Dieu et son rapport au temps

Auteur : Marc Fiquet
Print Friendly, PDF & Email

 

thelangageofscienceandfaithVoici le 4eme volet tiré de l’excellent ouvrage de  Karl Giberson et Francis  Collins « The langage of Science and Faith » qui aborde des questions profondes sur le dialogue Science et Foi.

S’appuyant sur la discussion précédente à propos de l’action de Dieu dans le monde, les auteurs résument leur pensée :

Le débat peut paraître si élevé qu’il en serait indicible, nous pouvons pourtant tenter humblement de nous appuyer sur quelque chose que nous comprenons pour réfléchir aux choses qui dépassent notre entendement. « Dieu parle » a toujours été profondément métaphorique, et tout spécialement dans la Bible où Dieu est décrit comme Père, Créateur, Berger… Pour faire quelque déclaration sur Dieu, nous devrons utiliser notre langage avec des mots qui nous sont familiers.

En se reposant sur l’ouverture des lois de la nature, l’hypothèse est que l’action de Dieu dans le monde peut être comparée à la nôtre qui influençons le déroulé de la course des évènements.

la réflexion se poursuit alors autour du temps pour tenter d’équilibrer la vision présentée et d’en poser les limites :

niagarafalls

Mais il faut noter également que l’action de Dieu est profondément et nécessairement différente de celle des hommes.
C’est le cas en particulier pour son rapport au temps. L’action divine est fortement affectée par la relation de Dieu au temps.

Si Dieu est le créateur de l’univers dans son entier (et le temps est une composante de cet univers) alors la relation de Dieu au temps ne peut se restreindre au moment présent comme nos actions le sont.

Nous pouvons spéculer par exemple que Dieu crée un monde dans lequel un certain nombre de choses libres apparaissent mais comme canalisées pour conserver un haut degré de prédictibilité.

On pourrait assimiler cette idée à l’image de l’eau dans la rivière Niagara qui va forcément descendre les chutes mais nous ne saurions cependant  en représenter tout le cheminement précisément.

Peut-être Dieu a-t-il créé un monde où sa prescience  lui permet de dérouler le cours de l’histoire sans avoir besoin de la contrôler directement ou même sans en connaitre tous les détails ? Ou peut-être Dieu connait-il tous les détails sans réellement les déterminer lui-même ?

Car notre connaissance de l’avenir peut s’illustrer par le fait que nous savons ce qui se passera si une tuile tombe d’un toit mais cette connaissance pourrait difficilement provoquer la chute elle-même d’une tuile ou la souffrance qu’elle engendrerait. [Autrement dit, ce n’est pas le fait de connaître une chose qui la provoque nécessairement].

 

Parce que la perception du temps par Dieu  diffère de la nôtre, l’action de Dieu dans le temps diffère grandement de la nôtre de plusieurs façons.

Nous ne pouvons pas comprendre l’existence de Dieu en dehors du temps, et étant donné que nous n’avons aucun concept pour nous aider en cela, nous sommes manifestement limités dans notre compréhension de l’action de Dieu.

 

Conclusion

Notre compréhension moderne des lois de la physique combinée à une appréciation des moyens complexes dont Dieu use probablement dans sa relation au temps, peuvent nous fournir les éléments de synthèse pour une vision du monde théiste qui s’avère très robuste.

Darrel Falk fournit à ce sujet une excellente perspective dans son livre « Coming to Peace with Science: Bridging the Worlds Between Faith and Biology » en rappelant que la liberté peut bien être un composant central du monde biologique créé par Dieu tout comme elle l’a été pour la nation d’Israël (en référence au récit biblique) ou dans nos vies encore aujourd’hui.

Nous devons cependant rester prudents quant à une simplification  à l’excès de ce sujet et nous garder d’être tentés de construire un modèle complexe sur la manière dont Dieu interagit avec le monde physique. Il s’agit d’une question des plus profondes pour laquelle nous ne saurions nous attendre à des réponses simples.

La tradition chrétienne a toujours affirmée que Dieu aime, Dieu connait et Dieu agit, mais nous ne possédons aucune « théorie » sur le comment Dieu fait ces choses. Notre but devrait être d’éviter de restreindre l’échelle des possibilités en contraignant Dieu à se tenir dans les compartiments de notre propre imagination. Nous devrions également éviter de présumer par inadvertance que la foi ne joue aucun rôle. De nombreux chrétiens engagés sont tout à fait coutumiers d’une révélation émanant de  la nature au travers des yeux de la foi et qui affirme que les intentions de Dieu se réalisent, même si nous n’avons pas de modèle pour définir comment cela se passe. Ce ne sont pas des questions scientifiques, mais malgré tout, la science peut conduire la discussion en privilégiant certaines options.

Au final, cela restera donc toujours une affaire de foi !

Avatar

10 Commentaires

  1. Avatar
    Véronique lun 24 Mar 2014 Répondre

    Bonjour,
    Je viens de lire « La formule de Dieu » de José Rodrigues dos Santos. En vérité, ce livre ne m’a intéressé que pour les idées scientifiques qu’il décrit, d’Einstein pour la plupart, et je souhaiterais savoir si la théorie de la création de l’univers en « 6 jours » qu’il présente est plosible. Elle me paraît passionnante et réconcilierait chrétiens et scientifiques, au moins dans ce domaine.
    C’est à la page 538 dans le livre de poche.
    Merci pour vos lumières

    • Avatar Auteur
      Marc mar 25 Mar 2014 Répondre

      Bonjour Véronique,

      je n’ai pas lu ce livre je ne peux donc pas répondre précisément.
      La tentation est grande pour le chrétien de chercher dans la Bible soit de la science moderne soit une autre vérité scientifique que celle du consensus actuel qui prouverait ainsi une supériorité de ces écrits sur la misère de la connaissance humaine.

      Si tu parcours les articles de ce site et en particulier les questions ou les ressources (dans le menu), tu verras que nous sommes à l’instar des auteurs que nous rapportons, plus favorables à constater une complémentarité entre le livre des Paroles de Dieu (la Bible) et le Livre des Œuvres de Dieu (la Nature que nous découvrons par la science).

      Voir ce diaporama de Denis Lamoureux :
      Le modèle des 2 livres

      Et cette question :
      La science et la Bible sont-elles conciliables ?

      • Avatar
        Véronique mer 26 Mar 2014 Répondre

        Merci beaucoup Marc, pour les articles que vous m’avez proposé, très intéressants.

        Néanmoins, je cite quelques passages du livre « La formule de Dieu » de Dos Santos :

        « Einstein s’est fondé sur une prévision faite en 1948 concernant la théorie du Big Bang : l’existence de la lumière rémanente du grand acte de la Création de l’univers. Chaque onde de lumière fonctionnerait comme un « tic » d’un grand « tictac » universel. Les ondes qui atteignent la terre se prolongent de 2,12 fractions d’un million, comparées aux ondes gérées par la lumière sur terre. Cela signifie, par exemple, qu’à chaque million de secondes, le soleil perd 2,12 secondes. La question est la suivante : si le soleil perd plus de 2 secondes par rapport à la terre, combien de temps perd tout l’univers, dont la masse est bien plus élevée ?
        La gravité de l’univers varie au fil du temps.
        Lorsque l’univers commença, toute la matière était concentrée. Ce qui signifie que la force de gravité initiale était énorme et, par conséquent, le passage du temps très lent. A mesure que la matière se dilatait, le passage du temps s’accélérait, car la gravité diminuait.
        Le temps initial est plus lent d’un million de million de fois, ce qui est confirmé par la mesure des ondes de lumière primordiales.
        Chaque duplication de la taille de l’univers a accéléré le temps par un facteur de deux.

        Le premier jour biblique dura 8 milliards d’années, le 2e jour dura 4 milliards, le 3e dura 2 milliards, le 4e dura 1 milliard, le 5e dura 500 millions d’années et le 6e jour dura 250 millions d’année.
        La somme de tout ça donne 15 milliards d’années. […] une vérification récente de la NASA a estimé l’âge de l’univers autour de 14 milliards d’années. »

        Est-ce, à votre avis, une approche correcte de la datation des « 6 jours de la création », ou est-elle complètement farfelue ?

        • Avatar Auteur
          Marc sam 29 Mar 2014 Répondre

          Bonjour Véronique,

          Désolé pour le délai de réponse…

          Pour la partie technique sur la dilatation de l’espace-temps je passerai la main à des spécialistes en physique comme Benoit ou Antoine.

          Coïncidence, extrapolation ou farfeluterie, peut importe en fait, nous pouvons assez nettement distinguer les limites de cet exercice :
          Il s’agit bien là de chercher de la science moderne dans les textes bibliques anciens, on parle de concordisme scientifique.

          Si donc les 15 milliards d’années concordent assez bien bien avec les 13,8 milliards que nous propose la science aujourd’hui (tu remarqueras déjà l’approximation) on devrait s’attendre à ce que chaque jour biblique colle à des périodes cosmologiques et géologiques dont les durées sont présentées ici. Hors il n’en est rien !
          L’ordre même des événements des jours (lumière avant soleil, etc..) ne correspond pas à ce que la science nous apprend.

          Plus délicat encore : la différence dans le séquencement de la création entre Genèse 1 et 2, les 2 récits sont différents dans l’ordre des évènements ils ne peuvent donc pas être scientifiques.

          Le théologien évangélique Peter Enns détaille ici ce constat :
          Deux histoires de la création d’Israël

          Deux autres articles intéressants de Bruno Synnott membre de l’équipe Science & Foi :
          http://www.scienceetfoi.com/redecouvrir-genese-1-le-modele-celeste/
          http://www.scienceetfoi.com/inspiration-concordisme-inerrance-et-kenose-expliques-simplement/

          Bonnes lectures, au début ça fait un peu mal, ça bouscule plutôt l’approche traditionnelle qu’on a pu parfois nous enseigner, il faut prendre le temps de creuser.
          La recherche d’éléments scientifiques modernes inspirés à l’insu des auteurs bibliques mène à une impasse, mais il faut souvent du temps pour changer notre façon de voir les choses, surtout quand on la tient pour spirituelle.. Ce fut le cas pour moi !..

          • Avatar
            Benoit Hébert sam 29 Mar 2014 Répondre

            Bonjour Véronique,

            Je sais qu’il est très tentant de se dire que la Bible contient de façon plus ou moins cachées des données qui seraient révélées par la science moderne, des siècles après. Cela donne au croyant le sentiment que l’inspiration divine est démontrée de façon rationnelle et presque scientifique. Dieu aurait pu choisir de se révéler de cette manière, mais ou serait alors la nécessité de la foi?

            C’est ce que j’explique dans cet article concernant la sphéricité de la terre. Beaucoup pensent que la Bible révèle cette sphéricité, alors que les auteurs antiques de l’AT croyaient tous qu’elle était plate…

            http://www.scienceetfoi.com/la-bible-enseigne-t-elle-que-la-terre-est-une-sphere/

            La majorité des spécialistes de l’AT sont d’accord sur le fait que le Saint Esprit n’a pas cherché à modifier les connaissances scientifiques des auteurs inspirés. Il s’est servi de leur vision du monde. Inutile de chercher plus dans ce domaine que ce que tous pensaient à l’époque, au risque de te décevoir.

            http://www.scienceetfoi.com/ressources/terre-bible-cosmologie/

            En ce qui concerne l’interprétation des jours de Genèse 1. La structure poétique de deux groupes parallèles de 3 jours est aujourd’hui largement admise et explique la structure de ce chapitre. Il n’y a là aucune donnée chronologique, cachée ou non…

            c’est ce qu’explique Denis Lamoureux vers la fin de cet article

            http://www.scienceetfoi.com/ressources/creation-evolution-debat/

  2. Avatar
    rodolphe (posta01) lun 24 Mar 2014 Répondre

    Bonjour Marc,

    1.  » Nous pouvons spéculer par exemple que Dieu crée un monde dans lequel un certain nombre de choses libres apparaissent mais comme canalisées pour conserver un haut degré de prédictibilité.  »

    Que veut-dire ce charabia ?
    On peut toujours spéculer ce qu’on veut, il n’en reste pas moins vrai que le hasard
    précisément défini en tant que:
    – phénomène imprédictible mais néanmoins déterministe (théorie du chaos)
    – contingence (exemple de l’évolution – interaction avec le milieu)
    – phénomène aléatoire fondamental (radioactivité – mécanique quantique)

    est une réalité à la fois constatée, mesurée, et reproductible.
    Tout ça ne va pas vraiment dans le sens de la spéculation avancée.

    2. « Parce que la perception du temps par Dieu diffère de la nôtre, l’action de Dieu dans le temps diffère grandement de la nôtre de plusieurs façons.
    Nous ne pouvons pas comprendre l’existence de Dieu en dehors du temps, et étant donné que nous n’avons aucun concept pour nous aider en cela, nous sommes manifestement limités dans notre compréhension de l’action de Dieu. »

    Si on ne peut pas comprendre l’action hypothétique de Dieu EN DEHORS du temps, on peut en revanche tirer des conséquences pertinentes (et malgré notre compréhension limitée)à partir de l’action hypothétique de Dieu DANS le temps conformément à l’affirmation de la tradition chrétienne selon laquelle:
     » Dieu aime, Dieu connait et Dieu agit ».

    Or, comme je l’ai montré à plusieurs reprises, il est impossible qu’une telle entité réunisse à la fois ces 3 propriétés, démonstration:
    a) Si Dieu est aimant et omniscient alors il ne peut être omnipotent, sinon il agirait
    pour lutter contre la souffrance dans le monde => ce n’est pas ce qu’on constate
    b) Si Dieu est aimant et omnipotent alors il ne peut être omniscient sinon il saurait qu’il doit agir => ce n’est pas ce qu’on constate
    c) Si dieu est omniscient et omnipotent alors il ne peut être aimant sinon il viendrait au secours de l’humanité. => ce n’est pas ce qu’on constate

    Par ailleurs, un gros problème de logique dans la façon de poser le problème, typique chez les croyants:
    1. Je présuppose que Dieu existe.
    2. Je me place volontairement en dehors de toute expérimentation possible
    3. Nécessairement, je ne trouve rien qui puisse confirmer l’hypothèse
    4. J’en conclus que Dieu est trop fort pour moi.

    Alors que la question devrait être posée de la façon suivante:
    1. Je pose l’hypothèse « Dieu existe »
    2. J’essaie de trouver des indices valables (les faits) pour soutenir l’hypothèse
    3. Je n’en trouve pas
    4. J’en conclus que rien dans les faits na valide l’hypothèse. Elle reste à démontrer, POINT !

    On voit bien ici toute la fragilité de cette forme new age (ou molle) de dessein intelligent qu’est la « Création évolutive » qui in fine n’apporte aucun éclairage nouveau sur l’existence d’un créateur.

  3. Avatar
    rodolphe (posta01) mar 25 Mar 2014 Répondre

    Marc,

     » Le croyant (que je suis) ne suppose pas que Dieu existe, il en a l’assurance par une expérience spirituelle qu’il a faite.  »

    >> Voilà le problème.
    Assimiler une activité neuronale à l’origine d’une illusion / sentiment / état mental avec la réalité d’un créateur transcendant. Comment dans ces conditions ne pas considérer cette production mentale autrement qu’un simple ornement métaphysique ?
    Par ailleurs, je ne vois rien dans ta réponse (ni dans l’article que tu indiques) qui soit de nature à réfuter mes différents raisonnements… Désolé, mais ta réponse me paraît un peu légère !

  4. Avatar
    rodolphe (posta01) mar 25 Mar 2014 Répondre

    Marc,

    Ah oui, petit détail:
    Je pense que parmi les 6 millions de juifs morts durant la seconde guerre mondiale, les 20 millions de russes
    (je ferai l’impasse sur la première guerre mondiale, le génocide des arméniens, les guerres passées, les famines, les tremblements de terre, les épidémies…) un certain nombre de personnes devaient AUSSI être très pieuses et mériter mieux que ce qu’elles ont vécu.
    Alors excuse-moi de relativiser ton « expérience personnelle » à sa juste mesure !

  5. Avatar
    rodolphe (posta01) jeu 27 Mar 2014 Répondre

    Marc,

    Mes remarques ne t’inspirent-elles donc que le silence ?

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*