L’historicité du déluge de Noé (Genèse 6-9) (1/2)


>2 Articles pour la série : Le déluge de Noé et l'histoire

Print Friendly, PDF & Email

Denis O. Lamoureux est professeur  de science et de religion à l’Université d’Alberta. Sa nomination à ce poste est le premier cas de titularisation dans cette discipline au Canada. Il détient trois thèses d’état (dentisterie, théologie et biologie). Lamoureux soutient que, si les limites du christianisme évangélique et de la biologie évolutive sont respectées, alors les relations qu’elles entretiennent sont non seulement complémentaires mais aussi nécessaires. Il est membre du conseil de direction de l’American Scientific Affiliation du Canada et membre de l’ASA (American Scientific Affiliation).

Denis Lamoureux

 

Ceci est un extrait de Evolutionary Creation aux éditions Wipf and Stock

Les chrétiens de toutes les générations ont interprété le déluge de Noé comme un événement historique. Un déluge universel était d’ailleurs le principe central en géologie au début du 18ème siècle… Pourtant, les preuves scientifiques et bibliques nous indiquent qu’un tel déluge tel que celui décrit dans la Bible n’a jamais eu lieu.

 

Il y a des problèmes sérieux concernant l’interprétation traditionnelle littérale de Genèse 6-9 dans sa chronologie- les dates et les jours ne se correspondent pas. On voit clairement cette difficulté en ce qui concerne la période comprise entre le début du déluge et l’échouage de l’arche sur le Mont Ararat. Voici l’ordre et les dates des événements :

 

  • “L’an 600 de la vie de Noé, le deuxième mois, le 17e jour du mois, en ce jour–là toutes les sources du grand abîme jaillirent, et les écluses du ciel s’ouvrirent.” (Genèse 7:11)

 

  • “Il y eut de la pluie sur la terre quarante jours et quarante nuits.” (Genèse 7:12)

 

 

  • “La crue des eaux devint de plus en plus forte sur la terre et, sous toute l’étendue des cieux, toutes les montagnes les plus élevées furent recouvertes” (Genèse 7:19)

 

  • “expira toute chair qui remuait sur la terre, oiseaux, bestiaux, bêtes sauvages, toutes les bestioles qui grouillaient sur la terre, et tout homme.” (Genèse 7:21)

 

 

  • “La crue des eaux dura cent cinquante jours sur la terre.” (Genèse 7:24)

 

  • “Dieu se souvint de Noé.” (Genèse 8:1a)

 

  • “Dieu fit alors passer un souffle sur la terre et les eaux se calmèrent.” (Genèse 8:1b)

 

  • “Les réservoirs de l’Abîme se fermèrent ainsi que les ouvertures du ciel. La pluie fut retenue au ciel” (Genèse 8:2a)

 

  • «La pluie fut retenue au ciel” (Genèse 8:2b)

 

  • “et les eaux se retirèrent petit à petit de la terre  ” (Genèse 8:3a)

 

  • “ les eaux baissèrent pendant cent cinquante jours” (Genèse 8:3b)

 

  • “Les eaux continuèrent à diminuer jusqu’au dixième mois ; le dixième mois, au premier jour, les cimes des montagnes apparurent.” (Genèse 8:5)

 

Si on additionne le nombre des jours (40+150+150) qui sont mentionnés entre les deux dates, on obtient un total de 340. Si on inclut les 40 jours dans la période de 150 jours durant laquelle les eaux ont monté, la somme est de 300 jours. Pourtant, selon les dates concernant l’âge de Noé, il y a exactement 5 mois entre le début du déluge et l’échouage de l’arche. Dans le but de concilier ces différences flagrantes, certains concordistes historiques confondent Genèse 7 :11 et Genèse 8 :4 en une seule période de 150 jours. Mais cette approche trahit l’ordre séquentiel des événements tels qu’ils sont décrits dans l’Ecriture.

 

 

Des conflits entre les événements en Genèse 6-9 soulèvent aussi des doutes concernant l’historicité du récit du déluge. Pour ne mentionner que trois évidents :

 

  • Deux ordres divins différents sont donnés pour charger les animaux dans l’arche.

Dieu (Elohim) donne l’ordre suivant : “Tu feras aussi entrer dans l’arche deux animaux de chaque espèce vivante, pour qu’ils survivent avec toi : tu prendras un mâle et une femelle.” (Genèse 6:19)

Mais en Genèse 7 :2-3, le Seigneur (Yahweh) donne un autre ordre : “Prends auprès de toi sept couples de toutes les bêtes pures, le mâle et sa femelle ; un couple des bêtes qui ne sont pas pures, le mâle et sa femelle, sept couples aussi des oiseaux du ciel, mâle et femelle, afin de garder en vie leur descendance sur toute la surface de la terre.” (Genèse 7:2-3)

 

  • Il existe aussi deux récits conflictuels concernant l’entrée dans l’arche.

“Noé entra dans l’arche, avec ses fils, sa femme et ses belles–filles, pour échapper à l’eau du déluge. D’entre les bêtes pures et les bêtes qui ne sont pas pures, les oiseaux et tout ce qui rampe sur le sol,” (Genèse 7:7-8) et “Sept jours après, les eaux du déluge vinrent sur la terre.” (Genèse 7:10)

Pourtant, en Genèse 7 : 13-15, nous lisons que “Ce jour même Noé, Sem, Cham et Japhet, fils de Noé, la femme de Noé et ses trois belles-filles entrèrent dans l’arche avec tous les animaux selon leur espèce, tout le bétail selon chaque espèce, tous les reptiles qui rampent sur la terre selon leur espèce, tous les oiseaux selon leur espèce, tout ce qui vole et qui a des ailes. Il entra dans l’arche, auprès de Noé, des couples de toute chair ayant souffle de vie.” (Genèse 7:13-15 SER). Et il s’agit du jour décrit au verset 11 : “L’an 600 de la vie de Noé, le deuxième mois, le 17e jour du mois, en ce jour-là toutes les sources du grand abîme jaillirent, et les écluses du ciel s’ouvrirent.” (Genèse 7:11)

 

  • Deux versions différentes sur le moment où la pluie a cessé.

“Il y eut de la pluie sur la terre quarante jours et quarante nuits.” (Genèse 7:12)

Mais Genèse 8 :2 affirme que la pluie a cessé après la période de 150 jours (7 :24)

“Les réservoirs de l’Abîme se fermèrent ainsi que les ouvertures du ciel. La pluie fut retenue au ciel” (Genèse 8:2)

 

Les problèmes avec la chronologie dans le récit biblique du déluge et les conflits entre les deux récits sont résolus si on considère que Genèse 6-9 est la compilation de deux sources différentes et complémentaires. Comme les récits de la création, il y a les preuves pour la juxtaposition des sources yahviste et sacerdotale…à suivre

 


Navigation dans la série
L’ historicité du déluge biblique (2/2) >>
Denis Lamoureux

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*