Les objections de certains chrétiens à la théorie de l’évolution (2)


Print Friendly, PDF & Email
  • Objection 5: « L’évolution récompense l’égoïsme »

La théorie de l’évolution est la théorie du succès reproductif différentiel plus que de la concurrence directe entre les individus.

« Les créatures qui gagnent la compétition au sein de leur propre espèce- en prenant plus de nourriture ou en gagnant du territoire- sont plus susceptibles que les autres de survivre et de se reproduire. Bien que nous ayons l’impression que ces créatures soient récompensées pour leur égoïsme, c’est n’est qu’un aspect de l’histoire… Il y a aussi des situations dans lesquels l’évolution semble récompenser l’attention et la coopération. Dans la plupart des espèces, les parents qui prennent soin de leur progéniture sont récompensés par un nombre plus élevés de survivants. Les mammifères tels que les loups, les chimpanzés ou les dauphins vivent en groupe, et leur coopération est vitale pour le succès du groupe au complet…dans de tels groupes, les individus égoïstes sont parfois punis ou exclus. Le mécanisme de l’évolution paraît ainsi récompenser l’attention et la coopération et pas seulement l’égoïsme… » Loren et Déborah Haarsma, Origins

 

  •   Objection 6: « La théorie de l’évolution c’est « les plus forts qui gagnent « toujours »!

Cette notion « du plus fort » employée par certains sous-entend l’usage de la violence: je tue mon voisin pour avoir plus de place. Ici encore, il y a confusion, ce ne sont pas les plus fort qui gagnent mais les mieux adaptés à leur milieu. Par exemple, imaginons un étang où cohabitent des poissons et des grenouilles. La rivière qui alimentait cet étang est détournée et donc s’appauvrit en oxygène. Les poissons qui utilisent l’oxygène contenu dans l’eau vont peu à peu mourir et peut-être disparaître alors que les grenouilles respirant à l’air libre ne seront pas touchées par le phénomène. Ces deux espèces vivant dans le même écosystème ont subi un même évènement de manière différente…mais on ne peut pas dire que les grenouilles étaient plus fortes que les poissons, elles étaient seulement plus adaptées à la nouvelle situation. »

http://www.hominides.com/html/theories/theorie-evolution-idees-fausses.html#homme_sur_terre_uniquement_par_hasard

 

  •  Objection 7: « la théorie de Darwin a eu des conséquences morales et politiques dramatiques. Elle a servi à justifier l’eugénisme, le racisme, le nazisme,le communisme, le capitalisme! »

« Malheureusement,…l’évolution a été investie d’un bagage idéologique très disparate.

Herbert Spencer (1820-1903) a été le grand vulgarisateur de l’évolution en Amérique du Nord à la fin du 19ème siècle, vendant 370 000 livres. Malheureusement, il a essayé de faire de l’évolution une théorie de « tout et n’importe quoi », dans laquelle l’univers entier était en route vers un état de perfection ultime. Spencer (et pas Darwin) est l’inventeur de l’expression « la survie des plus aptes », une notion qui sera mal employée avec des conséquences dramatiques par Hitler et le 3ème Reich… Le fait  que la théorie de l’évolution ait été utilisée pour justifier un éventail aussi large d’idéologies telles que le communisme, le capitalisme, le racisme et le militarisme, dont certaines s’excluent mutuellement, devrait nous alerter sur les dangers d’extrapolation de théories scientifiques  dans des domaines dans lesquels elles ont très peu ou rien à faire. » Denis Alexander, Can a Christian believe in evolution?

  •  Objection 8 : « La théorie de l’évolution implique que l’homme n’est pas plus spécial qu’un chimpanzé, un lézard, une fourmi, une bactérie. Ceci est donc incompatible avec une humanité créée à l’image de Dieu. »

« Je suis en désaccord avec cette implication. Ce que nous sommes au final ne dépend pas de la manière dont nous avons été créés. Le fait que nous ayons un lien proche avec nos prédécesseurs animaux ne minimise en rien notre rôle aux yeux de Dieu. Nous sommes ses représentants sur Terre parce qu’Il l’a déclaré, pas à cause de ce que nous sommes. L’évolution biologique ne remet pas en question la vision chrétienne de l’identité humaine, notre relation à Dieu, ou notre mandat au milieu de la création divine. » Steve Martin

La théorie de l’évolution ne peut pas nier ni confirmer la nature spirituelle de l’homme. J’y crois en tant que chrétien sur la base de ma foi, la science ne peut rien m’en dire!

« Bien que l’humanité soit petite par rapport à la taille de l’univers, la grandeur  de la création n’est pas là pour nous rabaisser mais pour proclamer l’immensité de l’amour de Dieu (Psaumes 104:11-12) et l’étendue de ses promesses (Genèse 15:5). Notre valeur est basée sur notre statut devant Dieu, pas sur notre taille physique ou notre singularité. De plus, Dieu a choisi de s’incarner dans un être humain, pour revêtir notre nature humaine… Cet acte à lui seul donne de la valeur à l’humanité. “Or voici comment Dieu, lui, met en évidence son amour pour nous : le Christ est mort pour nous alors que nous étions encore pécheurs.” (Romains 5:8)

… Notre valeur dépend-elle du fait que nous partageons un ancêtre commun avec les grands singes? Dieu a fait quelque chose pour l’humanité qui va bien au-delà de ce qu’il a fait pour les autres espèces. Notre valeur à ses yeux est indéniable, indépendamment de ce que nous découvrons sur la méthode choisie par Dieu pour nous créer. » Loren et Déborah Haarsma, Origins


Navigation dans la série<< Les objections de certains chrétiens à la théorie de l’évolution (1)
Objection 9 : « La théorie de l’évolution implique que l’homme n’est pas plus spécial qu’un chimpanzé, un lézard, une fourmi, une bactérie. Ceci est donc incompatible avec une humanité créée à l’image de Dieu. » >>

12 Commentaires

  1. gakari1 jeu 18 Oct 2012 Répondre

    Bonsoir,

    Un débat sur le coran et la bible confronté à la théorie de l’Evolution (ou l’inverse, je ne sais pas).
    Il est intéressant de voir, dans les commentaires de l’article de Oumma.com, que les mêmes dissidences, discussions et rhétoriques existent dans la religion musulmane (herméneutique, fondamentalisme, symbolisme, scientisme) :

    http://oumma.com/14459/coran-bible-theorie-de-levolution

    Yannick

  2. gakari1 dim 20 Jan 2013 Répondre

    Bonjour,

    Le créationnisme est-il une menace ?
    L’avis de sociologues qui sont allé sur le terrain ? :
    http://youtu.be/vb2y2kybe0g

  3. Georges Daras lun 21 Jan 2013 Répondre

    Bonjour Yannick,
    Merci pour ce lien que tu nous proposes. J’ai visionné. J’ai été déçu, car bien trop brouillons comme exposés. Gonzales avec son « ABC du créationnisme » ne nous a rien appris, alors que Stavo-Debauge n’a fait que soulever un pan infime de ce qu’il aura pu écrire dans son livre qui, je l’espère, vaut le coup d’être acheté. Déçu aussi par le fait que dans leurs exposés brouillons ils réduisent les évangéliques au créationnisme pur et dur de la « terre jeune ». J’aurais aimé qu’on nous dise que tous les évangéliques ne sont pas créationnistes, qu’il y a d’autres opinions sur la question de l’évolution parmi les évangéliques. Très peu d’auteurs évangéliques ont été cités, ils sont passé très vite sur Plantinga sans rien expliquer à son sujet, etc.

    Par contre, on lira avec profit (téléchargeables moyennant inscription) la thèse de doctorat et divers articles de Gonzales en ligne (voir « books » et « papers »): http://unil.academia.edu/PhilippeGonzalez

  4. gakari1 lun 21 Jan 2013 Répondre

    Hello Georges,
    Pas faux. Après l’évangélisme réactionnaire au libéralisme, le libéralisme ignorant la diversité des évangéliques…
    Mais si le reste est occulté, ils pointent un vrai pb du doigt.

    Celle-là, pour le plaisir :
    http://www.zebuzztv.com/?buzz=ze-mag&item=296

    (Tu nous l’avais caché, dis donc, Benoît ;-) )

  5. Georges Daras lun 21 Jan 2013 Répondre

    Bonsoir Yannick,

    Je ne sais pas s’ils sont libéraux. Gonzales était évangélique et il s’est dirigé vers le mennonisme, dont un certain Bruno Synnott fait, je crois, également partie…

    D’un autre côté, il fait bien reconnaître que l’admission de la théorie évolutionniste ne fait pas vraiment école parmi les évangéliques. On a l’impression que c’est des cas isolés qui tentent de se structurer pour faire reculer l’obscurantisme créationniste qui caractérise malheureusement toujours l’évangélisme, a fortiori l’évangélisme francophone avec un axe éditorial conservateur (c’est-à-dire qu’on ne verra pas Peter Enns, Kenton Sparks, ou d’autres évangéliques progressistes traduits de sitôt en français [par des éditeurs évangéliques]).

    Cela dit, je signale la parution récente de:
    Adam, qui es-tu?
    Perspectives bibliques et scientifiques sur l’origine de l’humanité
    , https://www.xl6.com/articles/9782755001785-adam-qui-es-tu-perspectives-bibliques-et-scientifiques-sur-l-origine-de-l-humanite
    – et d’un ouvrage collectif sur les évangéliques suisses: Le phénomène évangélique. Analyses d’un milieu compétitif http://www.laboretfides.com/?page_id=3&product_id=687147

  6. Philippe Gonzalez mar 22 Jan 2013 Répondre

    Bonjour,

    Je vous remercie pour votre discussion de notre travail. Même si, visiblement, le format de notre exposé ne vous a pas convaincus. Avec 15 minutes par intervenant, il était relativement difficile d’entrer dans les détails du sujet pour un public qui n’y connaissait pas grand chose.

    Par contre, vous pourrez remarquer, en début d’intervention, que je signale le fait que le créationnisme (jeune terre) est un phénomène quasi-exclusivement américain – même si une veine s’est développée en Europe. D’ailleurs, comme je le signalais, la littérature éditée par le Centre biblique européen circule déjà dans les églises évangéliques et sur les sites Internet évangéliques (http://www.clcfrance.com/darwin–l-abominable-imposture_ref_CBED030.html).
    Kenneth Ham d’Answers in Genesis n’est pas en reste (http://www.clcfrance.com/le-mensonge-l-evolution_ref_OASM020.html). Et voici du matériau Intelligent Design publié par la Ligue pour la lecture de la Bible (http://www.clcfrance.com/comment-penser-l-evolution_ref_LLBC420.html). Vous remarquerez que tout cela est disponible sur le site Internet d’un éditeur évangélique conservateur et – ce qui m’a intéressé – c’est que des médias évangéliques importants font de la publicité pour ce genre de livres (en l’occurrence, celui de Mathez).

    Il me paraît difficile, en 15 minutes, d’aborder la variété des positions, qui toutes appellent à un traitement nuancé : on ne peut pas dire que le projet du Discovery Institute avec l’Intelligent Design ait grand chose à voir avec celui de Biologos, qui présente un évolutionnisme théisme. Les différences ne portent pas uniquement sur la conception de la science mise en œuvre, mais également sur les stratégies légales et sur le projet de société.

    En regard du site que vous animez ou auquel vous participez, je comprends que notre exposé paraisse sommaire. Par contre, votre intérêt particulier pour la question risque de vous conduire à négliger la façon dont l’anti-évolutionnisme peut être présent ou se renforcer aujourd’hui dans les Églises évangéliques. Ce que nous avons tenté de pister, avec mon collègue Joan Stavo-Debauge, ce sont les canaux par lesquels il s’introduisait dans les communautés, par le moyen d’organismes para-ecclésiaux.

    Bien à vous.

    • Auteur
      Benoit Hébert mer 23 Jan 2013 Répondre

      Bonjour Philippe,

      Merci pour votre participation à la discussion sur ce blog. Je me permets une petite réflexion sur ces propos « votre intérêt particulier pour la question risque de vous conduire à négliger la façon dont l’anti-évolutionnisme peut être présent ou se renforcer aujourd’hui dans les Églises évangéliques »

      C’est bien parce que les animateurs de ce site sont pleinement investis « de l’intérieur » dans la vie du mouvement évangélique qu’ils ont décidé de s’investir dans ce travail de réconciliation entre la foi chrétienne de sensibilité évangélique et la science moderne, l’évolution en particulier. Nous sommes très conscients du chemin qui reste à parcourir et des obstacles à surmonter, et aussi de l’influence de l' »anti-évolutionnisme ». Notre travail est particulièrement délicat, nous sommes souvent pris entre les feux du littéralisme en matière d’interprétation biblique, ceux du libéralisme théologique et ceux du nouvel athéisme! Mais « nous ne perdons pas courage »!

  7. Philippe Gonzalez mar 22 Jan 2013 Répondre

    Bonjour Georges,

    Je n’avais pas lu assez attentivement votre intervention :

    « D’un autre côté, il fait bien reconnaître que l’admission de la théorie évolutionniste ne fait pas vraiment école parmi les évangéliques. On a l’impression que c’est des cas isolés qui tentent de se structurer pour faire reculer l’obscurantisme créationniste qui caractérise malheureusement toujours l’évangélisme, a fortiori l’évangélisme francophone avec un axe éditorial conservateur (c’est-à-dire qu’on ne verra pas Peter Enns, Kenton Sparks, ou d’autres évangéliques progressistes traduits de sitôt en français [par des éditeurs évangéliques]). »

    Je vois que vous mesurez bien le problème.

    Bien à vous.

  8. Georges Daras mer 23 Jan 2013 Répondre

    Bonsoir Philippe,

    Merci pour vos remarques et les quelques précisions apportées. Je suis sur ce site qu’un simple intervenant, l’administrateur étant Benoît Hébert. J’ai parcouru les premières pages de votre thèse et vous félicite d’emblée pour votre travail de recherche, que je me ferai un plaisir d’approfondir davantage (ainsi que vos articles gracieusement mis à disposition), puisque ce qui touche à l’évangélisme en général m’intéresse (y compris pentecôtiste, charismatique, progressiste).

    Je comprends bien sûr que les 15 minutes imparties n’aient pas permis d’approfondir et de nuancer le propos. D’un autre côté, le sujet se limitait au créationnisme et son influence dans l’espace public. En fait, au départ, je pensais que le livre de Stavo-Debauge traitait du contexte francophone, plus précisément suisse. Alors, je me suis dit « ah, du nouveau sur ce qui se passe près de chez nous ». Mais non, ça tournait autour des USA. Et puis c’était trop théorique, pas assez sur, je vous cite, « les canaux par lesquels [l’anti-évolutionnisme s’introduit] dans les communautés, par le moyen d’organismes para-ecclésiaux ».

    Cordialement,
    Georges

  9. Philippe Gonzalez mer 23 Jan 2013 Répondre

    Bonsoir Georges,

    Merci pour votre mot. Et n’hésitez pas à me contacter directement, sur mon adresse professionnelle, pour me faire part de vos commentaires sur mon travail. J’apprécie toujours d’avoir des retours de personnes qui connaissent (ou ont connu) l’évangélisme de l’intérieur.

    Effectivement, le livre de Joan Stavo-Debauge se veut d’abord et avant tout une réflexion de philosophie politique portant sur les débats autour du « post-sécularisme ». Son argument est empiriquement fondé sur le cas du créationnisme. Il y a de bonnes raisons d’aborder ces réflexions à partir de cette entrée. Toutefois, l’enquête que nous avons conjointement menée sur le créationnisme n’est pas encore parue. Un livre est en préparation chez Labor et Fides. Il devrait être disponible fin 2013 ou début 2014.

    Cordialement.

  10. gakari1 mer 23 Jan 2013 Répondre

    Merci Philippe, de prendre le temps de répondre ici.
    A la question « le créationnisme est-il une menace ? », je crois que l’on peut dire clairement oui aux états-unis, puisqu’il a fallu la justice pour essayer de le stopper dans son désir d’expansion, en Europe aussi dans une moindre mesure puisque certains députés ont essayé de le faire accepter dans les écoles.
    En France, mis à part dans le monde évangélique, j’ai l’impression que l’on est assez protégé. Disons qu’il n’est pas une menace pour la science mais plutot pour la fomation des esprits des ados évangéliques, musulmans ou catholiques.
    Et même dans le monde évangélique, mis à part quelques églises qui aiment à passer de vieux films d' »évangélisation » de Moody ou de l’ID, et si on ne tient pas compte des occasions prises par les pasteurs dans les sermons pour rappeler que l’homme ne descend pas du singe :-o , le créationnisme strict n’est pas (encore?) un cheval de bataille et un évolutionniste n’est pas trop embêté (peut-être mis à part l’école du dimanche des petits, qui reste un problème pour moi).

    Mais peut-être est-ce aussi le haut de l’iceberg, peut-être n’est-ce pas le créationnisme, mais une doctrine de l’innerance mélangé à une lecture littérale, qui est une menace. C’est en tout cas une menace pour la foi des personnes qui ont été façonnées par ces idées et qui un jour se réveillent.

    Aussi, dans la conférence, j’ai bien aimé lorsque vous racontez une conférence d’un apologète créationniste : à qui n’est-ce jamais arrivé, dans une discussion ou un débat, quand il n’y a plus d’arguments en stock, d’en finir avec ce que j’apelle un point godwin évangélique, à savoir : si tu n’est pas créationniste ni au moins concordiste, que tu ne crois pas au déluge, c’est que tu n’es pas un ami de Jésus parce que lui l’étais.

    Yannick

  11. Georges Daras dim 27 Jan 2013 Répondre

    Bonjour Philippe,

    Merci pour ces précisions fort utiles. J’ai lu l’introduction du numéro 62 de « Perspectives Missionnaires » consacré à « La planète évangélique », que vous avez co-signée avec Andrew Buckler. Belle et éclairante synthèse sur les évangéliques. Je parcours avec curiosité « Revendiquer la nation Suisse… » qui me rappelle mes premières années « post-conversion » dans une communauté pentecôtisante brésilienne à Bruxelles, et qui aurait très bien pu servir de terrain d’investigation (j’ai d’ailleurs pour projet de relater mon expérience sur mon blog).

    Enfin, voilà, je suis heureux de découvrir un chercheur de haut vol dans ce domaine d’autant plus vous avez également vécu les choses de l’intérieur.

    Cordialement,
    Georges

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

>