Thomas de Koninck/ La science et Dieu.

Print Friendly, PDF & Email

 

C’est avec beaucoup de reconnaissance envers leur auteur que nous publions deux textes du philosophe canadien Thomas de Koninck, le premier, « La science et Dieu », déjà paru dans le Laval Théologique et philosophique de février 1994, et le second, complètement inédit,  intitulé « Théories de l’évolution et création », que nous publierons dans quelques jours. Ces deux articles seront disponibles dans les « ressources » du site Science et Foi. Rubrique dans laquelle nous regroupons des articles de référence, généralement plus longs que ceux du Blog.

B.H.


 Présentation de Thomas De Koninck

(voir sa « fiche Wikipédia« )

638-thomas_de_koninck

Thomas De Koninck est titulaire de la Chaire La philosophie dans le monde actuel à l’Université Laval et ancien Doyen de la Faculté de philosophie. Il a été Boursier Rhodes (Oxford, 1956-1959), élu en 2002 à la Société Royale du Canada et nommé membre de l’Ordre du Canada en 2004. Il a reçu en 2002-2003 le prix d’excellence en enseignement de l’Université Laval. Ses livres incluent De la dignité humaine (1995 et 2002), couronné en 1996 par le Prix La Bruyère de l’Académie française, La nouvelle ignorance et le problème de la culture (2000), Philosophie de l’éducation. Essai sur le devenir humain (2004), Aristote, l’intelligence et Dieu (2008) et Questions ultimes (2012), qui a été primé Prix du Livre de l’Association Canadienne de Philosophie en 2013.

Pour la petite histoire, Thomas de Koninck enfant aurait inspiré Saint Exupéry dans son personnage du « Petit Prince ».

Le premier article que nous publions s’intitule donc « La science et Dieu ». Thomas de Koninck aborde plusieurs sujets, voici le plan de son article:

  • LE «MIRACLE» DE L’UNIVERS
  • OÙ EN EST LA SCIENCE ?
  • LA QUESTION DE L’ORIGINE
  • BIOLOGIE, HASARD ET FINALITÉ
  • LE «PRINCIPE ANTHROPIQUE»

Vous trouverez en particulier des réflexions particulièrement utiles concernant le rôle du hasard et  la notion de finalité dans les mécanismes de l’évolution. Thomas de Koninck fait connaître au grand public la pensée de Michel Delsol sur ces sujets

Extrait de « LA SCIENCE ET DIEU »

 » Un autre exemple, meilleur encore, est celui que fournit le jeu de la roulette, où il y a 36 numéros, et où il est facile de voir que l’arrêt de la boule sur tel numéro plutôt que tel autre est dû à plusieurs causes indépendantes outre l’impulsion initiale: le poids de la boule, la pression de l’air, la température peut-être, et ainsi de suite. Toutefois, ajoute Delsol avec raison, «seulement le possible arrive». Quand même des milliards d’individus joueraient à la roulette pendant des milliards d’années, jamais la boule ne tombera sur le 40, parce que le 40 n’existe pas dans ce jeu. Bref, le hasard ne peut provoquer que ce qui était possible dans le cosmos.

Il s’agit bien, précise-t-il, du possible s’opposant au nécessaire, et pas du simple possible logique s’opposant à l’impossible.

«Si, dans l’histoire de la vie, il s’est créé des appareils dénommés yeux capables de rendre des cellules cérébrales sensibles à des rayons d’une certaine longueur d’onde, cela veut dire que la matière cosmique était capable de fabriquer ces yeux». »

Bonne lecture!

R_science_et_dieuAccédez
à
l’article

Avatar

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*