Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon ?

Posté par Marc Fiquet
Print Friendly, PDF & Email

 

Comment un simple verset des Écritures (dans le respect de son contexte) peut-il nous faire réfléchir au dialogue de sourds qui est bien souvent de mise dans le milieu évangélique quand il est question du débat sur les origines ? N’avons-nous pas tendance à laisser la part belle à nos préjugés dans cette affaire ?

 

Le contexte

La question de notre titre provient d’un passage bien connu des évangiles qui relate de la rencontre de certains disciples avec Jésus. Dans le passage qui nous intéresse, Nathanaël, juif pieux dans l’attente du Messie libérateur fut étonné de ce que son ami Philippe lui présente le prétendu envoyé de Dieu comme venant de la ville de Nazareth.

Jean 1:45 :

45 Philippe rencontra Nathanaël, et lui dit: Nous avons trouvé celui de qui Moïse a écrit dans la loi et dont les prophètes ont parlé, Jésus de Nazareth, fils de Joseph. 46 Nathanaël lui dit: Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon? Philippe lui répondit: Viens, et vois.

Si les commentateurs reconnaissent la difficulté à trouver une origine à ce jugement sévère de Nathanaël sur Nazareth, tous s’accordent sur l’évidence des conséquences fâcheuses qui découlent d’un tel préjugé.

 

Peut-être que Nazareth à l’image du mauvais témoignage de foi qu’en rendait Jésus (Mr 6 :6)  n’était pas une ville faisant référence en termes de moralité, ce qui pourrait expliquer l’attitude de Nathanaël qui lui était de Cana, ville voisine ; et peut-être qu’une concurrence se jouait dans l’esprit du futur disciple comme on peut le voir encore de nos jours où chacun a tendance à privilégier son lieu de vie. . De plus cette bourgade hébergeant une garnison romaine n’était certainement pas propice à lui donner une bonne image.  Le jugement de Nathanaël était alors trompé par un préjugé émanant d’une mauvaise réputation ou d’un esprit de compétition entre les deux villes.

 

Un parallèle

En Jean 7 :52, Nous voyons qu’il était connu et enseigné par les docteurs de la loi que de Galilée (contrée dans laquelle se situe Nazareth) il ne sortait point de prophète :

Jn 7 :50  Nicodème, qui était venu de nuit vers Jésus, et qui était l’un d’entre eux, leur dit:
51  Notre loi condamne-t-elle un homme avant qu’on l’entende et qu’on sache ce qu’il a fait ?
52  Ils lui répondirent : Es-tu aussi Galiléen ? Examine, et tu verras que de la Galilée il ne sort point de prophète.

 

Certainement, Nathanaël était-il influencé par cette affirmation, puisque dans les textes de l’ancien Testament on n’y voit en effet aucune référence à Nazareth concernant un quelconque ministère prophétique et encore moins une prophétie annonçant que de Nazareth sortirait le Christ

Quand les Ecritures ne révèlent pas tout !

Ceci nous amène à une discussion intéressante autour du contenu des Écritures.

Le Christ devait venir de Bethléem (Mic 5:1) mais aucun détail n’est donné sur les lieux qu’il fréquenterait après sa naissance.

Ces silences de l’Ecriture portèrent préjudices aux docteurs de loi, et représentèrent un obstacle tel qu’ils ne reconnurent pas Jésus comme le Messie (notons la nature de l’impact que peut revêtir un tel état d’esprit : « La Bible n’en parle pas, ça n’est donc pas vrai »).

Ceux qui font un usage trop restrictif du sola scriptura (par l’Ecriture seule) de la réforme ne sont-ils pas dans la même dérive ? Que voulaient réellement dire les réformateurs avec cette formule choc au beau milieu des addenda du catholicisme alors en pleine contestation ?

Mais n’allons pas trop loin dans ce développement, nous y reviendrons plus tard dans un article dédié à la question.

A savoir tout de même que certains croyants revendiquant un créationnisme strict n’envisagent aucunement que la vérité même sur une réalité scientifique (l’évolution des espèces par exemple) ne puisse  se trouver dans la Bible. La Bible demeure pour eux la seule source fiable de connaissance même scientifique en oubliant par-là-même les interprétations différentes qui en sont faites. Ce qu’ils sacralisent en fait, ce ne sont pas les Écritures mais la façon dont ils ont de les comprendre, ce qui, avouons-le constitue une nuance importante et même fondamentale !

Le voile de nos préjugés

Comme dans ces 2 exemples, nos préjugés nous aveuglent. Bien souvent nous jugeons une idée par son appartenance communautaire plus que sur sa valeur intrinsèque, comme dans le cas des clivages politiques. Si je suis de gauche, une idée de droite n’est pas recevable (et vice versa) !..

L’idée que plusieurs peuvent se faire de Dieu intuitivement ne colle peut-être pas à l’image que leur renvoie la religion et c’est bien compréhensible au vu du foisonnement et des excès de tout bord !

Nathanaël, contrairement aux docteurs de la loi aura pu dépasser ses préjugés en répondant à l’invitation de Philippe : « Viens et vois ». Cette expérience qui reste au centre du message évangélique d’une conviction qui nait d’une vraie rencontre avec le Christ devrait encourager les sceptiques à franchir le pas de foi nécessaire qui saura définitivement vaincre toute réminiscence de préjugé.

Si nous convenons facilement comme chrétien qu’il faut savoir vaincre nos préjugés pour avancer, nous pouvons à la lumière de ce récit, constater que des Nazareth existent encore certainement dans nos nombreux ressentiments à l’égard des cercles que nous ne côtoyons pas.

 Quels sont les domaines souvent rejetés en bloc par le monde évangélique ? Que pourrions-nous y trouver de bon en rapport avec le thème qui nous préoccupe sur les origines du monde et de l’homme ?

Ce sont les questions auxquelles nous tenterons de répondre dans le prochain article de cette série.

 

Einstein1Il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé
– Albert Einstein

 

Avatar

5 Commentaires

  1. Avatar
    David sam 29 Nov 2014 Répondre

    Merci Marc pour cet article.
    Je viens justement de rédiger un article sur la question du « sola scriptura » cet après midi.
    Il sera probablement publié la semaine prochaine :-)

    • Avatar Auteur
      Marc sam 29 Nov 2014 Répondre

      Excellent David !

      Je n’aurai certainement pas grand chose à ajouter, tu vas me faire économiser un article ! Je voulais repartir d’une analyse très pertinente de Peter Enns dans sa discussion triangulaire entre protestantisme, catholicisme et judaïsme.

  2. Avatar
    Roger Lefèbvre dim 30 Nov 2014 Répondre

    « L’Écriture seule »… Je suis le premier à le proclamer. Mais quelle « Écriture » ? Nos versions françaises résultent de choix souvent pertinents, mais toujours discutables entre plusieurs variantes textuelles dans les manuscrits anciens, soit en hébreu ou en grec, soit dans des versions anciennes. Cela ne remet pas en cause leur inspiration globale mais relativise l’espèce de sacralisation superstitieuse dont les Écritures Saintes sont l’objet dans nos milieux évangéliques : un peu comme les musulmans qui croient que le Coran est tombé tel quel du ciel. Quand on accepte que le texte biblique a une histoire, on accepte aussi de l’aborder autrement ; c’est-à-dire en considérant qu’il est le fruit d’une vision sélective du monde : celle de la relation de l’homme avec Dieu prenant le pas sur toute autre considération, notamment l’approche scientifique… Ce qui n’exclut donc pas la réalité de cette dernière. Mais comme (par définition) la recherche scientifique progresse par tâtonnements depuis des millénaires, il eût été malvenu de l’inclure dans la Révélation. Dans sa sagesse Dieu a donc veillé à ce qu’elle n’en fasse pas l’objet.
    Merci pour l’état des lieux que tu nous proposes, Marc. Je souhaite qu’il contribue à exciter la curiosité des lecteurs de la Bible sur les vérités qui ne viennent pas seulement « de Bethléem », mais également sur celles qui nous viennent « de Nazareth » : celles-là mêmes qui ne sont l’objet d’aucune prophétie !
    Dino

  3. Avatar
    Edi jeu 08 Août 2019 Répondre

    Joseph le père adoptif de Jésus ne vient-il pas de la famille de David ? (Matthieu 1:16-17)
    Joseph n’est-Il pas de Bethléem ? Même si Il est appelé Jésus de Nazareth n’est-Il pas de Bethléem ?

    • Avatar Auteur
      Marc Fiquet jeu 08 Août 2019 Répondre

      bonjour Edi,
      oui ces affirmations sont exactes si on s’en réfère aux autres évangiles. Où veux-tu en venir ?

      En recroisant l’ensemble des récits, nous savons que Joseph vivait à Nazareth et qu’il est retourné à Bethléem pour se faire recensé comme le prévoyait la loi (lieu de sa naissance) et c’est à cette occasion qu’est né Jésus. il est ensuite revenu vivre à Nazareth après un séjour en Egypte pour échapper à la persécution d’Hérode (événement historique dont les historiens peinent à trouver la trace en dehors des évangiles).

      Ta question est peut-être, comment se fait-il que les juifs de l’époque n’aient pas reconnu Jésus comme messie alors qu’ils savaient qu’il allait venir de Bethléem et que Jésus était bien né à Bethléem ? Comment se fait-il qu’il ait pu souffrir d’une mauvaise réputation de Nazareth ?

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*