Le paradoxe de Fermi : ben où sont les extraterrestres ?

Extraterrestres
Print Friendly, PDF & Email

.

Cet article fait suite à un courrier d’un lecteur qui date du début d’année déjà, nous interrogeant sur l’exo-théologie, c’est à dire la théologie qui réfléchit à partir de l’existence éventuelle des extraterrestres. Il s’agit dans un premier temps de poser les bases scientifiques de la discussion.

 

Le paradoxe de Fermi et l’existence des extraterrestres

La terre a dans les 4 milliards d’années. Notre galaxie dans les 10 (j’arrondis). Si des civilisations sont apparues ailleurs dans la galaxie, il n’y a aucune raison pour qu’elles soient synchrones avec nous. Certaines ont dû se développer des milliards d’années avant nous, d’autres le feront des milliards d’années après. Comme la voie lactée ne fait « que » 100 000 années lumières, les ondes radio émises par les civilisations qui nous ont précédé devraient largement avoir eu le temps de nous parvenir. Même des sondes spatiales voyageant à 1% de la vitesse de la lumière ne mettraient « que » 10 millions d’années pour traverser la galaxie. Lancées par une civilisation apparues il y a par exemple un milliard d’années, ces sondes auraient largement eu le temps de nous parvenir.

Autrement dit, si la galaxie n’avait que 1 milliard d’années, on pourrait se dire « OK, on est les premiers. Les autres ne sont pas encore arrivés, ou bien n’ont pas eu le temps de se manifester ». Mais comme ce n’est pas le cas, on peut se demander où sont ceux qui auraient dû se développer avant. Car en effet, on ne voit rien. On ne détecte rien.

C’est ce qu’on appelle le « Paradoxe de Fermi ». Ben où ils sont ?

Selon la légende, Enrico Fermi aurait mené ce raisonnement en 1950 lors d’un déjeuner informel avec 3 autres collègues. Bien que l’authenticité de la chose ne soit pas claire, l’anecdote est probablement restée dans l’histoire à cause de la réputation de Fermi : un véritable génie ayant le chic pour poser des questions simples et profondes.

 

Des pistes pour la résolution

On le voit, l’énoncé du paradoxe est assez simple. Sa résolution est une autre paire de manches. Notons pour commencer que le paradoxe n’en est un que si l’on a décidé qu’il existe d’autres civilisations. Cette solution est donc évidemment la première d’une liste longue comme le bras qui a fait couler beaucoup d’encre depuis 1950. Je renvoi le lecteur à l’article Wikipedia sur la question pour une discussion complète. Citons juste les plus courantes,

  1. On est tout seuls. Bien que des exoplanètes comme la terre ne manquent probablement pas dans la galaxie, la probabilité d’apparition de la vie serait si faible que l’évènement ne s’est produit qu’une seule fois.
  2. On n’est pas seuls, mais les autres se cachent pour on ne sait quelle raison.
  3. On n’était pas seuls, mais on l’est maintenant car toutes les civilisations s’auto-détruisent assez rapidement, si bien qu’elles n’ont pas le temps de laisser assez de traces pour qu’on les détecte.
  4. etc.

Y aurait-il un moyen de déterminer à priori le nombre de civilisations extraterrestres détectables ? Oui et non. Oui, car c’est précisément ce qu’ambitionne l’équation de Drake. Non, car si cette équation dépend de facteurs connus, elle en compte également d’autres qui ne le sont pas, comme par exemple la probabilité que la vie apparaisse sur une planète idoine, puis que cette vie donne lieu à quelque chose capable de se manifester à des milliers d’années lumière à la ronde.

 

Un enjeu spirituel ?

A l’instar de la question du début de l’univers ou de l’unicité de la terre, l’existence de civilisations extraterrestres a des enjeux spirituels. Pour certains, des versets comme Actes 17.26 interdisent l’existence d’extraterrestres puisque l’on pourrait interpréter ce texte comme voulant dire que toute vie intelligente doit être issue d’Adam et Eve. Et tiens, tant qu’on parle d’Adam, son péché a-t-il entaché les hypothétiques extraterrestres ? Christ serait-il également mort pour eux ? C’est le genre de questions que se posent les pionniers de la très sérieuse « astro-théologie » ou « exo-théologie » que nous aurons l’occasion d’explorer dans un futur article.

La question semble assez ouverte côté scientifique, la principale inconnue étant à mon sens celle de l’inévitabilité, ou pas, de la vie. Toutes les conditions propices étant réunies, la vie finit-elle nécessairement par apparaitre ou pas ? Une illustre inconnue que nous avions déjà rencontrée en parlant des exoplanètes.

Quoi qu’il en soit, la question est passionnante car comme l’aurait dit[1] Arthur C. Clarke, l’auteur de 2001 l’odyssée de l’espace,

De deux choses l’une : Soit nous sommes seuls dans l’univers, soit nous ne le sommes pas. Les deux options sont aussi terrifiantes l’une que l’autre.

 

 


Note

[1] La paternité de la citation n’est pas claire. Elle est généralement attribuée à Clarke, mais d’autres options sont possibles.

Antoine est physicien chercheur et enseigne à l’Université Castilla-La Mancha près de Madrid. Auteur ou co-auteur de plus de 100 articles dans des revues à comité de lecture, il est régulièrement « chercheur invité » au département d’astrophysique de l’université de Harvard. Il a également travaillé pour une église évangélique française pendant 8 ans et a été pasteur à Madrid pendant une année.

25 Commentaires

  1. Gaston jeu 01 Juil 2021 Répondre

    Bonjour, d’après les écrits d’un auteur sur le site de l’éternel testament.net, je pense que les anges déchus peuvent être ces extraterrestres pour la simple et bon raison, ils ne sont pas humains.
    Que devons nous chercher, le chemin de la vérité et la vie éternelle ou les expériences de ces extraterrestres pour se rapprocher de Dieu?

    • Marc Fiquet ven 02 Juil 2021 Répondre

      Bonjour Gaston,

      Comme je l’avais souligné dans ce commentaire : https://www.scienceetfoi.com/au-commencement-etait-le-logos/#comments/500021, le site l’éternel testament.net est du type ésotérique et adepte de la pseudoscience, il ne répond donc pas aux mêmes critères que ce que nous proposons.

      Le paradoxe de Fermi est un raisonnement qui peut être évalué au plan scientifique. A ce jour, nous ne disposons d’aucune preuve matérielle de l’existence d’une vie extraterrestre. Mais le paradoxe de fermi comme le montre l’article d’Antoine ne dit pas que cette existence soit impossible.

      Ce qui intéresse la théologie en dialogue avec la science et en particulier la théologie chrétienne, c’est d’évaluer les conséquences d’une telle découverte si elle advenait un jour.
      Nous étudierons cela plus en détail dans un deuxième article à venir.

  2. him lun 05 Juil 2021 Répondre

    Les ondes électromagnétiques dans le domaine visible émises par un planète entière ne sont pas détectables par les télescopes actuels en dehors du système solaire. En va t il autrement des ondes radio ?
    S’il n’en va pas autrement comment espérer que le signal soit assez puissant pour nous parvenir ?
    A moins que le signal soit directionnel. Mais dans ce cas pourquoi serait il pointé spécifiquement vers nous ?

    • Antoine Bret lun 05 Juil 2021 Répondre

      On dirait que l’infrarouge marche pour les planètes extrasolaires (https://science.sciencemag.org/content/322/5906/1348)
      Ceci dit, je crois que l’idée est qu’en quelques millions d’années, une civilisation avancée devrait s’etre baladée dans la galaxie.

      • him jeu 08 Juil 2021 Répondre

        L’infra rouge marche pour une planète située à 135 années lumières. A comparer avec la taille de notre galaxie de 100 000 années lumière. Donc si un extra terrestre situé dans notre voisinage galactique émet un signal aussi puissant que le rayonnement d’une planète entière il y aurait une chance de capter ce signal. S’il en va de même pour les ondes radio, alors inutile de chercher un paradoxe, il n’y en a pas. Quant à se balader dans la galaxie à des vitesses proches de la lumière pendant des siècles, il s’agit probablement même chez les civilisations avancées extraterrestres de pure science fiction.

        • Antoine Bret jeu 08 Juil 2021 Répondre

          Il ne s’agit pas de voyager à la vitesse de la lumière. Ni même « proche ». L’article Wikipedia donne plein de refs de gens qui ont fait les calculs. Avec des millions d’années, on y arrive. Les milliards d’années qui nous précèdent donnent de la marge,

        • him sam 10 Juil 2021 Répondre

          Je ne comprend pas à quoi on arrive « avec des millions d’année ». Fais tu référence à une colonisation de proche en proche un peu à la manière des océaniens qui ont peuplé les îles du pacifique ?
          Avec des voyages durant plusieurs générations (a moins que que ces extraterrestres hibernent pendant le voyage) à la recherche d’une planète cible habitable ?
          Il faudrait encore qu’une de leur cible ait été la terre, car si leur plus proche colonie se trouve à 200 années lumière, on ne captera probablement pas leurs signaux radio.
          A moins que l’on suppose qu’ils feraient l’effort de coloniser la moindre planète habitable de la galaxie toute entière. Alors la oui il y aurait un paradoxe.

  3. Michel Salamolard jeu 08 Juil 2021 Répondre

    Note théologique à propos d’éventuels extraterrestres.
    1) Si on entend par extraterrestres des êtres un peu comme nous, c’est-à-dire à la fois corporels, conscients, intelligents, mortels, se posant la question d’une vie après la mort et désireux d’un bonheur infini, les deux hypothèses (il y en a, il n’y en a pas) ouvrent en perspective chrétienne des horizons magnifiques et passionnants.
    2) S’il y en a, sont-ils dépositaires eux aussi d’une révélation divine comme nous, selon notre foi? Quel est son contenu? Comment leur est-elle parvenue? Avant la nôtre? Après? Une autre « incarnation » du Fils de Dieu (avant ou après sa venue en notre histoire) étant manifestement impossible théologiquement (Christ vrai Dieu et vrai homme pour l’éternité), les éventuels extraterrestres ont-ils reçu une sorte d’annonce d’une venue du Logos quelque part dans le cosmos? Dans ce cas, nous aurions le bonheur et la mission de leur communiquer ce qui nous est arrivé en Jésus.
    3) S’il n’y a pas d’extraterrestres, si cela devenait une certitude ou au moins une haute probabilité, ou encore si une quelconque communication avec de tels êtres s’avérait de toute façon impossible (cf. Fermi), autrement dit si nous n’étions finalement dans le seul univers connaissable les seuls être corporels, conscients, mortels et assoiffés d’immortalité, nous aurions de quoi nous émerveiller plus encore que maintenant que tout cet univers n’ait été créé que pour nous dans le Christ! Infinie générosité divine! Et quelle considération divine pour ses créatures que nous sommes: « un peu moindre qu’un dieu », tout l’univers « à nos pieds » (cf. Psaume 8). Pour l’offrir et l’humaniser, par pour le détruire et l’asservir.
    N.B. Selon la grande tradition chrétienne (quelque peu gauchie par saint Augustin et son péché originel), le Fils de Dieu est devenu homme pour que l’homme devienne Dieu. L’homme ne peut ni se diviniser par lui-même ni être fait Dieu par magie divine. L’abîme qui sépare le Créateur de la créature ne peut être franchi que par Dieu devenant créature en Jésus (tout en restant Dieu), créature mortelle, s’exposant sur la Croix au libre amour des hommes (donc aussi à leur refus), dans l’infini de sa miséricorde offrant par avance le pardon à qui voudra bien l’accueillir. Cette « descente » vertigineuse de Dieu en humanité rend possible la non moins vertigineuse « montée » de l’humanité en Dieu. Celle-ci se réalise germinalement par l’Ascension du Christ et se poursuite par le don de l’Esprit qui nous entraîne et nous attire en Jésus au plus haut des cieux, dans la bienheureuse Trinité. « Péché originel » ou pas, l’incarnation du Fils de Dieu était indispensable pour que se réalise le projet de Dieu conçu de toute éternité, avant la fondation du monde (cf. Éphésiens 1).
    Bel été à tous, dans l’émerveillement!

    • Antoine Bret jeu 08 Juil 2021 Répondre

      Pourquoi une autre « incarnation » du Fils de Dieu est-elle manifestement impossible théologiquement?

    • Temaro ven 09 Juil 2021 Répondre

      Bonjour Michel,

      Attention aux interprétations finalistes en matière de vie extraterrestre. (j’entends la possibilité qu’il puisse exister d’autres formes de vie que la nôtre, intelligentes et conscientes, parmi les centaines de milliards de galaxies de notre seul univers observable !)

      Par exemple, le fait qu’il existe zéro, un ou plusieurs gagnants au Loto à un tirage donné ne signifie rien d’un point de vue finaliste. Il ne réalise qu’une pure nécessité probabiliste.

      En d’autres termes, il y a equiprobabilité parfaite entre une combinaison quelconque et une combinaison remarquable (de notre point de vue) comme par exemple la série 1, 2, 3, 4, 5, 6.

      Le truc, c’est que cette combinaison remarquable transposée dans un contexte cosmologique correspond à un Univers non moins rare et remarquable, compatible avec la vie et la conscience.

      Par conséquent, est-il bien pertinent de s’étonner retrospectivement d’une situation qui précisément réalise les conditions de notre existence ?

      Une analogie:
      Tiens, c’est très étrange, j’ai des poches à mon pantalon !

      Ben oui, par définition, il y a des poches à un pantalon.

      • Marc Fiquet ven 09 Juil 2021 Répondre

        Très mauvaise analogie si je peux me permettre Temaro, sauf si tu postules qu’il y a un grand couturier pour l’univers.
        Le couturier a prévu des poches dans un but utilitaire bien précis.

        • Marc Fiquet ven 09 Juil 2021 Répondre

          Nous n’avons toujours pas résolu le problème des lois de la nature

  4. Temaro ven 09 Juil 2021 Répondre

    Je suis bien conscient que toute analogie a ses limites.

    Toutefois, l’idée ici n’est pas de discuter de l’existence ou non d’un concepteur mais de montrer pourquoi un observateur conscient ne devrait pas s’etonner d’évoluer dans un Univers compatible avec la vie et la conscience !

    Quand à l’existence hypothétique d’un grand couturier cosmique, j’aurais aussi pu prendre l’exemple du kangourou !
    Pourquoi une telle différence de traitement de faveur avec nous autres humains ? (la présence d’une poche, bien pratique pour ranger un tas de trucs…)

    Voir le sketch de Laurence Floresti
     » la vie 2.0  »

    Ceci dit tu as raison:
     » NOUS n’avons toujours pas résolu le problème des lois de la nature  »

    … Sauf les croyants semble-t-il !

  5. Pascal mar 20 Juil 2021 Répondre

    Les distances astronomiques étant ce qu’elles sont, c’est-à-dire astronomiques, et le nombre de systèmes stellaires étant, de toute évidence, dans notre propre galaxie, ou d’autres, tout simplement hallucinant, il est nécessaire, d’un point de vue probabilistique, que nous ne soyons pas les seuls êtres intelligents (quoique l’histoire terrestre, tous les jours, puisse nous faire douter de notre intelligence), dans l’Univers.
    Néanmoins, nous n’observons le monde, qu’en interaction avec lui. Je n’exclus, toujours pas, qu’il y ait plus de vérité qu’il n’y parait, dans la maxime d’origine hindoue : « Tout est maya », à savoir, « tout n’est qu’illusion ». En parfaite résonance avec cette sentence, la mécanique quantique née au XXe siècle, pourrait nous faire douter de notre capacité à ramener à notre fonctionnement binaire, toute sorte de question.
    Il se peut donc, que la problématique de l’existence des extraterrestres, ait une réponse plus pertinente en logique floue, qu’en logique binaire.

    • Antoine Bret mer 21 Juil 2021 Répondre

      Salut Pascal,
      //il est nécessaire, d’un point de vue probabilistique, que nous ne soyons pas les seuls êtres intelligents (quoique l’histoire terrestre, tous les jours, puisse nous faire douter de notre intelligence), dans l’Univers.//
      Il se pourrait justement que la proba d’apparition de la vie et de son développement ultérieur soit si ridiculement faible que nous soyons seuls

      • Pascal mer 21 Juil 2021 Répondre

        « Il se pourrait justement que la proba d’apparition de la vie et de son développement ultérieur soit si ridiculement faible que nous soyons seuls ».

        Salut Antoine,

        quel intérêt d’avoir un Univers aussi vaste dans ce cas (à moins qu’il y ait un biais dans nos évaluations des distances) ? Et quel intérêt de l’explorer à l’aide de nos instruments, sachant que même l’étoile la plus proche est inaccessible en l’état actuel de la technologie, et de nos connaissances physiques ?

        Bref, nous passerons, et les questions demeureront entières… C’est ainsi…

        • Marc Fiquet mer 21 Juil 2021 Répondre

          Salut Pascal

          Pour la première question, nous avons au moins un début de réponse, je te conseille les écrits vulgarisés d’Hubert Reeves comme « poussières d’étoiles » par exemple si tu veux des détails sur le cycle des étoiles et autres phénomènes qui ont été nécessaires depuis le big bang bang jusqu’à l’apparition de la vie sur terre.
          Sans l’expansion de l’univers ni le l’âge qu’on lui connait donc sa taille aussi, la vie carbonée telle qu’on la connait n’aurait pas pu se développer.

          Il y a aussi un résumé sur ce sujet au chp 7 dans le livre ORIGINES qu’on a traduit (Deb Haarsma est astronome de formation) : https://www.scienceetfoi.com/ressources/livre-origines-homme-univers-haarsma/

          • Pascal mer 21 Juil 2021 Répondre

            Salut Marc,

            j’ai lu « Poussières d’étoiles » d’Hubert Reeves. J’ai même eu la chance de le voir en personne, lors d’une conférence qu’il donna dans les années 80, dans ma ville natale.
            J’ai également lu les écrits d’un autre vulgarisateur célèbre, Carl Sagan, qui était, me semble-t-il à l’origine du ou des disques d’or, rivés sur les flancs des sondes Voyager, et destinés à expliquer à d’éventuels extraterrestres, qui nous sommes, et où nous logeons !

            Tout ceci me laisse perplexe, dans la mesure où nous ne savons absolument pas, si toute forme de vie « intelligente » se développe ailleurs, suivant notre modèle. J’y vois une forme d’anthropomorphisme appliqué à la recherche des extraterrestres.

            Une piste, si nous voulons chercher nos semblables extraterrestres, serait de traquer les planètes rendues inhabitables en raison des activités technologiques insensées de leurs habitants ! Mais ceci part aussi du présupposé, que ces êtres étranges, aient eu le même développement anarchique que nous.

            En tout cas, la question initiale de cet article est très bonne, et nous pouvons être sûrs, car d’ici la fin de l’été, nous n’aurons toujours pas de réponse !

            Donc, profitons du Soleil, autant que faire se peut !

            • Marc Fiquet jeu 22 Juil 2021

              J’avais peut-être mal compris ta question…

              Comme l’a répondu Antoine, il se pourrait que nous soyons seuls, mais ce que je voulais souligner c’est que même pour que nous soyons là, il faut déjà pas mal d’interactions et de cycles de vie et de de mort d’étoiles pour fabriquer les éléments qui nous composent, mais aussi un univers en expansion et d’autres galaxies… Si tu as lu et entendu Reeves, tu vois de quoi je veux parler. La taille de notre univers semble « ideale » pour qu’une vie conscience puisse émerger sur ce « minuscule point bleu pâle » qui interrogeait tant Carl Sagan.
              https://www.lespritsorcier.org/labo-blogs/pale-blue-dot-carl-sagan/

  6. Temaro mer 21 Juil 2021 Répondre

     » Il se peut donc, que la problématique de l’existence des extraterrestres, ait une réponse plus pertinente en logique floue, qu’en logique binaire.  »

    Soit il existe d’autres formes de vie extraterrestres intelligentes dans l’Univers (ce que pensent les optimistes raisonnables) soit nous sommes seuls (pessimistes)

    Et je ne vois pas bien le lien que vous faîtes avec la logique, qu’elle soit floue ou binaire.

    Merci pour vos explications.

    • Pascal mer 21 Juil 2021 Répondre

      Bonjour Temaro,

      il est vrai que le lien avec le logique, est ici, difficile à justifier. Disons, que je venais de me replonger dans les arcanes de la mécanique quantique, me rendant de nouveau compte, à quel point il avait fallu abandonner de certitudes, certitudes issues de notre bon sens et de notre logique binaire, pour être en phase avec le comportement déroutant de la matière au voisinage de l’infiniment petit.

      Donc ici, la question simple « existe-t-il d’autres formes de vie extraterrestres intelligentes dans l’Univers ? », appelle peut-être une réponse autre que oui/non. Sommes-nous sûrs de la définition à donner au mot « intelligence » tout d’abord, puis au mot « vie » ?

      • Temaro ven 23 Juil 2021 Répondre

        Bonsoir Pascal,

         » « Existe-t-il d’autres formes de vie extraterrestres intelligentes dans l’Univers ? », appelle peut-être une réponse autre que oui/non. Sommes-nous sûrs de la définition à donner au mot « intelligence » tout d’abord, puis au mot « vie » ?  »

        Merci pour cette précision, je vois mieux ce que vous voulez dire maintenant.

        Effectivement, certaines définitions scientifiques sont encore  » floues « , à l’instar des mots  » Univers  » que nous définissons faute de mieux comme l’ensemble de ce qui existe (mais dont nous ne connaissont que 5 % de son contenu !) des mots  » conscience  » ou encore  » électron « .

        Par exemple, l’atome tel que la physique moderne le définit aujourd’hui n’a aucun rapport avec l’atome des grecs qui le consideraient comme insécable.
        Autre exemple: la representation de l’Univers aujourd’hui n’est plus celle du début du XXème siècle que l’on pensait statique et limité à la Voie lactée.

        Ainsi, le contenu sémantique de certaines definitions scientifiques reste nécessairement en chantier, faute de connaissance absolue.

        Mais il faut bien commencer par quelque chose. Par exemple chacun fera la différence entre un rocher et une vache pour donner un début de définition de ce que peut être la vie.
        Une vache se reproduit, est sensible aux mutations génétiques et subit la sélection naturelle. Sur cette base, on dit que la vache est vivante, à l’instar de certains systèmes informatiques qui s’inspirent des systèmes biologiques.

        On peut également lire dans la littérature scientifique que les virus échapperaient en partie à cette définition dans la mesure où ils ne sont pas autonomes (ils ont besoin d’un hôte pour rester actifs)
        Mais sommes-nous si différents ?
        Nous aussi avons besoin d’un hôte qui nous dispense l’énergie, l’oxygène et l’eau indispensables à notre survie.
        (notre environnement que sont la Terre et le soleil)

        On voit là que la vie ainsi definie implique un critère incontournable: celui d’une interaction étroite entre la structure  » vivante « et son milieu, que ce soit à notre échelle ou à l’échelle virale.

        Definir l’intelligence peut aussi mener à une forme de désinvolture langagière.
        Ses formes sont multiples et en partie inexplorées (que savons-nous de la communication et des stratégies de survie et de reproduction chez de nombreuses espèces ?) L’intelligence peut être individuelle, collective, intentionnelle, la pure conséquence de processus adaptatifs, résulter d’un organe spécialisé (le cerveau) ou pas…
        Par exemple, ne sous-estimerions nous pas l’intelligence des plantes qui ont réussi, entre autres, à intégrer le processus de photosynthèse ?

        Un lien pour y voir plus clair.
        https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Intelligence

        Bref, vous avez mis le doigt sur une problématique serieuse: comment parler de ce qu’on ignore ?

  7. LA BARBE - Manzano lun 02 Août 2021 Répondre

    Je pense que ce qui n est pas science serait ésotérique ou spirituel. On n explique pas le surnaturel avec la science. Je pense que dieu a voulu séparer notre intelligence d avec le cœur.

  8. Juste1simpleChrétien ven 27 Août 2021 Répondre

    Si LE SEIGNEUR avait voulu que nous rentriions en contact avec des extraterrestres, ce serait déjà fait.
    Le problème c’est que nous sommes complètement leurrés par l’astronomie qui ne connaît ABSOLUMENT RIEN de sûr en ce qui concerne l’univers. Je m’explique. En vivant en Europe, même si on n’est jamais allé en Amérique, on peut cependant en connaître beaucoup sur ce continent parce qu’il y a d’autres personnes qui y vivent et avec qui nous pouvons aisément entrer en communication. Si ce n’était pas le cas nous ne saurions rien de l’Amérique comme la plupart des Européens du moyen-âge.
    Or l’objet terrestre le plus distant de la Terre est une des sondes Voyager qui n’est même pas arrivée à 1 année-lumière de celle-ci. Le temps qu’elle arrive à cette distance elle sera non fonctionnelle depuis bien longtemps. En imaginant qu’à cette distance tout ce que nous pensons vrai en termes de lois de la physique change, nous serions incapables de le savoir. Donc tout ce que l’astronomie prétend connaître de l’univers ce ne sont que des spéculations et des extrapolations. LE SEIGNEUR LUI sait. Et IL sait aussi pourquoi IL nous tient isolés des éventuels autres habitants de notre univers. Acceptons le simplement, faisons LUI confiance, et aimons-nous les uns les autres comme IL nous a aimés.
    Que LE SEIGNEUR vous bénisse et vous garde dans Nom du SEIGNEUR JESUS-CHRIST.

  9. Pascal ven 27 Août 2021 Répondre

    Bonjour,

    l’idée de l’existence d’extraterrestres (et non de leur rencontre avec l’espèce humaine), trouve une justification simple basée sur la pluralité des planètes extra-solaires et d’un calcul élémentaire de probabilités.

    « …tout ce que l’astronomie prétend connaître de l’univers ce ne sont que des spéculations et des extrapolations. »
    L’astronomie est une science, qui s’appuie sur les mathématiques, la physique en grande partie, et ne relève pas de la spéculation. Elle avance prudemment depuis des millénaires, et, comme en toute science, rien de ce qu’elle affirme n’est pas étayé ou démontré.
    Quand les astronomes estiment la distance de M31, la galaxie d’Andromède, à environ 2 millions d’années-lumière, ils ne sont pas dans la spéculation, mais se basent sur des méthodes éprouvées (loi de Leavitt, relation période-luminosité des céphéides).

    On peut être croyant sans jeter le discrédit sur les découvertes scientifiques de l’Homme. Dieu a fait ses enfants à son image, n’est-ce pas ? C’est bien ce qui est marqué dans la Bible ? C’est pour cela qu’il nous a dotés d’intelligence, afin de lever le voile sur certains pans de la création.
    Même les catholiques ont renoncé à l’obscurantisme qui les caractérisa pendant des siècles, et cessé d’opposer des arguments théologiques aux évidences scientifiques. Le Vatican a son observatoire astronomique, et la théorie du Big-Bang est une découverte de l’abbé Georges Lemaître.

    Donc, être croyant, ce n’est pas vivre dans un monde de bisounours, et refuser de faire marcher l’intelligence dont le Seigneur a pourvu l’être humain.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

>