vidéo Science & Foi N°3 : La science a-t-elle éliminé Dieu ?

Posté par Marc Fiquet
Print Friendly

Cette 3eme video de notre série Bible et science en harmonie aborde le sujet d’une science qui est parfois présentée comme en opposition à l’existence de Dieu..

Dans la suite de cet exposé-interview, Benoit Hébert présente la fragilité d’une argumentation athée qui reposerait sur la science et montre pourquoi les chrétiens ne devraient pas considérer la science comme une menace pour leur foi, bien au contraire…

 

Video-3_science_foi

youtube_logo
Visitez la chaîne youtube de Science & Foi

Ca pourrait aussi vous intéresser
Filter by
Post Page
Pertinence de la foi
Sort by

3 Commentaires

  1. rodolphe (posta01) dim 12 Avr 2015 Répondre

    Bonjour Benoit,

    Je sais, 2 messages de suite… C’est pas bien.
    Mais j’avoue que ce nouveau volet a aiguisé ma plume.

    Rapidement, voici mes remarques sur ce 3ème volet « La science a-t-elle éliminé Dieu ? »

    1. A la triple observation concernant l’ordre que nous constatons dans l’Univers, la fait que nous soyons en mesure de comprendre (précisons en partie et progressivement) cet ordre et aussi le fait que cet ordre soit prévisible (de 6’05 à 6’45 de la vidéo) tu nous « expliques » que l’explication tient en un mot : Dieu (le Dieu chrétien bien sûr)
    Premier point : ne trouves-tu pas hâtive et suspecte une interprétation spirituelle à propos de sujets dont rien ne nous dit qu’ils ne relèvent pas de la science ?
    Le but ultime de la nouvelle physique n’est-il pas, au-delà de décrire les lois de l’Univers, de comprendre pourquoi ces lois existent ? (gravité quantique…)

    Second point concernant le caractère prédictif des phénomènes observés dans la nature comme signe ou marque de l’existence de Dieu.
    Nulle part tu n’évoques la mécanique quantique qui précisément nous révèle un hasard fondamental à l’œuvre dans l’Univers. Le hasard en général et celui-ci en particulier seraient-ils (pendant qu’on y est) un moyen d’action choisi par Dieu comme j’ai pu le lire ailleurs sur le blog ?
    Dans l’affirmative, quelle valeur donner à l’affirmation énonçant que la prédictibilité dans les autres domaines du réel est un signe d’une manifestation divine ?

    2. « L’analogie du thermomètre au secours du créateur » (7’05 de la vidéo)
    Les promoteurs de la création évolutive disent se distinguer du dessein intelligent en ce sens qu’ils sont d’accord pour dire que la complexité ou certains mécanismes difficilement explicables n’impliquent pas d’action surnaturelle et que Dieu intervient par les moyens « naturels » dont il serait le prescripteur. Mais l’argument est ici exactement le même que celui utilisé par les tenants de l’intelligent design, à savoir que l’apparente finalité des structures complexes (une tapette à souris, une montre, la vie) serait le signe d’une conception, d’une intention.
    Pourtant , la théorie de l’évolution montre tout le contraire en posant le couple mutation / sélection comme le principal moteur de l’évolution.
    On peut aussi se poser légitimement la question de savoir pour quelle obscure raison Dieu aurait choisi cette méthode alors qu’il eut été bien plus simple, rapide et efficace d’arriver à ses fins par d’autres moyens.

    3. « Nier Dieu et l’analogie du filet de pêcheur » (10’15 de la vidéo)
    Tu nous expliques que la taille des mailles du filet que nous (les athées) projetons sur la réalité ne nous permet pas de tout sonder. Mais si j’ai bien compris ta position, même si les mailles du filet étaient infiniment petites, Dieu resterait toujours inaccessible à l’observation.
    Les mailles du filet ne sont donc pas en cause, il n’y a simplement aucun endroit où rencontrer Dieu à part entre nos 2 oreilles.

    Au plaisir de te lire.

  2. Benoit Hébert lun 13 Avr 2015 Répondre

    Bonjour Rodolphe,

    Après les nombreuses discussions que nous avons eues, je te soupçonne de faire un peu semblant de ne pas comprendre ce que j’ai voulu dire, mais soit, pour nos lecteurs et spectateurs:

    1. Je n’explique pas que Dieu est l’explication « scientifique » du monde, puisque la science n’est pas habilité par sa méthode à reconnaître l’existence ou l’inexistence de Dieu.
    Si je parle de Dieu en tant qu’explication, c’est à propos de que de questions auxquelles la science ne peut pas répondre, comme la finalité de l’univers par exemple.
    Evidemment, puisque tu es dans une logique réductionniste et positiviste, tu ne vois pas de limite à la démarche scientifique…

    2. Croire que l’univers est le fruit de la conception intelligente du Créateur n’est pas être partisan de l’Intelligent Design.

    http://www.scienceetfoi.com/ressources/intelligent-design-evangelique-johnson/

    En ce qui concerne le choix de Dieu, je te suggère de lui poser la question. En ce qui me concerne, je suis plutôt fasciné par ce choix.

    http://www.scienceetfoi.com/ressources/l-evolution-est-elle-belle-ou-laide/

    3.J’explique que les mailles de la science (qui n’a rien d’un monopole athée!) ne permet pas de tout sonder. Je te renvoie au cours de Denis Lamoureux sur les catégories, en particulier le positivisme.

    http://www.scienceetfoi.com/wp-content/_ajouts/DL16-categ/index.html

    De façon générale, je te conseille de suivre ce cours en ligne en détail. Cela te permettra d’affiner tes catégories et d’éviter la confusion des genres, à moins que ce ne soit une stratégie rhétorique de ta part…

  3. rodolphe lun 13 Avr 2015 Répondre

    Salut Benoit,
    Je te rassure, aucune stratégie rhétorique de ma part, juste une démarche de sceptique sur quelques affirmations pour le moins discutables, comme par exemple:
    1. « Si je parle de Dieu en tant qu’explication, c’est à propos de questions auxquelles la science ne peut pas répondre, comme la finalité de l’univers par exemple. »
    Nous savons pourtant tous les deux que le destin de l’Univers ne peut s’orienter que vers 3 solutions possibles : Big crunch, Big Rip ou expansion/refroidissement, et ces scénarii ne relèvent ni de la philosophie ni de la métaphysique mais bien de la science. Mais tu pourras me rétorquer « Que peut donc nous dire la science sur le sens de la vie ? » ce à quoi je te répondrai « Rien, en effet » et nous serons d’accord, tous comme la science ne peut nous dire si une orchidée est plus belle qu’une rose ou si la pratique du vélo est plus agréable que la plongée sous-marine. Nous changeons là simplement de registre et ce n’est effectivement pas l’outil « science » que nous devons utiliser pour ce type de considération, mais l’outil « valeur ». Alors pourrons nous dire que le sens de la vie est celui qu’on lui donne. Où est le « réductionnisme » et la « confusion des genres » là-dedans ?

    2. « En ce qui concerne le choix de Dieu, je te suggère de lui poser la question. En ce qui me concerne, je suis plutôt fasciné par ce choix. »
    Pourtant, les être vivants ne sont pas exempts « d’erreurs de conception » ou autres malfaçons. (par exemple : les cônes et bâtonnets montés à l’envers chez l’œil des vertébrés, organes vestigiaux, sans parler des pseudo-gènes qui polluent notre ADN comme des vieux bouts de code informatiques qui airaient été mis en commentaire, etc…)
    Non, vraiment, l’évolution est loin d’être le meilleur choix technique pour produire quelque chose qui ressemble à un Homo Sapiens.

    A+

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*