Ces théologiens de l’A.T. qui reconnaissent que Genèse 1 est écrit avec une conception ancienne du cosmos!(3/3)


Print Friendly, PDF & Email

“Dieu dit : « Qu’il y ait un firmament au milieu des eaux et qu’il sépare les eaux d’avec les eaux ! »” (Genèse 1:6)

« Les cieux racontent la gloire de Dieu, le firmament proclame l’œuvre de ses mains. »(Psaumes 19:1)

Le dernier volet de cette série de trois articles concernant la signification de raqia ( firmament (dôme solide), ou bien étendue atmosphérique ?) de Genèse 1:6, sera consacré à l’argumentation de Denis Lamoureux. Dans son livre, Evolutionary Creation, Denis Lamoureux consacre de nombreuses pages à expliquer à partir du texte biblique lui-même les nombreuses références à la conception ancienne du cosmos partagée par les auteurs inspirés par le Saint-Esprit et les peuples du Proche Orient ancien. Je trouve cette démonstration irrésistible et fondamentale pour la compréhension des relations entre la Bible et les découvertes de la science.

C’est un sujet explosif chez les évangéliques (beaucoup moins chez les catholiques !), parce que le mouvement évangélique s’est construit en partie en opposition avec le libéralisme théologique, mouvement qui a cherché souvent à rationaliser le texte biblique au nom de la science, allant jusqu’à relativiser ou même nier les miracles de Jésus, sa résurrection ou sa naissance virginale. Dans son désir louable de défendre ces vérités essentielles au christianisme, une partie du monde évangélique souvent qualifiée de « fondamentaliste » a en réaction prôné une notion très rigide de l’inerrance de la Bible (=la Bible est sans erreur), non seulement en matière de vie et de foi, mais aussi en matière de science et d’histoire. Cette conception de l’inerrance ne peut pas se prouver par la Bible elle-même, c’est juste une extrapolation philosophique de la notion d’inspiration. Paradoxalement, en cherchant à défendre ce texte, on lui fait dire ce qu’il ne dit pas, on impose sur lui des critères rationalistes et journalistiques du 21ème siècle, et on se retrouve en très mauvaise posture intellectuelle face aux découvertes de la science. Un courant théologique puissant par ses arguments au sein du monde évangélique a pris conscience de cette impasse et tente de faire passer le message. Cessons d’imposer nos choix et nos préjugés sur le texte biblique, soyons soumis aux choix du Saint Esprit et louons Dieu pour sa sagesse et sa volonté de se rendre compréhensible aux plus simples et aux hommes et femmes de toutes époques et de toutes les cultures !

Extraits de Evolutionary Creation :

« L’astronomie ancienne contenue dans la Bible.

Les peuples anciens étaient émerveillés par la grandeur et la majesté des cieux. Les auteurs bibliques ont fait de nombreuses références aux corps célestes et à la structure du cosmos…

Cette section examine les passages bibliques qui font référence aux cieux. Il est clair que la Parole de Dieu propose une compréhension ancienne de l’astronomie. A cause de leur perspective phénoménologique, les auteurs inspirés de l’Ecriture croyaient que : (1) le soleil se déplace et traverse le ciel tout les jours, (2) un dôme solide, le firmament (raqia) délimite une mer circulaire et une terre circulaire, (3) de l’eau est retenue au dessus du firmament, (4) les cieux ont des fondations et des extrémités, (5) le soleil, la lune et les étoiles ont été encastrés dans le firmament, (6) les étoiles tomberont sur la terre et les cieux seront roulés au jugement final et (7) les cieux sont séparés en deux régions : les cieux « d’en bas », incluant l’atmosphère et le firmament, et les cieux plus hauts, le domaine de Dieu et de ses anges…

Le firmament

…D’une perspective phénoménologique ancienne, la « voûte » des cieux apparaissait certainement comme une structure solide immuable, similaire à un bol retourné. Les premières traductions de la Bible en anglais, comme la version King James font référence au « firmament »…(note du traducteur, c’est aussi le cas de la version TOB en Français).

Chacun sait qu’il n’y a pas de structure solide au dessus de la terre. Certaines traductions modernes de la bible essaient de résoudre ce conflit entre la science et l’Ecriture en utilisant le mot « étendue » au lieu de « firmament ». En faisant ainsi, elles donnent l’impression que le deuxième jour, Dieu a créé une vaste région vide, faisant référence à l’espace et à l’atmosphère terrestre. Pourtant, cette traduction trahit le sens du mot « raqia ». La racine de ce mot est le verbe raqa, qui signifie: aplatir, marteler, enfoncer du pied. Ce verbe hébreux véhicule donc la nuance d’aplatir quelque chose de solide plutôt que d’ouvrir sur un large espace vide. Exode 39 :3 et Esaïe 40 :19 utilisent raqa pour parler du martelage de métal en de fins plats, et Nombres 16 :38 emploie riqqua (grand plat) dans un contexte similaire. Le verbe raqa est même trouvé dans un passage faisant référence à la création du ciel, qui est compris comme étant une surface solide comme un métal. “Peux–tu comme lui étendre une voûte de nuées, Aussi solides qu’un miroir de fonte ?” (Job 37:18) (cf exode 24 :10, Job 22 :14, Ezechiel 1 :22).

De plus, les premières traductions de l’Ecriture conserve le sens original de raqia. La traduction grecque de l’A.T. , appelée la Septante datant de 250 av J.C. traduit ce mot par stereoma, ce qui signifie la voûte des cieux. Ce nom est relié au mot stereos, un mot usuel pour ferme, dur et solide. L’importance de la Septante ne peut pas être exagérée parce que les apôtres la site souvent dans le N.T. De même, la traduction latine de la Bible, la Vulgate traduit raqia par firmamentum. Ce mot est associé avec l’adjectif (firmus) dont dérive le français ferme. La Bible en latin a été écrite au 5ème siècle et a servi l’église durant plus de mille ans…

La présence du terme firmament dans la Bible nous fournit un éclairage de valeur pour comprendre la science contenue dans les Ecritures. En révélant que « Les cieux racontent la gloire de Dieu, le firmament proclame l’œuvre de ses mains. »(Psaumes 19:1), le Saint Esprit emploie une notion astronomique ancienne comme un véhicule pour révéler la vérité spirituelle du fait que le cosmos reflète la conception intelligente de nous montre le Créateur. De plus, le fait que Dieu en Gen 1 créé le firmament pour séparer les eaux d’en haut de celles d’en bas est la preuve que l’Ecriture utilise une compréhension ancienne des origines des cieux. Dit plus précisément, l’action créatrice divine est filtrée au travers d’anciennes catégories astronomiques. Le Saint Esprit est descendu au niveau intellectuel des  écrivains Hébreux et a utilisé leur compréhension à propos du comment de la création des cieux. Mais à la lumière du principe du message véhiculé, cette ancienne conception de l’astronomie est un véhicule pour révéler que Dieu est le créateur des cieux.

Pour ceux qui veulent en savoir plus:

http://www.asa3.org/ASA/PSCF/2010/PSCF6-10Lamoureux.pdf

http://www.douglasjacoby.com/Lessons%20from%20the%20Heavens.pdf


Navigation dans la série<< Ces théologiens de l’A.T. qui reconnaissent que Genèse 1 est écrit avec une conception ancienne du cosmos!(2/3)
Avatar

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*