Le traitement paradoxal du rapport science et foi par le site « hominidés.com » (1)

Posté par Benoit Hébert
Print Friendly, PDF & Email

Le site hominidés.com est particulièrement attrayant et scientifiquement bien informé. Les plus grands spécialistes de la préhistoire sont cités. Vous y trouverez une quantité incroyable d’informations concernant les origines  de l’homme, d’un point de vue biologique, culturel…et l’actualité scientifique débordante dans ce domaine.

 

Je me suis particulièrement intéressé au traitement réservé à la foi et à la science par ce site assez « officiel », et se voulant « neutre » et même ouvert d’un point de vue « religieux ».

La volonté de dialogue est affichée puisque vous y trouverez les réflexions du prêtre Robert Divoux, dans une rubrique intitulée « évolution des espèces et foi en Dieu »

 

 » Hominides.com ouvre ses colonnes au père Robert Divoux pour faire la passerelle entre Science et Religion »

Extrait choisi :

 

« Jésus, « passerelle » entre l’humanité et le divin


L’homme apparu sur terre avait refusé d’entrer en communion avec la pensée de Dieu, ce que raconte – de façon symbolique et imagée, car nous sommes dans le domaine du mythe – le récit biblique de la chute d’Adam et Eve au Paradis (la fameuse histoire de ‘‘la pomme’’ !). L’homme s’était écarté de la bonne route pour suivre ses propres idées, ses propres désirs, tourné vers lui-même, dans l’oubli des autres hommes et même souvent contre eux. Le Mal était entré dans le monde.

Pour recréer cette œuvre de Dieu abîmée et ouvrir un nouveau chemin, Jésus a pris la tête de l’humanité nouvelle, et ce afin que nous puissions rejoindre librement le Père et partager sa vie dès ici-bas et pour toujours. Mais Jésus se trouve être ‘‘premier de cordée’’, avec tous les risques et toutes les conséquences que cela comporte. Pour lui, cela se traduira par bien des oppositions, des épreuves, des rejets et même des trahisons au cours de sa vie publique. Puis, cela finira par une condamnation à mort et son exécution sur une croix. »


Il existe aussi une rubrique intitulée « les idées fausses sur la théorie de l’évolution », qui dénonce tous les contresens scientifiques fréquents chez de nombreux créationnistes anti-évolutionnistes, par exemple :

 

La théorie de l’évolution est à l’origine du racisme

La théorie de l’évolution n’est qu’une hypothèse

 

« Remettons les choses à leur place !!! 
Vous trouverez ici un florilège des idées fausses sur l’évolution des espèces, sur Darwin en particulier, et sur les évolutionnistes en général : 
– une sélection des phrases toutes faites que l’on répète ou qu’on entend fréquemment autour de soi
– les amalgames présentés par des sites de pseudosciences qui pullulent sur le net…
– les mensonges proclamés par des organisations ultrareligieuses (catholiques, islamiques ou autres…)
– les créationnistes dénonçant un complot scientifique contre la religion (vous savez, comme les OVNI cachés par le gouvernement américain…)

 Avant de commencer… 
Des préalables pour calmer le débat… 

Les croyants ne sont pas tous créationnistes… Croire en un Dieu est tout à fait compatible avec l’étude des sciences. On peut avoir des croyances et aussi comprendre le monde qui nous entoure. Le créationniste a une lecture littérale des textes religieux, alors que le croyant sait qu’il faut interpréter les textes.

Les évolutionnistes ne sont pas tous athées… Cela n’a rien à voir. L’étude de la nature, de la faune, de l’astronomie et des mécanismes qui les régissent n’empêche pas de croire en un Dieu pour, par exemple, donner un sens à sa vie. 

Croire et comprendre, ou Croire ou comprendre… telle est la question ! »

Ainsi soit-il  !!

La plupart des réponses proposées sont neutres du point de vue des prises de positions métaphysiques ou philosophiques extra-scientifiques.

 

Mais certaines réponses laissent clairement entrevoir les préjugés anti-foi de leur auteur :

 

Les évolutionnistes disent que « l’homme descend du singe ».
»C’est absolument faux, l’homme ne descend pas du singe. C’est un singe lui-même ! 
On attribue, à tort, cette phrase à Charles Darwin et aux scientifiques. 
Ce que l’on sait c’est que les hommes et le chimpanzé ont un ancêtre commun, un singe hominoïde. Depuis ce DAC (Dernier Ancêtre Commun) les espèces se sont séparées il y a 8 à 9 millions d’années. Les lignées divergentes ont ensuite évolué chacune de leur côté. Les gorilles ou les chimpanzés sont donc des cousins éloignés de l’homme mais en aucun cas des frères ou des pères ! « 

 

Affirmer que l’homme a un ancêtre biologique commun avec le reste du monde vivant ne résonne pas tout à fait comme l’affirmation « c’est un singe lui-même », qui ressemble à la réduction « et rien qu’un singe et certainement pas une créature faite à l’image de Dieu ». C’est ce que conforte d’ailleurs la suite de la réponse

 

 » On peut également se poser la question de savoir pourquoi la parenté avec le singe est une insulte… Sans doute parce qu’elle rappelle que l’homme est un animal parmi d’autres… ni supérieur, ni inférieur. Cette mise au point gêne les extrémistes qui positionnent l’homme au-dessus des autres espèces comme un aboutissement.  » (Ma mise en gras)

 

 

Que d’amalgames réducteurs dans ces lignes ! En quoi l’origine biologique de l’homme aurait un quelconque rapport avec la question de la valeur de l’homme ! L’auteur de cet article fait exactement ce qu’il reproche aux créationnistes qu’il dénonce, il confond discours scientifique et discours à propos des valeurs. Et tant qu’il y est, qu’il aille jusqu’au bout de son raisonnement, au nom de quoi un homme aurait-il plus de valeur qu’un vers de terre, animal lui aussi, fruit  d’un processus évolutif ? Ou qu’une souris ? L’homme est un mammifère comme un autre après tout !

Celui pour qui l’homme est l’aboutissement d’un processus évolutif planifié par le créateur est automatiquement taxé d’ »extrémiste », cela fait des millions d’extrémistes en France !!  L’extrémisme est-il vraiment là où il est dénoncé ?

Cela me rappelle d’ailleurs la dénonciation faite du créationnisme par Guillaume Lecointre, du Museum d’Histoire naturelle

« La confusion entre les questions de faits et les questions morales : une stratégie de choix pour les créationnismes

…Il fut une époque où la science était le serviteur de la théologie, et donc de la philosophie. A ce titre, la science mélangeait les discours sur les faits et les discours de valeur. Depuis la révolution scientifique des XVII et XVIIIème siècles, la science n’a pourtant plus vocation de servir ou de justifier à dessein un discours de valeurs. Son nouveau contrat passé avec la connaissance se cantonne à mettre en lumière des faits expérimentalement reproductibles. Cela n’empêche en rien les valeurs d’être régies dans les domaines moral, civique, éthique, politique, voire théologique ou religieux. « 

Quelques lignes plus loin vous avez un démenti à cette affirmation dans la réponse à la fausse affirmation :

 La théorie de l’évolution est contre la religion (les religions) 

 

Après la réponse précedente, ça va être dur de convaincre les lecteurs, mais est-ce vraiment le but recherché ?

 

Encore une réponse gratinée…

 

« Pour les évolutionnistes l’homme est apparu sur Terre uniquement par hasard.
Oui c’est vrai et ce n’est pas très grave puisque nous sommes là… Peut-être que si l’on avait donné le choix aux autres animaux nous n’aurions pas été sélectionnés. Le moins que l’on puisse dire c’est que l’homme n’est pas une bonne chose pour la Terre : explosions atomiques, guerre, destruction de la faune, de la flore, modification du climat…
Par ailleurs cette notion de hasard, qui gêne tant les ultrareligieux, est pourtant à la base de nos croyances. 
Personne n’est responsable de son lieu de naissance, et pourtant c’est lui qui détermine votre religion, le hasard !
Si vous naissez à Clermond-Ferrand vous avez toutes les chances d’être catholique, par contre à Bagdad vous serez musulman et à Haïfa juif… ça c’est vraiment du hasard… »

 

Là où nous sommes d’accord, c’est que les hommes ont certainement failli dans leur mission !!

Mais l’utilisation du caractère « aléatoire » de l’évolution qui s’accommode très bien de la notion chrétienne de Providence est ici « mutée » en moteur créateur et métaphysique de l’évolution !!

L’adoption de telle religion par l’un ou l’autre suivant son contexte de naissance est certainement une question passionnante…mais n’a rien à faire ici car elle relève clairement de la philosophie ou de la foi !!

 

Vous avez dit « calmer le débat, remettre les choses à leur place ? »

 

A suivre !

 

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*