Science et Miracles – Est-il rationnel de croire aux miracles ?

tombeau
Auteur : Marc Fiquet
Print Friendly, PDF & Email

 

Faraday Paper 20

Dans cet article du Faraday Institute de Science et Religion de Cambridge, Denis Alexander qui en est le directeur propose une réflexion à propos des miracles et de la science.

Traduit avec autorisation par Hélène Mayhew pour Science & Foi.

 

Denis Alexander fait remarquer que dans l’esprit du grand public, les scientifiques ne sont pas sensés croire aux miracles. Néanmoins la majorité des pères de la science moderne y croyaient. De nombreuses discussions ont ponctué l’histoire des sciences et de la philosophie sur ce sujet et l’auteur nous propose de la prolonger sur le terrain académique afin de répondre à la question finale « si aujourd’hui encore des miracles se produisent. »

 

L’article traite des points suivant :

  • Une présentation  de la thèse de David Hume sur les miracles

    • Hume était un philosophe empiriste, il conçoit les miracles comme une violation des lois de la nature, ce qui lui parait comme a priori impossible.  Entre des lois immuables et des témoignages faillibles, il faut toujours choisir la première voie. De plus on a souvent constaté la propension aux ragots et à l’exagération.

 

  • Une critique de la thèse de Hume

    • Alexander dénonce l’argument a priori de Hume qui est contraire à toute démarche scientifique et fonctionne comme un raisonnement circulaire. Il engage alors une discussion (toujours ouverte à ce jour) sur ce qu’on entend par « lois de la nature ». Car en fonction de notre compréhension, « violation des lois » prend alors un sens ou un autre. C’est pourquoi Alexander précise que notre conception contemporaine des lois naturelles est plutôt « descriptive » que « prospective ». Il ne s’agit pas de lois juridiques qu’il s’agiraient de respecter, mais plutôt de la meilleurs façon de décrire à ce jour le comportement constant de la matière et de l’énergie dans l’univers. Pour le théiste, cet ordre provient de Dieu lui-même qui est libre d’agir au travers de ces lois ou en dehors d’elles ce qui apparaîtra comme un miracle aux yeux de la science. Le théiste est alors mieux qualifié pour évaluer la preuve d’un événement miraculeux puisqu’il n’écarte pas d’emblée cette possibilité.
    • Enfin Alexander entend les critiques de Hume quant aux diverses exagérations et il serait difficile de les nier, il invite donc à la prudence et à l’esprit critique. Le sensationnel a toujours eu bonne presse, mais il ne faut pas en faire un prétexte pour nier d’un bloc toute manifestation miraculeuse.

 

  • La compréhension biblique des miracles

    • le point essentiel développé par Alexander est que dans la Bible, ce n’est pas le caractère surnaturel du miracle qui est mis en avant, mais sa finalité. Dieu peut très bien choisir d’intervenir par le bais des lois naturelles pour répondre à une situation précise, mais le miracle témoigne avant tout de l’action divine et l’impact de cette action reste mesurable dans l’histoire humaine.
    • Dans les trois points que détaille l’auteur, on remarque que la conception biblique, contrairement à la définition de Hume, ne met pas l’accent sur le miracle lui-même, mais sur Dieu, il a un but, un sens, il met l’action de Dieu en avant.

 

  • Les miracles se produisent-ils encore aujourd’hui ?

    • Dans le cadre du dialogue science et foi, Alexander répond affirmativement à la question posée, rien ne s’oppose à ce que des miracles se produisent encore aujourd’hui
    • cependant il insiste sur deux points importants
      • l’importance d’une évaluation rationnelle théologique afin de ne pas se laisser entraîner dans des divagations chimériques
      • le fait que notre foi ne repose pas sur des signes miraculeux à répétition mais sur la résurrection du Christ, un événement qui dépasse l’entendement de la science mais qui est bien ancré dans l’histoire !

 

Les miracles et la science

(article complet)

 Lire l’article

 

 

crédit illustration : Golgotha à Jérusalem, https://fr.123rf.com/profile_sopotniccy

Avatar
Après un cursus universitaire et professionnel dans les technologies de l’information, Marc poursuit désormais des études en théologie avec un premier objectif de valider un master II de recherche. Il est le webmaster du site scienceetfoi.com et Directeur de Projet Exécutif au sein de l'association.
Ca pourrait aussi vous intéresser
Filter by
Post Page
Bible et science Discussion de livres Pertinence de la foi Bible et histoire
Sort by

1 Commentaire

  1. Avatar
    Temaro dim 23 Août 2020 Répondre

    Bonjour,

    La question posée ici par Alexander revient à se demander:  » est-il rationnel de croire à des phénomènes inexplicables ?  » (et présumés être une manifestation de la Providence)

    Et si on y réfléchit en ces termes, il devient clair que le qualificatif  » inexplicable  » est tout simplement inadéquat pour évoquer un phénomène inexpliqué, si on considère l’état des connaissances à un instant t.
    Et si le qualificatif  » inexplicable  » ne se fonde sur aucune justification rationnelle alors croire aux miracles est irrationnel.
    Alexander conteste la démarche de Hume qu’il qualifie d’aprioriste et donc d’antiscientifique alors qu’au contraire, le fondement de sa position repose sur l’empirisme et le raisonnement inductif. Et ça, c’est parfaitement scientifique.

    « C’est au nom d’une constante expérience que nous bannissons le miracle de l’Histoire. »
    Ernest Renan 

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*