1000 mots pour le dire

Print Friendly, PDF & Email

Un jeune étudiant chrétien de confession évangélique m’a demandé de décrire en 1000 mots ma position concernant la discussion « création versus évolution ». J’ai répondu avec plaisir à cette invitation. Cet article s’adresse donc tout particulièrement aux chrétiens qui se posent des questions concernant la compatibilité entre leur foi et les découvertes de la science !

« 1000 mots pour le dire »

 

Merci de m’avoir lancé le défi d’expliquer en quelques mots pourquoi il est possible et même nécessaire pour un chrétien d’avoir une vision harmonieuse de la science et de la foi. Une citation de Billy Graham résume bien mon propos

« Je ne crois pas qu’il y ait le moindre conflit entre la science d’aujourd’hui et les Écritures. Je pense que nous avons souvent mal interprété les Écritures et que nous avons essayé de leur faire dire ce pour quoi elles n’ont pas été écrites, et je pense que nous avons fait une erreur en pensant que la Bible était un livre de science. La Bible n’est pas un livre de science. La Bible est un livre de rédemption, et bien sûr, j’accepte l’histoire de la création. Je crois que Dieu a créé l’homme, et que cela ait été par un processus évolutif […] ou pas ne change pas le fait que Dieu a créé l’homme […] de quelque manière que Dieu s’y soit pris ne fait aucune différence dans ce que l’homme est et à sa relation avec Dieu. » Doutes et Certitudes

Tout d’abord, je suis fermement attaché à l’inspiration et à l’autorité des Ecritures. Je crois que Dieu est le Créateur de tout ce qui est, qu’il a conçu les lois physiques qui m’émerveillent et que j’enseigne au quotidien, qu’Il continue de soutenir sa Création à chaque instant et qu’il agit aujourd’hui encore par des interventions miraculeuses dans la vie des hommes.

Dieu se révèle de façon particulière dans sa Parole, nous montrant la personne centrale et l’œuvre de Jésus-Christ. Dieu se révèle aussi au travers de ses œuvres dans la nature. Le christianisme a historiquement donné des bases solides à l’investigation scientifique car pour le chrétien, le monde est intelligible et ordonné. Créés à l’image de Dieu, nous avons au moins en partie les facultés de découvrir cet ordre. Les conflits qui surgissent parfois ne sont pas des conflits entre la Bible et la science, mais entre nos interprétations de la Bible, et certaines extrapolations philosophiques illégitimes de la science. Richard Dawkins, partisan bien connu du nouvel athéisme a ainsi écrit dans l’Horloger Aveugle  (1986)

 

RichardDawkins« Je ne pourrais pas imaginer être athée avant 1859, lorsque Darwin a fait publier L’Origine des espèces…Darwin a rendu possible le fait d’être un athée intellectuellement comblé. »

Il nous faut combattre de tels propos en mettant en évidence leur caractère non scientifique et historiquement infondé, pas en combattant la science bien établie.

Il est tout à fait possible d’accepter l’évolution sans pour autant évincer Dieu en tant que Créateur. Darwin l’a écrit lui-même à plusieurs reprises, par exemple dans son Autobiographie

 

1-a-portrait-of-charles-darwin-is-displayed-as-part-of-an-exhibition-in-darwin-s-former-home-down-house-kent-southern-england_107« Une autre source de conviction dans l’existence de Dieu connectée à la raison et non aux sentiments, me donne l’impression d’avoir beaucoup plus de poids. Elle est due à l’extrême difficulté ou plutôt à l’impossibilité de concevoir cet univers immense et merveilleux, y compris l’homme et sa capacité à regarder en arrière et loin dans le futur, comme le résultat d’un hasard aveugle et de la nécessité. Quand je réfléchis ainsi, je me sens contraint de regarder à une Cause Première ayant une intelligence analogue, à un certain degré, à celle d’un homme ; et je mérite d’être appelé un théiste. »

La lecture complète des génomes de l’homme et d’autres espèces a confirmé ce que Darwin avait écrit, et ce que l’étude des fossiles, la répartition géographique des espèces, l’embryologie, l’anatomie comparée, les vestiges d’organes montraient déjà : les espèces n’ont pas été créées séparément, mais elles descendent biologiquement les unes des autres, l’homme y compris. Les scientifiques affinent leur compréhension des mécanismes, mais l’évolution elle-même ne fait plus guère de doute.

Les objections les plus fréquentes à l’acceptation de l’évolution chez les chrétiens concernent l’interprétation des premiers chapitres de la Genèse. La connaissance du contexte culturel dans lequel la Genèse a été écrite permet de lever cette incompréhension. Tout comme Jésus s’est incarné, le Saint Esprit s’est adapté au niveau de connaissance du monde des auteurs inspirés, c’est le principe d’ « accommodation ». Je manque de place pour expliquer cela ici, mais la littérature est aujourd’hui abondante sur le sujet surtout pour qui lit l’anglais

Beaucoup de chrétiens pensent aussi que l’évolution est guidée par le hasard, ce qui exclurait le contrôle de Dieu. C’est ce que certains athées voudraient associer à la théorie de l’évolution. La distinction entre le hasard métaphysique divinisé des athées et celui de la description humaine de certains événements naturels permet déjà d’y voir plus clair. Les chrétiens n’ont pas besoin qu’un prévisionniste météo « chrétien » leur rappelle sans cesse que Dieu contrôle le climat, phénomène hautement chaotique et aléatoire à notre échelle.

Certains croyants ont mis Dieu en concurrence avec une explication scientifique du monde. Ils pensent que Dieu est davantage glorifié s’Il agit en dehors des lois physiques qu’Il a lui-même instaurées. C’est une position très dangereuse. A chaque fois que la science progresse et trouve une explication rationnelle, Dieu a de moins en moins de place et se retrouve relégué dans ce que nous ne comprenons pas encore, au lieu d’être glorifié dans ce que nous comprenons déjà…

L’espace me manque pour aborder bien d’autres points délicats comme Adam et Eve, le péché originel, le déluge de Noé, les écrits de l’apôtre Paul, les paroles de Jésus, la notion de conception intelligente de la nature…Tous ces thèmes sont abordés en détail sur le site www.scienceetfoi.com. Certaines interrogations ont reçu des réponses satisfaisantes, d’autres font encore l’objet d’investigations.

En conclusion, je citerai John Stott, théologien évangélique mondialement connu

 

« Il est très regrettable que certains qui débattent ce problème (l’évolution) commencent par la supposition que les mots « création » et « évolution » sont mutuellement exclusifs. Si tout est venu à l’existence par l’évolution, disent-ils, alors la création biblique a été  prouvée fausse, alors que si Dieu a tout créé, alors l’évolution doit être fausse. C’est plutôt cette alternative naïve qui est fausse.  » Comprendre la Bible

 

Avatar

7 Commentaires

  1. Avatar
    Pascal dim 18 Août 2013 Répondre

    Merci Benoit d’avoir précisé comment un scientifique chrétien ou un chrétien scientifique peut expliquer la non-dualité entre science et foi.

    Pour ma part, je crois qu’il n’y a pas d’antagonisme entre évolution et création non plus, car je pense que Dieu créée le monde – j’emploie à dessein le présent de l’indicatif – à travers un processus évolutif.

    La complexité croissante des formes vivantes notamment, complexité qui ne peut naître spontanément, en raison du second principe de la thermodynamique nous expliquant que l’entropie d’un système isolé ne peut qu’être croissante ou constante (bien qu’enseignant les mathématiques, je ne me suis pas trompé non ?), suppose une « volonté » créatrice sous-jacente. Car l’ordre que représente la structure chimique d’une baleine ne nait pas d’elle-même à partir du tas de molécules qui la constituent.

    Donc, comme le dit John Stott, pourquoi toujours vouloir ramener le débat à ces pôles opposés que sont « création » et « évolution » alors que les deux sont manifestement intimement liés ?

    Pour ma part, et pour changer de sujet, il y a une autre question que j’ai envie de poser à un chrétien scientifique : comment les chrétiens vont-ils réagir le jour très probable où nous découvrirons que nous ne sommes pas seuls dans l’Univers ? Le nombre d’exoplanètes découvertes va tous les jours grandissant, et nous sommes quasiment capables de détecter à présent des exoplanètes du type tellurique. Il semble peu probable que la Vie et sans doute la conscience ne soient apparues que sur Terre… Quid de la dualité foi-vie extraterrestre ?

  2. Avatar
    Marc mar 20 Août 2013 Répondre

    Bonjour Pascal,

    Benoit n’est pas très inspiré par le thème des extra-terrestres, certainement son côté pragmatique :-)

    Si tu me permets qq remarques en tant qu’humble collaborateur :

    Oui forcément c’est le genre de sujet qui ne fait pas l’unanimité chez les croyants comme chez les non-croyants du reste. Forcément, on nage en pleine spéculation que ça soit au niveau scientifique ou théologique.

    Côté Bible :
    A part tordre le sens des Ecritures ou promouvoir une approche concordiste orientée sur ce domaine, la Bible semble muette sur le sujet.
    Mais proclamer sans ambages que la Bible affirme que nous sommes seuls dans l’univers pourrait s’assimiler à s’accrocher désespérément au géocentrisme à l’époque de Galilée : prêter aux textes notre propre vision du monde et de l’univers alors que la réalité peut être tout autre.
    La Bible n’évoque pas plus ce sujet qu’elle ne parle de l’évolution.
    Cependant quand on considère l’œuvre du Christ (Dieu incarné en homme) et l’élection de l’humanité, la vie extraterrestre ne semble pas trop trouver sa place sur le terrain théologique même si d’autres êtres (spirituels) anges et démons y sont largement cités, mais on quitte là le domaine du physique et du visible.

    Il faut toutefois résister à la tentation de challenger des découvertes scientifiques (non avérées pour le moment) par notre interprétation personnelle des Ecritures.
    Ce qui prévaut dans les explications qu’on peut lire sur ce blog pour l’évolution et la science en général et leur rapport à la foi (chercher des réponses scientifiques dans la Bible) s’applique également ici : La Bible, n’est pas un livre de science.

    Côté Science :
    L’histoire de l’ufologie est truffée de supercheries et les scientifiques sérieux ont à ma connaissance quittés les lieux.
    L’exobiologie est une discipline très récente qui nourrit les espoirs de percer le mystère de l’origine de la vie et peut-être de découvrir une vie carbonée et pourquoi pas consciente ailleurs. Pour le momment toutes les investigations ont fait choux blanc ! Même si de l’argile favorable au développement bactérien vient d’être découvert sur Mars, on est encore loin des petits hommes verts, il n’y a d’ailleurs toujours aucune trace de la moindre bactérie..
    Mais cela ne prouve rien sur les quelques 240 milliards d’exoplanètes estimées dans notre seule galaxie et les milliards de milliards d’autres à l’échelle de l’univers…

    Il faut cependant se prémunir de tout raisonnement statistique ou linéaire sur la question de la vie.
    Les découvertes liées au réglage fin de l’univers poussent très fort pour nous faire constater l’extrême improbabilité pour que la vie telle que nous la connaissons puisse apparaître ailleurs que sur Terre ! La vie semble plus être un « accident » qu’un événement répandu dans notre univers.
    Par exemple, il est démontré que si la galaxie n’est pas de type spirale, le processus vital n’aura pas lieu, il faut un certain type d’étoile, une distance de la planète avec telle orientation orbitale, un type de composants chimiques, etc… etc…

    Un univers aussi vaste peuplé de vide hormis d’insignifiants humains sur une unique planète donne le vertige ! Certains y voient là un gâchis énorme et la nécessité mathématique ou statistique de croire à une vie ailleurs.

    Théologiquement parlant, je trouve pour ma part que cette immensité qui ramène l’homme et ma propre vie à moins qu’une poussière a tout son sens car elle me permet de percevoir rien qu’en levant les yeux au ciel un Dieu incommensurablement puissant et pourtant intentionné et aimant à la fois !

  3. Avatar
    Pascal sam 24 Août 2013 Répondre

    Merci Marc d’avoir pris la peine de répondre.

    Mais à aucun moment je n’ai évoqué l’ufologie – qui reste plutôt du domaine du farfelu -, mais de la possibilité d’une vie extraterrestre avec, comme tu le rappelles – les milliards d’exoplanètes qui existent dans notre seule galaxie, dont un pourcentage non négligeable pourrait graviter dans la zone dite d’habitabilité.

    Dans tous les cas il est sans doute bien trop tôt pour se lancer dans des spéculations à ce sujet-là et il me paraît aussi peu probable que le XXIe siècle apportera déjà une réponse à cette question…

    Donc oublions ma question prématurée.
    Cordialement

  4. Avatar
    him dim 02 Oct 2016 Répondre

    Bonjour science et foi.
    Ce qui me paraît le plus difficile pour soutenir la compatibilité entre évolution et doctrine chrétienne est d’accepter que nos ancêtres aient disposé d’une âme qui ressuscite à partir d’une époque donnée. Admettons que les premiers hommes à disposer d’une âme qui ressuscite remonte à 4000 ans avant J.-C, alors pourquoi ceux qui ont dessiné dans les grottes de Lascaux n’auraient ils pas une âme (au moins une âme d’artiste). Faut il imaginer un premier couple ayant une âme ? Une première tribu ? Un processus évolutif : une peu une âme, un peu plus une âme, complètement une âme sur quelques milliers (millions?) d’années ?
    En tout cas il ne faudrait pas que nos ancêtre d’il y a 7 millions d’années aient eu une âme sinon les chimpanzés en aurait une aussi ? A moins que certains des descendants de ces ancêtres aient hérité d’une âme et d’autres non ?

  5. Avatar
    marc dim 02 Oct 2016 Répondre

    3 remarques Him

    1. il faut essayer de conserver une demarche scientifique et ne pas mélanger les genres; la notion d’âme échappe à la science, l’évolution est un fait observable, regarde nos videos ou procure-toi un petit bouquin de vulgarisation dessus, ça fait 150 ans que le débat scientifique est tranché là-dessus… IL Y A UNE EVOLUTION

    2. Il y a en effet eu un ancêtre commun entre l’homme et le chimpanzé il y a environ 6 à 8 M d’années.
    voir ici : http://www.scienceetfoi.com/wp-content/uploads/2016/07/SVT2-gds-singes-1024×484.jpg
    on voit donc bien une branche se séparer pour aller d’une part vers les chimpanzés (non doués de conscience) et une autre vers les hominidés et l’homme (doués de conscience)

    3. il est ensuite possible de rattacher la notion d’âme à celle de la conscience, là tu as plusieurs écoles (les monistes, les dualistes etc..) on est dans le domaine de la théologie. On trouvera sans problème des interprétations compatibles avec la théorie de l’évolution, mais on est dans le domaine de la croyance de l’interprétation, des suppositions..
    Dans les 2 premiers paragraphes, il s’agit de faits observables sur lesquels les scientifiques du monde entier sont d’accord peu importe leur culture. Même si sur les dates, les choses peuvent s’affiner au fil des découvertes.

  6. Avatar
    him lun 03 Oct 2016 Répondre

    @marc
    Merci Marc pour ta réponse.
    Je ne conteste pas du tout l’évolution, je cherche à savoir comment vous conciliez l’évolution et la foi chrétienne sur un certain point : celui de disposer d’une âme qui ressuscite. Peux tu me dire selon la vision du monde de type « création évolutive » si les affirmations suivantes te paraissent : vraies ou fausses ou si « on ne sait pas »
    Tout les hommes vivants de nos jours ont une âme qui ressuscite.
    Il y a eu dans le passé un (ou plusieurs) ancêtre(s) de l’homme doté(s) d’une âme qui ressuscite mais dont ni le père ni la mère ne disposaient d’une âme qui ressuscite.
    Tous les enfants de tous les ancêtres de l’homme dotés d’une âme qui ressuscite furent aussi dotés d’une âme qui ressuscite.
    Il n’était pas forcément nécessaire que les deux parents disposent d’une âme qui ressuscite pour que leurs enfants soient dotés d’une âme qui ressuscite.
    Ces affirmations sonnent très étranges à mes oreilles. Pourtant elles paraissent être logiquement conséquentes de ce que je crois savoir de l’évolution et de la foi chrétienne si je me place dans une perspective « création évolutive ». J’y vois une difficulté de réconciliation de la science et de la foi chrétienne. Pas toi ?

    • Avatar
      marc mar 04 Oct 2016 Répondre

      Bonjour Him,
      Du fait que la Bible ne semble pas répondre à cette question d’un point de vue technique (nous pourrons y revenir plus tard) c’est vrai que cela peut causer une certaine frustration de trouver un point d’interrogation à cet endroit.
      La création évolutive dans sa plus pure conception admet une appariation de la conscience voire donc de l’âme progressive, ce qui peut choquer notre notion d’accès à l’éternité sauver / pas sauver etc..
      Tous les théologiens ne proposent pas les mêmes schémas. voir cet article et la discussion que nous avions eu à l’époque quand j’ai découvert ce livre de Denis Lamoureux qui m’avait bien aidé dans mon cheminement personnel sur cette même question.
      http://www.scienceetfoi.com/quand-lhomme-devint-il-homme/

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*