Le récit biblique de la création dans le contexte du Proche Orient Ancien (3) : la création est intrinsèquement bonne

Posté par Benoit Hébert

Print Friendly, PDF & Email

 

Joseph Lam travaille sur sa thèse en langage sémitique à l’Institut Oriental de l’Université de Chicago, où il s’intéresse plus particulièrement à l’étude du langage et de la littérature hébreux. Il a enseigné à l’Université de Chicago et au Regent College, où il a obtenu son master en théologie.

 Cette série d’articles a été publié sous la forme d’un seul essai sur le site de la fondation biologos, disponible ici.

 

 La création est intrinsèquement bonne

Ce deuxième point suit logiquement le premier, et le voici, dans la vision biblique, la creation est intrinsèquement bonne. La raison en est que Dieu l’a créée bonne. Nous lisons dans Genèse 1 :4 “Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres.” Cette expression : « Dieu vit que c’était bon » est bien entendu le refrain de Genèse 1, culminant dans la déclaration : « c’était très bon » en Genèse 1 :31.

 

Le concept de la « bonté » de la création , bien qu’il puisse nous paraître évident, ne doit pas être pris pour acquis, tout spécialement dans le contexte des récits de création des voisins d’Israël. En particulier, la vision du monde provenant de Mésopotamie nous montre l’absence du type de stabilité qu’une création objectivement bonne fournit. Dans le récit babylonien d’Enuma Elish, l’un des récits les plus complet dont nous disposons, le monde commence de cette façon : tout d’abord il y avait un mélange d’eaux primordiales douce et salée (appelées Apsu et Tiamat) pour produire les dieux, puis une seconde génération de dieux s’est levée, et leur bruit a dérangé Apsu et Tiamat. Losqu’un plan pour détruire ces dieux a été mis au point, Ea, le dieu de la sagesse est intervenu, dans le but de provoquer Tiamat pour qu’elle les attaque plus tard. Les autres dieux se sont alors tournés vers le dieu Marduk, qui a ensuite vaincu Tiamat le monstre marin et avec sa carcasse coupée en deux a fabriqué le ciel et la terre. Alors donc qu’il y a un certain processus, peut-être même le sens d’un ordre qui se met en place, l’idée d’une création stable et bonne dans le sens biblique est tout à fait absente.

 

Le spécialiste Nahum Sarna résume cette idée de cette façon :

 

« La nature des dieux [mésopotamiens] ne pouvait procurer aucun sentiment de sécurité et de certitude dans le cosmos…L’homme se trouvait toujours confronté aux forces extrêmes de la nature, et la nature, tout spécialement en Mésopotamie, se montrait cruelle, aveugle et imprévisible. Puisque les dieux étaient immanents par nature, ils partageaient ces mêmes attributs. Pour aggraver la situation encore davantage, il y avait toujours une force mystérieuse et primordiale derrière la réalité des dieux à laquelle les hommes et les dieux étaient soumis. Le mal était donc une nécessité permanente et il n’y avait rien de vraiment bon dans l’univers païen.

 

Par contraste, le Dieu de la Genèse qualifie la création de bonne. D’un côté, il n’est pas indifférent dans ses jugements de valeur, mais c’est un Dieu qui sépare et fait des distinctions.

Il appelle à l’existence par se Parole, constate que c’est bon, et sépare la lumière des ténèbres. Les ténèbres, comme les eaux dans la Bible symbolisent ce qui est hostile à Dieu, ce qui est contrariant dans la vie des hommes. L’acte de séparation est donc une conséquence naturelle de la nature morale de Dieu. La Genèse nous révèle un Dieu qui n’est pas indifferent à des jugements concernant une bonté relative. D’un autre côté, la création que Dieu appelle à l’existence par sa parole est bonne, en fait, « très bonne » (Genèse 1 :31). Sa création n’est pas aléatoire et intrinsèquement hostile ; elle a un but, fait partie d’un plan divin- pour emprunter une terme scientifique moderne, l’univers est « finement conçu », adapté à la vie.

 

Pour les voisins d’Israël, une telle vision du monde n’est absolument pas évidente. Pourtant, l’idée d’une création bonne est contenue au cœur de la pensée biblique.

 

A suivre…


Navigation dans la série<< Le récit biblique de la création dans le contexte du Proche Orient Ancien (2) par Joseph Lam
Avatar

1 Commentaire

  1. Avatar
    Jean Paul mar 13 Mar 2018 Répondre

    Oú se trouve le 3ème point de cet essai: « Le récit biblique de la création dans le contexte du Proche Orient Ancien ». Il me semble, vu sa date, qu’il n’a jamais posté par Benoiut Hébert . Je me trompe?
    Eclairez ma lanterne SVP

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*