Ma journée à Pavilly

Print Friendly, PDF & Email

Un grand merci à tous mes frères et soeurs dans la foi de l’église évangélique de Pavilly ( près de Rouen) et  à leur pasteur Samuel Foucart et son épouse pour leur accueil et pour l’intérêt qu’ils ont manifesté au cours des deux rencontres de dimanche.

"Ta Parole est la vérité"

Le matin, j’ai parlé de l’importance d’interpréter le récit de la création de la Genèse dans le contexte historique et culturel des anciens Hébreux. J’ai exposé le caractère polémique de ce récit  face aux récits mythiques antiques comme le récit Babylonien de Enuma Elish. J’ai également montré que les anciens Hébreux partageaient les croyances anciennes à propos de la structure du cosmos et de la géographie (la terre plate, le firmament, le chaos primitif…). Bref, la Genèse véhicule un message théologique valable pour tous les hommes, et ce message nous est donné dans le contexte des connaissances anciennes des Hébreux, le Saint Esprit s’étant pour l’occasion abaissé à leur niveau de connaissance comme Jésus s’est abaissé pour venir à notre rencontre.

L’après midi a été consacré à la compatibilité de l’évolution des espèces avec la foi chrétienne. J’ai partagé mes convictions en montrant dans une présentation accessible à tous comment et pourquoi de plus en plus de chrétiens évangéliques pensent que l’évolution n’est pas incompatible avec le message biblique. Ceci a été suivi par un temps de questions très productif qui m’a donné des idées d’articles pour les semaines suivantes : Darwin ne s’est pas « converti » au créationnisme sur son lit de mort, c’est une rumeur qui circule encore dans nos milieux, la théorie de l’évolution n’a jamais dit que l’homme descendait du singe, la Bible n’enseigne pas que la terre est ronde en devançant les découvertes grecques…

J’ai été encouragé par le témoignage de plusieurs croyants qui ont eu le sentiment que cette journée leur donnait quelques clés pour harmoniser leur compréhension de la science et de la foi chrétienne. Alors que le matin, j’expliquais que le but de Dieu n’était pas d’élever leur niveau de connaissance scientifique en inspirant la Genèse, un chrétien ayant travaillé au Guatemala me racontait comment il avait été en contact avec des indiens chrétiens de cette région qui pensaient encore que la terre était plate, et qu’il avait essayé de leur faire comprendre la structure du système solaire avec des fruits ronds…Dieu rend accessible l’évangile aux hommes de toute langue et de tout niveau de connaissance, gloire à son Nom !

J’invite les participants à ces réunions à poursuivre le dialogue par quelques questions s’ils le souhaitent. N’hésitez pas à me contacter si vous êtes intéressé

 par l’organisation d’un événement semblable.

Avatar
Ca pourrait aussi vous intéresser
Filter by
Post Page
Actualité scientifique Démarche scientifique Création Evolutive Bible et science Discussion de livres psychologie/neurosciences
Sort by

15 Commentaires

  1. Avatar
    Roger Lefèbvre mar 09 Mar 2010 Répondre

    Salut Benoît !
    Je me réjouis de voir que petit à petit, certains chrétiens évangéliques s’ouvrent à une conception de la réalité qui est parfaitement compatible avec la révélation biblique… Mais qui, lorsqu’elle est niée, risque de faire assimiler cette même révélation à un tissu d’inepties aux yeux de nos contemporains non-croyants qui me paraissent souvent tentés de jeter le bébé (la révélation) avec l’eau du bain (une conception dépassée de l’univers)…
    Par ailleurs, si je me réjouis aussi de dialoguer régulièrement avec toi, je m’interroge sur le rapport qui existe entre le nombre relativement élevé de visites dans ton blog et ton site, et le peu de réactions concrètes qu’elles engendrent. Je me demande si beaucoup de chrétiens évangéliques ne pensent pas comme nous, mais n’osent pas en faire publiquement état ?…
    Note que je peux le comprendre, car personne n’aime prendre le risque de choquer un entourage chrétien que l’on respecte pour sa grande fidélité au Seigneur. Mais d’autre part, cette réserve ne risque-t-elle pas d’écarter de la foi des personnes (et même des chrétiens) qui n’arrivent pas à résoudre l’apparente incompatibilité entre la Bible et la science ?…
    Sans doute n’as-tu pas vraiment de réponse à ce mystère, mais j’avoue qu’il m’intrigue vraiment.
    Il paraît que la vérité finit toujours par s’imposer : alors ne désespérons pas !
    Roger

  2. Avatar Auteur
    benoît Hébert mer 10 Mar 2010 Répondre

    Salut Roger,
    Effectivement, j’aimerais moi aussi que davantage d’internautes osent débattre sur le blog plus ouvertement. Comme tu le mentionnes, ceci est d’autant plus étonnant que le site http://www.scienceetfoi.com et le blog génèrent un bon nombre de visites hebdomadaires en provenance du monde entier (environ 400 visites par semaines à eux deux selon mon outil statistique google). Le succès est donc au rendez vous, même si je considère que ce n’est qu’un début étant donné la grandeur du besoin. Je vois quelques raisons éventuelles à ce manque de réactions publiques: certaines personnes comme des pasteurs n’osent pas ouvertement parler de ce sujet sous peine d’être lus par d’autres qui les reconnaîtraient, à ceux-ci je suggère d’utiliser un pseudo! Certaines personnes ont peut être la crainte de poser des questions « naïves », il n’y a pas de question « bête », toute interrogation mérite qu’on s’y interresse. Peut-être que des créationnistes n’osent pas non plus à cause de l’échange un peu vert que j’ai eu avec Pierre Henri. Je n’ai pas aimé le ton de son dernier message, mais je n’en ai censuré aucun. J’invite donc aussi les créationnistes à s’exprimer librement, pourvu que chacun respecte l’autre sans lui faire de procès d’intention!
    Bref, n’hésitez pas à réagir!

  3. Avatar
    VAUTIER sam 27 Mar 2010 Répondre

    Bonjour Monsieur Hébert !
    je me pose depuis pas de temps la question des origines de l’homme . Entre les chapitres 1 & 2 de la Genèse il semble y avoir comme une dychotomie , un recommencement au chapitre 2.
    Pourquoi la création d’Adam serait-elle racontée 2 fois
    comment expliquer que Cain renvoyé par Dieu apres son crime se trouve une femme :
    17 Caïn connut sa femme; elle conçut, et enfanta Hénoc.
    d’où vient-elle cette femme, qui n’est pas une soeur
    et ceci
    14 « Voici, tu me chasses aujourd`hui de cette terre; je serai caché loin de ta face, je serai errant et vagabond sur la terre, et quiconque me trouvera me tuera ».
    15 « L`Éternel lui dit: Si quelqu`un tuait Caïn, Caïn serait vengé sept fois. Et l`Éternel mit un signe sur Caïn pour que quiconque le trouverait ne le tuât point. »
    d’où viennent ce quiconque et ce quelqu’un qui ne sont pas son frère ?
    POUR MOI-MEME, JE PENSE QUE LA CREATION DE L’HOMME PAR DIEU S’EST PASSEE EN 2 ETAPES : l’homme naturel d’abord et l’homme spirituel ADAM à l’image de Dieu sans doute bien postérieurement.
    Ce qui collerait beaucoup mieux avec les données archéologiques
    et les datations isotopiques.
    QUEL EST VOTRE AVIS ?
    Bien fraternellement.

  4. Avatar
    VAUTIER sam 27 Mar 2010 Répondre

    suite :Chapitre 6 de la Genèse :
    1 Lorsque les hommes eurent commencé à se multiplier sur la face de la terre, et que des filles leur furent nées,
    2 les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu`ils choisirent.
    n’est-il pas parlé là :
    – de la descendance des hommes naturels (Lorsque les hommes eurent commencé à se multiplier sur la face de la terre).
    – de la descendance d’ADAM: (les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles)???

    • Avatar Auteur
      benoît Hébert mar 30 Mar 2010 Répondre

      Cher M. Vautier,
      Ces versets de Genèse 6 font aussi parti des plus difficiles à interpréter dans toute la Bible. Henri Blocher aborde la question dans Révélation des origines (pages 197 à 200). C’est un théologien évangélique tout à fait orthodoxe (il est doyen de la faculté évangélique de Vaux sur Seine). Il rejette pourtant (et moi aussi), l’interprétation « facilitante » qui voit dans les « fils de Dieu » la lignée de Seth et dans celle des « filles de l’humanité » celle de Caïn. Il hésite ainsi entre deux interprétations qui peuvent surprendre plusieurs! L’interprétation de « la légende populaire des titans orientaux »,  » fils des dieux seraient des êtres célestes, en accord avec l’usage habituel de cette expression », j’ajoute dans le reste de la Bible (job…) et celle de « princes, « êtres divins selon les conceptions de la royauté communes dans l’Ancien Orient ». Voici sa conclusion »Sans décider le sens exact des versets énigmatiques, on peut donc y lire le témoignage d’un accroissement du péché par prolifération des influences occultes, mélange malsain des révoltes terrestres et célestes. »
      Denis Lamoureux dans Evolutionary creation opte pour la première interprétation, mais il le fait après bien de pages de « préparation » de ses lecteurs évangéliques à une interprétation aussi peu courante dans nos milieux, et je dois dire, il est très convaincant.
      J’écrirais là aussi un ou plusieurs articles en présentant plusieurs solutions proposées par des théologiens dans les mois qui viennent!

  5. Avatar Auteur
    benoît Hébert dim 28 Mar 2010 Répondre

    Cher M. Vautier,

    Vous abordez là des questions très interressantes mais aussi très difficiles. De nombreux théologiens, y compris des théologiens évangéliques se sont penchés sur ces problèmes que nous aborderons certainement dans les mois à venir sur le site science et foi et sur le blog.

    Pourquoi deux récits de la création: beaucoup de théologiens pensent que ces deux récits n’ont pas été écrits par la même personne ni à la même période, bien qu’ils soient tous les deux inspirés de Dieu. C’est d’ailleurs aussi le cas d’autres passages de Genèse 1-11. Ceci ne remet pas en cause l’unité spirituelle du message biblique, mais permet d’expliquer les divergences entre Genèse 1 et 2 que tous les lecteurs attentifs ont notées depuis des siècles. Par exemple, les oiseaux sont clairement créés après l’homme dans Genèse 2 et avant dans Genèse 1. Genèse 1, qui montre davantage le caractère transcendant de Dieu aurait été écrit durant la période d’exil à Babylone, alors que Genèse 2 serait antérieur, dans un style beaucoup plus pastoral, montrant un Dieu proche de l’homme (son caractère immanent). Ainsi ces deux textes se complètent merveilleusement.
    Si vous voulez plus de détails, je connais d’excellent livres en anglais à ce propos: The Meaning of Creation par Conrad Hyers et Evolutionary Creation de Denis Lamoureux. En Français, je ne connais rien d’équivalent…Ce dernier livre en particulier apporte des réponses très convaincantes à toutes vos questions.
    Comme vous avez pu le lire, je ne suis pas un partisan du « concordisme scientifique » en matière d’interprétation biblique et de la Genèse en particulier. Je crois donc que le Saint Esprit a permis que ces texte nous révelent des vérités théologiques, mais pas scientifiques parce qu’ils reflètent la compréhension « scientifique » de leurs auteurs.Genèse 1 ne raconte pas nécessairement la création d’Adam, puisqu’il s’agit de l’humanité en général. Le problème de l’historicité d’Adam est certainement l’un des plus complexe à résoudre aujourd’hui. J’ai rédigé un ppt en ligne sur le site science et foi présentant très superficiellement plusieurs scénarios avec leurs forces et leurs faiblesses.
    http://www.scienceetfoi.com/images/fichier/26Adam%20eteve.pdf
    Le livre de Denis Alexander Creation or evolution, do we have to choose? discute aussi de ces différents scénarios en détail. Nous reparlerons de tout cela.

  6. Avatar
    VAUTIER jeu 01 Avr 2010 Répondre

    Monsieur Hebert,
    Merci beaucoup de votre réponse !
    En fait rien ne s’oppose vraiment d’après vous à l’interprétation que je propose vu que le nom d’Adam n’apparait qu’au chapitre 2 ?
    Par ailleurs , je me suis toujours posé la question de la validité de la loi de probabilité de la désintégration radio-active sur la quelle les datations sont basées .
    On nous la présente comme ABSOLUE, sans aucune espéce de facteurs influençants et non discutable. J’aimerai aussi avoir votre opinion de scientifique .
    une question plus personnelle enfin …
    etes-vous parent avec Monsieur Daniel Hébert, que je connais comme pasteur dans les ADD.
    bien fraternellement .

    • Avatar Auteur
      benoît Hébert ven 02 Avr 2010 Répondre

      M. Vautier,

      Oui, Daniel Hébert est mon père!

      A propos de la datation absolue, oui, vous pouvez avoir confiance et en voici la raison. Pour dater la même roche, on peut parfois utiliser plusieurs éléments (isotopes) différents, avec des durées de vie différentes (et du même ordre de grandeur). Ainsi, on dispose de plusieurs « horloges » indépendantes qui indiquent toutes la même date de formation…
      Sur le site http://www.scienceetfoi.com , j’ai mis en lien des conférences en ligne de l’éducation nationale sur ce sujet à la rubrique « âge de la terre ».
      http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/XML/db/planetterre/metadata/SMIL-SGF-LABROUSSE.xml#id222266
      j’ai aussi rédigé un diaporama sur ce thème
      http://www.scienceetfoi.com/images/fichier/4ageterreunivers.pdf
      dont voici un extrait
      La datation des roches terrestres
      par la radioactivité
      C’est la méthode de datation la plus précise.
      « Les scientifiques ne s’appuient pas sur 2 ou 3 isotopes radioactifs
      différents seulement; ils utilisent plus de 40 méthodes de datation
      différentes, chacune basée sur un isotope différent.
      Les scientifiques vérifient leur travail en comparant les résultats de
      plusieurs isotopes pour vérifier la cohérence. Ces vérifications
      peuvent parfois être réalisées en utilisant de multiples isotopes sur
      la même roche. Les roches d’une formation à l’ouest du Groenland
      ont été datées plus d’une douzaine de fois en utilisant 5 isotopes
      différents. Les résultats pour les 5 isotopes ont été les mêmes: 3.6
      milliards d’années. »

  7. Avatar
    VAUTIER lun 05 Avr 2010 Répondre

    Bonjour Monsieur Hébert !
    merci pour votre précédente réponse (que je n’ai pas eu encore l’occasion de voir en totalité)
    j’aimerai savoir de votre part
    -comment on explique que la période de désintégration radioactive pour un même élément est plus ou moins grande
    et
    -comment a-t-on pu mesurer la période de l’Uranium
    qui « est » de 4 milliards d’années ? !!!!!!!

  8. Avatar Auteur
    benoît Hébert mar 06 Avr 2010 Répondre

    Bonjour M; Vautier
    si vous lisez l’anglais, voici les coordonnées d’un article en anglais écrit par un spécialiste de la datation, qui est aussi un chrétien et qui l’écrit justement pour des croyants qui se posent des questions sur ce sujet
    http://www.asa3.org/ASA/resources/Wiens.html

    Je comprends que vous trouviez surprenant que l’on puisse mesurer expérimentalement des durées de vie de plusieurs milliards d’années, mais ceci est tout à fait possible. Si un élément radioactif subit une décroissance exponentielle, alors le nombre de désintégration par unité de temps est proportionnel au nombre d’éléments présents à un instant donné et inversement à sa « période ».

    Pour mesurer cette période, deux procédure simples sont possibles: mesurer le nombre de désintégrations dans un intervalle de temps donné à l’aide d’un compteur, en connaissant le nombre initial d’atomes radioactifs , ou bien on mesure le pourcentage d’éléments issus de la désintégration dans un échantillon qui ne contenait initialement que des éléments « parents ». On valide aussi de cette façon la loi exponentielle…

  9. Avatar
    VAUTIER ven 09 Avr 2010 Répondre

    « Uranium-Lead and related techniques.
    The uranium-lead method is the longest-used dating method. It was first used in 1907, about a century ago…The uranium-lead system in its simpler forms, using U-238, U-235, and thorium-232, has proved to be less reliable than many of the other dating systems. »
    Monsieur Hébert , bonjour !
    je reste très dubitatif !
    comment a-t-on pu en 1907 préparer de l’Uranium 238 pour mesurer sa période donnée comme 4.5 10^9 ans (avec en plus des techniques d’analyses qui ne permettaient pas de séparer ni d’analyser les sous produits de décompositions (le spectrographe de masse n’existait pas !!!)???
    avec mes amitiés.

  10. Avatar
    VAUTIER ven 09 Avr 2010 Répondre

    Quand un rayonnement ionisant pénètre à l’intérieur du tube Geiger-Müller, il ionise le gaz, c’est-à-dire qu’il arrache des électrons par effet Compton. Ces électrons se multiplient très vite par avalanche électronique, dite « avalanche de Townsend », rendant le gaz conducteur pendant un bref temps (phénomène de décharge) : les électrons sont accélérés par la haute tension, percutent des molécules de gaz et provoquent ainsi d’autres ionisations en cascade.

    Du fait de cette cascade, c’est un détecteur qui fonctionne en permanence en saturation. L’appareil est sensible au plus petit événement, mais le temps mort est assez important, de l’ordre de 200 microsecondes, et le détecteur sature à partir de quelques centaines de coups par secondes[2] ; si le flux est plus important, des particules traversent le compteur sans être détectées. Par ailleurs, le facteur d’amplification est tel que toutes les impulsions sont à la hauteur maximale, il n’est pas possible de distinguer les différents types de particules.
    COMMENT A-T-ON PU MESURER REELLEMENT CES PERIODES ???????

  11. Avatar Auteur
    benoît Hébert sam 10 Avr 2010 Répondre

    Je ne vois aucune raison de mettre en doute les données de cet article.
    « Very precise counting of the decay events or the daughter atoms can be done, so while the number of, say, rhenium-187 atoms decaying in 50 years is a very small fraction of the total, the resulting osmium-187 atoms can be very precisely counted. For example, recall that only one gram of material contains over 1021 (1 with 21 zeros behind) atoms. Even if only one trillionth of the atoms decay in one year, this is still millions of decays, each of which can be counted by a radiation detector!

    The uncertainties on the half-lives given in the table are all very small. All of the half-lives are known to better than about two percent except for rhenium (5%), lutetium (3%), and beryllium (3%). There is no evidence of any of the half-lives changing over time. In fact, as discussed below, they have been observed to not change at all over hundreds of thousands of years. »

    j’ignore avec quelle précision on a pu estimer la durée de vie de l’uranium 238, si cela était possible au début du siècle dernier. La communauté scientifique s’accorde sur ces valeurs et donc sur le protocole expérimental qui a permis de telles mesures. Surtout, elles donnent des âges identiques pour parfois le même échantillon, ce qui serait paradoxal si ces valeurs étaient fausses…
    A un moment où à un autre, on est obligé de faire confiance à l’ensemble des chercheurs dans ce domaine…

  12. Avatar
    VAUTIER sam 10 Avr 2010 Répondre

    Bonjour Monsieur Hébert !
    toute la communauté scientifique faisait confiance à Newton…
    jusqu’à temps que Einstein arrive. A mon humble avis, la confiance doit etre modulée par l’instinct critique et l’esprit d’éveil.
    très bon week-end .
    merci pour ce dialogue.

  13. Avatar Auteur
    benoit hébert sam 10 Avr 2010 Répondre

    vous avez raison, les résultats de la science sont toujours améliorables et il ne faut jamais perdre son esprit critique. Les résultats de Newton n’ont cependant pas été invalidés pas Einstein, mais englobés dans une théorie plus complète. Les méthodes de datation sont certainement affinables, elles ne reposent cependant pas sur le travail d’un seul, mais sur une communauté de chercheurs qui ne se font pas de cadeau…Très sincèrement, il n’est pas raisonnable de remettre en cause les ordres de grandeur…merci pour vos interventions!

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*