L’évangélisme et les modèles scientifiques des origines de l’homme (1)


Print Friendly, PDF & Email

La communauté évangélique compte près de 600 millions de chrétiens dans le monde aujourd’hui. Cette branche du christianisme ne peut pas être considérée comme marginale, même si c’est encore le cas en France. L’ »évangélisme » se caractérise par un engagement personnel fort, un attachement à la Bible en tant que source de révélation divine, et la nécessité d’une « conversion personnelle » à Jésus-Christ : « on ne naît pas chrétien, on le devient. » Toutes ces caractéristiques font la force et le dynamisme du monde évangélique.

A cause de son histoire, l’évangélisme, en réaction par rapport au libéralisme théologique, a parfois eu des rapports difficiles avec les découvertes de la science moderne, et l’évolution en particulier. Ceci est bien plus marqué en Amérique du Nord qu’en France, mais en France aussi, le problème est bien réel. Pour s’en convaincre, il suffit de lire les articles anti-évolution sur certains blogs évangéliques populaires comme actu-chrétiennes, blogdei pour ne citer que ceux-là.

Bien des scientifiques, des pasteurs et des théologiens évangéliques sont conscients du malaise, et surtout de l’impasse intellectuelle et spirituelle à laquelle ce rejet des évidences peut conduire le monde évangélique. Ils ont décidé de communiquer et d’informer l’Eglise. C’est notre vocation.

Aux Etats Unis aussi, les initiatives fleurissent à droite et à gauche. La Fondation BioLogos qui nous soutient en est un exemple significatif. Au mois d’octobre, une série d’articles sur le thème « l’évangélisme et les modèles scientifiques de l’humanité, des origines cosmiques et humaines de l’homme. » a été publiée sur un autre blog « Respectful conversation » : « Conversation respectueuse. ».

Cette série d’articles à laquelle Peter Enns et Karl Giberson entre autre ont participé aborde des questions intéressantes pour la discussion en francophonie, et pas seulement pour le contexte nord américain. Je vous propose d’en aborder quelques extraits significatifs dans les jours qui viendront.

Voici quelques titres d’articles :

  • La nouvelle frontière : pourquoi les écoles bibliques doivent s’emparer de ce problème
  • L’évangélisme et l’évolution SONT en conflit (et c’est bien) par Peter Enns
  • Le Moyen-âge me manque par Karl Giberson
  • Réveillez-moi quand la révolution sera terminée

Dans son article d’introduction, Rod Barrett rappelle que « les dernières décennies ont été le témoin d’une confirmation du consensus scientifique concernant les origines évolutives de l’homme s’étalant sur une longue période. Ceci créé des tensions avec une lecture répandue des 3 premiers chapitres de la Genèse. Cela peut aussi affecter le métanarratif « création-chute-rédemption-consommation » qui structure la théologie évangélique. »

Rod Barrett récence aussi quelques questions suscitées par l’évolution à propos de la lecture de la Bible, en voici quelques-unes :

  • « Comment les études scientifiques et bibliques nous informent-elles des événements passés ? Jusqu’à quel point ces deux domaines sont-ils en conversation, ou bien sont-ils complètement séparés ?
  • Quelle est la relation entre la question de l’histoire des origines et d’autres événements clés de l’histoire biblique qui sont aussi remis en question par beaucoup comme l’exode hors d’Egypte et la résurrection de Jésus ?
  • La réconciliation entre les récits scientifiques et bibliques des origines est-elle seulement un problème à résoudre, ou bien la conversation entre les deux peut-elle être constructive et éclairante ? »

Navigation dans la série
L’évangélisme et les modèles scientifiques des origines de l’homme (2): le rôle des instituts théologiques >>
Avatar

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*