Le vrai problème des évangéliques avec l’évolution (et ce qu’il faut en faire)

Posté par Pete Enns
Print Friendly, PDF & Email

Note de Benoît Hébert (traducteur)

Cet article a été écrit dans un contexte différent de celui du monde évangélique français et européen. Beaucoup d’évangéliques français n’ont aucun mal à réconcilier l’évolution et une lecture orthodoxe de la Bible. Cet article s’adresse plus particulièrement au fondamentalisme « évangélique », qui est majoritaire aux EU, mais aussi bien présent dans le monde francophone. C’est ce que qu’il faut comprendre dans le contexte nord américain à chaque fois que le mot « évangélique » est cité, par exemple quand Peter Enns dit « L’évolution menace la foi évangélique. Et ce n’est pas une blague. La menace est réelle. »

 Article original disponible ici, traduit avec l’aimable autorisation de l’auteur!

 [Ce qui suit est adapté de la conclusion de The Evolution of Adam: What the Bible Does and Doesn’t Say about Human Origins  et est considérablement modifié pour s’adapter à un blog.]

Pourquoi tant d’évangéliques sont-ils sur la défensive à propos de l’évolution?

Ils ont peurs que leur héritage évangélique soit remis en question si l’évolution est vraie. Cela signifie que leur propre histoire est menacée.

Nos histoires personnelles nous permettent de nous situer dans le monde. Ces histoires nous procurent un sens de confort sinon de certitude. De façon générale, les êtres humains détestent être remis en cause dans leurs croyances, tout spécialement s’il s’agit de remettre en question des choses telles que la nature de l’univers et notre place dans ce monde, Dieu, la vie après la mort, et ainsi de suite- des thèmes traités par la foi évangélique.

L’évolution menace la foi évangélique. Et ce n’est pas une blague. La menace est réelle. Toute la rancœur, la prise de position, et la nervosité à propos de l’évolution cache une peur plus profonde : « Si la Bible a tord dans ce domaine, alors personne ne peut nous dire jusqu’où cela ira. Bientôt je serai à la dérive, incapable de savoir si je peux faire confiance en ce que la Bible dit- incapable d’être sur de savoir comment je dois vivre ma vie et ce qui arrivera quand je serai mort. »

Ceci a réellement rapport avec la Bible: Que cela signifie-t-il de la lire correctement? Le mouvement évangélique a investi beaucoup d’énergie dans la construction de murs bien épais autour de la Bible, prêt à la défendre contre les attaques, réelles ou perçues comme telles, qui menacent sa sécurité. (Si vous voulez savoir pourquoi tout ceci fait partie de l’héritage évangélique, lisez  l’article  de l’historien Mark Noll. Je n’ai jamais rien lu qui l’explique aussi efficacement).

Pourtant, le problème est que l’évolution remet bel et bien en cause certaines positions évangéliques à propos de l’interprétation de la Bible.C’est la raison pour laquelle pour certains, le fait de l’envisager, sans même penser l’accepter, signifie tout simplement tourner le dos à leur héritage évangélique. Le prix est souvent trop élevé.

On perd le confort de savoir que sa façon de lire la Bible est la bonne, ce qui permet de rejeter tout doute ou sentiment de mystère et d’embrasser un (faux) sentiment de certitude absolue.

Réécrire ses certitudes théologiques est quelque chose de menaçant, mais il faut le faire, parce que notre ouverture aux changements théologiques lorsqu’ils sont valables font partie intégrante de notre périple dans la foi, plutôt qu’une menace pour notre foi.

Il faut créer une nouvelle culture académique et ecclésiale dans lesquelles on pourra au moins discuter des problèmes difficiles concernantla Bible, sans suspicion ou représailles politiques.

Aller de l’avant paraîtra peut-être comme un mépris du passé. Mais maintenir le passé à tout prix n’est pas un meilleur choix. C’est un chemin de peur. Nous devons porter notre attention vers notre responsabilité envers nos enfants et nos petits enfants. Cela exigera un vrai courage.

La question de l’évolution est devant nous, et elle ne va pas s’en aller, et elle a des implications sur la façon dont les évangéliques lisent leur Bible et font de la théologie. La vraie question est de savoir comment nous allons choisir d’y faire face.

Pete Enns

15 Commentaires

  1. Avatar
    Marc sam 21 Jan 2012 Répondre

    La première chose à faire me semble-t-il est d’abord de faire un travail sérieux de recherche sur ce que dit réellement la théorie de l’évolution.

    Nous constatons malheureusement beaucoup de lacunes à ce niveau dans le milieu évangélique. Beaucoup ne savent pas de quoi il est réellement question et l’argumentation est la plupart du temps dirigée contre des clichés liés à l’évolution mais éloignés des réalités scientifiques.

    Une fois cette étape franchie, la confrontation au texte biblique se fait plus sereinement car une première étape fondamentale a été franchie : « Il est possible que la théorie de l’évolution soit le reflet de la réalité. »

    De ce fait comment vais-je pouvoir confronter cette nouvelle vision du monde à ma lecture des écritures inspirées du Dieu de Vérité ?

    Ce chemin n’est en effet pas si facile, en témoigne les différentes réactions sur ce blog !
    Il faut de toute manière proscrire la peur qui n’est jamais un moyen compatible à unir notre pensée à celle de l’Esprit, au profit d’une recherche sincère et ne pas focaliser sur « cette problématique » car la foi vivante est beaucoup plus que cela !

  2. Avatar
    Daras mar 24 Jan 2012 Répondre

    Tant que des évangéliques continueront de faire de la Bible un dieu de papier, ce conflit avec les sciences aussi vain qu’absurde se poursuivra. La balle est dans leur camp. Ils faut qu’ils aient le courage de reconnaître humblement leurs erreurs et d’abattre les murs de sécurité qu’ils ont érigé pour les défendre, faute de quoi ce sera la stagnation perpétuelle, les frustrations dogmatiques, les faux-débats qui font tourner en rond. C’est un peu mon « coup de gueule » du jour!

  3. Avatar
    Benoit HEBERT mar 24 Jan 2012 Répondre

    bonsoir Daras,

    Les évangéliques aiment la Bible, c’est aussi leur force, même si c’est parfois un peu maladroitement…et c’est vrai que nous avons besoin d’humilité pour aller de l’avant!

  4. Avatar
    Daras mar 24 Jan 2012 Répondre

    Je suis d’accord, mais l’humilité ne suffit pas pour avancer. Il faut avoir le courage de voir la réalité en face, et ne pas se réfugier dans des contrées dogmatiques imaginaires.

  5. Avatar
    Daniel PIGNARD mer 25 Jan 2012 Répondre

    Les évangéliques ont raison de se méfier de l’évolution.
    D’abord personne ne peut apporter une preuve formelle de sa réalité, je veux parler d’une évolution dans le sens de gain d’information évidemment ;
    Ensuite, jamais les média ne permettent une confrontation à égalité de diffusion entre les évolutionnistes et les créationnistes. Une chaine de télé avait un jour parlé de création-évolution et il y avait 4 évolutionnistes sur le plateau et un créationniste (André Eggen) qui apparaissait en film différé pour éviter de l‘avoir en direct au cas ou on ne pourrait pas le censurer.
    Conclusion, le débat à ce sujet est biaisé et les chrétiens ne sont pas instruits correctement. Ajoutez à cela des anciens d’église qui refusent de mettre la science officielle en question et vous avez fait le tour de la question.

    Tenez, j’ai déjà proposer ma théorie du déluge et de la dérive des continents sur ce blog mais c’est à ne pas manquer :
    http://andre.gagnoud.free.fr/BIBLIOGRAPHIES/La_BIBLE_face_a_la_SCIENCE/Daniel_Pignard_-_20010609%20_-_Recherche_sur_le_Deluge_et_la_Derive_des_Continents_-_Resume.pdf

    http://andre.gagnoud.free.fr/BIBLIOGRAPHIES/La_BIBLE_face_a_la_SCIENCE/Daniel_Pignard_-_2001_-_Quand_Dieu_cogne_avec_sa_Graine_-_Extraits.pdf

    Je vous conseille aussi de confronter les bobards des 65 millions d’années de la disparition des dinosaures à ce qui en est réellement sur le terrain :
    voici des sites évoquant la présence contemporaine des dinosaures.

    Les statuettes d’Acambaro découvertes au Mexique en 1944 :
    http://81032.aceboard.fr/81032-2114-2425-0-Statuettes-Acambaro.htm

    On peut ajouter à cette liste d’autres preuves de coexistence des dinosaures et de l’homme :
    Au Texas près de Glen Rose, dans la rivière Paluxy retenue par des sacs de sable, on a pu voir des traces de pas d’homme à côté de traces de dinosaures dans le même lit. Elles étaient même les unes dans les autres à un endroit. (« Le déluge… et les fossiles » )
    http://www.talkorigins.org/faqs/paluxy.html

    Beaucoup de cultures humaines parlent de dragons et leurs représentations ressemblent curieusement aux dinosaures (ex. le béhémôth dans Job 40:10 ; le léviathan dans Job 41:3). Si donc l’homme représentait des dinosaures avant la découverte des fossiles, c’est la preuve qu’ils ont vécu à la même époque. Les monstres vus dans les Loch Ness et Morar en Ecosse, dans le lac Champlain aux USA, sont des dinosaures encore vivants. Voir le fichier joint : Pictures of Dinosaurs in the 20th Centur1.doc
    http://www.angelfire.com/mi/dinosaurs/lochness.html

    La Saga nordique Volsunga et le poème du chasseur Béowulf contre le monstre Grendel dans la littérature anglo-saxonne (600 ap JC) décrivent les monstres comme des dinosaures et expliquent la façon de les tuer par-dessous, caché dans une fosse.
    Le cœlacanthe, étrange poisson fossile daté d’au moins 100 000 ans, a été découvert bien vivant en 1938 en Afrique du Sud et aux Comores où on le pêche régulièrement.
    Le Congo a encore vers le lac Télé des dinosaures terrestres encore vivants appelés Mokélé Mbembé.
    http://www.congopage.com/A-la-recherche-du-Mokele-Mbembe-le

    Un numéro spécial de Science et Avenir sur les animaux extraordinaires (Hors série n°
    123, juillet-août 2000) consacre 6 pages illustrées au mokele-mbêmbe (appelé aussi
    Guanérouou Diba en Centrafrique).
    On y trouve quelques précisions complémentaires. En 1981 le zoologiste congolais
    Marcellin Agnagna put observer l’animal à moins de 250 mètres et durant 20 minutes avant
    de le voir plonger. L’empreinte d’un pied à trois doigts (comme chez le dinosaure) a été:
    découvert au Congo (photo en couleur p.59), sur les rives du lac Tele. Voici, tirée de la
    page 56, la reconstitution du mokele-mbêmbe, d’environ 10 mètres de long (dont 2 à 3 m
    pour le cou flexible) : Peau lisse gris-brun
    Pour en savoir plus outre le livre de Bernard Heuvelmans, le
    zoologiste belge fondateur de la cryptozoologie (Les Derniers dragons
    d’Afrique, Plon, 1978), on pourra consulter le site: unmuseum.mus.pa.us/mokele.htm

    Bonne lecture

    • Avatar
      Jonathan Kitt jeu 26 Jan 2012 Répondre

      @ Daniel
      « Les chrétiens ne sont pas instruits correctement ». Certes, quand on leur explique que Darwin a voulu prouver que Dieu n’existe pas, que les scientifiques depuis cette époque ont mis en place un complot pour continuer à propager le mensonge de l’évolution, qu’ils n’ont pas la moindre preuve de ce qu’ils avancent, qu’ils se frottent les mains en arrivant dans leur laboratoire le matin en se demandant ce qu’ils vont bien pouvoir inventer comme théorie fumeuse pour essayer de convertir les chrétiens à l’athéisme. Que Dieu a créé l’univers il y a au plus 10 000 ans et qu’il a créé en même temps la lumière des étoiles de telle sorte qu’on estime leur distance à des milliards d’années lumière (c’est dingue que tous ces astronomes, cosmologistes et astrophysiciens soient tombés dans le panneau), mais qu’Il a voulu tester notre foi. Que l’homme ne descend pas du singe (quel imbécile ce Charles …), que le Big Bang est une théorie aussi fumeuse que l’évolution (quelle idée d’invoquer une notion de commencement …), j’en passe et des meilleures.

  6. Avatar
    Benoit HEBERT mer 25 Jan 2012 Répondre

    Daniel, penses-tu sérieusement avoir bâti une théorie géologique valable tout seul, contredisant les recherches de centaines de géologues professionnels, dont des chrétiens?
    Un peu de modestie, et de bon sens…

  7. Avatar
    gakari1 jeu 26 Jan 2012 Répondre

    Mr Pignard, si vous permettez un avis, pour gagner un peu plus de crédibilité, vous devriez enlever de votre liste de « preuves » les statuettes d’Acambaro. Un peu de recherche ne fait pas de mal…

    Yannick

    • Avatar
      Benoit HEBERT jeu 26 Jan 2012 Répondre

      Si ce n’était que cet argument là. Il devient parfois lassant de contredire des arguments depuis longtemps discrédités, comme les pseudo traces de pas humains contemporaines des dinosaures…

    • Avatar
      Daniel PIGNARD jeu 26 Jan 2012 Répondre

      Gakari1 me dit qu’un peu de recherche ne fait pas de mal à propos des statuettes d’Acambaro, mais il se garde bien de dire ce qui contredirait le fait de ces statuettes, des fois qu’on puisse l’attaquer. C’est exactement ce qui s’est passé avec l’émission de télé évolution-création dont j’ai parlé. On suggère une erreur grossière mais on ne la dit pas pour bluffer l’inculte sur la question qui va croire que l’opposition a beaucoup de billes. En réalité, elle n’en a aucune, sinon le pouvoir de censurer comme elle le veut. Benoit Hébert agit de même en disant que cela devient lassant de contrer les mêmes arguments, là encore l’inculte est bluffé et va penser qu’ils ont de nombreuses billes. Ils n’en ont pas, le roi est nu. Qui osera le leur dire ?

  8. Avatar
    Benoit HEBERT jeu 26 Jan 2012 Répondre

    Les statuettes d’Acamboro sont des faux, faits quelques recherches sur le net…

    Les hommes n’ont jamais été contemporains des dinosaures, et les fameuses traces de la Paluxy River sont plus que contestables et contestées d’ailleurs par les créationnistes de la jeunes terre eux mêmes.

    Si tu veux savoir pourquoi le déluge universel n’a jamais eu lieu, va dans la rubrique déluge de ce blog STP.

  9. Avatar
    Daniel PIGNARD jeu 26 Jan 2012 Répondre

    Les statuettes d’Acambaro ne peuvent être des faux, déjà de par leur nombre, 32000 pièces, de par leur ancienneté, de par la date à laquelle elles ont été trouvées, 1944. Quand on vous dit que ce sont des faux, vous le croyez sans vérifications et sans en analyser la vraisemblance. Vous êtes des paresseux. Le site que j’ai donné explique que cela ne peut être des faux mais vous ne l’avez même pas lu. Des moins paresseux le liront et vous feront la leçon.

    Pour le déluge, « la découverte de 300 histoires de déluge réparties sur toute la planète » montre que celui-ci a marqué les esprits et donc qu’il a eu lieu.
    « On sait aujourd’hui que vers 14 000 avant J.C. » Et bien non, on ne sait pas parce que si vous n’acceptez pas la véracité de l’histoire d’Adam et d’Eve, comment acceptez-vous que l’âge de -14 000 ans ait existé ? Pourquoi abandonnez-vous la Bible qui nous dit que le déluge a eu lieu, comment il a eu lieu, quand il a eu lieu ?
    Chacun choisit le professeur qu’il veut, vous celui qui nie le déluge et moi celui qui le prouve.

  10. Avatar
    Jean-Marie sam 26 Mai 2012 Répondre

    @Daniel,

    D’une part, la Biologie de l’Evolution n’a jamais postulé qu’une « évolution » soit un « gain d’information ». C’est une déformation gratuite. « Evolution », c’est simplement le fait d’évoluer, à savoir, une simple modification d’une protéine jusqu’à la spéciation. Et cela implique autant un « gain » qu’une « pert » de fonction ou d’organe. Et, à l’heure actuelle, nous disposons d’exemples concrets d’espèces en train dévoluer, d’espèces apparues à notre époque, et tout ceci est parfaitement observable et observé sur le terrain. On sait aussi le faire en laboratoire.

    En ce qui concerne les figurines d’Acambaro, cela fait un moment que l’on a accumulé les preuves de leur fausseté:

    Pièces en grande majorité intactes alors que d’autres items retrouvés dans les mêmes dépôts sont cassés; quelques cassures parfaitement nettes, curieux pour un dépoôt supposé ancien

    Fouilleurs qui cassent allègrement d’autres pièces en laissant intactes les figurines

    Absence de patine et de signes d’ancienneté à la surface de figurines censées être restées en terre depuis 1500 ans

    Figurines disponibles en paquets, dans des trous remplis de terre assez fraîchement remuée, avec présence de fumier frais (fresh manure, officiellement), anfractuosités des firugines remplies de terre avec empreintes digitales nettes, indiquant un remplissage manuel desdites anfractuosités. Stratigraphie des dépôts incompatible avec les autres sites de fouille.

    Paiement par Julsrud des figurines découvertes, incitant à la fabrication de faux; Di Peso retrouvera une famille fabriquant à l’époque de telles figurines (même problématique que pour les pierres d’Ica)

    Datation par thermoluminescence indiquant une fabrication entre 450 et 650 °C, une trentaine d’années avant 1969 (voir Carriveau, G. W., and M. C. Han, 1976, Thermoluminescent Dating and the Monsters of Acambaro. American Antiquity. v. 41, no. 4, pp. 497-500. )

    Pas besoin de Wikipédia pour ça; rien ne vaut les publis d’origine.

    Le lien que vous citez à propos de Paluxy va explicitement à l’encontre de vos conclusions: amusant.

    Les deux espèces de Coelacanthes actuelles, ne sont pas celles connues par des fossiles: il y a bien eu évolution de la lignée (regardez les modifications des nageoires, par exemple); et çes fossiles ne remontent pas à 100000 ans comme vous le dites, mais à 60-70 millions d’années, date supposée de leur extinction avant leur (re)découverte.

    Pour le reste: malgré tous les efforts des cryptozzologistes, on ne dispose à l’heure actuelle d’aucune preuve concrète de l’existence de Nessie, mokele-mbembe, monstres lacustres variés, etc…tout au plus quelques traces inexpliquées, quelques témoignages, dont on ne peut prouver la véracité ou la fausseté. Au moins, avec le Yéti, on attend des analyses génétiques; c’est déjà plus probant.

    Enfin, quand bien même ce type de créatures existerait de nos jours, en quoi est-ce que cela remet en cause les mécanismes de l’évolution? La seule chose que cela pourrait changer, ce sont les arbres phylogénétiques et nos connaissances naturalistes et paléontologiques actuelles.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*