Les semeurs de doute

Print Friendly, PDF & Email

Crédit image: konstantynov / 123RF Banque d’images

 

Il y a quelques dizaines d’années, l’industrie du tabac US était en émoi. Voilà-t-y pas que la médecine racontait à qui voulait l’entendre que ses produits étaient cancérigènes. De quoi vous couler une boite ! Le cowboy Malboro et ses amis firent tout leur possible pour le nier, évidemment.  Un memo interne de l’époque porte une formule qui remporterait haut la main l’oscar du cynisme :

le doute est notre produit

Faire croire au public que les médecins ne sont pas d’accords. Que les experts sont divisés. Qu’il reste des doutes. Bref, qu’on n’est pas sûrs. Les fumeurs invétérés seront ravis de l’apprendre. Et les autres en verront leur argumentation fort affaiblie.

 

Les temps ont changé. Les débats ont changé. Mais pas les tactiques.

 

L’immense majorité des experts en science du climat est d’accord que

l’activité humaine provoque actuellement un réchauffement du climat.

Je l’ai constaté personnellement quand j’ai assisté à cette conférence, et les études portant sur ce thème concluent la même chose. Evidemment, ce consensus est l’une des cibles préférées des « sceptiques ». Selon le site skepticalscience.com, qui recense et répond à leurs principaux arguments, le prétendu manque de consensus vient en quatrième position dans l’ordre des erreurs les plus répandues. C’est complétement faux, et pourtant, leurs efforts portent leurs fruits : Une étude publiée en 2014 aux USA a montré que le public pense que le consensus des experts en la matière est au mieux de 70%, tandis qu’en réalité il est supérieur à 97% (ce chiffre vient de cette étude consultable ici).

Les non-spécialistes sous-estiment donc le consensus scientifique en la matière. Et la science du climat n’est pas seule dans ce cas.

 

L’évolution échappe-t-elle à ce genre de travail de sape ?

Que nenni. Aux USA de nouveaux, on a en 2014 posé cette question aux gens :

D’après ce que vous avez entendu ou lu, les scientifiques conviennent-ils généralement que les humains ont évolué au fil du temps ou ne sont-ils en général pas d’accord sur ce sujet ?

Il ne s’agit donc pas de demander aux gens si eux-mêmes sont d’accord avec l’évolution, mais, question bien différente, s’ils pensent que les scientifiques le sont. 29% des sondés ont répondu « non ». 29% pensaient donc que les scientifiques ne sont pas d’accord. Mais si l’on fait un zoom sur les sondés évangéliques, ce sont 49% qui ont répondu « non ». La moitié, donc, des évangéliques américains pensent que les experts ne sont pas d’accord sur l’évolution humaine.

Et les experts, eux, qu’en disent-ils ? Les sondages (ici , ici ou ici, par exemple) sur le sujet montrent toujours un accord bien supérieur à 95%.

 

Pour ce qui est de l’âge de l’univers, même rengaine. Je ne cesse de rencontrer l’argument « y’a débat », tandis que je suis aux premières loges pour savoir que non, y’a pas débat.

 

Les temps ont changé. Les débats ont changé. Mais pas les tactiques. Et le plus triste, c’est qu’elles marchent.

Mais il y a encore plus triste : ici, les semeurs de doutes sont souvent des chrétiens.

 

Cela ne veut pas dire que tous les chrétiens qui sont en conflits dans leurs convictions avec les découvertes de la science moderne tombent dans ce piège, mais il très facile de mordre à l’hameçon. Cet article vise à mettre en lumière les chiffres réels pour éviter de conforter ses convictions sur des rumeurs.

L’autre piège consiste à penser que de toute manière la sphère scientifique est corrompue et qu’un complot anti-Dieu ou anti-Chrétien existe au niveau mondial, c’est oublier que de nombreux croyants travaillent dans le milieu scientifique (les membres de notre association sont bien placés pour le savoir !…). Nous avons traité ce sujet à propos des thèses complotistes dans cet article.

 


PS : Le titre fait échos au très documenté livre de Naomi Oreskes, Les marchands de doute. Elle y développe en profondeur les nombreux parallèles entre l’industrie du tabac autour des années 1960, et les climatosceptiques d’aujourd’hui.

 

 

Antoine BRET
Ca pourrait aussi vous intéresser
Filter by
Post Page
Démarche scientifique
Sort by

148 Commentaires

  1. Avatar

    Une des sources du déni des créationnistes face à ce qu’affirme la science est la fameuse « inerrance » des écritures, souvent accompagnée de son frère jumeau, le littéralisme, adopté pour interpréter les Écritures.

    Le NT est pourtant clair là-dessus, citant souvent l’AT dans un sens spirituel. Paul dit par ailleurs que c’est spirituellement qu’on comprend l’AT.

    N’oublions pas que nous sommes dans une période matérialiste de l’Histoire, qui déteint fortement sur l’interprétation de la Bible. Des textes qui pendant 19 siècles ont été interprétés spirituellement ont soudain été pris dans leur sens littéral.

    Gardons aussi à l’esprit que des études ont montré que la vérité n’intéresse pas grand monde. Ce qui intéresse la majorité des gens, c’est ce qui les conforte dans leurs idées préconçues, dans leur petit système confortable.

    Mieux encore: d’autres études montrent que les gens aiment se faire manipuler (combien en effet vérifient ce qu’on leur dit ?), car inconsciemment cela les déresponsabilise.

    Le plus étonnant est l’auto-manipulation: combien d’églises disant ‘la Bible seule’ sont justement celles qui ne la suivent qu’après en avoir interprété des passages dans le sens qui les arrange…

  2. Avatar
    Adeline lun 08 Oct 2018 Répondre

    « le public pense que le consensus des experts en la matière est au mieux de 70%, tandis qu’en réalité il est supérieur à 97%. »
    cette « affirmation » ne signifie absolument rien, car il est bien évident que ces scientifiques ne risquent pas de cracher dans leur propre soupe : c’est de leur boulot dont il s’agit !!!
    Ce sont uniquement les scientifiques désintéressés qui pourront dire qu’il n’y a PAS de réchauffement ANTHROPIQUE, ou si peu : la responsabilité de l’humanité – d’après les chiffres mêmes du GIEC – est de MOINS DE 5% dans l’augmentation du CO2, et il n’est de toute façon pas prouvé que le CO2 soit responsable du réchauffement : il n’y a plus de réchauffement global depuis 20 ans : http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3gl/from:1998/to
    Par contre on peut prouver que les think-tanks qui décident de la politique mondiale avec 20 à 40 années d’avance, comme le Club de Rome par exemple, ont écrit dans les années 70-80 que le climat faisait partie des éventualités qui permettaient d’accuser l’humanité pour mieux diriger le troupeau de moutons.
    https://archive.org/details/TheFirstGlobalRevolution/page/n85

    Par ailleurs il n’est pas difficile de prouver que le carbone est nécessaire pour faire des points de PIB (taxes carbones & co), ainsi, attaquer le carbone est une manière particulièrement efficace de détourner des milliard de dollar de l’économie mondiale.
    Pourquoi ne pas reconnaître ces faits ???
    Comment expliquez-vous que l’ancien directeur du GIEC, Rajendra K. Pachauri, pendant 12 ans ! gagne sa vie dans l’exploration pétrolifère ??? (il a fait TOUTE sa carrière dans les énergies fossiles)
    Comment expliquer que l’un des membre fondateur du GIEC, Maurice Strong ait été un proche collaborateur de M. David Rockefeller fondateur du Club de Rome ?
    La question est donc : travaillez-vous pour ces globalistes ?
    Êtes-vous des propagandistes qui travaillez à mettre en place un gouvernement unique, un nouvel ordre mondial ?
    Les réponses à ces questions sont essentielles et vous pourrez les ajouter à votre « à propos »

    • Avatar
      Antoine lun 08 Oct 2018 Répondre

      Je ne touche absolument rien pour écrire ces lignes, et ne reçoit aucun financement pour aucune recherche dans ce sens.
      Mais face à ce genre d’accusation, je ne peux pas faire grand-chose. C’est le propre des théories conspirationnistes..

      Vous trouverez qq infos ici
      https://www.scienceetfoi.com/peut-on-croire-a-la-science-du-climat/

      • Avatar
        Adeline mar 09 Oct 2018 Répondre

        Je ne vous accuse en rien, j’ai seulement – en le prouvant et non à votre exemple en faisant des affirmations gratuites – montré que votre affirmation ne signifie rien.
        Vous touchez certainement un salaire en tant que prof ou chercheur dans votre université ou labo. Que va-t-il se passer d’après vous, si vous vous mettez à raconter des choses qui vont à l’encontre de la position officielle de votre employeur ? (merci de répondre à cette question, comme aux précédentes)
        Je n’accuse personne, par contre je vous pose des questions auxquelles vous semblez incapable de répondre autrement que « c’est le propre de » – c’est à dire une affirmation de semblance – sans rien prouver alors que de mon côté j’ai cité, prouvé.
        C’est le propre d’un scientifique de justifier ses théories en citant, expliquant, jusqu’à ce que quelqu’un prouve le contraire.
        Je reste à votre écoute sur l’ensemble des points que j’ai soulevés, et des questions que j’ai posées. Merci.
        Commencez déjà par nous montrer – c’est vous le scientifique – en vous basant uniquement sur les chiffres du GIEC à quelle hauteur (%) (avec le taux d’incertitude, un autre %) l’homme est responsable de l’augmentation du CO2 parmi la totalité des échanges. C’est très facile et ça sera un bon début.

  3. Avatar
    Adeline mar 09 Oct 2018 Répondre

    Est-ce du conspirationnisme que d’affirmer que selon les enregistrement hadcrut3 global on ne voit AUCUN réchauffement depuis 20 ANS ?
    Voyez-vous un réchauffement apparaître sur ce graphe ? Merci de me confirmer ce que vous voyez
    (je précise pour les néophytes que ces données du Hadley Center Research Unit Temps sont celles utilisées par le GIEC pour produire – on ne sait comment du coup – des prédictions alarmistes depuis plus de 20 ans)
    http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3gl/from:1998/to

  4. Avatar
    Adeline mar 09 Oct 2018 Répondre

    Ceci est faux j’ai fait exprès d’utiliser HADCRUT3 UNADJUSTED global c’est à dire la mesure brute de température qui comme vous le voyez (mais je note votre incapacité à répondre aux questions) est parfaitement plat depuis 20 ans : il n’y a donc AUCUN réchauffement globalement. L’ajustement qui est réalisé par la suite n’est pas dévoilé (la méthode n’est pas publiée) donc on ne peut savoir comment le Hadley Center fait pour corriger les mesure (on devrait constater une baisse car la majorité des thermomètres sont maintenant artificiellement réchauffé par la proximité de la vie humaine qui se développe autour, ainsi la correction devrait faire apparaître une baisse mais au contraire on voit apparaître une hausse, pourquoi ? >> vous serez incapable de répondre à cela)
    Et je constate que vous refusez de faire le calcul de la part de responsabilité de l’homme dans l’augmentation du CO2. Allez-y, lancez-vous ! De quoi avez-vous peur ?

  5. Avatar
    Adeline mar 09 Oct 2018 Répondre

    Ce n’est pas parce que 99% des climatologues pensent que c’est l’homme qui est responsable du réchauffement que c’est vrai. 100% des gens pensaient que le soleil tournait autour de la Terre jusqu’à ce qu’on prouve le contraire.

  6. Avatar
    Adeline mar 09 Oct 2018 Répondre

    Puisque je constate votre incapacité à produire vous-mêmes des calculs, je vous donne une piste à creuser :
    L’effet de serre, principalement dû à la vapeur d’eau (0,3 % en volume, 55 % de l’effet de serre) et aux nuages (17 % de l’effet de serre) soit environ 72 % pour H2O, les 28 % restant étant pour l’essentiel le fait du CO2 (+méthane et autres GES), porte la température moyenne à la surface de la Terre de -18 °C à +15 °C (source Wikipédia)

    Un delta de 33°C sur lequel on mesure une augmentation de 1,6°(GIEC et autres : valeur communément admise pour l’augmentation de température constatée depuis un siècle, durée de réabsorption du CO2 par le système) ça fait ~4,8% et le CO2 est responsable de 28% de cela soit une responsabilité globale de 1,36% dans l’augmentation de température.

    L’apport humain dans les échanges de CO2 représente ~55% (4.9 sur 8.9 PgC GIEC AR5 p.471) parmi tous les échanges de CO2 entre atmosphère, océans, végétation, sol, etc. de ce 1,36% soit :
    0,75% >> VOILÀ LA RESPONSABILITÉ HUMAINE DANS LE RÉCHAUFFEMENT

    • Avatar
      Antoine mar 09 Oct 2018 Répondre

      Je viens juste d’enseigner ces calculs. Pas les vôtres, qui sont faux en ce qui concerne les CO2.
      Je vous ai indiqué où trouver les réponses à vos questions. Faites-en ce que vous voulez.
      Je n’ai pour pas ma part pas l’habitude de perdre mon temps à éduquer des gens qui m’insultent sans me connaitre.
      Bon vent.

      • Avatar
        Adeline mar 09 Oct 2018 Répondre

        oui, c’est très facile de dire que je vous insulte sans vous connaître mais de votre côté vous vous permettez d’insulter l’intelligence de nombreuses personnes que vous ne connaissez pas non plus ! Je vous donne au contraire l’opportunité de rattraper cela. Bien à vous (très facile d’affirmer que ce que je vous ai indiqué est faux, mais le prouver est plus compliqué)

  7. Avatar
    Adeline mar 09 Oct 2018 Répondre

    Merci de répondre aux questions :
    1. Que va-t-il se passer si vous vous mettez à raconter des choses qui vont à l’encontre de la position officielle de votre employeur ? (évidemment une réponse honnête à cette question annulera purement et simplement votre affirmation erronée de l’article : un peu de courage vous honorera !)
    2. Pourquoi ne pas reconnaître le FAIT que le carbone joue un rôle primordial dans l’économie ? (et que le taxer représente donc la meilleure manière de détourner des masses énormes d’argent de l’économie mondiale >> on l’a vu avec le scandale carbone en France où rien que piquer la TVA sur CERTAINES transactions a permis à des criminels de détourner 1.6 milliard d’euro !)
    3. oui ou non, les véritables données (pour reprendre votre expression !) HADCRUT 3 UNADJUSTED GLOBAL MEAN montrent que la température globale moyenne de la planète n’a pas varié depuis 20 ans ?
    4. Même en faisant l’hypothèse – non démontrée jusque là – que le CO2 est effectivement responsable (de manière linéaire) dans le réchauffement climatique, et en faisant l’hypothèse complémentaire que ce soit l’homme qui soit responsable de son augmentation (des théories – que vous seriez bien en mal de critiquer – montrent que c’est l’optimum médiéval qui en serait responsable principalement et l’homme de manière très marginale) on constate que l’homme n’est responsable dans ce cas que de moins de 1% du réchauffement >> le réchauffement vient donc pour 99% d’une autre cause qu’il faut identifier : voilà votre travail en tant que scientifique (un scientifique n’accuse jamais, il constate)

    Si vous êtes honnêtes nous aurons des réponses intéressantes à ces questions !
    Bien à vous

    PS : le fait que le réchauffement se « concentre » sur l’hémisphère nord alors que le CO2 est parfaitement dilué par les vents et que le soleil éclaire la terre de manière homogène devrait vous faire douter de cette théorie qui voudrait que le CO2 soit responsable du réchauffement global > n’importe quel scientifique sait que c’est tout simplement impossible. Il y a forcément autre chose en jeu.

  8. Avatar
    Adeline mar 09 Oct 2018 Répondre

    La vérité se défend elle-même vous ne risquez donc rien à dire la vérité. Votre refus de répondre démontre que vous avez quelque chose à cacher (et ce n’est pas vous qui m’éduquez – vous ne répondez à aucune des questions – c’est moi qui suis en train de vous éduquer !)

  9. Avatar
    Adeline mar 09 Oct 2018 Répondre

    Vous voyez cette île magnifique où l’on subit les foudres de la tectonique des plaques :
    https://www.youtube.com/watch?v=zYoXn4hILSU
    Fantastique n’est-ce pas ?
    Pensez-vous qu’il soit judicieux d’enregistrer le CO2 à côté d’un volcan en activité pour en faire la référence mondiale ?
    Voilà encore une question à laquelle vous ne répondrez pas, manifestement. Vous voyez comment il faut procéder pour éduquer les ignorants ?

  10. Avatar
    Adeline mar 09 Oct 2018 Répondre

    (je précise que Mauna Loa est le plus grand volcan du monde : c’est le choix judicieux fait par les « scientifiques » pour le lieu de mesure de référence du CO2 dans l’atmosphère. Bravo !)

  11. Avatar
    Adeline mar 09 Oct 2018 Répondre

    ils vont vous expliquer ici comment ils font les mesures : https://www.esrl.noaa.gov/gmd/ccgg/about/co2_measurements.html
    Dieu a vraiment beaucoup d’humour.

    • Avatar
      Jean-Louis PERRIER sam 08 Déc 2018 Répondre

      Bonjour,
      Un relecteur du GIEC explique qu’il n’y a PAS de réchauffement depuis 15 ans (c’était il y a 5 ans avec Yves Calvi et il n’y a toujours aucun réchauffement depuis 5 ans, les chiffres montrant un réchauffement – ceux dont vous parlez par exemple – sont ajustés sans que la méthode utilisée ne soit jamais expliquée) pendant que le CO2 continue à monter régulièrement (l’atmosphère est SATURÉE : rien de sensible ne se passera s’il l’on en ajoute encore).
      Il n’invente rien : c’est dans le rapport du GIEC comme il l’explique lui-même et à 17 km d’altitude c’est depuis 20 ans (cad. 25 ans aujourd’hui) que rien n’a changé.
      Aussi, force est de constater qu’il n’y a pas de consensus à ce sujet, si même les relecteurs du GIEC ne sont pas d’accord avec la « communauté »…
      Enfin, le CO2 est excellent pour la nature. Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes !
      https://www.youtube.com/watch?v=k7j79rgZj-M
      On se demande maintenant qui sont les véritables semeurs de doute
      (pour ceux qui pensent qu’il ment, voici la confrontation directe avec M. Jouzel https://www.youtube.com/watch?v=PCFwkeq3atA )

      • Avatar
        Jean-Louis PERRIER ven 14 Déc 2018 Répondre

        Science et foi aboutissent à la même conclusion : le GIEC est un organe politique et non scientifique, qui travaille à charge pour tenter d’inculper l’humanité
        La science montre qu’il n’y a plus de réchauffement et que l’homme ne peut pas être responsable de plus de 5% des émissions de CO2 et que l’effet de serre du CO2 est déjà saturé à 95%
        https://www.youtube.com/watch?v=azpTPUA8jE0
        J’interpelle Antoine et Marc pour nous donner leur avis sur ces affirmations.
        Merci

        • Avatar
          Marc Fiquet sam 15 Déc 2018 Répondre

          bonjour Jean-Louis, je t’invite à lire la suite de cet article ici :
          https://www.scienceetfoi.com/non-le-rechauffement-climatique-ne-s-est-pas-arrete-en-1998/

          • Avatar
            Jean-Louis PERRIER mer 26 Déc 2018 Répondre

            Bonjour Marc,
            Ce n’est pas la réponse à mes questions.
            Question 1 : à quelle hauteur l’atmosphère est-elle actuellement opaque aux fréquences du CO2. J’affirme que c’est 95%, quelle est votre position ?
            Question 2 : à quelle hauteur l’homme participe-t-il aux rejet de CO2 par rapport au cycle naturel. J’affirme que c’est moins de 5%, quelle est votre position ?
            Merci

            • Avatar
              Marc Fiquet jeu 27 Déc 2018

              bjr Jean-Louis,

              ces questions qui font en même temps office d’affirmation sont assez surprenantes, je pense qu’elles sont liées au commentaire précédent.

              tu nous renvoies à une video d’Étienne Vernaz après avoir affirmé la chose suivante : :
              « La science montre qu’il n’y a plus de réchauffement et que l’homme ne peut pas être responsable de plus de 5% des émissions de CO2 et que l’effet de serre du CO2 est déjà saturé à 95% »
              Il aurait été plus juste de dire : « Etienne Vernaz nous dit dans une video dans laquelle il affirme ne pas être un expert en climatologie que etc… » car la position d’Etienne Vernaz est loin de représenter le consensus scientifique, il s’en écarte même très largement !

              cf à 8:30 dans sa video, il récupère des infos du GIEC où il estime à 3,8% les émissions de CO2 dues à l’activité humaine qu’il arrondit à 5% et dans la même phrase il répète qu’il n’est pas un expert.
              heureusement pour nous !

              En fait la plupart du CO2 qui se trouve dans l’atmosphère actuellement est celui qui provient de l’ère industrielle !!
              Voici ce que disent les spécialistes de la questions :

              Cet article du site d’un Ingénieur consultant en énergie / climat :
              https://jancovici.com/changement-climatique/gaz-a-effet-de-serre-et-cycle-du-carbone/la-responsabilite-de-lhomme-est-elle-etablie-pour-le-surplus-de-co2-dans-lair/
              Ce doc a ceci d’intéressant, c’est qu’on est capable de tracer l’origine du carbone grâce à son analyse isotopique (voir en fin d’article).

              Le cycle du carbone (université de Jussieu)
              http://cycleducarbone.ipsl.jussieu.fr/index.php/visiteurs/des-faits-marquants/24-augmentation-plus-rapide-du-co2-dans-l-atmosphere
              =>très simple à comprendre

              Une video d’Antoine Bret qui enseigne la climatologie et la physique en université et qui fait le tour de la question sur l’origine humaine du réchauffement
              https://youtu.be/fP4UPIY0Fr8

              et même un tour sur wikipedia saura te donner des chiffres sans commune mesure avec les 5% qui proviennent d’une mauvaise lecture des documents du GIEC de la part d’Etienne Vernaz.
              https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89mission_de_dioxyde_de_carbone

              J’espère que ces articles t’aideront à te faire une meilleure idée du sujet.

              bonne lecture.

            • Avatar
              Jean-Louis PERRIER sam 29 Déc 2018

              bonjour Marc,

              Je ne connais pas Etienne Vernaz, merci de m’avoir fait découvrir cette personne qui prouve que des individus libres aboutissent aux mêmes conclusions en étudiant simplement mais sérieusement des phénomènes, dès lors qu’ils ne sont pas lié par un salaire à leur patron. En effet, le consensus ne signifie absolument rien sur le plan scientifique : l’humanité a vécu des milliers d’années dans le consensus de la terre plate. Il faut sortir du consensus et revenir à la science. Il est très facile de mesurer l’opacité de l’atmosphère au IR du CO2 et les scientifiques qui mesurent cette fenêtre trouvent 95%.
              J’ai plein de références mais je souhaite que vous puissiez nous montrer vous-mêmes une étude scientifique qui mesure cette opacité. Merci

              Il ne reste donc que 5% d’augmentation possible d’effet de serre du CO2 seul (sachant que 70% est causé par la vapeur d’eau) ce qui fait un potentiel de 1.5% d’augmentation de l’effet de serre par le CO2. Même en doublant la concentration présente de CO2 – ce qui prendrait 200 ans – on arriverait à moins de 1%.
              On sait pertinemment qu’il n’y a aucune corrélation directe – sur une période de 20 ans en tous cas – entre CO2 et température puisque depuis 20 ans il n’y a aucune augmentation globale de température alors que le CO2 continue à augmenter très régulièrement. On sait par contre que l’augmentation de CO2 est principalement due aux hautes températures de l’optimum médiéval, pendant lequel on produisait du vin à Édimbourg. Le CO2 suit TOUJOURS de 800 à 1000 ans une augmentation de température.

              Enfin, pour calculer le taux de responsabilité humaine dans les émissions de CO2, il suffit de lire le dernier rapport du GIEC, et de calculer les échanges naturels en GTC, puis de diviser les émissions humaines par le total naturel : faite-le, vous serez étonné de trouver moins de 5% !

              Je tiens ces informations d’un relecteur du GIEC, François GERVAIS, ce sont donc des affirmations très sérieuses.
              Antoine est-il lui aussi relecteur du GIEC ?

              PS : wikipédia n’est pas une référence scientifique https://www.youtube.com/watch?v=Yl8v6EMDtQs
              wikipédia aujourd’hui c’est juste bon pour les complotistes

              Merci pour vos réponses ciblées et sourcées.

            • Avatar
              Jean-Louis PERRIER sam 29 Déc 2018

              PS : Jancovici est cet « ingénieur » qui fait glisser la date du pic pétrolier depuis 20 ans d’année en année (il faut regarder les archive.org de son blog pour comprendre sa méthode géniale) et qui cherche toujours la formule expliquant la chute du cours du pétrole de $140 à $60 en 2009 puis à nouveau en 2015 pour faire un pied de nez à la COP21, pendant qu’on explique que c’est fini, il n’y a plus de pétrole.
              En ce qui concerne Antoine, avec tout mon respect je pense qu’il serait judicieux qu’il abandonne sa prétention à dispenser des cours en climatologie – qu’il n’a jamais étudiée et avec laquelle il a manifestement beaucoup de mal – mais qu’il se rapproche d’un JP Petit pour étudier la MHD, le Z-pinch, etc. > c’est sa spécialité et c’est là qu’il peut espérer se battre pour la vérité. Pour le moment il se décrédibilise auprès du public. S’il veut sincèrement la vérité il faudra forcément qu’il se décrédibilise auprès de sa hiérarchie, de toute façon, c’est la réalité du monde qui veut ça. Il faut faire ce choix.
              Qu’arrive-t-il à Jésus, pour être la Parole, la Vérité ?!

            • Avatar
              Marc Fiquet sam 29 Déc 2018

              bjr Jean-Louis,

              tu es libre de croire que l’ensemble de la communauté scientifique se trompe et que ce Monsieur François GERVAIS aurait raison contre tous, mais à ma connaissance il n’a jamais rien publié dans ce domaine et sa qualité de relecteur du GIEC n’est pas un privilège, n’importe quel scientifique qui a les diplômes peut participer à la commission de relecture.

              voici qq remarques du climatologue François-Marie Bréon à propos des écrits de GERVAIS et de ses remarques à propos du GIEC parus dans son livre « l’innocence du Carbone » :

              « L’ouvrage de François Gervais témoigne d’une profonde ignorance des sciences du climat. La plupart des arguments avancés par l’auteur sont en totale contradiction avec la littérature scientifique. Si l’ouvrage cite de nombreuses références, elles ne sont pas précisées en fin de texte et c’est au lecteur de faire la recherche s’il veut vérifier les assertions de l’auteur. Celles-ci n’ont souvent pas de rapport avec les références censées les appuyer. Dans d’autres cas, ses affirmations relèvent d’erreurs ou d’éléments de désinformation manifestes. »

              Effet de serre (p. 138) Tentative d’explication de l’effet de serre. « En définitive, les molécules de dioxyde de carbone se trouvant au-dessus du plafond de quelques dizaines de mètres, grâce auxquels l’opacité est déjà acquise, ne peuvent pas recevoir le rayonnement de la Terre aux deux fréquences concernées, écrit M. Gervais. Elles ne peuvent contribuer à l’effet de serre. »

              Manifestement, l’auteur pense que l’effet de serre se manifeste en bloquant le rayonnement en provenance de la surface. En réalité, les échanges d’énergie proches de la surface se font essentiellement par convection. L’énergie provenant de la surface est déposée à une altitude de quelques kilomètres. Au-dessus, ce sont les processus radiatifs qui dominent et c’est là que l’effet de serre prend tout son sens. Ce n’est pas une notion simple (je l’enseigne à bac + 4) mais l’auteur, qui prétend nous expliquer que l’ensemble de la communauté scientifique compétente est dans l’erreur, ne l’a pas comprise.

              Hausse du CO2 (pp. 31-32) L’auteur assure que c’est la température qui pilote le dioxyde de carbone (CO2) et qu’en d’autres termes c’est la hausse des températures qui conduit au « dégazage de l’océan » – donc à l’augmentation de la concentration atmosphérique en CO2. Celle-ci ne serait que marginalement la conséquence des activités humaines. C’est une théorie tout à fait révolutionnaire et il est regrettable que l’auteur ne l’ait pas publiée dans une revue scientifique… Plus sérieusement, elle témoigne surtout d’une ignorance complète du cycle du carbone. Car, si l’océan « dégaze » du CO2, comment expliquer alors les nombreuses observations montrant l’augmentation continue de la quantité de carbone dans l’océan, qui se manifeste notamment par son acidification?

              En quatrième de couverture, l’éditeur précise que l’auteur aurait été « choisi comme rapporteur critique par le GIEC », donnant par là le sentiment au lecteur qu’il dispose d’une expertise en matière de climat. Ces assertions sont fausses. Le GIEC n’a jamais invité M. Gervais à faire partie des relecteurs critiques, puisque ces derniers se déclarent volontairement. Dans un souci de transparence, le GIEC accepte et examine les commentaires critiques de tout membre de la communauté scientifique au sens le plus large. Par ailleurs, M. Gervais n’a jamais publié le moindre travail sur le climat.

              ces propos sont issus d’un article paru dans le monde en 2013 :
              https://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/10/28/les-contre-verites-du-dernier-pamphlet-climatosceptique_3504317_1650684.html

              Toi qui semble tenir à la recherche de la vérité, cela ne devrait pas te laisser insensible ;-)

            • Avatar
              Jean-Louis PERRIER dim 30 Déc 2018

              Cher Marc,
              on est en pleine chasse aux sorcières ! Ok, considérons que M. Gervais soit un imposteur, cela ne change rien au fait qu’il se base sur le rapport du GIEC pour affirmer que 95% de l’augmentation du CO2 n’est pas d’origine anthropique : ce fait est vérifiable par n’importe qui, même non scientifique, il suffit de faire soi-même les calculs des émissions naturelles de CO2 et de les comparer aux émissions humaines à partir du bilan présenté par le GIEC et voilà.
              Ensuite – oublions à nouveau F. Gervais ! – je constate que vous ne montrez pas beaucoup de bonne volonté pour expliquer sur quelles fréquences le CO2 bloque les infra-rouges, et quelle portion de ces fréquences sont déjà saturées.
              Je sais que vous ne pouvez craindre la vérité, vous nous indiquerez assurément des liens vers des études impartiales sur ce sujet dans votre prochaine réponse !
              Merci.

            • Avatar
              Jean-Louis PERRIER dim 30 Déc 2018

              la température dans la basse stratosphère n’a pas évolué depuis vingt ans (figure 2.24 du rapport AR5 du GIEC).
              À cette altitude (de l’ordre de 17 km), on s’affranchit des éventuels biais de la basse atmosphère. Cette période de vingt ans correspond à l’envoi dans l’atmosphère de 40 % de tout le CO2 émis depuis le début de l’ère industrielle ! Quel en est l’impact MESURÉ ? Nul.
              (le monde : https://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/10/28/la-reponse-de-l-auteur-francois-gervais_3504318_1650684.html )
              Je vous invite donc à relire le rapport du GIEC, il prouve lui-même qu’il n’y a aucun réchauffement depuis 20 ans, ce qui est en contradiction avec l’affirmation que l’augmentation de CO2 serait capable d’augmenter l’effet de serre. Ce n’est plus possible car le point de saturation est atteint.
              Bien à vous.

            • Avatar
              Jean-Louis PERRIER sam 05 Jan 2019

              Bonjour Marc,
              François Gervais est physicien, spécialiste de thermique et d’infrarouges, l’es-tu toi qui enseigne la climatologie à des bac+4 ? Et à toi qui parles de convection, il est médaillé du CNRS en thermodynamique, l’es-tu aussi ? Primé par l’Académie des Sciences, l’es-tu aussi ? il a été retenu par le GIEC comme évaluateur critique. Et non, tu ne l’es pas non plus… Cela représente en effet quelques bonnes raisons de le critiquer.

              Bref, en ce qui concerne la convection, imaginons en effet que de l’air « chaud », à 20°C par exemple, traverse la couche basse opaque au IR du CO2 et remonte de quelques kilomètres pour « déverser » sa chaleur dans la basse stratosphère, pile là où l’effet de serre devrait être maximum selon toi.
              Le problème c’est qu’à cette altitude le GIEC dans son rapport AR5 explique Figure 2.24 | Global annual average lower stratospheric p.197 (213 page du pdf) que la température n’a pas bougé depuis 25 ans (pire, elle a même baissé !)
              Voilà, c’est exactement ce que dit François Gervais dans toutes ses conférences. En sciences, lorsque la théorie n’est pas confirmée par la mesure, on conclue que la théorie est fausse.
              De la même manière Antoine croit naïvement que si l’atmosphère se réchauffe de 2°C la glace de l’antarctique (à -18°C) va fondre ! ça c’est bon pour les bisounours mais pas pour des gens qui se prétendent professionnels
              Je reste donc très étonné de la manière dont vous considérez la science : il semble pour vous que ce soit un acte de foi, ce qui est tout à votre honneur en tant que croyants, mais cela n’a rien à faire dans le domaine de la science. Enfin, je note que vous enseignez, Antoine et toi, des matières pour lesquelles vous n’avez pas de qualification. Ceci est particulièrement grave lorsqu’on sait votre attitude négationniste vis-à-vis de la réalité des mesures !
              PS : au sujet de l’acidité des océans, il faut aller chercher du côté de dhmo.org
              En conclusion votre positionnement est politique, à l’image du GIEC et du catastrophisme mais vous restez manifestement éloignés de la science. C’est un choix, je ne le critique pas, mais ayez seulement l’honnêteté de clarifier votre positionnement. De quoi avez-vous peur ? La politique est nécessaire et honorable, pourquoi faudrait-il la pratiquer dans l’obscurité, le mensonge ?
              Parce que vous n’êtes pas à la hauteur ? Dans ce cas laissez tomber, vous allez vous brûler les ailes. Parce que nous sommes des moutons et que vous êtes de pasteurs ? Cela ne se justifie plus aujourd’hui. S’il faut recostruire le monde comme veut le faire Jancovici, tout excité d’être à la tête du « Haut conseil sur le climat » et président de son think-tank « the shift project » >> tout cela est politique (et évidemment il y a à la clé le partage des milliers de milliard de $$ pour « shifter » ! on n’est pas complètement naïfs, mais c’est ok, pas de souci, chacun son truc, c’est juste complètement anti-chrétien mais il en faut pour tout le monde)
              Bonne course !

            • Avatar
              Marc Fiquet lun 07 Jan 2019

              Bonjour Jean-Louis,

              il doit y avoir confusion, mais je n’enseigne pas la climatologie…
              J’ai repris les propos d’un climatologue reconnu, François-Marie Bréon dans l’article du monde.

              Je t’invite vraiment à relire cet article avec le recul nécessaire,sans penser qu’il y a un complot contre les climato-sceptiques. Les scientifiques vraiment experts du climat sont d’accord depuis bien longtemps sur le réchauffement. Notre position est assez simple, nous essayons de montrer ce que relatent les travaux du monde académique.

              bien à toi.

            • Avatar
              Jean-Louis PERRIER lun 07 Jan 2019

              Salut Marc,
              Ok, il y a eu confusion de ma part donc.
              La position académique c’est comme le consensus. C’est toujours ceux qui doutent qui trouvent la vérité >> méfions-nous des académies comme de la peste ! (c’est ce que j’expliquais à Antoine en reprenant sa géniale théorie : Si Einstein dit que la relativité existe, on lui demandera juste quels sont les livres qu’il a lus sur le sujet…)
              FM Bréon, c’est toujours la même stratégie : on fait du semblant de science, des affirmations gratuites, voire fausses, pour défendre un point de vue politique en utilisant des diplômes comme prétendue garantie de sérieux. La science n’est ni bonne ni mauvaise, il n’y a pas de jugement à porter, or pour Bréon il s’agit de choisir un « bon côté » > c’est donc tout sauf de la science. Ses diplômes ne lui servent à rien, car pour faire de la politique il s’agit de suivre un cursus radicalement différent.
              Un scientifique n’a pas à faire de politique. On ne peut être juge et partie.
              Or, en suivant cette voie du catastrophisme, c’est ce que vous faites. Vous êtes en dehors du scope de votre « À propos ». Vous ne faites pas de science, votre attitude est manifestement partiale.

            • Avatar
              Jean-Louis PERRIER lun 07 Jan 2019

              AUCUNE des prévisions du GIEC ne se sont vérifiées à ce jour.
              PERSONNE n’a jamais constaté les « hot points » qui devraient signer l’effet de serre du CO2 anthropique !
              Il n’y a pas de réchauffement et il n’y a absolument aucun consensus scientifique sur le climat, contrairement à ce que vous affirmez.
              À ce jour, personne n’a prouvé que le CO2 cause un réchauffement, par contre on constate facilement que le réchauffement cause avec 9 à 10 mois de retard, et sur un second rythme avec 800 ans de retard, un dégagement de CO2 (provenant probablement des océans). Tout cela est évident, comme le nez au milieu de la figure. Ce n’est pas une théorie, c’est un fait en provenance directe des mesures.

            • Avatar
              Marc Fiquet lun 07 Jan 2019

              Nous avons ajouté le lien dans l’article vers l’étude qui montre les chiffres avec l’évolution des experts qui affirment l’impact humain sur le réchauffement. on le voit clairement évoluer depuis une quinzaine d’année pour atteindre 97%.

              les chiffres sont ceux là…si tu doutes de leur compétences sans même t’intéresser à leur profil, pourquoi pas..

              Pourquoi faire de la politique avec Breon ? il y a la même chose sur le site de l’université de Jussieu, Antoine enseigne la même chose dans son université en Espagne, et il est bien placé pour te dire qu’il ne fait aucune politique !.. etc, etc..

              ça c’est le corps scientifique, les gens qui bossent vraiment sur le sujet et qui savent de quoi ils parlent, même au niveau du cycle du CO2.

              Si un jour tu en as l’occasion, lis un ouvrage d’un de ces scientifiques qui ne fait pas de politique, tu auras peut-être un autre angle de vue.
              Je resouligne en passant que ces experts remettent très fortement en cause les compétences de Gervais en la matière dont tu tiens la plupart de tes données avec des exemples très concrets.

              C’est tout le problème du monde d’aujourd’hui. A qui faire confiance ? où trouver de l’information fiable ? si pour toi le monde académique ne représente rien, ni le terme de consensus scientifique. Il ne te reste peut-être plus que toi-même pour te faire un avis éclairé, si tout le monde fait pareil, on est mal barré… :-(

              pour ma part j’arrête ici la discussion.

              bonne suite.

          • Avatar
            Marc Fiquet dim 30 Déc 2018 Répondre

            Bonjour Jean-Louis,

            il ne s’agit pas d’une chasse aux sorcière mais de dire les choses telles qu’elles sont.

            F. Gervais est un sceptique sur le dossier climatique, mais ses compétences en la matière sont remises en cause par ses pairs. Le grand public peut être pris au piège par son discours fallacieux (ce qui est regrettable) mais pas les experts..

            Notre but n’est pas de jeter le discrédit sur qui que ce soit mais d’expliquer les choses de la manière la plus factuelle possible. Il n’y a pas de complot mondial sur le changement climatique. La science du climat est pratiquée dans le monde entier par des scientifiques d’origine de toute sorte. Les résultats concordent parfaitement. Et les OVNIs comme F. Gervais ou E Vernaz sont rares !

            La réponse de Gervais au monde n’est pas satisfaisante car la critique de son livre a bien montré qu’il ne maîtrise ni le cycle du carbone ni même l’effet de serre.

            Le cycle du carbone, l’effet de serre etc, sont parfaitement expliqués sur le site de l’université de Jussieu fourni en lien plus haut ainsi que l’impact de l’activité humaine, c’est ce qu’on enseigne dans toutes les universités. Je t’invite à le parcourir.

            Si après cela tu as encore des doutes et des questions techniques, Antoine pourra certainement y répondre, Mais si d’emblée tu es réfractaire à l’enseignement universitaire par ce que tu le juges biaisé, nous aurons du mal à poursuivre la discussion.

            Si une réflexion chrétienne liée à l’environnement t’intéresse, tu pourras également entreprendre la lecture de « Evangile et Changement Climatique » :
            https://www.amazon.fr/Evangile-Changement-Climatique-Mouhot-Walley/dp/297009827X

            Bien à toi

            • Avatar
              Jean-Louis PERRIER dim 30 Déc 2018

              merci Marc pour cette réponse.

              Je ne cherche que la vérité. Le problème du GIEC provient du fait qu’il est un organisme à vocation politique – il se base sur des avis scientifiques, certes, mais ses conclusions sont biaisées car il ne s’intéresse qu’au changement climatique.
              À aucun endroit le GIEC ne présente des études MESURANT la responsabilité de l’homme dans le réchauffement. Voilà le problème principal (il suffit qu’un seul homme respire une seule fois pour que l’on soit certains à 100% de la responsabilité humaine dans le réchauffement, ainsi dès leur premier rapport ils pouvaient affirmer à 100% que l’homme a une responsabilité. Ce qui compte est de mesurer cette responsabilité et ils ne le font jamais !)
              Un second problème que je vois revenir fréquemment dans votre attitude est d’utiliser le consensus. Un consensus n’a strictement AUCUNE valeur sur le plan scientifique. N’en parlez même pas !
              On s’est déjà trompés de nombreuses fois dans le passé (exemple récent : https://www.youtube.com/watch?v=EmfvKXO5DZk) et ce n’est pas demain que ça va s’arrêter… Ayons l’humilité de reconnaître que nous sommes des enfants de Dieu en apprentissage. Nous gagnerons autant en crédibilité.
              J’aurai aimé que vous me montriez ce genre d’étude, réalisée par un scientifique sérieux :
              http://clivebest.com/blog/?p=4597
              Il semble partager un peu les mêmes spécialités qu’Antoine et s’il s’affirme sceptique il reconnaît la réalité des effets du CO2, et il donne des indications permettant d’évaluer l’importance de la partie anthropique. Il n’a pas de livre à vendre ainsi seule la vérité motive sa curiosité.
              Bref, je suis pour la lutte contre la pollution, l’abandon progressif du fossile (pour anticiper sa disparition) et contre le nucléaire actuel (fondé sur la production de plutonium, menant à la division des peuples plutôt qu’à leur union) mais les choix technologiques alternatifs au fossile sont plus polluant actuellement. La voiture électrique actuelle n’est qu’une source d’impôts supplémentaires pour l’État mais ne réduit en rien la pollution.

              Enfin, en ce qui concerne le livre, je ne vois pas en quoi le fait d’être chrétien puisse apporter un meilleur éclairage, ou une quelconque caution morale, à la validité du réchauffement climatique. Est-ce à dire que vous récuseriez les résultats des chercheurs musulmans, même s’ils abondent dans le sens du GIEC ??? Ou alors, faudrait-il s’apitoyer PLUS sur le fait que des gens vont subir les effets du changement climatique PARCE QUE c’est un phénomène anthropique ? (s’il s’agit d’un tremblements de terre on n’a pas besoin de s’apitoyer autant, en quelque sorte ???) Les premières causes de mortalité sont ailleurs que dans l’esclavagisme énergétique.

              Le message éminemment chrétien est la pauvreté, basée sur un commandement d’une part et sur l’appel à la simplicité et au dépouillement, ainsi lutter contre la pauvreté est une attitude fondamentalement anti-chrétienne. Ces gens font fausse route et on peut légitimement se demander s’ils lisent les évangiles !

            • Avatar
              Antoine mer 02 Jan 2019
            • Avatar
              Jean-Louis PERRIER ven 04 Jan 2019

              Cher Antoine,

              Voici la liste des travaux d’Antoine Bret. Rien à voir avec le climat :
              https://ui.adsabs.harvard.edu/#search/p_=1&q=%20author%3A%22bret%2C%20a%22&sort=date%20desc%2C%20bibcode%20desc
              (en ce qui concerne JM Jancovici, inutile de lancer une recherche…)

              Il est étrange de constater que vous nous conseillez de lire du Jancovici alors qu’il n’est rien sur le plan scientifique et moins que rien sur le climat, et que les foudres de votre jugement irrévocable vont condamner à jamais des Gervais, Vernaz et autres, simplement parce qu’ils ne sont pas d’accord avec vous.

              Refuser le point de vue des autres ne mène à rien. Il faut accepter humblement le débat et la critique. Votre argument final est « le consensus ».
              Contrairement à ce que vous affirmez il n’y a pas de consensus scientifique sur le réchauffement climatique. Et même s’il y en avait un véritable cela ne signifierait rien, nous le savons tous. L’histoire de la science est justement faite de gens qui se sont battus contre le consensus.

              En 2018 EDF a collecté 8 milliard d’euro (CSPE) pour financer le renouvelable de manière anti-démocratique. C’est un fait.
              https://www.youtube.com/watch?v=hPy4qWJwUkA
              Dans les coulisses de la banque mondiale on est en train de préparer le casse du siècle pour financer la lutte contre le « changement climatique »
              https://www.youtube.com/watch?v=hPy4qWJwUkA

              Je termine en rappelant que le monde n’est pas du tout pressé d’abandonner les énergies fossiles, bien au contraire :
              https://www.youtube.com/watch?v=tIcZZZR92g0

            • Avatar
              Antoine ven 04 Jan 2019

              Si je dis que Jesus n’a jamais existé, on me demandera à juste titre si je suis historien.
              Si je dis que Jesus a existé, on me demandera juste quels sont les livres que j’ai lus sur le sujet.

            • Avatar
              Jean-Louis PERRIER sam 05 Jan 2019

              En effet, Einstein n’avait pas besoin d’être un scientifique car il a simplement affirmé que la relativité existait !

  12. Avatar
    Adeline mar 09 Oct 2018 Répondre

    (en réalité vous devriez songer à renommer votre blog « Foi & Science » car vu le niveau de science que vous pratiquez et la quantité de foi dont vous faites preuve je pense sincèrement que ce serait rendre justice que d’inverser l’ordre, et – bien que vous voyiez ceci aujourd’hui comme une insulte, j’en ai conscience – vous saurez un jour que cela est en réalité tout à votre honneur : seule la foi restera ! la science est temporelle, elle est en conséquence une illusion)

    • Avatar

      En disant que la science est une illusion, je suppose que vous voulez dire que la science, tout en croyant décrire la réalité, ne fait que décrire comment l’être humain voit la réalité. Ce avec quoi je suis parfaitement d’accord.

      Il y a une espèce de foi en la science qui est malsaine, mais heureusement de grands scientifiques ont toujours eu conscience de ce décalage entre ce qu’on attend de la science et la réalité.

      • Avatar
        Adeline mer 10 Oct 2018 Répondre

        Merci Michel, c’est exactement ce que je veux dire. J’irai même plus loin en affirmant que c’est un piège Divin que de nous confronter avec le temporel (le temps est le plus grand obstacle à l’accès à Dieu !)
        Matthieu 6:34 Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain aura soin de lui-même. À chaque jour suffit sa peine.
        Nous savons tous que notre raison, l’intellect, se développe à travers nos sens, qui sont en contact direct avec le monde créé : ainsi la logique rationnelle est directement issue de ce monde créé qui n’est qu’illusion. Rendez-vous compte !
        Attention, je ne suis pas en train de dire que sous prétexte que le monde est illusoire il faille le nier : non car sa qualité d’illusion ne signifie en rien qu’il n’existe pas ! Nous sommes donc forcé d’en tenir compte (c’est la dimension horizontale de la croix). Il faut par contre avoir une conscience la plus aiguë possible de l’illusion pour pouvoir se focaliser sur le réel.
        La seule réalité (éternelle, i.e. non touchée par le temps) est l’amour, qui se vit dans le présent. Tout le reste n’a strictement aucune espèce d’importance.
        Bien à vous

        • Avatar

          Etes-vous d’accord avec cette autre définition ?
          Religion: système que se crée l’être humain pour fuir Dieu

          Et voici le dessert:

          Religieux
          je me méfie de ces gens qui savent ce que Dieu veut qu’ils fassent
          parce que j’ai remarqué que cela coïncidait toujours avec leurs désirs

          Bigoterie
          ce n’est pas de la bigoterie qu’être certain d’avoir raison
          mais cela l’est d’être incapable d’imaginer que l’on puisse se tromper

          Excommunication
          on accepte un homme dans une Église pour ce qu’il croit
          et on le vire pour ce qu’il connaît

          Sola scriptura
          slogan souvent répété (« l’écriture seule »)
          pour mieux cacher les dérives d’interprétation des écritures

          C’est biblique
          argument définitif imbattable

          Verset
          sorti de son contexte et cité de manière approximative,
          le verset met souvent fin à tout débat

          Fondamentaliste
          se dit de quelqu’un qui soutient une position biblique,
          par ceux qui ne peuvent prouver que le texte affirme autre chose

          Hérétique
          celui qui dit des vérités qui dérangent

          Docteur en théologie
          celui qui dit des mensonges qui rassurent

          Dérive
          comportement normal en ce qui nous concerne
          mais anormal en ce qui concerne les autres

          Dénoncer une dérive
          critiquer ceux qui nous critiquent

          Athée
          briseur d’idoles, qui rend un service inestimable
          en répandant la bonne nouvelle de ce que n’est pas Dieu

          Secte
          l’homme a toujours cherché une explication aux choses,
          et quand il n’en trouve pas, il en invente

          Foi
          la foi – mal comprise – ne vous donne pas de réponse,
          elle empêche simplement de vous poser des questions

          « La vraie foi »
          la vôtre, et que les autres n’ont pas

          Superstition
          la croyance des autres

          Sectaire
          qui ne pense pas comme nous

          Ouverture d’esprit
          accueil simulé des croyances des autres,
          en espérant qu’ils adhéreront aux vôtres

          Bible
          lue de façon inadéquate,
          la Bible est la meilleure alliée de l’athéisme

          Bénédiction
          un bien qui arrive de la part de Dieu…
          mais de la part du diable si c’est votre ennemi qui en bénéficie…

          Prédestination
          je suis prédestiné pour le paradis,
          et ceux qui ne pensent pas comme moi sont prédestinés pour l’enfer

          Apocalypse
          catastrophes de fin du monde
          « apocalypse » signifie en fait « révélation »,
          mais beaucoup n’en ont pas eu révélation : serait-ce donc la fin du monde ?

          Liberté
          cherchez-vous vraiment à être libre ?
          n’utilisez-vous pas plutôt toute votre énergie à rendre votre prison plus confortable ?

      • Avatar
        temaro mer 10 Oct 2018 Répondre

        Bonjour Michel,

         » la science, tout en croyant décrire la réalité, ne fait que décrire comment l’être humain voit la réalité. »
        > Dire que la science « croit » décrire la réalité revient ni plus ni moins à nier les phénomènes physiques qui se manifestent dans l’Univers en les qualifiant d’illusions. Or, ce qui est en cause, ce ne sont pas les phénomènes en eux-mêmes mais notre cerveau et les interprétations qu’il en fait, et nous restitue à un niveau conscient.
        Ces illusions sur notre perception des couleurs illustrent parfaitement ce propos:
        https://www.huffingtonpost.fr/2015/02/27/couleur-robe-bleue-noire-blanche-doree-couleur-robe_n_6767126.html
        https://www.huffingtonpost.fr/2017/03/01/croyez-le-ou-non-mais-ces-fraises-ne-sont-pas-rouges_a_21864518/

        Il convient donc de distinguer:
        – ce qui est mesurable (les nuances de ce que nous qualifions de « rouge » correspondent à des longueurs d’onde de la lumière allant de 625nm à 670 nm), et d’autre part:
        – ce que nous voyons, c’est à dire l’interprétation faite par notre cerveau (la perception consciente personnelle et incommunicable appelée aussi qualia)

         » Il y a une espèce de foi en la science qui est malsaine  »
        > La science n’est qu’un outil, et aucun outil n’est ni multi-tâches ni malsain par définition. (E = MC2 ne nous dit rien sur la moralité de l’usage de l’arme nucléaire)
        En revanche, la science peut éclairer notre sens des valeurs.
        Il est évident qu’on n’aura pas la même vision du monde selon qu’on SAIT que l’Univers est âgé de 13.7 milliards d »années ou qu’on CROIT que l’Univers a 6000 ans.

        • Avatar

          Disons-le autrement: science, système que se crée l’être humain, qui nous montre non pas la réalité, mais comment l’être humain voit la réalité. Il ne s’agit pas d’une illusion: la réalité existe, mais on oublie que nous en faisons partie, ne sommes pas des observateurs au-delà de la réalité – nous ne sommes pas dans une méta-réalité – et par conséquent tout ce que nous pouvons dire de la réalité n’est qu’une interprétation de ce que nous observons – c’est une évidence.

          • Avatar
            temaro ven 12 Oct 2018 Répondre

            Bonjour Michel,

            Je trouve ce genre de discussion très intéressante, car elle révèle souvent une certaine désinvolture langagière à propos de notions que l’on pourrait penser acquises ou évidentes, comme le néant, le temps, l’infini, le réel, etc…

            A propos du réel, vous dîtes:
             » science, système que se crée l’être humain, qui nous montre non pas la réalité, mais comment l’être humain voit la réalité  »

            > Je suis désolé d’insister mais dire que la science décrit comment l’être humain voit la réalité demeure, si on ne la précise pas davantage, une formule très ambigüe, à double titre.
            Premièrement (et c’était l’intérêt de mes liens sur la perception des couleurs) la science ne décrit absolument pas la dimension QUALITATIVE (subjective) de nos expériences sensibles (les qualia) mais seulement la dimension QUANTITATIVE (objective) des phénomènes. (leurs manifestations physiques)
            Deuxièmement, les lois scientifiques sont souvent fort contre-intuitives, voire contradictoires avec notre expérience quotidienne.
            Il suffit pour s’en convaincre de penser à la chute des corps (Galilée) qui exprime exactement l’inverse de ce que nous pouvons observer lorsqu’on lâche en même temps une plume et une bille.
            => Il semble donc plus juste d’affirmer que la sa science décrit moins la manière dont nous voyons la réalité que les phénomènes physiques par lesquels se manifeste la réalité et qui peuvent être très distants de notre expérience sensible.
            Par ailleurs, lorsque nous regardons la Lune, nous avons peu de raisons de douter que notre regard se porte sur un astre en rotation autour de la Terre et pas sur une vache ou une chaise.
            => Les phénomènes physiques sont les seuls indicateurs qui nous permettent de donner du sens à la réalité.

             » La réalité existe, mais on oublie que nous en faisons partie, ne sommes pas des observateurs au-delà de la réalité – nous ne sommes pas dans une méta-réalité  »

            > Non seulement il s’agit de ne pas l’oublier mais de se convaincre que la définition même de  » réalité  » implique une unicité ontologique du réel. Invoquer une « méta-réalité » a aussi peu de sens qu’aller au nord du pôle nord.

            • Avatar
              Michel, de bibletude ven 12 Oct 2018

              Du moment que c’est nous qui « faisons de la science », ce qu’elle explique est en fait ce que nous comprenons de la réalité.

              Si c’étaient des girafes qui « faisaient de la science », ce qu’elle expliquerait serait en fait ce que comprendraient les girafes de la science.

              La science actuelle est complètement différente d’il y a 2000 ans, et dans 2000 ans elle sera complètement différente de celle d’aujourd’hui.

  13. Avatar
    Marc Fiquet mer 10 Oct 2018 Répondre

    Bonjour Adeline,

    Nous sommes ici plusieurs chrétiens et tous persuadés que nous pouvons tirer un bon trésor des Écritures et des Paroles de Jésus.

    Toute la difficulté consiste à ce que cette lecture se fasse dans le respect du contexte et dans le respect des uns des autres. Nous réfléchissons ensemble, et l’article d’Antoine voulait souligner les dangers de certains raccourcis ou de mauvaises interprétations voire de faux ou de dangereux combats comme ce fut le cas pour ceux qui défendaient l’industrie du tabac dans les années 60, on ne saurait bien sûr soutenir une telle attitude.

    Bien entendu, personne n’est dupe et de nombreux industriels ou certains politiques vont chercher à profiter de la situation pour tirer un profit personnel de l’aubaine d’une transition énergétique si elle s’opère en même temps que d’autre cherchent à protéger leurs intérêts actuels (ex Trump qui rouvre des mines de charbons aux US). La situation géopolitique est complexe, il n’empêche que le réchauffement climatique reste un défi majeur pour l’humanité et que certains faits ne sont plus à démontrer, notamment l’impact de l’activité humaine sur le climat et la biodiversité.

    Pour essayer de voir cela sous un angle peut-être inhabituel, mais qui prête à réfléchir, je soumets à ta lecture et à ton jugement ce diagnostic d’un historien chrétien spécialiste de l’environnement : https://www.scienceetfoi.com/et-nos-enfants-nous-appelleront-barbares/

    • Avatar
      Adeline mer 10 Oct 2018 Répondre

      Salut Marc,
      Oui nous sommes tous convaincus ici que Jésus nous amène des trésors contenus dans l’Écriture – que l’on ne peut anéantir – et de Vérité contenue dans la Parole. Encore faut-il apprendre à Lire (cela n’a rien à voir avec la connaissance de la grammaire et de l’orthographe).
      Je te rassure tout de suite, si j’ai été un peu piquante avec Antoine, c’est pour bousculer ses certitudes mais pas par irrespect ou méprise de ma part.
      Si la mesure de la concentration du CO2 dans l’atmosphère avait été fixée par le GIEC au milieu du Sahara et que je propose de la faire déménager sur le plus gros volcan en activité du monde, tout le monde ici s’esclafferait du ridicule de ma proposition ! Mais le fait que cette décision stupide soit faite par « la communauté » et tout d’un coup on l’accepte de manière dogmatique, aussi incohérente soit-elle : voilà pourquoi j’utilise cet exemple, pour démontrer que le fait qu’il y ait 10% ou 99% de consensus ne change en rien la valeur du consensus. Un consensus n’est JAMAIS une preuve : 100% des gens pensaient que la terre était le centre du monde jusqu’à ce qu’on remette en cause cette stupide certitude.
      Le réchauffement climatique n’est pas un défi dans le sens où tu l’entends, je veux dire par là que l’homme n’a pratiquement aucune responsabilité dedans et le fait de supprimer même l’humanité entière ne changerait rien ou presque à la réalité et aux aléas du climat. Le défi se trouve ailleurs.

      C’est le sens de mon message, nous sommes manipulés par des intérêts politiques qui ont besoin de mener le troupeau ici ou là : c’est la parabole du berger accompagné de ses chiens de garde et de l’agneau, cette réalité est éternelle et ne cessera jamais : je ne remet donc pas en cause le bien fondé de la politique menée, mais je remet en cause les raisons proposées pour nous faire bouger (je cherche à détruire l’illusion du chien de garde, ce qui pourrait être utile aux moins moutons d’entre nous)
      En effet, la croissance est nulle il faut trouver des raisons suffisamment valables pour relancer l’économie : l’environnement, la « green economy » est une alternative possible, et voilà pourquoi on nous pousse vers le renouvelable. Une fois que cette transition réalisée, nos petits-enfants seront confrontés à un effondrement plus grave encore de l’économie car il faudra apprendre à partager d’une manière nouvelle ces ressources « gratuites » et nous n’y sommes pas encore préparés. Etc.

      Voilà le but de mon intervention : ne pas se tromper d’objectifs, voir au-delà des apparences : nous sommes suffisamment grands pour comprendre que la ressource fossile est limitée et qu’il faut aller vers d’autres alternatives, pas besoin de la menace d’une (fausse) catastrophe annoncée pour nous mettre en mouvement.

      J’ai volontairement inclus des erreurs d’approche dans ma démarche pour ouvrir une brèche dans laquelle Antoine aurait pu s’engouffrer facilement mais je comprends aussi qu’il n’ait pas que ça à faire, comme il l’a expliqué lui-même, aucun souci. Par contre il faudra tôt ou tard qu’il se remette en question : en effet, le monde est fini (panta rei, tout coule en grec) et ce n’est pas l’approche scientifique qui nous rapproche de Dieu, c’est au contraire l’abandon de la pensée. L’amour ne se calcule pas. La pensée est absolument incapable d’amour, c’est seulement le cœur qui en est capable. Le langage de l’amour est le silence. Voilà pourquoi tôt ou tard, Antoine, il te faudra reconnaître que le choix de Mauna Loa est parfaitement stupide et que la communauté scientifique fait parfois des erreurs même avec un consensus de 97%.

      Le Jésus historique n’a aucune importance : avant que … je SUIS
      Que la création ou l’évolution soit une réalité ou pas n’a aucune importance. Vous vous trompez de débat. L’essentiel est ailleurs : Heureux le pauvre en esprit car le Royaume lui appartient
      etc.

      Bien à vous.

      • Avatar
        Marc Fiquet mer 10 Oct 2018 Répondre

        Aucun mot sur l’article que je t’ai mis en lien ?

        • Avatar
          Adeline mer 10 Oct 2018 Répondre

          au sujet de l’article en lien, l’auteur n’a pas compris que l’esclavage est une réalité éternelle : le client est roi, cela signifie que lorsqu’on paye on est le maître et le fournisseur est notre esclave, alors que pour gagner l’argent qu’on vient de dépenser il a fallu qu’on soit l’esclave de notre client, (ou patron, au choix). Ce qui fait qu’il perçoive un lien entre esclavage et énergie provient du fait que le PIB nécessite de l’énergie, voilà tout.
          Après le reste risque de nous faire entrer dans des débats inintéressants (Jancovici est un pseudo-scientifique, payés pour relayer le message politique et ça fait à peu près 20 ans qu’il décale d’année en année le pic pétrolier (c’est un exemple). Très peu pour moi, en synthèse…

          • Avatar
            Adeline mer 10 Oct 2018 Répondre

            (mais l’auteur s’illusionne complètement sur cette histoire de culpabilité par rapport à notre dépendance à l’énergie : tant qu’il y a de l’énergie disponible, on la consommera ! Lorsqu’il n’y en aura plus on fera comme avant, on retournera à l’huile de coude et de cheval s’il en reste ! Vouloir impliquer une responsabilité vis à vis de nos enfants est une perversion morale : nos grands-parents n’auraient pas craché sur l’électricité nucléaire si elle avait été disponible, nous avons épongé les conséquences de leurs guerres et bénéficié de leurs avantages aussi, de la même manière nos petits-enfants bénéficieront des avantages de nos choix, et subiront aussi leurs conséquences : le monde ne change qu’en apparence et jamais en réalité >> le monde moderne n’est ni meilleur ni moins bon que l’ancien, on gagne quelque chose et on perd quelque chose : abandonnons le monde moderne et Dieu nous offre une compensation automatiquement, car Il est Juste)
            PS : le bien et le mal sont relatifs à UN POINT DE VUE

  14. Avatar
    Adeline mer 10 Oct 2018 Répondre

    PS : Dieu fait de l’illusion la réalité et de la réalité une illusion. Lorsqu’on va à l’école on apprend à faire de l’illusion la réalité (le monde créé, que l’on appelle « réel » alors qu’il n’y a rien de plus illusoire, car fini). Puis l’école de la vie se charge de nous apprendre où se trouve la véritable réalité (éternelle), dans ce qu’on croyait être une illusion (l’amour)
    Il faut donc apprendre à lâcher prise pour pouvoir enfin s’intéresser à des choses intéressantes : la Réalité !
    C’est ce que Jésus nous enseigne, mais pour pouvoir apprendre à apprendre, il faut commencer par apprendre à désapprendre (ce que l’on a appris à l’école).
    En synthèse, ce que je dis ici est une sévère critique de votre site : vouloir mettre la science au devant de la scène revient à vouloir faire une réalité d’une illusion (le monde fini). Alors que Jésus cherche au contraire à nous orienter vers l’éternité (l’amour, qui s’oppose à la finitude du monde). Ce passage par le monde fini est nécessaire, ainsi votre site répond à une nécessité – bien que finie et temporelle – mais tôt ou tard vous serez confrontés à faire des choix décisifs.
    PS2 : pour comprendre ce que je cherche à mettre en perspective, il faut réaliser que l’esprit s’oppose en permanence au cœur : « raison et amour sont ennemis jurés » Pierre Corneille. Ainsi pour s’intéresser aux raisons du cœur, il est nécessaire d’abandonner la raison tout court (un amoureux a perdu l’esprit, littéralement)

    • Avatar
      Marc Fiquet mer 10 Oct 2018 Répondre

      Ma chère Adeline je crois que nous n’arrivons pas à nous entendre.

      Notre position est radicalement différente, nous faisions partie de ces chrétiens qui avons reçu ce message du Christ nous invitant à être DANS le monde sans être DU monde et qui avons reçu un magnifique cadeau qui se trouve être l’intelligence qui ne s’oppose pas à la foi mais qui la complète. (« tu aimeras le Seigneur ton Dieu de toute ta force de toute ton âme, de tout ton cœur, de toute ton intelligence« ).

      bonne suite à toi.

      • Avatar
        Adeline mer 10 Oct 2018 Répondre

        l’intelligence du cœur est à l’opposée de celle de l’esprit, mais elle existe.

  15. Avatar
    Adeline mer 10 Oct 2018 Répondre

    en réalité l’intelligence dont il est question ici apparaît lorsqu’on a stoppé notre mental : il s’agit de la Présence du non-manifeste, que l’on ressent lorsqu’on a réussi à stopper les vagues de la surface du lac du cœur lorsque l’esprit (nécessaire à l’existence de l’ego) s’arrête de fonctionner

  16. Avatar
    Adeline mer 10 Oct 2018 Répondre

    l’amour est un sentiment : l’esprit est un calculateur froid incapable de ressentir un sentiment, donc incapable d’amour.
    L’esprit calcule, le cœur sait instantanément
    L’esprit est le frein, le cœur l’accélérateur
    (à la question « pourquoi l’esprit ? », Dieu nous en a doté pour nous protéger des élans du cœur qui peuvent nous mettre en danger. Après, tout est question de dosage, d’apprentissage : la vie est là pour ça)

  17. Avatar
    Adeline mer 10 Oct 2018 Répondre

    Pour comprendre il faut apprendre ce qu’est l’amour
    Saint-Exupéry explique que c’est un mouvement.
    On ne peut aimer que Soi-même en réalité, et ce Soi est masqué par l’ego qui est une illusion (la poussière : Adam, le « soi »)
    Le désir de ce que l’on prend pour « l’autre » n’est que le désir de se rapprocher de son Soi que l’on voit sous forme de reflet en l’autre. Lorsque la présence est réalisée dans l’union, l’on devient l’un-l’autre et le désir s’envole ouvrant la voie au mouvement inverse de séparation cette fois. Puis, dans la séparation, le désir revient, initiant un nouveau mouvement de rapprochement, etc. (mouvements symbolisés par les allers-retours de plus en plus rapides de l’union intime) > pour vous scientifiques on va dire que l’amour est la dérivée de la fréquence de ces mouvements.
    « L’amour n’est-ce pas ce mouvement qui te ramène doucement à Toi-même ? »
    Ainsi l’amour est ce qui nous permet de partir à la découverte de ce Soi profond, qui n’est autre que Dieu.
    Voilà pourquoi Jésus dit : Moi et le Père sommes Un (Jean 10:30)
    L’union n’est possible QUE par l’amour
    Ainsi Jésus et le Père sont différents, mais unis (ce n’est pas parce que je suis uni à mon homme que je deviens un homme, ni parce que mon mari est uni à moi qu’il devient pour autant une femme)
    L’amour est ce qui permet (le retour à) l’union (originelle)
    Nos âmes sont des morceaux de l’âme des âmes.
    Nous sommes des morceaux, l’amour est le Tout.

  18. Avatar
    Adeline mer 10 Oct 2018 Répondre

    Notre réalité profonde est que nous sommes beaucoup plus grands que ce que nous connaissons de nous-mêmes. Voilà ce qui explique que l’on puisse tomber amoureux : l’on découvre un voile sur une partie de notre réalité qui nous est cachée. Voilà pourquoi l’union intime est désignée par « connaissance », par « petite mort » car l’on meurt à soi, pour devenir Soi, le temps d’un instant

    • Avatar
      Marc Fiquet mer 10 Oct 2018 Répondre

      Oui Adeline tout ça c’est beau et profond et pour la planète qu’on est en train de tuer et donc les millions de personnes qui vont être obligé de quitter leur habitat dans les prochaines décennies, on fait quoi par amour ?

      • Avatar
        Marc Fiquet mer 10 Oct 2018 Répondre

        Cela dit on s’éloigne du sujet, pas la peine d’en ajouter merci.

      • Avatar
        Adeline jeu 11 Oct 2018 Répondre

        pour la planète qu’on est en train de tuer, voilà la réponse déjà faite en long et en large : https://archive.org/details/TheFirstGlobalRevolution/page/n85 (page de gauche)

        >>> ce sont les chiens de garde qui créent la panique pour nous faire réagir.

        IL N’Y A EN RÉALITÉ AUCUN DANGER

        (cf. la débilité profonde de la NOAA qui installe son capteur CO2 DANS UN VOLCAN EN ACTIVITÉ)

        !!! ARRÊTEZ DE LAVER VOTRE CERVEAU QUOTIDIENNEMENT DANS VOTRE TÉLÉ/INTERNET !!!

        • Avatar
          Marc Fiquet jeu 11 Oct 2018 Répondre

          [modérateur] *** 2 messages supprimés ***

          Adeline, comme indiqué en haut de notre blog, nous essayons que cet espace soit un espace de dialogue non pas de polémique.

          Libre à chacun de penser ce qu’il veut, nous sommes ouverts aux discussions quand elles sont constructives. Mais notre responsabilité ici est de limiter la diffusion d’informations pernicieuses et agressives, j’ai été contraint de suspendre ton compte.

          Merci pour ta compréhension et bonne route.

  19. Avatar
    temaro sam 13 Oct 2018 Répondre

    Bonjour Michel,

    Oui, je vois ce que vous voulez dire. Vous évoquez ici la notion de réalisme « modèle dépendant », c’est à dire le fait qu’on ne peut représenter la réalité que via des modèles, des constructions de l’esprit, ce avec quoi je suis bien d’accord. Et dans ce cadre, tous les modèles sont bons, pour peu qu’ils mettent en évidence les vraies lois physiques à l’oeuvre. Par conséquent, les modèles que pourrait élaborer une girafe ou un poisson rouge ne seraient pas moins pertinents que les nôtres s’ils décrivent des lois qui sont vraies.
    Nous avons donc tout à fait le droit de dire que c’est Dieu qui fait tomber les pommes tout comme nous avons le droit de nier une telle entité. L’important est que le modèle envisagé soit compatible avec la loi de la gravitation, la seule chose qui se manifeste dans le réel qui explique que les pommes tombent.
    Ceci dit, il semble tout de même plus simple de postuler que la Lune existe même si on ne la regarde pas.

  20. Avatar
    temaro mar 01 Jan 2019 Répondre

    Bonjour Jean Louis,

    Dans votre dernier post, vous dîtes:
     » nous sommes des enfants de Dieu en apprentissage  »

    Pour dépasser le simple cadre de la climatologie, qu’est-ce qui, à vos yeux, justifie la proposition  » des enfants de Dieu  » ?
    Par exemple, pensez-vous qu’il existe ou qu’il puisse exister des preuves qui permettraient d’affirmer quoi que ce soit sur l’existence d’un créateur ?
    Et dans la négative, ne serait-ce pas votre cerveau émotionnel qui parle en dehors de toute réalité objective ?

    • Avatar
      Jean-Louis PERRIER mar 01 Jan 2019 Répondre

      Bonsoir Temaro,
      En ce qui concerne l’existence d’un créateur :
      Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre. (Genèse 1,1, Ésaïe 44,24, Apocalypse 15,3)
      En ce qui concerne la relation fils/père :
      Je suis le Fils unique de Dieu. (Jean 10.36)
      (et au sujet de la « réalité objective » il reste tellement à dire car Dieu a fait de l’illusion une réalité apparente et de la réalité éternelle une illusion, mais pour ne pas vous perdre souvenez vous pour le moment que nous sommes tous des fils et des filles uniques de Dieu)
      Bien à vous
      Bonne année

      • Avatar
        temaro mer 02 Jan 2019 Répondre

        Bonjour Jean-Louis,
        J’avoue être un peu déçu par votre réponse qui ressemble davantage à une leçon bien apprise qu’à une réflexion personnelle… Dommage.
        Vous évoquez par exemple votre croyance en un créateur mais vous évitez une implication majeure d’une telle croyance : celle d’une origine absolue, c’est à dire une création à partir de rien.
        A ce sujet, Bergson rappelait  » penser le néant n’est que néant de pensee (l’idée même de néant est une idée destructrice d’elle-même)
        En definitive, chercher une origine absolue semble avoir aussi peu de sens que de chercher un point situé au nord du pôle nord.
        Quand à la dimension objective de la réalité, ( » il reste tellement à dire « ) vous n’en dîtes pas grand chose si ce n’est mettre en parallèle réalité et illusion. Il existe pourtant un moyen (pas nécessairement simple) de discriminer les deux. Comprendre les lois physiques fondamentales qui fondent les interactions dans notre monde.
        Par exemple, la « réalité » d’une chaise à notre échelle semble ne faire aucun doute, mais qu’en est-il à l’échelle atomique ? Peut-on encore parler de chaise ? En ces termes, la question a-t-elle encore un sens ? Ne faudrait-il pas simplement reinterroger le concept de réalité et admettre sa nature polymorphe et dont nos représentations doivent tenir compte ?
        Bien à vous et meilleurs voeux pour 2019.

    • Avatar
      Marc Fiquet mer 02 Jan 2019 Répondre

      [modérateur]
      Bonjour Temaro, désolé d’intervenir dans la conversation, mais nous allons essayer de respecter la règle de rester dans les sujets des articles.

      Merci d’en rester à la réponse de Jean-Louis.

      • Avatar
        temaro mer 02 Jan 2019 Répondre

        Bonjour Marc,
        Désolé, ma réponse de ce matin à Jean Louis venait de partir juste avant ton intervention.
        Si Jean Louis répond, je l’inviterai à réagir sur un article plus adapté, par exemple:  » si Dieu à créé L’univers qui a créé Dieu »
        Meilleurs voeux 2019

  21. Avatar
    Jean-Louis PERRIER sam 05 Jan 2019 Répondre

    soi-disant « consensus de 97% », la réalité est que la majorité des scientifiques sont sceptiques :
    https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/0170840612463317

  22. Avatar
    Antoine dim 06 Jan 2019 Répondre

    Il ne s’agit pas du tout d’une enquête conduite auprès des experts en climatologie. Les sondés sont ici 1077 sont ingénieurs et géologues Canadiens de l’industrie du pétrole. Le but de l’article était justement de prendre la température d’une communauté AUTRE que celle de climatologues.

    • Avatar
      George ASSIMAKIS lun 07 Jan 2019 Répondre

      Bonjour Antoine,
      Rappelons que, s’il y a un consensus de 97 % de scientifiques en faveur de la thèse climato-alarmiste du GIEC, il y a, parmi ces scientifiques, 0 % (zéro !) de physiciens ayant étudié LE RÔLE CLIMATIQUE du CO2.

      Par contre, 100 % des physiciens qui ont étudié le rôle climatique du CO2 au cours de l’histoire ont démontré – comme Maxwell l’avait déjà fait au XIXe siècle – que le CO2 N’A PAS DE RÔLE dans le climat.

      Le GIEC s’est en effet basé sur le travail d’Arrhenius (XIXe siècle), VITE CONTREDIT mais tellement « intéressant » pour ceux qui veulent créer la panique !

      • Antoine BRET Auteur
        Antoine BRET lun 07 Jan 2019 Répondre

        La grande majorité des climatologues, sinon tous, ont une formation de physicien. Et évidement qu’on comprends très bien comment le CO2 réchauffe (voir https://geosci.uchicago.edu/~rtp1/papers/PhysTodayRT2011.pdf).
        Je vous l’ai déjà dit : cessez de jouer les pros informés. Il est évidement que vous ne l’êtes pas, du tout.

        • Avatar
          George ASSIMAKIS lun 07 Jan 2019 Répondre

          Cher Antoine,
          je vous suggère de relire ce que j’ai écrit.
          Je n’ai pas parlé de l’effet de serre, bien connu, du CO2, mais de son influence sur le climat. (c’est à dire du CHANGEMENT climatique prétendument attribué au CO2)
          Si le CO2 avait un EFFET sur le CLIMAT, on observerait naturellement des « hot-spots » >> pouvez-vous nous montrer un papier qui parle des hot-spots ?
          Merci

  23. Avatar
    George ASSIMAKIS mar 08 Jan 2019 Répondre

    PS : pour vous éviter des énervements inutiles, on va la faire courte. Manabe & al disent – dont le GIEC est très fier car ça permet d’oublie la moitié des choses – que la CONVECTION fait remonter de l’air chaud au-dessus de la troposphère déjà opaque (couche basse), et qu’à partir de là l’effet de serre peut jouer car il y a moins d’opacité.
    MAIS, vous n’êtes pas sans savoir qu’au dessus de 11km d’altitude la température s’inverse et ainsi l’effet de serre aussi (ça aura un effet refroidissant, vu de la terre)
    IL N’Y A DONC PAS DE CORRÉLATION entre CO2 et température car avec une sensibilité de 0.6°C (c’est à dire le delta de température pour un doublement ou une division par 2 de la concentration de CO2 dans l’air) la fraction ANTHROPIQUE de l’augmentation de température attendu depuis la fin du 19ème siècle est :
    0.9 * ln(408/285) = 0.3
    qui se trouve noyée dans la variabilité naturelle.

  24. Avatar
    George ASSIMAKIS mar 08 Jan 2019 Répondre

    (mais on vous laisse quand même chercher des hot-spots, on ne sait jamais il y a peut-être une erreur de calcul…)

  25. Avatar
    George ASSIMAKIS mar 08 Jan 2019 Répondre

    Bonjour Antoine,
    Pas le temps d’aller sur skepticalscience pour trouver la réponse politiquement correcte ? (genre « c’est un mythe climatique zombie ! », en général c’est ce qu’ils finissent par conclure quand ils n’ont aucune réponse valable à apporter) ?
    Au dessus de la Chine, il devrait y avoir un méga hotspot, lol…
    Non, je demande une réponse personnelle, formelle, avec des calculs. On discute, c’est passionnant, voilà le véritable sens de la vie. Affirmer des vérités gratuitement c’est de la dictature.
    C’est ça la science, une itération dans le doute, car il n’y a jamais de certitude possible. Seulement la foi. Il n’y a que ça de réel.
    À bientôt !
    bonne journée
    Salutations

  26. Avatar
    Drely mer 09 Jan 2019 Répondre

    Bonjour,
    À tous les climatoseptiques je voudrais répondre ceci:
    Bien évidemment il est tout à fait déplacé d’accuser l’homme « moderne » du réchauffement climatique et ceci pour plusieurs raisons:
    1) Ce qui caractérise l’être humain c’est (entre autre) son bon sens : il ne viendrait à personne l’idée de scier la branche sur laquelle il est assis et donc de détruire une planète qui lui est vitale .
    2) Le dit « oxyde de carbone  » a toujours existé , il est un produit naturel et comme chacun le sait ( en premier lieu les publicistes) tout ce qui est naturel est excellent pour l’Homme .
    3) Si le gaz carbonique l’atmosphère y’a qu’à l’interdire ( citation poétique recueillie dans le 9/3 )
    4) De toutes façon un gaz à effet de serre ne sert … à rien puisqu’il n’y a pas de jardinier dans la stratosphère et même équipé d’un masque à oxygène ce dernier aurait bien du mal à y faire germer ses tomates.
    5) Je suis confiant car d’autres gaz plus inquiétants ont été neutralisés dès leur mise sur le marché : je rappelle ce fait : à peine met on en circulation le Zyklon B que , et cela nous ramène au sujet climatique , l’anti Zyklon déjà sort.
    6) Quand bien même le réchauffement climatique serait effectif quelle bonne nouvelle ce serait : moins de budget chauffage , possibilité de se dorer la pilule à l’ombre de palmiers sur les plages de Mourmansk, éradication d’animaux vindicatifs et dangereux comme les ours blancs , réouverture sans risque de voies maritimes à un Titanic new look mis en service par un armateur chinois …
    7) Je ne vois pas comment l’homme peut être tenu pour responsable du réchauffement en utilisant sa voiture puisque quand l’homme bosse c’est sa femme qui pique la bagnole pour aller faire du lèche vitrine.
    8 ) ème et dernier point : je ne m’explique pas comment l’auto pourrait polluer ?
    Par exemple ma voiture produit 150 grammes de CO2 , oui vous avez bien lu quelques malheureux grammes ! C’est pas avec ça qu’on va abimer la tmosfaire .
    Bon, faut vous dire que cette merveilleuse automobile ne consomme que 0,075 litre d’essence ; vous êtes septiques ? Vous aimeriez connaître la marque ?
    Je vous assure que cela n’a pas d’importance car il y a plein d’autres modèles qui consomment encore moins !
    A oui j’ai oublié de vous dire qu’il s’agit d’une consommation au … kilomètre tout comme les chiffres d’émissions de CO2 communiqués par tous les dépliants publicitaires.
    Combien ça fait au sang , pardon aux 100 ?
    Ah vous êtes pinailleurs ! Bon disons 7,5 litres d’essence et … 15000 grammes
    ( 15 kg ? ) de carbone pour 100 km .
    Et à l’année ?
    Vous commencez à m’énerver là !
    Voyons, à raison d’une moyenne de 15000 km / an ça fait …. 15000 x 15000 : Deux millions et quelques grammes …. Quoi ? 2250 kg ? 2 tonnes et demi !!!!!
    Non c’est pas possible , ce sont sûrement des chiffres fournis par un lobby écolo conspirationniste !
    Quoi encore ? Combien y’a t-il de voitures dans le monde ? J’sais pas moi, environ 1 milliard !
    Ça fait quoi ? ……
    2 milliards et demi de tonnes de CO2 par an ?
    Et ? Que dites vous, quoi ?….. les camions ? les industries ? les super tanker ? Et les bulldozer ? Et les avions ? Et les chars d’assaut ?
    Oh ça va hein!
    Puisque je vous dis qu’on ne produit pas plus de ces hauts deux qu’au neolithique , toutes les études sérieuses le prouvent alors …. Poèt poèt !
    Oh et puis j’en ai marre de ce blog je vais demander au modérateur d’intervenir .
    Salut.

    • Avatar
      Antoine mer 09 Jan 2019 Répondre

      Le calcul est correct. Les transports généraient en 2016 un peu plus de 3 milliards de tonnes de CO2.
      Pas mal -:)

    • Avatar
      Marc Fiquet jeu 10 Jan 2019 Répondre

      Salut Serge,

      Ravi de te voir sur ce blog et de nous servir ce petit bol d’humour..

      A savoir que le but premier de cet article n’était pas d’ouvrir un débat sur le réchauffement climatique ni même sur l’évolution mais de montrer le décalage qu’il existe DANS LES FAITS entre le milieu scientifique et l’opinion publique.

      Nous en avons une belle illustration dans les commentaires. A l’époque d’internet et de la défiance de tout poil, chacun se croit mieux informé que l’autre, comme si plus aucun référentiel en terme de connaissance n’était possible..
      En fait le milieu scientifique et le monde académique en général sont très mal connus ainsi que la méthode scientifique et la notion de consensus (qui n’est en rien figé ou un diktat).

      La science s’intéresse aux faits.
      Que la politique, l’éthique, la religion s’en empare c’est autre chose, il faut savoir s’en tenir aux faits et accéder aux bonnes données, ce qui n’est pas une mince affaire aujourd’hui !
      Parfois, on a même l’impression que d’une personne à l’autre, on ne perçoit pas le monde de la même manière y compris au niveau des données brutes…

      Einstein qu’on a déjà cité plusieurs fois dans ce fil faisait allusion à la notion de préjugés.. plus difficiles à désintégrer qu’un atome..
      Chacun pourra méditer là-dessus ;-)

      • Avatar
        George ASSIMAKIS dim 13 Jan 2019 Répondre

        Bonjour Marc,
        Einstein a dit aussi que deux choses sont infinies, la bêtise humaine et l’univers, mais qu’en ce qui concerne l’univers il n’en n’était pas tout à fait sûr.
        Ce n’est pas citer Einstein qui va rétablir la vérité.
        La science ce sont des faits, certes. Et les faits sont neutres, alors que votre discours ne l’est manifestement pas. On est dans le catastrophisme. Alors qu’il n’y a pas lieu de se catastropher.

        Matthieu 6:34 « Ne vous inquiétez donc pas du lendemain, car le lendemain aura soin de lui-même. À chaque jour suffit sa peine. » (Matthieu 6:34)

        Si vous me prouvez que j’ai tort je l’accepterai, je suis ouvert à la vérité, mais jusque là vous n’avez fait que des affirmations gratuites, ou, lorsqu’elles étaient sourcées/motivées, elles étaient systématiquement tendancieuses (exemple de la glace de l’antarctique qui fond alors que l’on ne peut expliquer pourquoi l’on ne fait que battre des records de froid et d’étendue en même temps ! Au lieu de citer des mesures brutes, vous utilisez des mesures interprétées etc.) par des « oubli » dont on ne sait s’ils sont volontaires, ce qui indiquerait une attitude mensongère, ou non ce qui indiquerait une incompétence dans le domaine de la science. Dès que l’on aborde des sujets précis, jamais vous ne répondez, ce qui traduit une stratégie d’évitement de la vérité. J’ai fait des calculs précis qui démontrent À PARTIR DES CHIFFRES DU GIEC que l’homme ne peut être tenu responsable que de 1% du réchauffement maximum (avec l’hypothèse que ce réchauffement soit bien causé par le CO2 ce qui est encore loin d’être prouvé !)

        Allez-y, faites-vous plaisir et démontrez nous ici que c’est faux. Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément !

        Bon dimanche

  27. Avatar
    George Assimakis mer 09 Jan 2019 Répondre

    ahah, très drôle, Antoine cale face à tant de vérité, petit sayan vient au secours…
    les thermites produisent deux fois plus de CO2 que l’humanité.
    Pourquoi ne pas partir à la chasse aux thermites si vraiment ce CO2 est si dangereux ?

  28. Avatar
    George Assimakis jeu 10 Jan 2019 Répondre

    Bonjour Antoine,
    La physique ne vous satisfait déjà plus ? Vous cherchez à vous recyclez dans la psychologie pour enfants ?
    3 milliard de tonne c’est pas mal ?! (sur les 55 milliers de milliard de l’atmosphère, c’est ridicule, sachant que de toute façon, la nature en produit 95 fois plus que l’homme)
    Il semblerai que ce soit surtout votre fascination pour les 89’000 milliard de dollar à se partager d’ici 2030 qui vous motive ici (surtout si c’est pour lutter contre des termites)
    Vive le CO2 ! (qui enrichira quelques uns – ça a déjà commencé – et appauvrira le reste du monde > ce qui est génial, c’est qu’ensuite on pourra en plus faire du fric sur la pauvreté !)
    Brillantissime !!!

    • Avatar
      Antoine jeu 10 Jan 2019 Répondre

      3 Gt ça fait dans les 10% des émissions annuelles, lesquelles ont augmentés la qte de CO2 dans l’atmosphère de 42% depuis le début de la révolution industrielle.
      Faites le calcul vous-même. Les chiffres des émissions sont là: https://cdiac.ess-dive.lbl.gov/trends/emis/meth_reg.html

      • Avatar
        him ven 11 Jan 2019 Répondre

        Bonjour Antoine
        3Gt c’est 10% des émissions d’origine humaine ou 10% de la totalité des émissions (origine humaine plus origine naturelle) ?
        Georges, si je le comprend bien dit que 3Gt c’est en gros 1% de la totalité des émissions (rapport de 1 à 95) .
        C’est ce chiffre qu’il faut démentir il me semble, sinon l’argument de Georges tient.

        • Avatar
          Antoine ven 11 Jan 2019 Répondre

          D’origine humaine.
          Les flux naturels (émissions + absorptions) se compensent. C’est pour cela que la teneur en CO2 (https://www.esrl.noaa.gov/gmd/ccgg/trends/full.html) ne monte qu’avec les émissions humaines, et seraient plates sans ces mêmes émissions.

          • Avatar
            George ASSIMAKIS sam 12 Jan 2019 Répondre

            Bien évidemment Antoine, cette affirmation – par son simplisme (la teneur en CO2 serait plates !) – est parfaitement fausse étant donné que le CO2 a toujours varié au cours du temps, Antoine ne peut pas ne pas savoir que le CO2 suit, avec ~9 mois de retard (et sur un second rythme de 800 ans environ), les évolutions de températures (dégazages océaniques). Tous les scientifiques ayant étudié l’effet climatologique du CO2 sont arrivés à la conclusion que le CO2 n’avait aucun effet sensible sur le climat (il est une conséquence de la variabilité du climat).
            Par ailleurs, l’ajout de CO2 d’origine anthropique est de moins de 5% de l’évolution actuelle, c’est ce que le GIEC montre (il ne l’écrit pas explicitement, mais en faisant le bilan des émissions anthropiques sur le reste à partir de leurs publications, c’est ce qu’on trouve)
            Voilà la courbe qui prouve que le CO2 suit la température et non l’inverse : http://www.climate4you.com/images/DIFF12%20GlobalCO2%20HadCRUT4%20HadSST3%20Since1958.gif
            bleu = t° surface océans rouge = t° surface atmosphère vert = CO2
            Cette courbe est très simple à faire en ajoutant la courbe du CO2 telle que fournie ci-dessus par Antoine, et les courbe de températures HADCRUT4 RSS (remote sensing par satellite) qui sont celles utilisées par le GIEC dans la majorité des études sélectionnées.
            (si l’on transforme les effets de serre du méthane qu’elles rejettent en CO2-équivalent et qu’on ajoute au CO2 qu’elles rejettent aussi, les termites rejettent DEUX FOIS PLUS de CO2 que l’humanité entière, et cela personne n’en parle bien entendu)

      • Avatar
        George ASSIMAKIS sam 12 Jan 2019 Répondre

        C’est ça le cycle du carbone, tel que vu par le GIEC :
        https://wattsupwiththat.files.wordpress.com/2016/03/carbon-cycle-ipcc-ar5-fig-6-1.jpg
        à vos calculatrices !

  29. Avatar
    George ASSIMAKIS jeu 10 Jan 2019 Répondre

    ‘faire du fric sur la pauvreté’
    >> en bon chrétien, n’est-ce pas ?
    https://www.stoppauvrete.ch/justiceclimatique/sinformeragir/
    Ah ! heureusement que Dieu a inventé la « justice » ! Que Dieu est bon !

  30. Avatar
    George ASSIMAKIS sam 12 Jan 2019 Répondre

    Une synthèse pour les mal-voyants :
    https://static.skepticalscience.com/images/Carbon_Cycle.gif
    (et ça provient de la propagande préférée d’Antoine, lol)
    on trouve 3.37% pour les émissions anthropiques

  31. Avatar
    him sam 12 Jan 2019 Répondre

    La masse du CO2 de l’atmosphère est relativement facile à calculer. Et sauf erreur de calcul cette masse est de 3000 GT. Donc si les rejets d’origine anthropique de 30GT par an ne sont pas absorbés, c’est un doublement de le la masse du CO2 atmosphérique qui est a envisager dans un siècle. Quelles en seraient les conséquences? La terre à connu pire apparemment au crétacé avec un taux de CO2 quatre fois supérieur à ce qu’il est aujourd’hui.

    • Avatar
      Antoine sam 12 Jan 2019 Répondre

      Je ne pense pas qu’il s’agit de sauver la planète. Comme vous le dites, elle a déjà vu bien plus de CO2. Mais pas nous, surtout avec plus de 7 milliards. -5 degrés, c’est une ère glaciaire. +5 degrés, c’est une terre invivable pour 7 milliards.

      • Avatar
        him sam 12 Jan 2019 Répondre

        Je ne sais pas me représenter comment était le climat au crétacé. Je sais qu’il y avait de grandes forêts en Amérique du sud jusqu’en Patagonie où vivaient des dinosaures énormes comme l’argentinosaurus. Donc j’en ai plutôt une image de luxuriance (qui n’était peu être pas planétaire). Veux tu dire qu’il y avaient beaucoup de régions désertiques où les animaux souffraient grandement de la chaleur voire ne pouvaient pas y vivre?

        • Avatar
          Antoine sam 12 Jan 2019 Répondre

          Je ne suis pas au courant de l’état des choses à cette époque (j’avais en tête le début de l’Eocène plutôt que le Crétacé).
          Concernant notre siècle, les conséquences du pire des scenarios sont assez étudiées. Le GIEC en a fait la synthèse ici : https://www.ipcc.ch/report/ar5/wg2/
          Le rapport complet fait un peu moins de 2000 pages. Un résumé est ici : https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/2018/02/ar5_wgII_spm_en.pdf

        • Avatar
          him dim 13 Jan 2019 Répondre

          Merci Antoine. Il semblerait qu’à l’éocène la majeure partie de la terre soit sous un climat tropical, avec une végétation très développée, qui fixait une partie significative du CO2 disponible. Ce scénario ne pourrait il pas se reproduire ? La montée du niveau de la mer poserait de graves problèmes mais ce ne serait pas la fin du monde.

          • Avatar
            George Assimakis dim 13 Jan 2019 Répondre

            Cher him,
            Rajendra Pachauri, directeur du GIEC pendant 12 ans, vit de la recherche pétrolière :
            https://www.bloomberg.com/research/stocks/private/person.asp?personId=9089242&privcapId=27919769
            On se moque juste de nous !
            La fin du monde ça serait que des gens honnête comme vous commence à croire à la paternité humaine du réchauffement. Comme nous l’avons vu, l’homme ne peut être tenu pour responsable que pour moins de 1% dans le réchauffement, dans le cas où il serait avéré qu’il y ait un réchauffement.
            Bon courage !

            • Avatar
              him lun 14 Jan 2019

              Bonjour George. J’avais bien suivi votre argumentation qui me pousse à la réflexion personnelle. Je trouve vos arguments intéressants en général mais si je peux me permettre l’argument sur la source de revenu du directeur du GIEC est un ad hominem (au sens épistémologique) et cela peut fragiliser l’argumentation.

          • Avatar
            Antoine lun 14 Jan 2019 Répondre

            Pas la fin de la terre, en effet. Mais une hausse du niveau des mers de 1 mètre et de la température globale de 4 degrés donne une terre très difficilement habitable pour 7 ou 8 milliards de personnes.

            • Avatar
              him lun 14 Jan 2019

              Quand j’étais jeune on apprenais à l’école qu’il y avait 3,5 milliards d’hommes sur terre. Cette augmentation fulgurante ne devrait elle pas être au premier rang de nos préoccupations ?

            • Avatar
              Antoine lun 14 Jan 2019

              Tout à fait. Mais tuer 5 milliards de personnes est une solution un peu trop radicale, non?

            • Avatar
              him mar 15 Jan 2019

              Une diminution de la natalité devrait suffire

    • Avatar
      George ASSIMAKIS sam 12 Jan 2019 Répondre

      Him,
      Nous venons de voir que l’homme participe pour 3.4% dans les apports de CO2.
      Or, le CO2 entre pour max. ~28% dans l’effet de serre (https://fr.wikipedia.org/wiki/Gaz_%C3%A0_effet_de_serre)
      Ainsi, l’on ne peut tenir l’homme pour responsabe que de 1% maximum dans le réchauffement dû au CO2, s’il est avéré qu’il y ait un réchauffement lié à l’augmentation de CO2 (ce qui ne fait pas du tout l’objet d’un consensus, car nous sommes proches de la saturation, il suffit de regarder les débats qui agitent la communauté au sujet de la sensibilité, qui va jusqu’à proche du zéro selon certaines études)
      Remarquez comment Antoine est botte toujours en touche lorsqu’il est sollicité pour faire ces calculs. Non qu’il ne sache pas les faire, mais parce qu’il est évident que l’on aboutira alors très rapidement à la vérité qu’il souhaite cacher. C’est plus facile d’affirmer « avec 5°C de plus la planète deviendra invivable » que d’aboutir à « la responsabilité de l’homme n’est jamais que de 1% » et du coup le discours politique s’effondre.
      Nous sommes donc manifestement dans le débat politique et non scientifique.
      Il y a beaucoup d’argent en jeu dans cette affaire.

  32. Avatar
    George ASSIMAKIS lun 14 Jan 2019 Répondre

    Cher him,
    Mon propos n’est pas fallacieux au sujet de M. Pachauri. Ce sont des faits. Suspecteriez-vous Bloomberg de raconter des mensonges ?!
    http://glorienergy.com
    Glori Inc. a été fondée en 2005 par Rajendra Pachauri. Je suis on ne peut plus sérieux en affirmant que cet ex-directeur du GIEC vit de l’exploration pétrolière, c’est la pure vérité. Il en vivait pendant son mandat et en vit encore aujourd’hui.
    Faites vos vérifications !

    • Avatar
      him mar 15 Jan 2019 Répondre

      Bonjour Georges. Un ad hominem n’est ni une insulte ni une mensonge concernant une personne. C’est un raisonnement logique fallacieux. Ce n’est pas parce que un cordonnier est mal chaussé que c’est forcément un mauvais cordonnier. Si le patron de la plus grande compagnie pétrolière avance des arguments sensés prouver que l’homme contribue très peu au changement climatique, il n’y a pas lieu d’en détruire qu’il a tord. Ce serait épistémologiquement un « ad hominem », c’est à dire une erreur de logique. Mais je sais que l’expression est utilisée souvent au sens d’insulte ou de mensonge mais ce n’est pas mon cas.

  33. Avatar
    George ASSIMAKIS jeu 17 Jan 2019 Répondre

    Bonjour him,
    Ok, bien noté la subtilité, c’est marginal par rapport au débat mais effectivement sur le principe on est d’accord.
    Bref, le « global warming » est de la pseudo-science, parce que liée à un acte de foi. Les « sceptiques » d’un côté (les méchants) et les croyants-bien-pensants (les gentils) de l’autre.
    Le Professeur Ivar Giaever, Nobel 1973 de Physique, à ce sujet : https://www.youtube.com/watch?v=SXxHfb66ZgM

    • Avatar
      him dim 20 Jan 2019 Répondre

      Bonjour Georges. Je vais peut être amener de l’eau à votre moulin sur un point particulier: J’ai lu un livre sur les vikings (il y a longtemps déjà et je restitue cela de mémoire et je peux donc être imprécis), qui décrivait leur installation au Groenland (vers les 10 ou 11 ieme siècle) et ils y sont restés jusqu’au 14 ième siècle. Ils s’étaient christianisés au fil du temps et une des traces de leur existence provient de la dîme qu’ils versaient au Saint Siège sur ce dont ils pouvaient disposer (notamment de l’ivoire de dents de morse). Et cette petite communauté n’a pas pu tenir lorsque est advenu une petite période glaciaire (seuls les inuits ont pu survivre à cette nouvelle condition climatique). Depuis cette petite période glaciaire la température remonte régulièrement (si j’ai bien compris). J’ignore si les conditions climatiques actuelles au Groenland sont comparables ou plus clémentes ou moins clémentes que du temps où les vikings étaient établis là bas. Peut être disposez vous d’informations sur le sujet ? Car les glaciers n’ont peut être pas toujours reculés depuis la dernière grande glaciation.

      • Avatar
        Antoine dim 20 Jan 2019 Répondre

        C’est très bien raconté dans “Collapse” de Jared Diamond. Outre le petit âge de glace, ce qui fut fatal aux Vikings du Groenland fut la peste noire mi XV siècle qui tua la moitié de la Norvège, dont les colonies Vikings dépendaient lourdement.

      • Avatar
        George ASSIMAKIS dim 20 Jan 2019 Répondre

        Bonjour him,
        à dire vrai la seule anecdote qui m’ait jamais passionné au sujet du Groenland est cette extraordinaire histoire d’avion qui s’y est crashé en 1942, le « glacier girl » que des chercheurs sont partis retrouver en 1992 soit exactement 50 ans plus tard, et qu’ils ont retrouvé sous plus de 80 mètre de glace, et qui a été remis en état depuis.
        https://www.airspacemag.com/history-of-flight/glacier-girl-the-back-story-19218360/
        https://www.youtube.com/watch?v=fNEmGaAplgI
        Ce que je retiens au sujet de la glace en général, banquise, calotte, glaciers & co, c’est qu’ils grossissent et rapetissent non pas seulement à cause de la température atmosphérique mais en premier lieu à cause des précipitations. Ce qui fond est ce qui est principalement en contact avec l’eau mais sur la terre ferme il fait souvent des températures négatives ou très légèrement positives au plus chaud de l’été à certaines latitudes et altitudes (neiges éternelles : cela concerne certains glaciers, et le sommet du Kilimandjaro qui culmine à 5150 mètre, en pleine Afrique ne fait pas exception !), et il peut arriver que même avec une température positive un glacier croisse car beaucoup de précipitations en hiver vont lui permettre d’accumuler du froid, et à l’inverse un glacier peur rapetisser alors qu’il fait très froid, car il n’a tout simplement pas reçu de précipitations au meilleur moment. À ceux qui pensent naïvement que l’antarctique fond, il faut savoir que les stations météos installées sur l’antarctique ont été reconstruites 2 fois : où sont passées les deux premières constructions ? Elles sont tout simplement recouvertes par la neige qui se transforme rapidement en glace, et il s’est trouvé qu’il a été plus simple de reconstruire que de dégager les bâtiments de la glace ! Idem pour une ville secrète au Groenland, avec qui les alarmistes s’amusent maintenant pour stresser les poules mouillées en leur annonçant une future catastrophe nucléaire : https://youtu.be/5a328G8sxoQ
        (toutes les prédictions de fontes de la banquise arctique se sont avérées plus ou moins fausses, la calotte se reforme régulièrement en dépit des graphiques toujours plus alarmants prédisant sa disparition depuis 20 ans. Elle est sur terre et à cette latitude il n’y a aucun risque que la glace ne fonde d’ici un siècle bien au contraire !)

    • Avatar
      him dim 20 Jan 2019 Répondre

      Pour être plus précis, la question que je me pose est: est ce que les glaciers ont déjà eu l’occasion de régresser au delà de leur régression actuelle pour des raisons non anthropiques dans un passé relativement récent ?

      • Avatar
        him dim 20 Jan 2019 Répondre

        Je me relis et je vois que je ne suis pas encore clair: par relativement récent j’entends:
        avant l’ère industrielle et après la dernière période glacière (donc pour des raisons évidement non anthropiques). Car si tel est le cas cela voudrait dire que depuis -8000 ans (fin de la dernière période glacière ?) il y a eu une période plus chaude en Europe qu’aujourd’hui.

        • Avatar
          George ASSIMAKIS dim 20 Jan 2019 Répondre

          c’est encore plus compliqué que ça !
          https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22460900

          • Avatar
            him dim 20 Jan 2019 Répondre

            En fait nos échanges se sont croisés. Et effectivement je n’ai même pas pensé à l’impact de la variation des quantités de précipitation sur la tailles des glaciers. Donc l’appréciation du phénomène de réchauffement et de ses causes est bien moins évident que je ne le pensais initialement. Merci pour vos réponses.

        • Avatar
          George ASSIMAKIS dim 20 Jan 2019 Répondre

          mais pour répondre plus directement à votre question, oui, il y a eu une période plus chaude qu’auourd’hui en Europe, c’est ce qu’on appelle l’OPTIMUM médiéval. Et c’est une des raisons qui explique l’augmentation de CO2 actuelle (comme on l’a vu précédemment, l’homme n’est responsable que de 3.4% des émissions, c’est ridicule, et même en doublant la quantité émise on ne peut expliquer l’augmentation soutenue du CO2 : il y a forcément une autre source : merci l’optimum médiéval !). Vostok montre qu’il y a un décalage de 800 ans environ entre une période chaude et une augmentation de CO2.
          Une nouvelle fois : vive la chaleur et vive le CO2 !!!

        • Avatar
          Antoine dim 20 Jan 2019 Répondre

          On sait maintenant que l’optimum médiéval ne fut pas global et que la température globale n’a pas été aussi élevée depuis au moins 12000 ans.
          On sait aussi que le co2 n’a pas été aussi haut depuis au moins 800,000 ans.
          A cette échelle de temps la hausse récente est presque instantanée.

          • Avatar
            George ASSIMAKIS dim 20 Jan 2019 Répondre

            Cher Antoine,
            Les « on sait » c’est de la politique. Les faits sont très différents.
            C’est le contraire, l’optimum était global, alors que le réchauffement actuel ne l’est pas (l’hémisphère nord est plus chaud que le sud)
            http://pages.science-skeptical.de/MWP/MedievalWarmPeriod.htmx
            Et encore une fois, nous sommes très loin d’avoir atteint les températures de l’optimum et encore moins de l’holocène
            (on faisait du vin en angleterre, bien que John Lenon ait eu cette phrase mythique : « la musique française, c’est un peu comme le vin anglais » !)
            Voilà par exemple la reconstruction des températures du Groenland, puisqu’on vient d’en parler : http://hot-topic.co.nz/wp-content/uploads/2011/01/GISP210klarge.png (si le réchauffement est global comme vous le prétendez, alors il y a encore beaucoup de marge avant d’atteindre un optimal quelconque)
            On est vraiment très loin de ce qu’il a connu lorsqu’il était tout verdoyant. Vive le CO2 !!! (mais ce n’est pas le CO2 qui fait la température…)

            • Avatar
              George ASSIMAKIS dim 20 Jan 2019

              Cher Antoine,
              J’espère que vous avez compris que même les adeptes de l’Eglise de Scientologie Climatique et de ses rapports-fleuves ARxxx, le Concile de cette Eglise constitué de plusieurs milliers de « savants reconnus » pour la « qualité de leurs travaux » relatifs au changement climatique ne parlent plus de réchauffement mais de bien de changement car ces experts ne savent plus trop quoi inventer pour dissimuler leur malhonnêteté et ne savent même plus si ça va se réchauffer ou se refroidir !
              https://jacqueshenry.files.wordpress.com/2014/09/capture-d_c3a9cran-2014-09-02-c3a0-18-43-49.png (et on sait que de 2000 à aujourd’hui le « réchauffement » – il faudra bientôt dire le « refroidissement », apprenons donc à nous y habituer ! – est quasi-nul)
              Bon courage !!!

            • Avatar
              him dim 27 Jan 2019

              L’argument que j’entends souvent est que le réchauffement récent (ère industrielle) est très rapide, est que donc même s’il a fait beaucoup plus chaud dans l’histoire de la terre, la vitesse de variation actuelle n’a jamais été si grande et que donc la terre n’aura pas le temps de s’y adapter. Pourtant la vitesse de variation de la température lors de l’apparition et de la disparition de l’optimum médiéval n’est pas clairement très différente de la vitesse de variation de la température dans l’ère industrielle. Peut être est ce un effet d’optique a cause de l’échelle utilisée sur les graphiques montrés par Georges ?
              Mais si ce n’est pas le cas cela remet en cause un argument principal du danger du réchauffement climatique

            • Avatar
              George ASSIMAKIS dim 27 Jan 2019

              Cher him,
              Je vous renvoie à cette étude que j’avais déjà postée auparavant :
              https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22460900
              il y est dit qu’il y a 14600 ans l’océan est monté de 20m en 500 ans c’est à dire 4 cm/an ce qui est supérieur à ce que nous observons aujourd’hui. Les troglodytes ne consommaient pas de carbone à ce que je sache en dehors des feux dans leurs cavernes pour griller du gibier.
              Tous les arguments des « carbo-centristes » tombent un à un.
              Il y a un réchauffement modéré qu’ils appellent à tord un réchauffement brusque. Ce réchauffement est causé par le soleil, quelle surprise !
              À chaque fois qu’ils parlent de record on en trouve un autre antérieur (avant le carbone, donc parfaitement naturel). Par contre lorsque l’antarctique bat un record de froid, AUCUN MEDIA n’en parle.
              N’est-ce pas étrange ?
              Aujourd’hui on ne parle même plus de réchauffement, c’est démodé. On parle encore de « changement », et le changement c’est la nature du climat. Il ne fait que changer, d’un jour à l’autre, d’un mois à l’autre, d’une année, d’une décade, d’un siècle, d’un millénaire, etc. à l’autre
              … même si Antoine viendra nous dire qu’il fait chaud en été et froid en hiver tout change malgré tout. Il y a 14’600 ans ça changeait plus vite qu’aujourd’hui en tous cas.

            • Avatar
              George ASSIMAKIS dim 27 Jan 2019

              je voulais dire « avant le carbone INDUSTRIEL » ou anthropique, tout le monde aura compris…

            • Avatar
              George ASSIMAKIS lun 28 Jan 2019

              Si la NASA est l’organe de propagande par excellence des américains, elle reste à la pointe de la technologie et ses ingénieurs sont parmis les meilleurs spécialistes du monde. Une fois à la retraite ils peuvent enfin dire la vérité !
              https://www.youtube.com/watch?v=EhW-B2udhQw
              Voilà donc très clairement le mensonge enfin démonté de A à Z.
              QUI SONT LES VÉRITABLES SEMEURS DE DOUTE ?!

  34. Avatar
    Antoine lun 28 Jan 2019 Répondre

    @Jim
    Les reconstructions de la température global sur les 11,000 dernières années montrent que l’optimum médiéval ne fut mas global, et que la température n’a pas monté aussi vite. http://science.sciencemag.org/content/339/6124/1198
    Ceci étant dit, une remarque générale : la planète se réchauffe actuellement, et on sait très bien pourquoi. Le réchauffement du au CO2 est juste une conséquence de la conservation de l’énergie. Nier l’origine humaine du réchauffement actuel sous prétexte qu’il a aussi fait chaud dans le passé sans combustion de combustibles fossiles, ce serait un peu comme nier que les accidents routiers font des morts aujourd’hui, sous prétexte que les gens mourraient aussi dans le passé, sans voiture.

    • Avatar
      him mar 29 Jan 2019 Répondre

      Bonjour Antoine
      Les courbes de température dans l’article que tu proposes sont bien différentes de celles de Georges. Dans celles de Georges l’optimum médiéval est au dessus de la température actuelle, et l’optimum autour du 1er siècle avant J.C. est encore plus haut, et les vitesses de variations de température ne paraissent pas inférieures à celle de l’ère industrielle.
      J’ai évoqué qu’il a fait plus chaud dans le passé non pas pour nier l’origine humaine du réchauffement actuel (ce que je ne sais pas établir) mais pour constater que la terre avait l’air de bien se porter avec de plus hautes températures et un plus haut taux de CO2. Tu suggères qu’une terre plus chaude nourrirait plus difficilement une même quantité de plantes, animaux et hommes. Comment établit on cela ?

      • Avatar
        Antoine ven 01 Fév 2019 Répondre

        Les courbes comme celle que montrent George pullulent sur le web. Elles ne sont généralement pas sourcées (ou bien mal sourcées), ou bien ne montrent pas la température globale mais une température locale, quand elles ne sont pas tout simplement faussées.

        Pus précisément, cette courbe (https://jacqueshenry.files.wordpress.com/2014/09/capture-d_c3a9cran-2014-09-02-c3a0-18-43-49.png) n’a aucune source et est manifestement dessinée à la main. En faisant une recherche Google par image, j’ai trouvé une page qui prétend que cette même courbe sort du second rapport du GIEC (1995). Ce rapport se trouve ici (https://www.ipcc.ch/report/ar2/wg1/), et cette courbe n’est évidemment pas dedans (c’est toujours comme ça). La courbe la plus proche est la figure 3.20 page 175, qui ne montre que la température de l’hémisphère nord en été, depuis 1400. Rien d’autre.

        Quant aux conséquences du pire des scénarios (on brule tout ce qu’on trouve), elles ne sont pas tant à craindre « pour la planète », que pour nous. Une Espagne centrale, par exemple, avec des pointes à 50 degrés en été devient difficile à vivre. L’un des rapports du GIEC parle justement des impacts (https://www.ipcc.ch/report/ar5/wg2/).

        • Avatar
          him sam 02 Fév 2019 Répondre

          Effectivement il faudrait pour chaque courbe pouvoir tracer l’origine et la méthode employée.
          Pour ce qui est des conséquences d’une augmentation de la température moyenne sur terre j’ai lu qu’elle augmentait fortement aux latitudes élevées et quasiment pas à l’équateur. Et cela était bénéfique pour les régions dans les latitudes élevées (comme cela était le cas pour pour les dinosaures et la forêt du sud de l’argentine). Pour l’Espagne centrale et les zones semi désertiques analogues, ce sont peut être les précipitations qui sont à évaluer dans le cadre d’un réchauffement. Sait on comment évoluerait la pluviométrie dans ces régions ?

          • Avatar
            Antoine sam 02 Fév 2019 Répondre

            Vous trouverez ici (https://www.ipcc.ch/report/ar5/wg2/summary-for-policymakers/spm4_20_lw_30042014_qced/) les prévisions d’augmentation de température pour la fin du siècle dans le cadre d’un scenario d’émissions réduites (en bas à gauche) et d’un scénario d’émissions non contrôlées (en bas à droite). Dans tous les cas, ça augmente en effet plus aux pôles, mais le reste n’est pas stable pour autant.

            Voici une projection des jours de vagues de chaleur (en haut) et de sècheresse (en bas) pour les deux type de scénarios https://www.ipcc.ch/report/ar5/wg2/europe/wgii_ar5_fig23-2p2/

            • Avatar
              him sam 02 Fév 2019

              Le schéma montre une augmentation de la sécheresse, mais il n’est pas dit comment est cette prédiction est élaborée. J’aurais en tout cas naïvement cru que plus il fait chaud plus il y a d’évaporation et plus il y a d’évaporation plus il y a de pluie.

            • Avatar
              Antoine dim 03 Fév 2019

              Il pleut plus à certains endroits, comme autour de l’équateur, et encore moins dans les zones arides. C’est assez visible sur les cartes GIEC reprises ici http://www.ces.fau.edu/nasa/impacts/climate-extremes/precipitation.php

            • Avatar
              him dim 03 Fév 2019

              Il est admis d’après la référence que tu propose qu’il y aurait plus de précipitations en moyenne, mais avec probablement encore moins d’eau sur certaines zones arides (et non pas toutes les zones arides (voir désert de Gobi)). Mais « Likely (probablement) » : c’est un peu le problème. Comment est établie cette probabilité ? Une piste est peut être l’étude des paléo climats. J’ai lu par exemple que pendant l’optimum de l’éocène ce sont des conditions équatoriales qui règnent sur le Sahara. Il faudrait établir des modèles prédictifs capables de rendre compte des paléo climats avant d’avancer des probabilités sur les précipitations en cas d’augmentation de la température moyenne de la terre.

            • Avatar
              him dim 03 Fév 2019

              Historique des changement de température sur terre (que tu connais bien je sais mais pas tout le monde) :

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Maximum_thermique_du_passage_Pal%C3%A9oc%C3%A8ne-%C3%89oc%C3%A8ne#/media/File:65_Myr_Climate_Change.png

  35. Avatar
    David Liehberr mer 30 Jan 2019 Répondre

    Him,
    On ne parle plus de réchauffement, c’est aujourd’hui démodé car les polémistes réchauffeurs ont perdu la bataille scientifique. Ainsi que George l’a montré, la responsabilité de l’homme dans un réchauffement potentiellement dû au CO2 ne peut dépasser 1%.
    Il s’agit donc aujourd’hui de rapidement gagner la bataille médiatique, ainsi vous entendrez parler de changements climatiques maintenant dans les media. L’idée est de continuer à créer la panique même avec les épisodes de grand froid qui menacent les USA par exemple en insinuant que le climat a été perturbé de manière irréversible par l’homme (les courants marins, etc.). Le froid est en effet pour très bientôt et personne ne croira plus au réchauffement avant que les grand budgets de la banque mondiale ne soient votés par les gouvernements. Il est donc urgent de s’adapter au changement du climat !

    • Avatar
      him sam 02 Fév 2019 Répondre

      Bonjour David,
      Je vais me faire un peu l’avocat du diable. L’argument que j’ai entendu est que les 1% sur un an de C02 d’origine humaine ne sont pas réabsorbés par la nature qui ne réabsorbe que ce qu’elle produit. Donc ainsi au bout de 100 ans le CO2 d’origine humaine se cumulerait jusqu’à représenter 50% du CO2 présent dans l’atmosphère. Mais on entend aussi dire qu’à l’éocène par exemple les forêts fixaient le supplément de CO2 disponible. Peut être qu’il faudrait surtout lutter contre la déforestation?

      • Avatar
        Antoine sam 02 Fév 2019 Répondre

        Le CO2 atmosphérique a en effet augmenté de 43% du fait des émissions humaines. On peut vérifier de plein de manières que cet excès de CO2 vient de nous : calcul à partir des émissions humaines, observation de la baisse de l’O2, dilution du C13 et C14, et à chaque fois, dans les proportions attendues (les volcans, parfois évoqués, émettent 60 fois moins que nous).

        Quand aux forêts, elles fixent en effet le CO2 puisqu’un arbre est un grand réservoir de carbone. Comme ordre de grandeur, 500 000 km2 de forêt contiennent environ une année d’émissions actuelles (10 Gt de C).

      • Avatar
        David Liehberr sam 02 Fév 2019 Répondre

        En tous cas, vous avez avez été inspiré de dire que vous êtes en train de vous faire l’avocat du diable en cherchant à défendre cette position !
        Voici le graphe officiel du GIEC dans son dernier rapport AR5 fig.6.1 du cycle carbone :
        https://www.virginearth.com/wp-content/uploads/2014/07/ipcc-1.jpg
        Tous les jours du carbone est absorbé par le système, le système ne fait pas la différence entre du CO2 produit par ma respiration, celui produit par ma voiture et pas plus entre une molécule de CO2 présente depuis 5 minutes dans l’atmosphère qu’une autre qui y serait présente depuis 1000 ans !
        Ces assertions sont donc toutes plus ridicules les unes que les autres (il faudrait que la molécule de CO2 évolue dans le temps, un peu comme le bon vin !, pour que cela soit possible).
        Maintenant, ré-absorber une augmentation brusque pour revenir à un état stable antérieur dépend d’autres facteurs comme la température : en période de glaciation le CO2 est notamment absorbé par les océans par exemple. Ce n’est donc pas une question de temps, mais plutôt d’opportunité en fonction de l’évolution du climat.
        L’homme participe pour 4% maximum dans l’augmentation du CO2. Le reste de cette augmentation est non-anthropique, autrement dit naturel.
        https://pdpensierodemocratico.files.wordpress.com/2015/08/co2emission.png

        Laisser pousser la verdure est une solution pour stocker le CO2 mais c’est assez fragile (temporaire) car rien ne peut emêcher une forêt de brûler par exemple.
        Laissons la nature se débrouiller : plus il y a de CO2 et plus la verdure se développe toute seule. le CO2 ne joue qu’un rôle très limité dans le réchauffement, voire pas du tout (car s’il joue un rôle avéré dans l’effet de serre, sa responsabilité est limitée et aujourd’hui saturée, la sensibilité n’est que de 0.5°C, valeur moyenne tirée de plusieurs études très contradictoires, certains pensent même que c’est zéro) le réchauffement vient d’ailleurs que du CO2 : réjouissons-nous donc qu’il y ait plus de CO2, dont l’augmentation qu’on observe aujourd’hui est une conséquence probable de l’optimum médiéval et de l’activité solaire (cycle de 62.5 ans)

  36. Avatar
    David LIEHBERR sam 02 Fév 2019 Répondre

    si le CO2 a augmenté de 43% et qu’il vient de nous, alors l’O2 a donc baissé de 43%
    Merci Antoine de nous indiquer une seule étude qui montre cela.

    • Avatar
      Antoine sam 02 Fév 2019 Répondre

      Une augmentation de 43% du CO2 n’a AUCUNE raison de donner une baisse de l’O2 de 43%. Faudrait apprendre l’arithmétique.
      Vous pouvez vérifier qu’une molécule de O2 disparait pour une de CO2 créé par combustion à partir d’ici https://archive.ipcc.ch/report/graphics/images/Assessment%20Reports/AR5%20-%20WG1/Chapter%2006/Fig6-03.jpg (ch 6 du 5eme rapport du groupe 1 du GIEC, page 476 – Les refs sont à la fin du chapître).

      • Avatar
        George ASSIMAKIS mer 13 Fév 2019 Répondre

        Bonjour Antoine,
        Il est intéressant de noter votre rapidité de réaction lorsqu’un naïf s’aventure à faire des calculs manifestement erronés.
        Par contre lorsqu’on vous demande de débunker le calcul – pourtant très simple ! – qui permet de montrer que l’humanité ne peut être tenue responsable pour plus de 1% dans le réchauffement, fusse-t-il prouvé que le CO2 soit responsable d’un réchauffement quelconque !, et là il n’y a plus personne.
        Bref, je vous demande aujourd’hui votre avis sur les mensonges de la NOAA :
        https://realclimatescience.com/2019/02/61-of-noaa-ushcn-adjusted-temperature-data-is-now-fake/
        qui, je vous le rappelle, est la base de presque tout ce que vous utilisez pour apeurer vos ouailles.

      • Avatar
        George ASSIMAKIS lun 18 Fév 2019 Répondre

        Il y a bien un problème dont l’homme est le premier responsable de manière consensuelle : c’est la disparition des insectes
        https://www.youtube.com/watch?v=FPARWYSaKuo
        Pourquoi n’en parlez-vous pas ?
        Qui sont les semeurs de doute ???

  37. Avatar
    George ASSIMAKIS lun 18 Fév 2019 Répondre

    Et voilà Antoine, plongé dans un silence assourdissant…
    https://www.youtube.com/watch?v=ltMQcV_tJv4
    Hé oui, car il s’agirait de dénoncer le secteur de la chimie et de la « santé », ces bailleurs si puissants… il ne faut pas les irriter si on souhaite garder son poste, n’est-ce pas ?
    De qui Antoine a-t-il si peur ??? De Dieu ? ou des hommes ?

  38. Avatar
    Marc Fiquet mer 20 Fév 2019 Répondre

    [modérateur] cher George
    Antoine ne répondra plus à tes sollicitations, il a fourni assez d’informations que tu pourras vérifier par toi-même si tu en as le courage et/ou la motivation.

    Prends notamment le temps d’étudier son commentaire sur les courbes de températures truquées qui pullules sur le web et qui ne figurent pas dans les rapports du Giec contrairement à ce qu’on prétend..

    je rappelle qu’à la base cet article n’était pas là pour polémiquer ni pour refaire le procès ou prendre parti pour le réchauffement climatique mais pour montrer le décalage qu’il existe entre ce que pense le grand public et les scientifiques experts des domaines, que ça soit pour l’évolution, le réchauffement etc..

    Quant à ta remarque sur extinction des insectes, cela fait partie du dérèglement global qui touche la biodiversité, nous en parlons ici :
    c’est dans le programme officiel du collège : voir le dernière video
    « C’est la vitesse actuelle des modifications climatiques qui inquiète le plus les scientifiques : »
    https://www.scienceetfoi.com/ressources/svt-3eme-histoire-de-la-terre-evolution-de-la-vie/

    bonne lecture et bonne route

    • Avatar
      George ASSIMAKIS jeu 21 Fév 2019 Répondre

      Antoine a fourni des informations fausses et tendancieuses, je l’attend sur le terrain des faits en prenant les informations du GIEC. S’il refuse le débat c’est la preuve qu’il refuse d’affronter la vérité.
      Prenons la vitesse des modifications du climat : il y a 14’600 ans la vitesse de montée des océans était 4 fois plus élevée qu’aujourd’hui (bolling).
      https://www.pourlascience.fr/sd/climatologie/la-grande-debacle-glaciaire-redatee-11295.php
      Votre affirmation est donc tout simplement fausse. Pourquoi cherchez vous à vous positionner ainsi ?
      Vous êtes dans le déni de l’évidence. Qui donc est le semeur de doute ?
      À l’instar du GIEC vous prenez uniquement les publications qui vous arrangent pour défendre le point de vue de l’alarmisme. C’est partial. Je ne vois rien dans la Parole qui fasse la promotion de la partialité !

  39. Avatar
    Marc Fiquet ven 22 Fév 2019 Répondre

    Cher George,
    je comprends que tu ais pu te sentir agressé par le titre de cet article, là n’était pas le but, mais plutôt de faire réfléchir.

    Antoine s’est inspiré lui-même d’un autre auteur qu’il a cité en fin d’article.

    La situation est factuelle, 97% des spécialistes du climat aujourd’hui pense qu’il y a réchauffement et que celui-ci est du à l’activité humaine.
    Si tu es en désaccord avec cela soit en effet ces spécialistes ne le sont pas et sont tous des « vendus ou des aveugles » soit il y a des choses que tu n’as pas comprises.

    personnellement je pencherais pour la 2e solution sans vouloir te vexer bien sûr.
    Encore une fois cet article voulait juste montrer l’écart entre les avis des experts en science et la perception du grand public. inutile de nous inonder de tes références.

    Il me semble que tu n’as pas tous les éléments pour trancher un débat technique que tu sous-estimes.
    Dans l’article de ton avant-dernier commentaire de Pour la science, tu tires des conclusions hasardeuses, or cet article ne remet en aucun cas le réchauffement climatique et l’impact de l’activité humaine, voir la conclusion et ma mise en gras.

    « Seule chose sûre : les calottes de glace ne réagissent pas de façon linéaire aux changement climatiques. La remontée du niveau marin n’est donc pas proportionnelle à l’élévation de la température moyenne à la surface de la Terre. L’histoire récrite du MWP-1A illustre au contraire l’existence de puissants effets de seuil. « Alors que l’activité humaine fait grimper sensiblement la température moyenne de l’atmosphère, il faudrait donc se méfier de possibles débâcles à venir. »

    Merci d’arrêter ici cette discussion, rien ne t’oblige à changer d’avis, je peux néanmoins te conseiller la lecture d’un ouvrage complet sur le sujet rédigé par un expert reconnu du domaine.

    Les statistiques devraient néanmoins faire réfléchir, depuis une quinzaine d’années, les spécialistes s’accordent sur l’impact humain du réchauffement climatique. Il n’y a pas de théorie du complot là derrière, c’est ce qu’on enseigne dans les universités sur des données factuelles.

    Ta liste qui crie au canular pour le réchauffement est la même que pour ceux qui dénoncent l’évolution, les scientifiques en question ne sont pas ceux du domaine concerné.

  40. Avatar
    George ASSIMAKIS mer 27 Fév 2019 Répondre

    cette histoire de 97% des scientifiques est une parfaite arnaque démontée depuis bien longtemps
    https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/2018/01/05/97-des-scientifiques/
    le fait que vous y accordiez encore de l’importance montre simplement que vous êtes acculés. Et de fait, la science a déjà gagné cette bataille depuis plusieurs années maintenant, il ne vous reste plus que le mensonge pathétique pour continuer à apeurer les moutons.
    PERSONNE n’a encore prouvé que l’activité humaine réchauffe la terre, ou si peu (ça se noie dans la variabilité…), ce n’est encore qu’une théorie (du complot ?!) comme une autre.
    Et de fait, lorsqu’on demande à Antoine de calculer l’importance anthropique dans ce « réchauffement » il se défile, bien entendu, lui qui est si prompt à attaquer la moindre petite erreur arithmétique, tel un professeur facétieux…
    le 04 juillet 2017 le Groenland bat des records de froid https://www.youtube.com/watch?v=M3dPD5ihf3k
    en avez-vous parlé ? non, et cela n’a rien de scientifique comme comportement, car c’est partial, comme le GIEC dont le mandat est d’accuser le CO2
    Or le CO2 est excellent pour la nature, et qui vous dit que ce n’est pas votre attitude qui est dangereuse pour la planète et l’humanité ???
    30’000 scientifiques (américains seulement !) en ont conscience depuis 1997
    http://www.petitionproject.org (97 c’était peut-être 1997 et non 97% ???)
    en avez-vous parlé une seule fois ?
    non, évidemment…

  41. Avatar
    George ASSIMAKIS mer 27 Fév 2019 Répondre

    PS : l’article de mon précédent commentaire prouve seulement que lorsque vous affirmez que les « changements climatiques » n’ont JAMAIS été aussi rapides c’est tout simplement faux. Au lieu de vous excuser platement de votre ignorance, vous offensez l’intelligence de vos lecteurs en allant parler d’un autre débat contenu dans sa conclusion (pour votre information – je me vois dans l’obligation de le clarifier – j’ai fait exprès d’utiliser un article vulgarisateur qui aille dans le sens du réchauffement (j’avais déjà cité maintes fois les différentes études scientifiques donc impartiales faites sur le sujet…) pour qu’il soit parfaitement clair que le FAIT SCIENTIFIQUE d’une plus grande rapidité de changements est acquis, même par les agitateurs réchauffistes. Ainsi 100% des scientifiques sont d’accord pour reconnaître que les évolutions actuelles du climat ne sont pas plus rapides que ce qui s’est passé il y a moins de 15’000 ans.
    Je vous invite donc à plus de discernement dans votre appréciation des faits.

  42. Avatar
    George ASSIMAKIS mer 27 Fév 2019 Répondre

    Enfin, « Ta liste qui crie au canular […] les scientifiques en question ne sont pas ceux du domaine concerné » >> ça fait 1 partout car Antoine est tout sauf un scientifique du domaine concerné. Merci.

  43. Avatar
    Marc Fiquet mer 27 Fév 2019 Répondre

    Ok George,

    Je termine (ça sera mon dernier message) en laissant la parole à un chercheur au Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement, François-Marie Bréon. Ca pourra t’aider si tu cherches des explications claires venant d’un spécialiste. Il dénonce assez clairement les erreurs de compréhension des F Gervais et autres scientifiques soit-disant anti alarmistes.
    ça permettra aussi à nos lecteurs d’avoir un petit dossier assez clair sur ce sujet.

    Bonne route à toi.

    Le climato-dénialisme n’est pas mort
    https://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article3140

    Changement climatique : l’état des connaissances scientifiques
    https://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2681

    Le GIEC et le consensus scientifique
    https://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2682

  44. Avatar
    him mer 27 Fév 2019 Répondre

    Je ne sais pas si cela a déjà été évoqué mais pour ce qui est d’un changement rapide de température et si on peut en croire wikipedia :

    https://en.wikipedia.org/wiki/Abrupt_climate_change

    Changes recorded in the climate of Greenland at the end of the Younger Dryas, as measured by ice-cores, imply a sudden warming of +10 °C (+18 °F) within a timescale of a few years.

    Donc la température aurait monté de 10 degrés en peu d’années il y a 12000 ans. Et il semble que « peu d’années » signifie moins d’une décade vu le reste de l’article. Je me demande si c’est vrai et si on on une idée des raisons d’un changement aussi abrupt.

  45. Avatar
    Marc Fiquet jeu 28 Fév 2019 Répondre

    [modérateur]
    Bonjour Him, je crois qu’il faut malheureusement arrêter ici les discussions, l’impact anthropique AUJOURD’HUI est confirmé par la quasi totalité des spécialistes. Si certains chipotent sur les chiffres il faut vérifier comme Antoine l’a relevé dans un article dernièrement le nombre de projets de recherche qui travaillent sur ce sujet actuellement, il n’y en a quasi plus, les chercheurs se concentrent désormais depuis 10 ou 15 ans à mesurer les impacts et à peaufiner les modèles sur le réchauffement plus à se questionner si ça vient de l’activité humaine.

    le pb c’est que sur le web on est noyé d’info climato-sceptiques comme anti-évolution, les personnes qui ne creusent pas jusqu’au bout sont donc tentées d’avaler des couleuvres.

    PS : c’est vraiment mon dernier message !

  46. Avatar
    George ASSIMAKIS ven 01 Mar 2019 Répondre

    impact anthropique confirmé = affirmation vide de sens, car dès la première respiration du premier homme, du CO2 a été produit, et a impacté le climat… Le GIEC fait la même chose en affirmant que « l’homme est responsable à 99% » > cette affirmation est fausse, de la même manière, car nous sommes certain à 100% que l’homme est responsable, depuis le début des études, ce n’est pas nouveau. Ce qui nous intéresse est de mesurer cette responsabilité, et le fait d’affirmer 99% prouve qu’ils jouent sur le malentendu du fait qu’on est certain de la responsabilité à 100% d’une part, et du niveau de responsabilité qui n’a jamais été calculé d’autre part. J’ai fait les calculs à partir des chiffres utilisés par le GIEC, et la responsabilité de l’homme est inférieure à 1% + certitude à 100% du fait que l’homme est responsable (d’une partie) du réchauffement, s’il y a un réchauffement (rien n’est moins sûr qu’il y ait un réchauffement)
    À chaque fois qu’on demande de faire ce calcul on reçoit une fin de non-recevoir, car bien évidemment s’intéresser à ça est plus que subversif car tout s’écroule
    Pendant ce temps, entre 10 et 20 milliard d’euro ont été détournés (sur la base de la TVA seulement soit de 50 à 100 milliard de taxes échangées) entre 2008 et 2009, ce qui indique les gigantesques montants en jeux dans cette affaire de prétendu réchauffement climatique, quand on multiplie dans la durée et au niveau du monde.
    Vive les dollars de Kyoto ! Et bientôt la banque mondiale…
    https://www.youtube.com/watch?v=rPu-wcEs2uM
    https://www.youtube.com/watch?v=Fa5ZZsZzZN0
    sans compter le film « Carbone » avec Gérard Depardieu
    Tout cela est bien triste et je me vois désolé de constater que des chrétiens s’associent à ce jeu dangereux pour tout le monde et pour l’avenir de l’humanité même.

  47. Avatar
    George ASSIMAKIS ven 01 Mar 2019 Répondre

    Ésaïe 5:19-24
    …19Et qui disent: Qu’il hâte, qu’il accélère son oeuvre, Afin que nous la voyions ! Que le décret du Saint d’Israël arrive et s’exécute, Afin que nous le connaissions ! 20Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, Qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres, Qui changent l’amertume en douceur, et la douceur en amertume ! 21Malheur à ceux qui sont sages à leurs yeux, Et qui se croient intelligents !…22Malheur à ceux qui ont de la bravoure pour boire du vin, Et de la vaillance pour mêler des liqueurs fortes;…23Qui justifient le coupable pour un présent, Et enlèvent aux innocents leurs droits !…24C’est pourquoi, comme une langue de feu dévore le chaume, Et comme la flamme consume l’herbe sèche, Ainsi leur racine sera comme de la pourriture, Et leur fleur se dissipera comme de la poussière; Car ils ont dédaigné la loi de l’Eternel des armées, Et ils ont méprisé la parole du Saint d’Israël.…
    https://saintebible.com/isaiah/5-19.htm

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*