Luther ou la révolution copernicienne de la théologie

Print Friendly, PDF & Email

En lisant ce week end une Histoire de la réforme protestante de Bernard Cottret, un passage m’a particulièrement interpellé. L’historien y fait un parallèle entre l’oeuvre réformatrice de Luther en matière de théologie et celle de Copernic en astronomie. En cette période de Pâques riche de signification pour chaque croyant,  j’aimerais partager avec vous ces quelques lignes qui nous permettent de nous recentrer sur Jésus-Christ, notre soleil de justice et son oeuvre:

« La véritable révolution de Luther est spirituelle. Elle retentit d’abord dans la conscience du frère Martin. Luther, qui n’avait trouvé qu’asservissement dans les exercices stériles de la piété monastique, découvre enfin, avec la miséricorde de Dieu, la clé de l’Ecriture:

« Aussitôt, je me sentis renaître et il me sembla être entré par des portes largement ouvertes dans le paradis même. Dès lors, l’Ecriture tout entière prend à mes yeux un aspect nouveau. Je parcourus les textes comme ma mémoire les présentait et notai d’autres termes qu’il fallait interpréter de la même façon, tels que l’oeuvre de Dieu, c’est à dire de l’oeuvre qu’il accomplit en nous. »

Justification par la foi. Luther ne nie pas l’importance des oeuvres désormais. Mais il attribue leur origine à Dieu et non à la justice des hommes. Dés lors, il comprend le sens du mot justice. Autant il avait détesté ce terme de « justice de Dieu », autant il goûtait désormais la suavité de ce « mot si doux ».

Avec Luther, la théologie accomplissait sa révolution copernicienne. Quelques années plus tard, un autre moine, polonais celui là, devait expliquer que ce n’est pas le soleil qui tournait autour de la terre, mais la terre qui tournait autour du soleil. Ce que Copernic découvrait à propos des orbes célestes en 1543, Luther le mettait au jour dans sa théologie: l’homme n’était pas justifié par ses oeuvres devant Dieu, mais c’était Dieu qui librement justifiait l’homme. Rien dans ses mérites propres ne prédisposait l’homme à un tel don. Se croire justifié par l’observance de la loi équivalait à une illusion d’optique, renforcée par l’anthropomorphisme d’une religion renfermée sur elle même.

Le Christ, et plus encore le Christ crucifié que le Christ glorieux de la résurrection ou des derniers temps, est la clé de voûte de l’expérience luthérienne. Il écrit à l’un de ses frères augustins:

« Mon cher frère, apprends à connaître le Christ, et Christ crucifié; apprends à chanter sa louange et à dire: »Toi, Seigneur Jésus, tu es ma justice, mais moi je suis ton péché; tu as assumé ce qui est à moi, et tu m’as donné ce que je n’étais pas. »

Avatar

7 Commentaires

  1. Avatar
    Christ Comics lun 05 Avr 2010 Répondre

    Merci pour cette citation émouvante, qui montre bien la révolution provoquée par Luther. Copernic et Luther ont tous deux recherché la vérité en regardant à la source (des Ecritures pour l’un, de l’observation scientifique pour l’autre), sans se laisser aveugler par le magistère. Cela met bien en évidence que réforme et recherche scientifique moderne sont issus d’un même processus de pensée, et qu’il peut être vain d’opposer systématiquement foi et science…

  2. Avatar
    thomas lun 07 Juil 2014 Répondre

    un problème Luther a été le premier a condamné Copernic , Luther traita Copernic d’astronome prétentieux car, disait-il, « comme le déclare l’Ecriture, c’est au soleil et non à la terre que Josué a donné l’ordre de s’arrêter »

  3. Avatar Auteur
    Benoit Hébert lun 07 Juil 2014 Répondre

    C’est tout à fait exact Thomas, à nous de ne pas reproduire les mêmes erreurs!

  4. Avatar
    David mar 08 Juil 2014 Répondre

    Héhé, je vois que tu as de bonne lecture Benoit.
    J’ai eu l’occasion d’avoir sa femme comme professeur en Licence et en Master, j’en garde de très bons souvenirs :-)

    Quant à l’attitude de Luther, c’est un bon exemple que nos contemporains devraient méditer pour éviter de refaire les mêmes erreurs. D’ailleurs, j’envisage de publier dans le courant de l’année une série d’articles sur le rapport entre « foi et savoirs profanes » au cours de l’histoire.

    • Avatar Auteur
      Benoit Hébert mer 09 Juil 2014 Répondre

      J’ai hâte de lire ta prochaine série.

      J’apprécie bcp celle qui est en cours sur l’interprétation et l’inspiration de la Bible.

  5. Avatar
    Théodore ven 26 Sep 2014 Répondre

    Parler de « révolution copernicienne » pour Luther me semble abusif ; il n’a fait, pour ce que le luthéranisme en a retenu, que revenir à des éléments authentiquement traditionnels et catholiques, que l’air du temps avait occulté. La révolution copernicienne est plutôt chez Calvin, et a fortiori chez les anabaptistes.

  6. Avatar
    Zambo Zezo'o jeu 15 Nov 2018 Répondre

    Puisse la science née de Dieu et donnée à l’homme en partie, celui-ci se doit tout simplement de vérifier l’exactitude des dits et des faits, sans condamner personne, ce si de plus, de demander à Dieu plus de sagesse et d’intelligence.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*