La science se remet toujours en question ? Ben non

tableau élève science
Posté par Antoine BRET
Print Friendly, PDF & Email

.

 

  • Pensez-vous que le soleil puisse ne pas se lever demain ?
  • Pensez-vous que votre GPS pourrait ne plus marcher demain du fait d’un changement des lois de la nature, et pas d’une avarie ?
  • Fuyez-vous le bloc opératoire de peur que les lois de la physique qui régissent le fonctionnement de toute l’électronique qu’on y trouve, ne changent pendant l’opération ?
  • Evitez-vous l’avion de peur que les lois de la mécanique des fluides ne changent pendant le vol ?

 

Si vous avez répondu 4 fois « non », c’est que vous avez suffisamment confiance dans la pérennité des lois de la nature pour leur confier votre vie. Moi aussi. Et tous les gens que je connais, pareil.

En effet, le soleil se lèvera demain « à cause » des lois de Newton[1], les mêmes lois de Newton dictent les équations de la mécanique des fluides en jeu pour votre avion, et faute d’avarie ici ou là-haut dans un satellite, votre GPS pourra encore vous guider demain si l’électromagnétisme, la mécanique quantique et la relativité générale, sont toujours les mêmes.

 

Que veut-on donc dire quand on déclare « la science se remet toujours en question » ?

Il me semble qu’on ne parle en fin de compte que des questions scientifiques qui ne sont pas encore résolues. On est certainement loin du dernier mot quant aux mystères de la matière noire, de l’énergie noire, de l’origine de l’univers, de la supraconductivité à haute température, de la gravite quantique, etc. Autant de domaines où « la science peut tout à fait se remettre en question ». Il est par exemple tout à fait possible que dans 100 ans on ne parle plus de matière noire. Voici par exemple une liste de presque 2 000 articles qui mentionnent une alternative.

 

Quant à l’électromagnétisme, la mécanique quantique ou la relativité générale, c’est justement parce que la science ne les remet plus en question dans leur domaine de validité respectif (la nuance est importante), que les industriels s’en emparent pour faire des joujoux technologiques… que nous n’achèterions pas si leur principe de fonctionnement pouvait être « remis en question » !

 

Alors, « la science se remet toujours en question » ? Ben non, pas forcément. Pour le contraire, il vaut mieux voir chez Barjavel.

 

 


Notes

[1] La « conservation du moment cinétique », qui fait que la terre continuera de tourner à la même vitesse, est juste une conséquence des lois de Newton.

 

 

crédit illustration : https://fr.123rf.com/profile_kobackpacko 

Antoine BRET
Antoine est physicien chercheur et enseigne à l’Université Castilla-La Mancha près de Madrid. Auteur ou co-auteur de plus de 100 articles dans des revues à comité de lecture, il est régulièrement « chercheur invité » au département d’astrophysique de l’université de Harvard. Il a également travaillé pour une église évangélique française pendant 8 ans et a été pasteur à Madrid pendant une année.

7 Commentaires

  1. Avatar
    Temaro dim 01 Mar 2020 Répondre

    Cher Antoine Bret,

    Juste une question en lien avec le débat science et foi.
    comment un scientifique, qui rappelle à juste titre la régularité apparente des lois de la nature (répondant ainsi à une objection fréquente des créationnites YE) peut-il dans le même temps admettre la notion de miracle (un pilier de la foi chrétienne qui ouvre la porte à une modification providentielle de ces mêmes lois ?

    Tout cela n’incite pas vraiment à prendre l’avion…

    • Avatar
      Antoine Bret mer 04 Mar 2020 Répondre

      Les miracles sont en fait un point qui ne me dérangeait pas du tout quand j’ai découvert la Bible. Je me disais, et me dit toujours, que si Dieu existe il doit bien pouvoir faire ce qu’il veut des lois de la nature.

  2. Avatar
    Bertrand mar 10 Mar 2020 Répondre

    « Pensez-vous que le soleil puisse ne pas se lever demain ? »

    Oui, car la probabilité que cela arrive n’est pas nulle !

  3. Avatar
    BIHLER lun 16 Mar 2020 Répondre

    Bonjour Antoine,

    Effectivement, l’espace laissé à ce que l’on ne comprend pas ou pas encore est mince et pourtant
    Il est bon de se souvenir qu’il ne suffit pas de comprendre pour croire mais de croire pour comprendre!
    ET POURTANT ELLE TOURNE voir aussi les débats à propos de l’homéopathie!
    ce n’est pas de moi, je crois que cette « maxime » est de st Augustin. et prend tout son sens dans ces temps d’incertitude et particulièrement troublés qui nous invitent à davantage d’humilité et d’espérance.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*