On a vu un trou noir !

Posté par Antoine BRET
Print Friendly, PDF & Email

Un donut chaud autour d’une zone circulaire sombre.

Les trous noirs existent.

 

Dans une étoile comme le soleil, la fusion nucléaire qui opère au centre génère une pression qui balance la gravité. Mais la fusion ne dure pas éternellement. Une cheminée ne peut brûler que le bois qu’on y a mis. Il arrive donc un moment où l’étoile a fusionné tout ce qu’elle pouvait à partir de sa composition initiale. Quand cela arrive, plus rien ne s’oppose à la gravité, et l’étoile s’effondre sous son propre poids. Si elle est assez massive (quelque masses solaires), rien ne peut enrayer son effondrement. Elle devient un trou noir, l’une des prédictions les plus extrêmes de la Relativité Générale (RG) d’Einstein.

 

L’existence des trous noirs est donc prévue depuis presque 100 ans (j’abrège). L’une de leur caractéristique les plus exotique est l’existence d’un « horizon des évènements » les entourant. Une distance en deçà de laquelle rien ne peut échapper du trou noir, pas même la lumière (d’où le nom « trou noir »).

Certes, des étoiles en fin de vie, il y en a plein. Certes, la RG a jusqu’ici passé tous les tests qu’on lui a infligé. Mais les trous noirs sont si bizarres que beaucoup ont cherché des preuves de leur existence. Citons ici les 20 années d’observation d’étoiles tournant autour de « quelque chose », au centre de notre galaxie. L’analyse de leurs trajectoires a permis de déduire qu’elles orbitent autour d’un objet de 4 millions de masses solaires, compris dans un volume ridicule pour cette masse. Citons également la récente détection d’ondes gravitationnelles dont l’analyse a révélé qu’elles provenaient de la fusion de trous noirs.

Mais l’on avait encore jamais vu un trou noir.

Jusqu’à aujourd’hui.

Mais… comment peut-on voir quelque chose qui n’émet aucune lumière ? Bonne question.

Ce qu’on peut voir, c’est la lumière du gaz ultra chaud tournant autour du trou noir avant de s’y engouffrer. Lumière horriblement distordue car dans ces contrées, rien de va droit, pas même elle. Bien avant d’avoir franchi sans retour l’horizon des évènements, la lumière est courbée par la gravité extrême qui règne à proximité du trou noir. La théorie prévoit ainsi qu’en regardant un trou noir, on doit voir un donut de gaz chaud orbitant autour d’une zone circulaire sombre nommée « l’ombre du trou noir ». Cette ombre est juste un peu plus grande que l’horizon du trou noir.

 

Le rêve de prendre une photo d’un horizon des évènements s’est réalisé aujourd’hui. Pour atteindre la résolution nécessaire, les 200 membres de la collaboration internationale « Event Horizon Telescope » ont coordonné précisément les observations simultanées de 8 télescopes dans le monde entier, Antarctique incluse.

 

Il y a dans l’équipe des gens que je connais depuis des années et qui étaient sur le pied de guerre quand j’ai visité Harvard en juin 2018. Aujourd’hui, je suis vraiment, vraiment, heureux et ému, pour et avec eux.

 

La technique employée permet d’avoir la puissance équivalente à celle d’un télescope qui aurait le diamètre de la terre. Les observations simultanées furent faites en Avril 2017, générant plusieurs millions de Giga-octets de données. Quatre équipes différentes se chargèrent ensuite, chacune de son côté, d’extraire les images de ces données. Elles mirent leurs résultats, très semblables les uns aux autres, en commun l’été dernier. Après une foule de vérifications supplémentaires, elles viennent de rendre publique la première image du trou noir qui gronde au cœur de la galaxie M87:

 

 

Antoine BRET
Antoine est physicien chercheur et enseigne à l’Université Castilla-La Mancha près de Madrid. Auteur ou co-auteur de plus de 100 articles dans des revues à comité de lecture, il est régulièrement « chercheur invité » au département d’astrophysique de l’université de Harvard. Il a également travaillé pour une église évangélique française pendant 8 ans et a été pasteur à Madrid pendant une année.

1 Commentaire

  1. Avatar
    Pascal mer 24 Avr 2019 Répondre

    C’est une nouvelle fantastique ! Il est incroyable que plus l’on sonde l’Univers, plus l’on découvre d’objets surprenants, et quand il s’agit d’objets dont l’existence a été prédite théoriquement bien en avance, comme c’est le cas ici, c’est encore plus époustouflant !

    Je ne me lasse de m’émerveiller devant :
    – la beauté et la complexité du monde
    – le génie de l’être humain capable de découvrir et appréhender des pans entiers de cette complexité.

    Mais, je me pose deux questions tout de même :
    – à chaque fois que notre connaissance du monde fait un prodigieux bond en avant, une multitude de nouvelles questions surgissent dans la foulée, et dans le cas des trous noirs, on peut se demander sur quoi ils peuvent bien déboucher, pour autant qu’ils débouchent sur quelque chose, mais aucune spéculation n’est interdite à ce stade (autre Univers ? autre endroit de notre propre Univers ? un endroit où l’espace et le temps ont perdu toute signification ? …)

    – pourquoi Dieu, à qui, en tant que croyant, j’attribue l’existence de toute chose en ce monde, a-t-il créé un Univers aussi effrayant et beau de complexité ? A tel point que l’humanité a passé des centaines de millénaires déjà, en ignorant tout de l’existence des trous noirs, qu’il est certain que nous découvrirons toujours de nouvelles et surprenantes choses dans l’avenir, et qu’il nous est à jamais impossible d’accéder à une connaissance complète du monde ?

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*