« Même les scientifiques professionnels sont enclins à trouver une finalité dans la nature, selon les psychologues »

Posté par Benoit Hébert
Print Friendly, PDF & Email

Dans cet article de sciencedaily, la description d’une enquête effectuée par des chercheurs du département de psychologie de Boston montre que « malgré des années de pratique scientifique, même des chimistes, géologues et physiciens professionnels des plus grandes universités comme Harvard, Yale ou le MIT ne peuvent échapper à cette croyance profonde en nous que les phénomènes physiques existent pour un but…

L’enquête a été publiée dans le numéro d’octobre du Journal of Experimental Psychology: General .

« Ce que montre ces études est assez surprenant. Même si un entraînement scientifique avancé peut réduire l’acceptation d’explications téléologiques scientifiquement invalides, cet entraînement ne peut supprimer cette tendance chez l’homme à voir un but dans la nature. Il semble que nous soyons naturellement plus enclins à la religion qu’à la science. »

Cette tendance serait-elle l’expression non pas d’une opinion scientifique, mais d’une expression de la foi qui sommeille en chacun d’entre nous ?  Même si les explications téléologiques n’apportent pas d’information scientifique, n’exprime-t-elle pas la recherche de sens dont nous avons tous besoin?

Avatar

2 Commentaires

  1. Avatar
    rodolphe mer 08 Juil 2015 Répondre

    Bonjour Benoit,

    Personnellement, je trouve étonnant que cette étude « s’étonne » d’un tel constat lorsqu’on sait que la spiritualité (affirmations métaphysiques telles que vie après la mort, existance d’un au-delà, etc…) a émergé très tôt chez nos ancêtres Homo (au moins plusieurs centaines de milliers d’années si on considère les rites funéraires chez Néandertal) alors que les fondements méthodologiques de la science moderne ont à peine trois siècles !
    Merci pour cette étude qui confirme, s’il en était besoin, notre propension pour l’irrationnel.
    Par ailleurs, l’auteur lui-même fait référence à « des explications téléologiques scientifiquement invalides ». Dans ce cas, quelle consistance pourraient avoir les explications d’un autre ordre ?

  2. Avatar
    rodolphe lun 13 Juil 2015 Répondre

    Bonjour,

    Petite rectification concernant ma dernière phrase plutôt obscure..
    Bien sûr, il fallait comprendre:
     » L’auteur lui-même fait référence à « des explications téléologiques scientifiquement invalides ». Dans ces conditions, quelle consistance leur accorder, même dans un registre d’un autre ordre que scientifique ?

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*