Si un tel Dieu existe : une leçon rapide pour respecter le mystère

Posté par Pete Enns
Print Friendly, PDF & Email

Crédit image : « Les piliers de la création » ;  NASA/ESA/Hubble Heritage Team (STScI/AURA)/J. Hester, P. Scowen (Arizona State U.)

 


Introduction – Science & Foi

La période de vacances est souvent propice aux réflexions intérieures sur le sens de la vie et aux questions existentielles, c’est peut-être encore plus justifié cette année où la folie meurtrière de ce début d’été montre pour l’Homme son incapacité à gérer seul sa propre destinée. Face à tant d’horreur et de désordre,  cet article de Peter Enns veut nous faire réfléchir sur le sentiment d’émerveillement qui se dégage quand on observe l’univers qui nous accueille…


 

 

CalculatriceCertaines personnes érudites nous disent que l’univers a environ 13.8 milliards d’années et que les limites de l’univers observable sont distantes d’environ 46.5 milliards d’années lumière de la terre, et ceci dans toutes les directions.

La lumière voyage à environ 5.87 milliards de miles par an (1 mile = 1.8 km, l’auteur est américain ndt). Quand je multiplie ce nombre par 46.5 milliards pour obtenir la distance de la terre jusqu’au confins de l’univers, ma calculatrice me donne 2.70231100992E23.

 

Quand les calculatrices se mettent à me donner des lettres, ce n’est jamais bon signe. Grâce à une recherche google intensive de 10 secondes, “E23” signifie que le nombre à gauche est multiplié par 10 à la puissance 23. Et maintenant nous savons ce que veut dire Dieu qui nous taquine un peu. Je ne me plaindrai jamais plus d’avoir à conduire jusqu’à Pittsburgh !…

 

Big_bang

Il semble aussi que la vitesse d’expansion de l’univers soit en augmentation. Et si ça ne suffisait pas, on nous dit maintenant que notre univers n’est peut-être qu’un univers parmi d’autres.

 

Ajoutez à ceci qu’il y a des milliards et des milliards de galaxies dans notre univers, chacune contenant des milliards et des milliards d’étoiles.

Il est impossible de nous faire une idée juste de ces nombres. J’entends aussi de sources fiables que les étoiles à l’intérieur des galaxies sont distantes entre elles de millions, de milliards, de trillards de miles (est que cela a de l’importance ?), et que des distances comparables existent entre les galaxies elles mêmes.

 

 

Et à l’autre extrémité du spectre il y a les particules subatomiques– comme si les atomes n’étaient pas assez petits- et la théorie des cordes.

 

Si il y a un Dieu…une puissance supérieure, un être suprême, qui est derrière tout ça, nous devrions penser à nous arrêter de parler une minute et… bien…juste arrêter de parler juste une minute.

 

Quel est le genre de Dieu capable de créer ce type de choses ? Comment pouvons nous prétendre parler en son nom, ou penser que ses pensées sont les nôtres ? Que pensons-nous être, de toute façon ?

 

Encore une chose qui me pousse à me taire. Selon la foi chrétienne, ce Dieu qui fait des choses littéralement incompréhensibles, a aussi le désir de se faire tout petit- d’être à nos côtés, de nous connaître, et même de nous aimer (comme la Bible le dit encore et encore).

 

Si vraiment un Dieu comme ça existe- un Dieu qui comprend et contrôle l’univers – aussi grand pour que ma calculatrice me donne des lettres, un Dieu qui a marché au milieu d’une petite tribu d’un peuple ancien appelé les Israélites, et leur a permis d’écrire des choses le concernant avec leur petite façon ancienne de s’exprimer, et qui s’est soumis lui même à la souffrance et à la mort (ce que nous essayons nous, d’éviter à tout prix) et bien…

 

Je crois bien, chers amis, que nous parlons d’un mystère.

 

Voie_lactee

Un Dieu qui fait les deux. Les mots pour le dire n’existent pas. C’est vrai, le roi David dans les Psaumes (Ps 19) nous parle bien d’adorer un tel Dieu à cause de la splendeur des cieux, et de nous émerveiller de ce que ce Dieu qui a placé la lune et les étoiles à leur place s’intéresse à nous. (Ps 8)

 

Et encore, David n’avait qu’une vue très limitée de ce qui se passe “là-haut”. Il ne pouvait imaginer tout ce que nous savons aujourd’hui, avec nos télescopes.

 

Un Dieu à la fois responsable de l’infiniment grand et de l’infiniment petit, qui est aussi près de nous. Si un tel Dieu existe

En ce qui me concerne, saisir tout cela est au delà de ma condition de simple mortel. Nous qui croyons en un tel Dieu devrions nous sentir remis à notre place, rempli d’un éclair d’admiration dans les yeux.

La Bible appelle ça l’humilité et l’émerveillement, et ça au moins, nous pouvons le comprendre.

 

 

 

 


***Une première version de cet article a été publiée en septembre 2013. Je traite de ce theme et de themes similaires dans The Bible Tells Me So (HarperOne 2014) et The Sin of Certainty (HarperOne 2016)***


Traduction Benoit Hébert
L’article original est en ligne sur le blog du théologien américain Peter Enns.

Pete Enns

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*