Le déluge biblique et le poème d’Atrahasis

Posté par Benoit Hébert
Print Friendly, PDF & Email

Le récit le plus ancien de déluge qui nous est parvenu est contenu dans le poème d’Atrahasis. Rédigé en akkadien, et écrit avant le récit biblique, il présente la création des hommes comme la conséquence du fait que les dieux inférieurs ont délégué leur travail imposé par les dieux supérieurs. Pourtant, la situation s’est dégradée peu à peu entre les dieux et leurs esclaves : les hommes. Le récit biblique présente bien sur une réalité toute différente, bien qu’utilisant un certain nombre de motifs communs avec ces mythes antiques. Les hommes ont été créés à l’image de Dieu et même si l’humanité s’est éloignée de son créateur, Il reste le créateur qui veut établir une alliance.

 

Les dieux sont dérangés par le bruit des hommes/ Dieu est scandalisé par le mal qui se répand sur la terre.

 

Tablette 1

« Les gens s’étaient multipliés.

Le pays mugissait comme des taureaux.

Le dieu fut contrarié par leur brouhaha ;

Enlil entendit leurs cris

et dit aux grands dieux :

« Les cris de l’humanité m’ont importuné ;

Je suis privé de sommeil par leur brouhaha. »

 

“L’Eternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal.” (Genèse 6:5 LSG)

 

 

 

Les dieux ont décidé de produire un déluge, mais le dieu Enki prévient son serviteur Atrahasis/ Dieu prévient son serviteur Noé de l’imminence de la catastrophe

Tablette 3

« Enki ouvrit la bouche

Et s’adressa à son serviteur :

…fuis ta maison, construit un bateau ;

Méprise tes biens

Et conserve la vie !

Que le bateau que tu construiras …soient égales

Plafonne-le comme est plafonné l’Apsou…

Que le bitume soit ferme rend le bateau solide.

Quant à moi, après cela, je ferai pleuvoir pour toi

Des quantités d’oiseaux, des paniers et des poissons. »

 

“Alors Dieu dit à Noé : La fin de toute chair est arrêtée par devers moi ; car ils ont rempli la terre de violence ; voici, je vais les détruire avec la terre. Fais–toi une arche de bois de gopher ; tu disposeras cette arche en cellules, et tu l’enduiras de poix en dedans et en dehors. Voici comment tu la feras : l’arche aura trois cents coudées de longueur, cinquante coudées de largeur et trente coudées de hauteur.” (Genèse 6:13-15 LSG)

 

Atrahasis/Noé obéit à l’ordre

 

« Atrahasis accepta l’ordre »

 

“Noé exécuta tout ce que l’Eternel lui avait ordonné.” (Genèse 7:5 LSG)

 

La porte de l’arche est fermée et les intempéries commencent

 

« Du bitume fut apporté pour qu’Atrahasis fermât sa porte.

Après qu’il eût vérouillé sa porte, Adad surgit des nuages ;

Les vents faisaient rage à son lever…

Sept jours et sept nuits

alla l’averse, la tempête, le déluge »

 

“ Puis l’Eternel ferma la porte sur lui. Le déluge fut quarante jours sur la terre. Les eaux crûrent et soulevèrent l’arche, et elle s’éleva au–dessus de la terre.” (Genèse 7:16-17 LSG)

 

Plusieurs dizaines de lignes perdues

 

Les dieux/Dieu sentent l’odeur du sacrifice après le déluge

 

« Rassemblés comme des mouches au-dessus de l’offrande,

Les dieux sentirent l’odeur. »

 

“L’Eternel sentit une odeur agréable, et l’Eternel dit en son cœur : Je ne maudirai plus la terre, à cause de l’homme, parce que les pensées du cœur de l’homme sont mauvaises dès sa jeunesse ; et je ne frapperai plus tout ce qui est vivant, comme je l’ai fait.” (Genèse 8:21 LSG)

Texte traduit du poème d’Atrahasis : la création et le déluge d’après les textes du Proche Orient Ancien (traduction M. Joseph SEUX) aux éditions du Cerf

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*