Adam et moi : 1. Adam placé dans le jardin

Posté par Bruno Synnott

>1 Articles pour la série : Adam et moi

  • Adam et moi : 1. Adam placé dans le jardin
Print Friendly, PDF & Email

Crédit image : slavkosereda

 

Qui n’aime pas recevoir une promotion ? Qui n’aimerait pas se voir offrir une nouvelle demeure ou être choisi pour faire partie d’un grand projet ? C’est ce qui est arrivé à l’humanité.

 

>Retour à la Genèse.

Saviez-vous que dans les 4 premiers chapitres de la Bible, le narrateur utilise le mot « adam » de deux manières ? Le plus souvent, il emploie « adam » comme nom générique pour signifier « l’homme » ou « l’humain » (Ge 1.26; 2.7; 2.8; 2.15,18, etc.). À quelques reprises il l’emploie comme un nom propre : « Adam » (Ge 3.17, 20). Il est dit que :

L’éternel Dieu prit l’adam et le plaça dans le jardin pour le cultiver et le garder
(Genèse 2.15)

et encore que

l’Éternel Dieu y mit l’adam qu’il avait formé
(2.8).

Quelle promotion !

 

Des commentaires juifs ont souligné que le jardin d’Éden n’était pas la patrie d’origine de l’adam puisque Dieu crée l’adam avant le créer le jardin[1]. Dieu crée l’homme, ensuite il plante un jardin et l’y place. On peut se demander : où était l’adam avant qu’il soit déplacé dans le jardin ? Dieu le « prend » d’où ? Cette observation peut être riche de signification par rapport au débat scientifique. Il semble qu’il y a une succession de deux états chez l’adam. Un état avant d’être installé et un autre après avoir été installé dans le jardin.

Il semble aussi que ce changement s’accompagne d’une promotion à l’existence humaine telle qu’on la connaît aujourd’hui. C’est dans le jardin que Dieu lui fait connaître sa Parole. C’est dans le jardin, espace ordonné, agréable, sécuritaire qu’il lui donne un mandat et qu’il lui donne accès à l’arbre de vie, symbole de la présence et lui donne un mandat.

Le verbe « placer » signifie littéralement « consacrer », « élire » [2] ; c’est le même verbe qui est employé pour décrire la manière dont Dieu a pris Israël pour l’amener dans la terre promise :

 Je vous prendrai pour mon peuple, je serai votre Dieu
(Exode 6.7).

De la même manière, Dieu a « pris Abraham » :

 J’ai pris votre père Abraham de l’autre côté du fleuve et je lui ai fait parcourir tout le pays de Canaan

Dans le contexte de la Genèse, le verbe « prendre » exprime clairement le choix de Dieu et l’élection de l’humanité. Il choisit l’homme comme créature d’élection, il en fait son représentant autorisé.

Dieu choisit Adam gratuitement, par amour et l’invite à l’aimer en retour librement. Plus tard, Dieu choisira Abraham et, parmi sa descendance, Israël, pour devenir une lumière parmi les nations. À ce titre, le monde peut remercier les Hébreux pour leur contribution extraordinaire au renouvellement de l’intelligence des nations. Finalement, en Christ, Dieu élit l’église pour œuvrer en faveur des nations. L’élection n’est pas inclusive, mais exclusive. Dieu choisit une nouvelle nation pour poursuivre le travail de renouvellement de l’humanité.

Dieu est libre d’œuvrer comme il veut et avec qui il veut. Ainsi en est-il du choix d’élection de Jacob sur son frère ainé Isaac (Rom 9. 11). Il ne faut pas confondre l’élection avec le choix arbitraire de prédestiner les uns au salut et les autres à l’enfer. L’élection est le libre choix de Dieu de travailler plus intensément avec telle ou telle personne, ou de telle ou telle manière, sans brimer la liberté des autres au salut.

Le verbe « placer » indique finalement que l’homme n’est pas un accident. Chaque personne est créé par Dieu et précieux à ses yeux. Chaque personne est en quelque sorte « choisie », élue en Adam pour être en bénédiction pour le monde et porter du fruit pour la gloire de Dieu. En Adam, Dieu t’a choisi. Il t’a choisi pour « cultiver » et « garder » le jardin qu’il a placé autour de toi. Il t’invite aujourd’hui à le servir et à être son représentant dans le milieu où il t’a placé.

 

 


[1] Josy Eisenberg et Armand Abecassis (1979) Et Dieu créa Ève, Albin Michel, p. 49

[2] Eiseinberg (1979), DCÈ, p. 51

2 Commentaires

  1. him sam 23 Juin 2018 Répondre

    Bonjour Bruno
    Tu dis « Chaque personne est en quelque sorte « choisie », élue en Adam pour être en bénédiction pour le monde et porter du fruit pour la gloire de Dieu ». Comment concilier cela avec la mort en bas age voir à l’état de fœtus ? A moins qu’il y ait réincarnation je ne vois pas.
    Un tradition ancienne dans le judaïsme l’envisage:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Guilgoul_haNeshamot

  2. Pascal mar 03 Juil 2018 Répondre

    Eh bien oui, évidemment ! L’adam est le premier hominidé – au sens large – choisi par Dieu sur une branche issue des primates de l’arbre phylogénétique. Evolution biologique il y a eu bien sûr, mais la Genèse est tout bonnement l’histoire de l’accession de cette branche de primates à la conscience, et non l’histoire de la création de l’homme en tant qu’animal biologique. Et c’est ainsi qu’il est écrit quelque part dans la Bible aussi (je ne sais d’ailleurs plus à quel endroit, n’étant pas un spécialiste d’exégèse), que Dieu créa l’Homme à Son image. La trace de Dieu dans l’histoire de l’Homme est la conscience de la Création dont il l’a doté.
    Vu sous cet angle-là, il n’y nulle contradiction entre les récits premiers de l’Ancien Testament, et les connaissances acquises sur les mécanismes d’évolution de la Vie depuis ses origines.
    Car, je crois que le vrai mystère n’est pas celui de l’origine de la Vie, mais celui de l’origine de l’intelligence humaine et de la conscience des humains du monde qui les entoure, ainsi que de leur capacité à sonder les mystères de l’Univers dans lequel ils ne sont que poussière, mais poussière consciente.

    «Par l’espace, l’univers me comprend et m’engloutit comme un point; par la pensée, je le comprends.»
    Blaise Pascal 1623-1662

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*