Les chrétiens qui acceptent l'évolution pensent-ils que Dieu a abandonné la création à elle-même?

Print Friendly, PDF & Email

Denis Lamoureux est titulaire d’une thèse en biologie de l’évolution, d’une autre en théologie, et d’un diplôme de dentiste. Il est actuellement professeur en science et religion à l’université d’Alberta. Il est un des théologiens évangéliques les plus influents au sein de la American Scientific Affiliation qui regroupe plusieurs centaines de chercheurs en science de confession évangélique. Je vous encourage à aller sur son site personnel, où vous trouverez toute une série de diaporamas (avec le son !). Malheureusement, c’est en anglais. Il y présente en particulier le contenu de son ouvrage, Evolutionary Creation. Denis Lamoureux donne aussi des cours en ligne sur tous les sujets touchant les origines, la Bible et la science.

Un extrait de « Evolutionary Creation »

La perspective de la création évolutive est-elle une forme de déisme ?

La critique la plus fréquente que les anti-évolutionnistes lancent à l’égard  de la perspective de la création évolutive est que cette vision des origines est du déisme. Ils argumentent en disant que la création du monde au travers de processus exclusivement naturels et sans intervention directe de Dieu est typique de la croyance au dieu impersonnel des philosophes. De plus, ces critiques prétendent que si le Créateur n’est pas intervenu en dehors des lois naturelles à l’origine, alors il n’y a aucune raison de croire que Dieu intervient personnellement dans la vie des hommes et des femmes aujourd’hui. Ce sont en effet des préoccupations raisonnables. Pourtant, les partisans de la création évolutive rejettent vigoureusement la vision distante de Dieu du déisme.

Tout d’abord, ils reconnaissent à la fois que Dieu intervient directement dans la vie des hommes, mais aussi de façon providentielle. Les déistes, quant à eux ne croient pas que le créateur intervient dans le monde et dans la vie des gens. Deuxièmement, le dieu des philosophes ne fait que mettre en place l’évolution du cosmos à l’origine du monde, et puis il se retire, sans que l’univers ait besoin de son action, de son soutien et de son contrôle dans le passé ou le présent. Pour les partisans de la création évolutive, le Seigneur soutient la création à chaque instant de son existence, dans toutes ses opérations.  Il est clair qu’un tel Dieu en relation personnelle avec les êtres humains et soutenant le monde physique n’est pas le créateur distant des déistes.

De plus, l’argument du « déisme » peut aussi être retourné contre les anti-évolutionnistes. Par exemple, aucun créationniste de la jeune terre ou progressif ne croient que Dieu créé les bébés par intervention directe. Dieu le fait d’une manière indirecte au travers d’un processus embryologique. Mais cela signifie-t-il que les chrétiens qui acceptent cette compréhension du développement humain sont des déistes ? Est-ce que le fait que l’on n’observe jamais que Dieu attache un nez, une oreille ou une jambe à un enfant in utero nous oblige à croire au dieu des philosophes ? Est-ce qu’un médecin chrétien est en dehors de la volonté de Dieu s’il croit que Dieu n’intervient pas de façon surnaturelle dans le cours normal du développement de l’embryon ? Un tel médecin est-il déiste ? Non, absolument pas. De la même façon, les chrétiens qui croient que Dieu a créé la vie au travers de processus naturels uniquement ne sont pas des déistes non plus.

Bien sur, il y a une grande différence entre la création du monde et celle des bébés. C’est le problème du concordisme scientifique (la supposition que Dieu a révélé dans la Bible des faits de nature scientifique des milliers d’années avant leur découverte par la science). Il n’est écrit nulle part dans la Bible : « Et Dieu dit, qu’il y ait un nez attaché au visage d’un bébé dans le sein maternel. » Il est pourtant écrit dans Genèse 1 et 2 que Dieu est intervenu de manière directe à l’origine du monde. C’est la raison pour laquelle les anti-évolutionnistes insistent sur le fait que Dieu est intervenu de façon spectaculaire à la création du monde. Pourtant, cette croyance dans des événements créatifs instantanés  s’évapore si le concordisme scientifique n’est pas une caractéristique des Ecritures. Plus précisément, si le Saint Esprit a utilisé la compréhension ancienne des origines comme un véhicule pour révéler un message théologique divin dans les récits de la création, alors la Bible ne nous révèle pas comment Dieu s’y est vraiment pris pour créer l’univers et la vie.

L’accusation de déisme envers la perspective de la création évolutive tombe donc à plat. Le Dieu de la Bible est un Dieu personnel. Les partisans de la création évolutive sont des chrétiens qui défendent cette idée et celle d’un Dieu qui soutient sa création à chaque instant. Ces croyants jouissent d’une relation personnelle avec Dieu, bénéficient de son action providentielle et de ses interventions particulières. L’accusation de déisme de la part des anti-évolutionnistes repose en définitive sur l’hypothèse du concordisme scientifique dans la Bible.

Denis Lamoureux

16 Commentaires

  1. Avatar
    Jim dim 08 Mar 2015 Répondre

    De mon point de vue ce concept de « création évolutive » est du créationnisme, car ou bien, c’est de l’évolutionnisme, version Darwin, ou du simple créationnisme.
    Cela dit, on pourrait imaginer que l’entité créatrice, (dieu, etc…) ait elle même évolué, intellectuellement et technologiquement, pour créer des espèces vivantes de plus en plus sophistiquées.
    Pour les tenants de l’évolutionnisme, rien, si ce n’est le hasard, a organisé la matière pour en faire ce que nous sommes aujourd’hui, et y compris la vie, les planètes, etc…
    Il faut là aussi la « foi du charbonnier » pour imaginer cela comme possible, techniquement!

    • Avatar
      Benoit Hébert dim 08 Mar 2015 Répondre

      Bonjour Jim,

      Ta façon de voir les choses est typique de la « dichotomie » à propos des origines: nous n’aurions le choix qu’entre deux options: « ou bien » croire en un dieu « hasard » et accepter l’évolution, « ou bien » la rejeter au nom de la foi au créateur…

      Notre but est de montrer qu’il y a bien d’autres options, dont celle de croire au Dieu de Jésus-Christ, et de reconnaître ses œuvres dans la nature telle que le science nous les fait connaître.

  2. Avatar
    rodolphe (posta01) dim 08 Mar 2015 Répondre

    Salut Benoit,

    Il me semble que la situation n’est pas si ouverte que tu le penses.
    En effet, soit il existe une explication naturaliste à l’origine de notre monde et de ses propriétés, Dieu est alors inutile (une nouvelle physique pourrait nous mettre sur la voie) soit cette question s’avère définitivement inaccessible à la science et Dieu restera un plan B bien décevant pour l’humanité.
    Quoi qu’il en soit, de nombreuses affirmations dans cet article de Denis Lamoureux semblent bien éloignées des faits examinés, ne serait-ce qu’au prisme des statistiques.
     » Dieu intervient directement dans la vie des hommes, mais aussi de façon providentielle.  »
     » Ces croyants (ceux de la création évolutive) jouissent d’une relation personnelle avec Dieu, bénéficient de son action providentielle et de ses interventions particulières. « 

  3. Avatar
    Hélène lun 16 Mar 2015 Répondre

    Youpiiiiiiiiiiiiii !! Je viens de découvrir votre site par l’intermédiaire de David Vincent…. J’ai simplement lu pour le moment votre article sur la création évolutive qui m’a remplie de joie.
    J’ai été éduquée dans un milieu chrétien « traditionnel » rejetant toute idée d’évolution. Puis j’ai démarré des études universitaires en biologie, jusqu’à obtenir un doctorat en écologie. Mes études scientifiques m’ont forcément amenée à m’interroger sur ce sujet, et sans avoir forcément lu d’articles dédiés au sujet, je dois avouer que ma réflexion personnelle m’a amenée aux mêmes conclusions que celles que vous développez dans votre article. Je m’y retrouve complètement et j’y découvre des éléments nouveaux qui ne font que renforcer ma position. Votre analyse de la Genèse et la distinction entre « vérités théologiques » que Dieu révèle dans le cadre d’une science ancienne, écrite sous la forme d’un récit poétique est particulièrement brillante ! Bravo pour cette réflexion emplie de sagesse et qui réconcilie avec intelligence des convictions sans compromis sur Dieu et des faits scientifiques.

    • Avatar
      Spidherrmann mer 18 Mar 2015 Répondre

      Ma pauvre Hélène, vous avez fait la même erreur qu’Emilio*, vous avez succombé à la tentation de la facilité. Avec le bagage scientifique que vous avez accumulé, vous y avez succomber, c’est normal. Et pourquoi ? Sans doute par manque le manque d’interrogation et de réflexion sur ce que vous avez appris.

      Nous grandissons dans un environnement qui nous apprends très jeune à l’école que l’évolution est un fait. Nous grandissons en parcourant les manuels scolaires et en y relisant toujours la même chose, démontrée de multiples fois. Nous ne remettons jamais en cause ce qui a été supposément démontré et nous acceptons cela comme du pain béni. Lorsque nous devenons adulte, nous nous appuyons sur ce que nous avons appris sans le remettre en cause car on nous a appris que cela a été démontré. Par la suite nous reproduisons le même schéma : Puisque l’évolution est prouvée, la nouvelle découverte que j’ai faite est une nouvelle démonstration de l’évolution. En êtes-vous bien sûr ? On appelle cela un raisonnement circulaire.

      Ensuite je vous invite à regarder la vidéo sur Youtube du philosophe David Berlinsky (5 min) :
      https://www.youtube.com/watch?v=VHeSaUq-Hl8

      Moi aussi cette idée d’évolutionnisme contrôlée par un Dieu m’a chatouillé l’esprit pendant de nombreuses années (surtout pendant mon parcours universitaire). Mais depuis que j’ai découvert les positions créationnistes récentes, je ne peux plus y adhérer car je ne veux pas commettre une erreur classique répandue chez l’Homme, c’est de se laisser tromper par soi-même car nous sommes nous-même notre plus grand danger en ce qui concerne nos pensées.

      Je sais que sur ce site je commets un blasphème sur ce site mais je pense que la vérité doit être dite sinon ce seront les pierres qui crieront…

      * Chapitre 1 du livre « Comment penser l’évolution? – L’intelligence contre le darwinisme » de Phillip E. Johnson – Editions Ligue pour la Lecture de la Bible 2003

      • Avatar
        Benoit Hébert mer 18 Mar 2015 Répondre

        Merci Hélène pour ces encouragements qui vont droit au cœur de l’équipe science et foi. C’est principalement pour des personnes comme vous que nous avons créé ce site.

        Mais aussi pour des « Spidherrmann », victimes de la désinformation scientifique et théologique…

        Phillip Johnson et l’I.D.: les évangéliques sont-ils en train d’hériter du vent?

        • Avatar
          Spidherrmann mer 18 Mar 2015 Répondre

          Bonjour Benoît,
          J’ai déjà lu l’article, mieux vaut au gens de lire le livre pour se faire une opinion personnelle.
          Ensuite théologiquement, la Bible est très claire sur la création et de plus dans le Nouveau Testament. Romains 5 est d’une limpidité sans pareil. Paul fait un lien entre Adam et Moïse. Il fait un lien de cause à effet entre le péché d’Adam et l’apparition de la mort (v. 12). Comment, comme vous le croyez me semble-t-il, des générations entières d’homidités sont mort avant l’apparition du péché? Nous ne sommes pas ici dans le « déjà et pas encore » que représente la vie chrétienne et le royaume de Dieu.
          Dans Romains 8 au versets 19 à 22, Paul va au-delà de l’humanité pour ce qui est de la chute. Il y associe la création toute entière.
          C’est ce que croit une grande majorité des évangéliques convaincus.
          Maintenant j’ai une petite réflexion à vous soumettre. Comment est apparue la limulle et pourquoi n’a-t-elle pas évoluée? Je soulignerai qu’elle avait dès le départ un système visuel particulièrement bien développé (je vous épargne le cas Léonardo le dinosaure).
          Ensuite expliquez moi comment des tissus mous et des cellules sanguines peuvent subsiter pendant 65 millions d’années dans les os de dinosaure. La thèse du fer ne me convaint absolument pas. Nous savons vous et moi que le sol est porreux et que l’eau ruisselle à travers le couches géologiques et à travers les os de dinosaures véhiculant toute sorte de molécules.
          Comment se fait-il que nous ne voyons jamais d’érosion à l’intérieur couches géologiques alors qu’à la surface, l’érosion est galopante.
          Finalement, en parlant de géologie, comment se fait-il que nous trouvions des arbres fossilisés plantés debout et entourés par plusieurs mètres de couches géologiques comme s’il avaient vécu plusieurs millions d’années?

          • Avatar
            Manu jeu 19 Mar 2015 Répondre

            « Tu ne meurs pas de ce que tu es malade, tu meurs de ce que tu es vivant » (Montaigne, Essais, livre 3, chap. 13). Tu ne meurs pas parce que tu es pécheur, tu meurs parce que tu es vivant. La mort physique est une nécessité naturelle liée, non pas au péché, mais à la procréation : il faut bien laisser la place aux nouvelles générations. Si nous ne mourions pas, il ne faudrait plus faire d’enfants, car sinon la population exploserait sur la Terre et cela provoquerait une catastrophe écologique qui nous condamnerait à tous mourir de faim. La mort est vitale. Il faut laisser la place à d’autres comme d’autres nous l’ont laissée.

            • Avatar
              Jim jeu 19 Mar 2015

              Non la mort n’est pas vitale, et si nous avions les moyens d’y échapper pourquoi devrait-on s’en priver? Ce raisonnement est totalement stupide!
              Le moyen d’éviter la surpopulation éventuelle s’appelle contraception.
              Moi, je compte bien pouvoir en profiter, si la technologie me le permet!

            • Avatar
              Spidherrmann ven 20 Mar 2015

              Jim a raison en disant que ce raisonnement manque d’intelligence et de sagesse.
              La phrase de Montaigne réjouira-t-elle un malade d’un cancer généralisé en stade terminale? J’en doute fort.
              A Jim: je vois que tu aime la vie et c’est encourageant. Néanmoins je t’invite à lire la Bible dans l’épître que l’apôtre Paul a adressé aux Philippiens au chapitre 1 surtout à partir du verset 19 et à méditer le passage qui suit.

  4. Avatar
    Jim mar 17 Mar 2015 Répondre

    Désolé, mais pour moi il n’y a que deux options possibles, l’évolutionnisme, ou le créationnisme, avec pour ce dernier deux options: créationnisme par une entité immatérielle, ou surnaturelle, ou bien créationnisme par des scientifiques venus d’une autre planète.
    On peut échanger a l’infini sur ces différentes options, mais on ne pourra jamais faire autre chose que privilégier au niveau personnel l’une ou l’autre de ces options.
    La « création évolutive » , dont il est ici question, n’est en aucun cas de l’évolutionnisme. Il s’agit purement et simplement d’un créationnisme, puisque que « Dieu », serait a la manœuvre pour diriger l’évolution des espèces.
    Il faut, de mon point de vue se baser sur la logique, car tout le reste n’est que imagination, et fantasmes..
    La science, c’est de la logique, non? Ou on est pour la science, ou pas.
    La genèse biblique, n’indique en rien une quelconque incitation a penser que nous soyons le résultat d’une évolution, puisqu’il est très clairement exprimé le fait que c’est « Elohim », qui créa l’homme a son image, a sa ressemblance.
    Je n’arrive pas a comprendre comment on puisse s’imaginer, alors qu’on se dit « croyant », que l’on puisse donner un quelconque crédit a la « théorie de l’évolution ».
    Alors, soit, on considère que la bible est un récit imaginaire qui n’a aucuns fondement réel, comme le font les athés, et les évolutionnistes, ou bien on lui donne un certain crédit, et là il me semble impossible qu’on puisse accepter la théorie de l’évolution, comme techniquement possible.

    • Avatar
      Benoit Hébert mar 17 Mar 2015 Répondre

      Eh bien, Jim, libre à toi de t’enfermer dans le réductionnisme. Notre option est de reconnaître la valeur de la méthode scientifique pour ce qu’elle est capable de nous apprendre, et aussi de reconnaître ses limites. Je t’invite à lire cet article d’Antoine Bret, physicien
      si la science l’explique, c’est pas Dieu!

      • Avatar
        Jim mar 17 Mar 2015 Répondre

        Benoit, je ne m’enferme dans rien, bien au contraire, je regarde la réalité avec le plus de logique possible, et seul la logique m’intéresse.
        La science n’est faite que de logique, c’est la seule chose sur laquelle nous pourrions, nous humains, nous accorder, compte tenu de notre faible niveau de connaissance.
        Les limites de la science, sont chaque jour repoussées un peu plus loin, et personne ne peut dire ce dont nous serons capables demain de réaliser.
        Ce que nous ne comprenons pas encore, un jour, la science l’expliquera.
        .
        Vouloir mélanger l’évolutionnisme et le créationnisme, est tout sauf logique, mais je respecte tout a fait ce point de vue.
        Pour moi, et beaucoup d’autres, je pense que l’humanité est le résultat de mutations au grés du hasard et de la sélection naturelle, soit elle est le résultat d’une « composante extérieure » qui a décidé unilatéralement de créer nos ancêtres tels que nous sommes aujourd’hui.

        • Avatar
          Benoit Hébert mar 17 Mar 2015 Répondre

          Bon Jim,
          Je crois que cette conversation risque de tourner en rond. Si tu crois que la science a réponse à tout, ce n’est pas mon avis, ni celui de beaucoup de scientifiques d’ailleurs. La science ne répondra jamais à la question de savoir si la vie vaut la peine d’être vécue par exemple…
          Ta « stratégie » cherchant » à labelliser de « créationnisme » toute démarche spirituelle qui ne rentre pas dans la case du positivisme du 19ème siècle pour la discréditer est un peu grosse…
          Un dernier p’tit lien pour la route
          http://www.scienceetfoi.com/series/les-arguments-du-nouvel-atheisme-sont-ils-recevables/

          • Avatar
            rodolphe (posta01) mer 18 Mar 2015 Répondre

            Bonsoir Benoit,

            Tu as raison de dire que la science n’a pas réponse à tout.
            (les arts, la morale, la justice, et plus largement toute la complexité de la dimension humaine…)
            Pour autant, cette situation n’implique rien sur l’existence de Dieu en particulier. Affirmer l’inverse ne relève que d’un raccourci bien fragile. C’est comme dire: « Nous éprouvons des sensations, des émotions, nous exprimons des sentiments donc, les sensations, les émotions, les sentiments existent « au même titre » qu’existe la Lune ou la planète Mars. Non, tout ceci existe bien sûr, mais à priori, uniquement entre nos deux oreilles !
            Il me semble qu’une telle approche qui consiste à justifier une opinion sur la base d’une méconnaissance fondamentale ne peut qu’aller dans le mur. Mais bon, je respecte même si cela m’interpelle au plus haut point.

          • Avatar
            Jim jeu 19 Mar 2015 Répondre

            La science n’a pas a répondre a savoir si la vie vaut la peine d’ètre vécue.
            Elle existe, nous sommes vivants, quelle chance extraordinaire que nous le soyons encore en vie! Profitons-en, tant qu’il en est encore temps!
            C’est quand même curieux de se poser cette question…il faut vivre le plus longtemps possible et le mieux possible.
            Nous sommes le résultat d’une création, en tout cas pour ceux qui le pensent, comme moi, alors « pourquoi diable », devrait-on se torturer l’esprit pour savoir si la vie vaut la peine d’ètre vécue ou non?
            Pour ceux qui pensent qu’elle ne vaut pas la peine de l’ètre, il y a toujours le suicide, non?
            Ma seule « stratégie » est de vivre le mieux possible, et m’entourer de gens les plus positifs possibles, avec la philosophie la plus positive et avant-gardiste possible!

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*