Conférence Internationale sur le Désarmement, Les « Killer Robots », réflexion cytoyenne et chrétienne par Isabel Fesser

Posté par Marc Fiquet
Print Friendly, PDF & Email

 

Isabel Fesser est engagée dans les discussions science et foi depuis plus d’une quinzaine d’années et fidèle lectrice du blog Science & Foi.

Sensibilisée et engagée sur les problèmes éthiques liés à la technologie mise au service de l’armement, elle souhaite rebondir sur l’actualité pour nous partager l’évolution inquiétante qui se cache derrière le développement des armes de destruction autonomes appelées également les killer Robots.

 


 

Physicienne de profession et de vocation, je suis très sensible aux répercussions de la recherche en physique sur le plan humain.

A Genève, comme vous le savez sans doute, se déroule la

Conférence Internationale sur le Désarmement.

La partie correspondant aux armes nucléaires vient de finir.

du 13 novembre et jusqu’au 17 novembre ont lieu les débats du GGE Group of Governmental Experts sur les LAWS Lethal Autonomous Weapons Systems.

Sans la technique et les techniciens, sans la physique et les physiciens ces Killer Robots n’existeraient pas.

Des scientifiques, Stephen Hawking en tête, demandent l’arrêt des robots autonomes armés.

De ma part je suis les travaux de l’actuelle Conférence, je diffuse certains documents, j’écris aux représentants dont je reçois habituellement des réponses que je diffuse aussi. C’est ma façon d’être responsable.

A cette ocasion, Je me permets de vous demander une réflexion à ce sujet au travers des commentaires sur cet espace.

 

Isabel Fesser

 

 

 

crédit illustrations :

https://www.ethicsandinternationalaffairs.org/2015/killer-robots-toward-the-loss-of-humanity/

http://dronecenter.bard.edu/what-you-need-to-know-about-killer-robots/

2 Commentaires

  1. Manu lun 13 Nov 2017 Répondre

    J’approuve toute démarche qui vise au désarmement, mais je ne comprends pas pourquoi il faudrait s’opposer à ce type d’armes en particulier. Les armes nucléaires sont-elles préférables aux robots tueurs ?

    • Auteur
      Marc Fiquet lun 13 Nov 2017 Répondre

      En France ce type d’arme n’est pas autorisé par exemple.

      Seuls les drones de reconnaissance sont employés par la défense nationale, la décison de tuer n’a pas été déléguée à autre chose qu’à une intelligence humaine selon le comité d’éthique de notre nation pour le moment.

      c’est plutôt une bonne chose non ?

      Ce n’est pas le cas de tous les pays. Et ça n’empêche pas non plus à la recherche de poursuivre ses expériences. L’idée séduisante d’épargner la vie de ses propres soldats démangent les autorités à poursuivre dans cette voie, mais le risque d’avoir une guerre électronique des machines « à la terminator » guette à la porte… C’est en quelque sorte un pas de plus vers en emballement possible de la guerre planétaire.
      Sans même parler de bug ou de suprématie des machines sur l’homme, il serait plus facile de raser un pays entier avec des moyens mêmes conventionnels avec des robots qu’avec une armée d’hommes.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*