Vidéo jeunesse (2/7) : L’histoire de la création

Posté par Benoit Hébert
Print Friendly, PDF & Email

 

Cette vidéo est la 2ème d’une série de 7 vidéos destinées aux lycéens chrétiens dans le but de les faire réfléchir aux relations qu’ils entretiennent entre leur foi et l’évolution en tant que théorie scientifique. Cette série intitulée « L’auteur de la vie » a été réalisée dans le cadre majestueux de l’archipel d’Hawaï, un endroit idéal pour illustrer l’évolution par des exemples concrets. Nous l’avons sous titrée pour vous et nous rassemblerons les 7 vidéos dans une rubrique de nos « ressources » au fur et à mesure de leur publication sur le blog.

Le 2ème épisode s’intitule :

L’histoire de la création

Cet épisode propose de comparer d’une manière poétique le récit scientifique et biblique de la création de l’univers en suscitant notre imagination autant que le respect pour notre créateur.  Chacun pourra remarquer également, comment le récit de la Genèse dépeint un portrait magnifique de Dieu, le créateur ayant choisi de placer l’homme à une place d’honneur dans la création.

Il ne faut pas y voir ici une tentative de réconcilier la narration biblique avec les évènements scientifiques connus à ce jour (concordisme scientifique) mais plutôt une ode au créateur, en reconnaissant à la fois la portée théologique de la Genèse et les merveilleuses découvertes liés aux mécanismes de l’univers et à son histoire !

 

N’oubliez pas d’activer les sous-titres.  ss-titre_youtube

 

Nous avons rencontrés Diane et Josh, dans le cadre du programme « évolution et foi chrétienne » de la fondation BioLogos et ils ont été très heureux de pouvoir répondre à notre demande de mettre ces ressources à disposition du public francophone.

Voici la présentation qu’ils font de leur série de vidéos :

 

Notre équipe est composée d’un professeur de biologie et d’un aumônier de lycée, travaillant en collaboration avec les « 9th Avenue Studios ». Nous proposons gratuitement sur ce site un programme multimédia destiné aux lycéens chrétiens.

 Nous souhaitons les encourager à réfléchir sur la relation qu’ils entretiennent entre leur foi dans le Dieu de la Bible et le processus de l’évolution biologique. Grâce à notre série de courts métrages et au programme d’étude associé, nous espérons faciliter la discussion sur ce sujet important.

Nous présentons une vision intégrée des origines, tout en soulignant le caractère spécial de l’humanité. Nous espérons rassurer les lycéens en leur montrant que l’étude des sciences n’est pas incompatible avec la foi et permet même d’approfondir et d’améliorer leur relation avec Dieu. Nous espérons produire chez eux une admiration et un respect plus grand pour la création et l’assurance profonde que Dieu se soucie énormément des détails de chacune de leur vie.

Diane Sweeney est professeur de biologie et responsable de groupe de jeunes dans son église. Diane est titulaire d’une licence 3 de biologie de l’Université de Californie, ainsi que d’un Master en Science de l’éducation de l’Université de Stanford.

Joshua Hayashi est aumônier de lycée et responsable de groupe de jeunes. Il est titulaire d’une Licence 3 de l’Université de Bethel (dans l’Indiana) et d’un Master de théologie de L’Université Regent de Vancouver, au Canada.
Avatar

13 Commentaires

  1. Avatar Auteur
    Benoit Hébert ven 04 Sep 2015 Répondre

    Bonjour xcluzif,

    Beaucoup se posent la même question que toi, et c’est plus généralement la question de la souffrance humaine et de la mort physique, voire de la souffrance animale que tu soulèves ici.

    Nous n’avons pas de réponse toute faite à ces préoccupations légitimes…

    Un jour les disciples de Jésus lui ont demandé pourquoi un homme était-il né aveugle, était-ce à cause de son propre péché ou de celui de ses parents? Aussi choquant que cela puisse nous paraître, Jésus a répondu que ce n’était ni l’un ni l’autre, mais que cette maladie servirait à la gloire de Dieu.

    Nous savons une chose: Dieu ne permet pas la souffrance parce qu’il ne nous aime pas. Si nous ne comprenons pas toujours le sens de la souffrance humaine, cela ne signifie pas qu’aux yeux de Dieu, elle soit sans signification. C’est tout le sens de l’incarnation du Christ et de sa souffrance pour nous.

    Les chrétiens ont des avis divergents sur ces questions. Certains pensent que la maladie et la mort physique sont soudainement apparues après la « chute ».

    C’est pour ma part une position difficile à soutenir étant données nos connaissances actuelles sur l’évolution et la nécessité de la mort physique dans le processus d’évolution. Il semble bien qu’au moins en partie, les mêmes mécanismes qui permettent l’émergence de nouvelles espèces et de la diversité sur terre soient aussi ceux qui provoquent des mutations aux conséquences difficiles à accepter pour nous.

    Dieu a visiblement permis qu’une grande partie de la vie animale disparaisse au cours d’extinctions massives au cours de l’histoire de la terre. Mais ces grandes extinctions ont aussi permis à d’autres espèces de se développer, les hommes en sont un exemple vivant.

  2. Avatar
    rodolphe (posta01) ven 04 Sep 2015 Répondre

    « Nous savons une chose: Dieu ne permet pas la souffrance parce qu’il ne nous aime pas… »
    « Dieu à visiblement permis qu’une grande quantité partie de la vie animale disparaisse… »
    « Dieu à choisi de placer l’homme à une place d’honneur dans la creation »
    « L’assurance profondeur que Dieu se soucie énormément des détails de leur vie… »
    Si on ajoute à ça « Le hasard c’est Dieu »
    Les lois de la nature c’est Dieu, la physique quantique c’est Dieu, pourquoi existe-t-il quelque chose plutôt que rien c’est Dieu…
    Quelles certitudes… Ça fait peur !
    Est-ce cette conception de l’esprit critique que tu souhaites voir se développer chez nos chers bambins ?

    • Avatar Auteur
      Benoit Hébert sam 05 Sep 2015 Répondre

      Cher Rodolphe,

      J’ai effectivement mis ma foi en Dieu et dans la vision biblique du monde, cela ne devrait plus te surprendre. Nous avons tous mis notre foi en quelque chose, et c’est ce qui définit notre vision personnelle du monde, les valeurs auxquelles nous croyons et le sens (ou le non sens) de la vie.

      Tu es bien entendu libre de penser que :
      « Dieu n’existe pas, je ne l’ai jamais vu »
      « Le monde est là par Hasard, toute la beauté et la complexité autour de moi existent sans qu’aucune volonté suprême ne les aient conçues. »
      « L’homme n’a pas plus de valeur qu’un vers de terre, ils sont tous les deux issus d’un processus évolutifs et il finiront tous les deux décomposés dans le sol… »

      Quelles belles certitudes susceptibles de communiquer l’espérance à notre génération ;-)

      • Avatar
        rodolphe (posta01) sam 05 Sep 2015 Répondre

        L’espoir, c’est bien ce sentiment rebelle qui peut nous pousser à tous les depassements et aussi à croire que certains événements pourraient ne pas être inéluctables ?
        Toutes les propositions que tu me retourne sont presque justes.
        Il manque simplement « il semble » au début de chacune ce qui n’en fait pas de simples interprétations philosophiques mais probables au regard des FAITS.
        Une dernière chose.
        Comment expliques – tu que l’humanite entiere soit aujourd’hui athee envers les anciennes divinites ? Ce fait historique n’est il pas la preuve que tous les dieux peuvent mourir ?

  3. Avatar
    Xcluzif sam 05 Sep 2015 Répondre

    Pourquoi faire obligatoirement intervenir une entité extérieure ? Est-ce que l’univers ne peut pas à lui seul incarner cette entité qui correspond mieux à ce que l’on observe : une « intelligence » mais dépourvu de conscience.

    • Avatar
      rodolphe (posta01) sam 05 Sep 2015 Répondre

      Bonjour Xcluzif,
      Tu poses ici la question de la possibilite d’une auto-existence de l’Univers, une des deux reponses possibles à la question « Pourquoi existe-t-il quelque chose plutôt que rien ? », l’autre réponse étant l’appel à une transcendance.
      Deux approches donc.
      La premiere qui est celle de la science et qui se propose de modéliser l’Univers comme une « boucle ontologique ». En gros, la fin d’un univers serait la condition initiale pour un nouvel univers.(Big bang)
      Ce sont les nouveaux modèles cosmologiques fondes sur la gravite quantique et developpes entre autres par Lee Smolin, James Hartle et Stephen Hawking, Andrei Linde, Roger Penrose.
      La seconde qui est metaphysique, indecidable et n’implique d’ailleurs aucune intentionalite. (on peut faire référence à une transcendance sans être theiste)
      A+

  4. Avatar
    Xcluzif dim 06 Sep 2015 Répondre

    Merci pour ce complément d’information.

  5. Avatar
    Marc lun 07 Sep 2015 Répondre

    Ou plus modestement, comme le rappelle Etienne Klein, l’origine semble échapper définitivement à l’esprit humain….

    Des univers en boucle pourquoi pas mais la question persiste pour le tout premier, comment prouver que ce cycle soit infini ? on n’est même pas certain d’un seul rebond, et le vide quantique n’est pas vide comme chacun sait et quid des lois de la physique auxquelles répondent lesdites fluctuations ?.. un multivers pourquoi pas mais ça n’est pas non plus en concurrence avec un créateur.
    D’un autre côté pdt des millénaires, on a pensé que l’univers était éternel et Thomas d’Aquin décrivait une théologie du commencement dans ce cadre scientifique, en dissociant le commencement de l’origine.

    Il y a bien d’autres manières de rencontrer Dieu que d’étudier la cosmologie…

    Cette video veut juste montrer que la science n’est pas en concurrence avec la foi, mais qu’elles offrent 2 regards enrichissant sur le monde, qu’il est absolument merveilleux de saisir le sens naturel et spirituel des choses.

    • Avatar
      rodolphe (posta01) lun 07 Sep 2015 Répondre

      « Il y a bien d’autres manières de rencontrer Dieu que d’étudier la cosmologie… »
      Plus generalement, la science n’a pas vocation à s’en remettre a une transcendance mais à produire des explications nécessaires et suffisantes. C’est simple et limpide.
      Le NOMA !

    • Avatar
      rodolphe mar 08 Sep 2015 Répondre

      Marc,
      Juste une remarque à propos de ça:
      « Des univers en boucle pourquoi pas mais la question persiste pour le tout premier, comment prouver que ce cycle soit infini ? » et l’argument cosmologique de Thomas d’Aquin.

      Précisément, le truc, c’est que l’indéterminisme appliqué à la cosmologie, idée inconcevable il y a encore 20 ans, introduit une rupture dans l’espace-temps. Dans ce cadre, évoquer un 1er évènement qui serait à l’origine de tous les autres n’a plus aucun sens. De même la notion d’infini doit être reconsidérée dans une nouvelle représentation d’un espace-temps discontinu…
      Une autre conséquence des modèles spéculatifs basés sur la gravité quantique, et que j’ai d’ailleurs évoquée dans l’article « Astronomie, création et physique quantique sous 4 regards différents », c’est l’incompatibililté entre un état indéterministe d’un univers « en devenir » avec ses caractéristiques propres et la notion d’intentionnalité qui suppose l’existence du temps.
      Stephen Hawking suggère une réponse très claire à ce sujet: s’il existe quelque chose c’est parce que « rien » est instable.

      • Avatar
        Marc mar 08 Sep 2015 Répondre

        sauf que dans ce cas, rien est toujours quelque chose, et la fameuse instabilité répond déjà à des lois physiques bien précises…

        • Avatar
          rodolphe (posta01) mer 09 Sep 2015 Répondre

          La nature fondamentale de la realite est peut-etre ainsi faite. Après tout seules les théories doivent être justifiées pas les faits.
          Et pourquoi des lois précises (déterministes) devraient s’appliquer, on en sait rien.
          Reste aussi la problematique a laquelle tu ne reponds pas concernant la possibilite d’une intentionalite dans le cadre d’un état indeterministe de l’univers.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*