qui entoure la sortie de ce livre. On fait le reproche aux frères Bogdanov d’avoir obtenu des thèses de « complaisance », de prétendre avoir vendu plus de livres qu’en réalité, de s’être attribués des titres universitaires qu’ils n’avaient pas, de présenter des hypothèses contestées dans le milieu de la cosmologie…bref de surfer sur leur image médiatique dans une entreprise à but lucratif. Je ne suis pas là pour les défendre, il se pourrait bien qu’un certain nombre de reproches soient effectivement fondés. Leurs idées personnelles (finalement peu nombreuses dans le livre) sont-elles farfelues? En tout cas, je ne peux que constater qu’en ce moment, la spéculation dans ce domaine est largement ouverte (multivers et autres). Je ne peux toutefois m’empêcher de me demander si ce n’est pas le mélange des genres qui exacerbe les réactions d’une partie de la communauté scientifique pas spécialement favorable à l’idée de l’existence d’un Créateur. Au fond la querelle qui se joue n’est-elle pas une querelle qui dépasse le cadre de la science ? Comme je l’ai dit, je trouve qu’il serait plus sain pour les rapports « science et foi » de bien préciser  lorsqu’on sort du cadre strict de la science, mais je suis toujours étonné de la dissymétrie de traitement. Lorsqu’un croyant fait un amalgame de ce genre, c’est aussitôt une pseudo publication du CNRS, mais si un athée en fait tout autant, la réaction me parait beaucoup moins vive ! J’ai rarement entendu parler d’un prof de philo essayant de convertir ses élèves au christianisme, mais mon propre prof de philo a bien essayé de « démontrer » que Dieu n’existe pas, et il ne semble pas avoir été inquiété pour non respect du principe de laïcité pour autant (et je sais que c’est fréquemment le cas).

Le livre des frères Bogdanov n’est pas un livre de défense de la foi chrétienne, l’idée de Dieu qui s’en dégage est  plutôt vague. Un déiste, partisan du grand horloger des philosophes qui met l’univers en marche et l’abandonne à lui-même pourrait bien se reconnaître dans ce livre. Pourtant, certains passages résonnent avec ce que je crois en tant que chrétien à propos du Créateur. En ceci, les idées des frères Bogdanov n’ont d’ailleurs rien écrit d’original ni de nouveau, comme je le montrerai en expliquant les pensées du physicien Howard Van Till dans un prochain article. L’idée d’une création munie des lois physiques qui permettraient l’organisation du cosmos et l’émergence de la vie est en effet une idée très répandue chez les scientifiques de confession chrétienne et chez les théologiens.

« Depuis son apparition, il y a 13.7 milliards d’années, l’Univers a lentement évolué, par paliers de complexité croissante, jusqu’à produire la vie et la conscience. Question fascinante, peut-être la plus importante de toutes : un tel scénario est-il inscrit, comme l’a écrit George Smoot ou comme le pense Freeman Dyson, au cœur même de la matière ? Car si tel est le cas, l’Univers est alors bien autre chose qu’un système de galaxies, d’étoiles et de planètes : c’est aussi une organisation hiérarchisée qui conduit nécessairement les molécules inanimées vers la vie. En d’autres termes, la vie serait l’expression spontanée d’un Univers dont la tendance naturelle consiste à organiser les molécules les plus simples en systèmes plus complexes jusqu’à engendrer du vivant. »

En analysant la notion d’Howard Van Till de « création pleinement équipée pour son développement », nous verrons dans un prochain article comment ces idées « des frères Bogdanov » correspondent assez à une théologie chrétienne de la nature et de la création.

3 Commentaires

  1. Pascal jeu 18 Nov 2010 Répondre

    « En d’autres termes, la vie serait l’expression spontanée d’un Univers dont la tendance naturelle consiste à organiser les molécules les plus simples en systèmes plus complexes jusqu’à engendrer du vivant ».

    C’est exactement l’idée soutenue et développée par le savant jésuite Teilhard de Chardin, qui va plus loin d’ailleurs, en voyant dans cette tendance de l’Univers à s’organiser en systèmes de plus en plus complexes, la présence du souffle divin. Dieu n’est plus considéré comme le créateur originel qui abandonne sa création à elle-même, mais comme le moteur de cette complexification croissante.
    Alors qu’abandonné à lui-même, tout système isolé ne peut aller que vers plus de désordre (2nd principe de la thermodynamique), c’est le souffle divin qui porte la création et aboutit finalement à l’entité la plus complexe (a priori et sous toutes réserves) que nous connaissions : l’Homme. Et la Nature au-travers de nous devient consciente d’elle-même, et c’est dans cette mesure que nous sommes quelque part un peu d’essence divine.

    Je recommande vraiment la lecture du « Le phénomène humain » de T. de Chardin. Même si certains aspects de sa pensée sont controversés, il développe une cosmogonie qui allie foi et science de manière extrêmement convaincante. En tout cas, c’est un livre qui ne laisse pas indifférent.

  2. gakari1 ven 21 Jan 2011 Répondre

    Je viens aussi de terminer « Le visage de Dieu ». Je suis un peu inconditionnel des Bogdanov (peut-être parce que je ne suis pas scientifique :-) et ce livre m’a beaucoup appris sur l’histoire des sciences du siècle dernier jusqu’à aujourd’hui et je pense que c’est d’ailleurs là la seule prétention du livre.
    Concernant leurs théories, c’est autre chose. C’est très plaisant à lire, mais cela reste des théories. D’ailleurs, ils ne font que reprendre celles de l’avant dernier bouquin : « Avant le Big Bang ».
    Je pense que ce livre est adapté aux chrétiens qui pensent que les dernières découvertes en physique et en cosmologie vont contre l’idée d’un Dieu : on se rend compte que c’est plutôt le contraire.

  3. Osis Mis mar 16 Août 2016 Répondre

    « En d’autres termes, la vie serait l’expression spontanée d’un Univers dont la tendance naturelle consiste à organiser les molécules les plus simples en systèmes plus complexes jusqu’à engendrer du vivant ».

    Le Big Bang étant le premier desequilibre, puis il cherche l’Equilibre, puis la lumière apparait et créer un désequilibre, puis la matière se refroidis créant un déséquilibre puis s’organisent à l’échelle macroscopique ….

    J’arrette la…. Mais 0uI

    La ViE est la tendance a evoluer, du big bang jusqu’ a plus évolué que nous….
    Tout n’est qu’Information et perfectionnement par tatonement … Pour l’Animal, la Mutation.
    Garder ou Éliminer par la sélection Naturelle.

    Maintenant, il suffit de le Prouver !
    Arreter de croire que l’Egalité Existe !

    C’est une Ut0piE ! Meme un disque ne peut se couper en deux partie égal !

    Ou bien vous avez réussi a Percer Pi !

    Et craquer la Quadrature de Cercle…

    https://www.facebook.com/profile.php?id=100010742431657

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*