La science a-t-elle besoin de la foi ?

Auteur : Marc Fiquet
Print Friendly, PDF & Email

 

Une des idées qui revient souvent dans les discussions entre science et foi est de cantonner ces deux sujets dans des sphères étanches séparées comme s’ils n’avaient rien à se dire.

 

Dans la Partie Ressources du site, dans la catégorie Exitence de Dieu vous trouverez un article qui pose la question La science a-t-elle besoin de la foi ?

Cet article provient du Fraday Institute, un organisme de recherche académique  en science & religion situé à Cambridge et qui collabore avec la célèbre université.

 

Roger Trigg, professeur de Philosophie et  fondateur de la British Philosophical Association, auteur de cet article pose la question de l’autonomie de la science.

 

  • Doit-on supposer que toute réalité est à sa portée ?

 

Trigg fait également remarquer que

loin d’être un système autonome et d’utiliser des méthodes purement rationnelles – la science s’appuie elle-même sur de grandes hypothèses

il évoque

  • l’uniformité et la nature ordonnée du monde physique
  • la capacité de l’esprit humain à saisir ces lois

Le théisme permet d’apporter des explications en évoquant la rationalité du créateur.

 

je vous laisse lire l’article dans son intégralité Lire l’article

 


Voici quelques points qu’il me paraissait intéressant de relever :

 

Cet article commence par faire l’état des lieux historique sur le pouvoir de la raison

 

Le rationalisme et le matérialisme, semblaient aller de pair, ce qui explique que le rationalisme ait souvent été synonyme d’athéisme

 

Une réflexion s’engage sur l’indépendance ou non de la raison humaine. Ce que sous-entend l’auteur, c’est que les thèses naturalistes qui veulent en fait justifier l’existence des religions au travers de l’évolution plaident en fait en faveur de l’indépendance de la raison et rejoignent donc  en cela les vues plutôt théistes :

Certaines croyances seraient bénéfiques, et nous aideraient à survivre et assurer la pérennité de l’espèce. Certains soutiennent que les croyances religieuses pourraient faire partie de cette catégorie. Pourtant le but d’un tel argument consiste souvent à expliquer de manière rationnelle pourquoi certains types de croyances sont répandus, malgré leur erreur, et cette explication requiert la confiance dans le pouvoir indépendant de la raison humaine.

 

A propos de la séparation des domaines, le constat est souvent le suivant :

La science nous parle de vérité. La religion traite de questions personnelles. En d’autres termes, la science est objective et la religion est subjective. La science est le produit de la raison. La religion est le produit d’une sorte de faculté mystérieuse appelée ‘foi’. La science nous parle du monde. La religion permet à chacun de réfléchir à ce qui lui importe le plus. […]  Tout ce qui se trouve hors de la portée de la science est considéré comme indémontrable.

 

et Roger Trigg de faire remarquer :

Ce point de vue n’est qu’à un cheveu de la vision positiviste[1], qui assure que ce qui ne peut être testé scientifiquement, ou vérifié, n’a aucun sens.

Il ne réclame pas de faire rentrer Dieu dans les laboratoires mais estime l’équilibre suivant nécessaire :

 Ne pas présupposer une origine surnaturelle pour expliquer un phénomène peut faire progresser la science.
Mais cela ne signifie pas l’absence d’entités surnaturelles, ni que par exemple il n’y ait aucune place pour l’intervention divine.

 

Il est nécessaire de reconnaître les limites de la science, de s’interroger sur la manière dont nous connaissons (épistémologie) pour traiter des questions métaphysiques et ne pas les ignorer ni les amalgamer.

 

Lorsqu’on croit que la science peut tout expliquer, alors tout ce qui se trouve au-delà de sa compréhension doit forcément sembler aussi farfelu que de croire aux lutins. La science ne peut traiter d’événements et d’entités non physiques. Un paradoxe réside en ce que la science soit un produit de l’esprit humain, mais qu’elle ne puisse aborder l’idée d’un esprit qu’en le réduisant à ses origines physiques. Ceci montre qu’en tant que méthode pour acquérir la connaissance, la science a ses limites. En même temps, on ne peut écarter la question du réel. Il est crucial de faire la distinction entre les questions d’épistémologie et la manière dont nous construisons la connaissance d’un  côté, et les questions de métaphysique, ou ce qui peut être connu d’un autre.

 

La science a-t-elle besoin de Dieu ?

Voila la question de article posée autrement. Bien sûr il ne s’agit pas de remettre en question la méthode scientifique, mais de réfléchir ce sur quoi repose la science.

 

La science ne peut échapper aux hypothèses philosophiques au sujet du cadre dans lequel sa propre activité se déroule.

Pour que la science soit possible, le monde doit être ordonné de façon à se comporter de manière uniforme et intelligible, et il doit être compris, en particulier par l’esprit humain. Aucune de ces deux hypothèses ne peut être considérée comme allant de soi.

 

historiquement ces idées ne posaient pas de difficulté car elles s’inscrivaient dans  la compréhension d’un monde créé par un Dieu à la base de toute raison. Les lumières et le postmodernisme ont remis cela en cause en voulant lier exclusivement la raison à l’expérience empirique. L’auteur pose donc la question de la base que nous voulons donner à la science moderne pour que celle-ci puisse continuer de prospérer.

 


[1] Définition toupie.org
Le positivisme est le système philosophique fondé par Auguste Comte qui considère que l’homme ne peut atteindre les choses en elle-même (leur être, leur essence) et que seuls les faits expérimentés ont une valeur universelle. Il a pour but de codifier les connaissances dites « positives », celles qui découlent directement de l’observation et de l’expérience et d’éliminer tout ce qui subit l’influence de la métaphysique.
L’esprit positif est orienté vers l’établissement de lois sur le modèle scientifique en remplacement des croyances théologiques et des explications métaphysiques. L’étude des événements prime celle des êtres et de l’essence. La science doit renoncer à la question du « pourquoi » des choses, qui est la recherche du sens et de l’absolu, pour se concentrer sur le « comment » afin de décrire les lois de la nature, dans le but d’être utile à la société.

 

 

Avatar
Après un cursus universitaire et professionnel dans les technologies de l’information, Marc poursuit désormais des études en théologie avec un premier objectif de valider un master II de recherche. Il est le webmaster du site scienceetfoi.com et Directeur de Projet Exécutif au sein de l'association.

40 Commentaires

  1. Avatar
    temaro mar 21 Mai 2019 Répondre

    Bonjour Marc,

    J’ai lu attentivement cet article de R.Trigg qui affirme:
     » Le théisme permet d’apporter des explications en évoquant la RATIONALITE du créateur. »

    Question:
    comment R. Trigg peut-il qualifier de rationnel un concept qui ne peut être justifié rationnellement ?

    La même question se pose, aussi inévitablement que pousse la mauvaise herbe , d’article en article…

  2. Avatar Auteur
    Marc Fiquet ven 07 Juin 2019 Répondre

    Bonjour Temaro,

    La question n’est -elle pas alors « Comment expliques-tu que l’homme soit un être rationnel ? Quel niveau de confiance pouvons-nous avoir dans la raison humaine ? »

    • Avatar
      Temaro mer 23 Sep 2020 Répondre

      Désolé pour l’allumage tardif à l’allumage.
      C’est en lisant le dernier commentaire de BG que j’ai constaté que le tien était resté sans réponse.

      Donc pour faire court.

       » Comment expliques-tu que l’homme soit un être rationnel ?  »

      L’homme est autant un être rationnel qu’irrationnel (on n’oublie pas notre cerveau émotionnel)
      Les sciences cognitives et de l’évolution expliquent d’ailleurs plutôt bien ces aspects de notre mental.

       » Quel niveau de confiance pouvons-nous avoir dans la raison humaine ?  »

      Je dirais un niveau  » respectable  » si on prend en compte l’accumulation des connaissances humaines. Mais la raison, c’est comme les légumes, ça se cultive, surtout si on veut relever les défis qui se posent à l’humanité

  3. Avatar
    Alain Dumont sam 05 Sep 2020 Répondre

    Bonsoir
    Je déteste le mot « foi » du fait qu’il ne correspond pas vraiment au terme grec « Pistis » qui signifie surtout confiance et fidélité et donc qui implique une relation personnelle avec Dieu, fait que le terme foi ne démontre pas. De plus le mot hémeth qui est traduit par fermeté, fidélité et confiance correspond bien au mot grec.
    En fait les termes fidélité, confiance vont très bien avec disciple qui se trouve être un humain en relation directe avec le maître. mais le terme foi n’impose pas cela.

  4. Avatar
    B.G. mar 22 Sep 2020 Répondre

    Bonjour
    je remarque que vous entrez dans des sujets en présentant les choses seulement entre deux camps
    la science d’un coté et son rationalisme et la théologie de l’autre
    hors logie ,à mon sens, ou logos signifie science
    et là théologie semblerait-il voudrait dire science de Dieu
    et vous parlez de religion
    mais quelle différence faites vous entre dieu et quelques formules rituelliques et la personne qui a créé toutes choses dans un ordre et une harmonie qui ne se dément que lorsque l’homme y met la main ?

    • Avatar
      Temaro mer 23 Sep 2020 Répondre

      Bonjour BG,

      Brièvement.

      Première remarque.
      Vous évoquez je cite  » une science de Dieu « . (théologie, logos)

      L’astrologie aussi fait référence au logos mais il ne s’agit pas d’une science au sens moderne du terme !

      Autre exemple.
      Les grecs ont inventé la notion d’atome il y a plus de 2000 ans. Mais l’atome tel qu’il a été théorisé par la science moderne n’a rien à voir avec l’atome insécable des grecs !

      Attention donc de ne pas s’enfermer dans des terminologies qui ne recouvrent plus les mêmes notions aujourd’hui qu’hier.

      Seconde remarque.
       » Vous parlez de religion
      mais quelle différence faites vous entre DIEU […] et la PERSONNE QUI A CRÉÉ TOUTES CHOSES…  »

      Vous posez ici la question du rapport entre foi et religion(s).
      Pour ma part, la différence est du même ordre que celle qui existe en politique. On peut tout à fait avoir des convictions personnelles sans nécessairement adhérer à un parti ou une ligne officielle.

      • Avatar
        Temaro mer 23 Sep 2020 Répondre

         » des postulats philosophiques indémontrables.  »

        Là n’est pas l’essentiel Marc.
        Ce qui importe c’est que les postulats en science se distinguent des dogmes religieux en ce sens qu’ils reposent toujours sur une forme d’expérience objective et universelle comme par exemple:
        il existe un monde extérieur à notre esprit, ce monde semble au moins en partie connaissable, ce même monde semble suivre certaines régularités, etc…

        Les dogmes religieux ne satisfont pas à ce critère essentiel d’objectivation universelle. La diversité des religions et des croyances nous fournit là une preuve solide.
        C’est la spiritualité qui est universelle, au même titre que nos autres caractéristiques psychiques, et en aucun cas les religions qui sont avant tout des productions culturelles.

  5. Avatar
    B.G. mer 23 Sep 2020 Répondre

    @temaro
    bonjour
    ** » Vous parlez de religion
    mais quelle différence faites vous entre DIEU […] et la PERSONNE QUI A CRÉÉ TOUTES CHOSES… »**
    **mais quelle différence faites vous entre quelques formules rituelliques et la personne qui a créé toutes choses **
    quelles différences Y A T IL entre ces deux assertions
    il n y a pas de mal à avoir des convictions tant qu’elles ne détruisent personne à mon sens
    bonne journée à vous

    • Avatar
      Temaro mer 23 Sep 2020 Répondre

      Désolé je ne vois pas bien où vous voulez en venir avec cette expression de  » formule riruellique  » dans une des assertions. Vous pouvez préciser votre pensée ?

       » il n y a pas de mal à avoir des convictions tant qu’elles ne détruisent personne à mon sens  »

      Oui… Donc ?

      • Avatar
        B.G. mer 23 Sep 2020 Répondre

        les rituels sont fait de formules répétitives (dans l’ensemble)
        les religions sont souvent un échantillonnage de la sagesse de la population à laquelle elle s’adresse
        la foi est une certitude qui n’a rien à voir avec des ordres et interdictions de religiosité ou de mysticisme
        je vois que les scientifiques ne tiennent pas compte de cela

        • Avatar
          Temaro mer 23 Sep 2020 Répondre

          Hum !

           » Les religions sont souvent un ÉCHANTILLONNAGE de la SAGESSE de la population à laquelle elle s’adresse  »

          Merci de la précision mais elle ne m’éclaire pas davantage.

          Quelle formule alambiquée !
          Vous n’avez pas trouvé plus simple ?
          En première approximation, celle-ci n’est-elle pas plus claire ?

           » Une religion est un système de pratiques et de croyances 
          en usage dans un groupe ou une communauté.  »

          => Point Barre

          https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Religion

          Enfin, je vous ai répondu sur les rapports entre foi et religion avec l’analogie de la politique.

          Ou est le problème ?
          Et où voulez-vous en venir ?

        • Avatar
          Temaro mer 23 Sep 2020 Répondre

           » la foi est une certitude qui n’a rien à voir avec des ordres et interdictions de religiosité ou de mysticisme
          je vois que les scientifiques ne tiennent pas compte de cela  »

          Vous avez tout compris !
          La science ne traite pas des valeurs, Donc ?

  6. Avatar
    B.G. mer 23 Sep 2020 Répondre

    La science ne traite pas des valeurs, Donc ?
    si une science traite des valeurs dites moi laquelle
    autre que monétaires bien sur

    • Avatar
      Temaro mer 23 Sep 2020 Répondre

      Donc, quelle est votre conclusion ?
      La science ne traite pas des valeurs…
      Oui donc ?

      • Avatar
        B.G. mer 23 Sep 2020 Répondre

        j’ai remarqué que quand vous parlez de Dieu vous faites un amalgame entre
        Dieu lui même, la religion, la théologie (écritures), la foi , les croyances
        et quand je vous lis j’ai l’impression que pour vous tout cela n’est guère plus qu’un gloubiboulga et la science elle n’est destinée qu’à prouver que tout cela n’est qu’une utopie
        alors que les fois ou la science est venue confirmer les écritures sont légions

        • Avatar
          Temaro mer 23 Sep 2020 Répondre

          Il me semble pourtant avoir été particulièrement clair.

          Quelques précisions en deux mots:

          Dieu:
          un concept pur / une production de l’esprit

          Religion:
          une production culturelle

          Croyance:
          une adhésion plus ou moins justifiee à une affirmation, quelle qu’elle soit.

          Foi:
          processus mental alimenté par des croyances faiblement justifiées dans le cadre d’une religion ou non.

           » les fois ou la science est venue confirmer les écritures sont légions  »

          Quelques exemples évidents seraient les bienvenus.

          Pour ma part, quand je pense à l’âge de la Terre, à la révolution copernicienne ou encore à la théorie de l’évolution, je doute.

  7. Avatar
    B.G. mer 23 Sep 2020 Répondre

    ]@bonjour Marc Fiquet
    La science nous parle de vérité. La religion traite de questions personnelles. En d’autres termes, la science est objective et la religion est subjective. La science est le produit de la raison. La religion est le produit d’une sorte de faculté mystérieuse appelée ‘foi’. La science nous parle du monde. La religion permet à chacun de réfléchir à ce qui lui importe le plus. […] Tout ce qui se trouve hors de la portée de la science est considéré comme indémontrable.
    c’est ce que je viens de dire avec mes mots à temaro
    mais si la religion ne sert qu’à … La religion permet à chacun de réfléchir à ce qui lui importe le plus.
    c’est comme faire ses courses
    quelqu’un à dit que Dieu n’est pas un distributeur automatique
    maintenant rencontrer Dieu permet de trouver ses valeurs et sa position face à elles
    et c’est là à mon sens la différence entre Dieu et la religion
    fraternellement

    • Avatar
      Temaro mer 23 Sep 2020 Répondre

      Quelques remarques, si je peux me permettre.

       » Tout ce qui se trouve hors de la portée de la science est considéré comme indémontrable.  »

      Si il n’y avait que ça… Mais pas seulement !
      La majorité des théories physiques sont non démontrables au sens mathématique.
      On ne fait jamais que VALIDER des théories, on ne les DEMONTRE pas.

       » Rencontrer Dieu permet de trouver ses valeurs  »

      Si vous le dîtes… Je ne mets pas votre parole en doute.
      La question est:
      où rencontrons-nous Dieu vraiment ?
      Entre nos deux oreilles ou  » pour de vrai dans le vrai monde  » ?

      • Avatar
        B.G. jeu 24 Sep 2020 Répondre

        @Temaro
        où rencontrons-nous Dieu vraiment ?
        exactement là ou IL le veut quand on le lui demande
        bonne journée à vous

        • Avatar
          Temaro jeu 24 Sep 2020 Répondre

          Cher BG,

          Des réponses comme celle-là je peux en faire 10 par jour.

          Je conçois que où que vous alliez, vous emmenez vos oreilles et ce qui se trouve entre les deux avec vous.

          Neanmoins, vous n’avez pas mieux en magasin ?

          • Avatar
            B.G. jeu 24 Sep 2020 Répondre

            non sérieux
            il y a beaucoup de personnes que je connais qui ont mis Dieu a défi de se faire connaitre et cela a marché
            aussi irrationnel que cela puisse sembler

            • Avatar
              Temaro jeu 24 Sep 2020

               » il y a beaucoup de personnes que je connais qui ont mis Dieu a défi de se faire connaitre et cela a marché  »

              Je ne demande qu’a être convaincu.
              Merci de fournir ne serait-ce qu’une preuve valide.

            • Avatar
              Temaro jeu 24 Sep 2020

               » Ca a marché  »

              Qu’est-ce qui a marché ?

              Merci de développer

  8. Avatar Auteur
    Marc Fiquet mer 23 Sep 2020 Répondre

    bonjour BG,

    je ne sais pas si tu as lu tout l’article de Roger Trigg.

    Quand tu dit « La science nous parle de vérité. La religion traite de questions personnelles » c’est pour lui une caricature à éviter qui conduit tout droit au positivisme (au matérialisme philosophique) cela sous-entendrait que seule la science garantirait un accès à la vérité objective. Or ce que l’article met en évidence, c’est que et la religion et la science sont à la recherche de la vérité. Et que la science doit prendre conscience de ses propres limites à savoir qu’elle repose tout entière sur des postulats philosophiques indémontrables.

    • Avatar
      Temaro mer 23 Sep 2020 Répondre

      Bonsoir Marc,

      Désolé pour ce doublon.
      J’ai dû coller le premier commentaire au mauvais endroit.

      Tu évoques à propos de la science
      » des postulats philosophiques indémontrables.  »

      Certes, mais là n’est pas l’essentiel.
      Ce qui importe c’est que les postulats en science se distinguent des dogmes religieux en ce sens qu’ils reposent toujours sur une forme d’expérience objective et universelle comme par exemple:
      il existe un monde extérieur à notre esprit, ce monde semble au moins en partie connaissable, ce même monde semble suivre certaines régularités, etc…

      Les dogmes religieux ne satisfont pas à ce critère essentiel d’objectivation universelle, la diversité des religions et des croyances en témoignent.
      C’est la spiritualité (dont la foi fait patie) qui est universelle, au même titre que nos autres caractéristiques psychiques, et en aucun cas les religions qui sont avant tout des productions culturelles.

    • Avatar
      B.G. jeu 24 Sep 2020 Répondre

      autant pour moi d’avoir lu en diagonale
      mais pour un non averti qui ne connait pas la vérité cela prête à confusion …

  9. Avatar
    Alain Dumont ven 25 Sep 2020 Répondre

    Bonjour Temaro
    La Vulgate est une version latine de la Bible, traduite initialement par Jérôme de Stridon à la fin du IVe siècle directement depuis le texte hébreu de l’ Ancien Testament et depuis le texte grec du Nouveau Testament, auxquels Jérôme et ses successeurs ont ajouté des adaptations de la Vetus Latina (« vieille [bible] latine »), une version plus ancienne traduite du grec de la Septante.
    En fait la traduction de la vulgate n’est pas toujours conforme à l’original et souffre beaucoup d’unifications de termes comme les versions actuelles.
    Fidès: avoir une grande, une petite, une plus grande confiance en qqn, en qqch. je passe les autres données de ce terme: qu’on peut croire; croyance en une divinité; adhérence à une religion, à une doctrine quelconque; foi du charbonnier: foi religieuse aveugle et naïve.
    Pistis πιστις: confiance en autrui, mettre sa confiance … engagement, pacte
    Pisteô πιστεω: croire en, se confier à ou dans; se confier à qqn.
    Emounah אמונה : fidélité, fermeté, constance, vérité, croyance, religion, véracité
    Nèèmanouth נאמנות : fidèle, digne de foi
    émoun אמון: Familier, loyal, fidèle, éduqué, élevé, formé
    Bitehah בטחה: Avoir confiance, se confier, être tranquille, être calme, promettre.
    En fait chacun de ces termes pris dans le contexte biblique implique une relation avec Dieu ou avec un humain. Cette relation est donc totale, qu’elle soit dans la vérité (avec Dieu) ou avec un humain (potentiel d’erreur) ou avec une idole (et ses serviteurs) et donc dans le mensonge.
    C’est donc avec une relation personnelle avec Dieu que se distingue le véritable croyant. Toutefois dans la vie d’un véritable croyant ou disciple, il peut se produire des faits qui sont totalement non identifiables par les scientifiques (certaines formes de guérisons, certaines prédictions, et même parfois des résurrections). J’ai su que des psychiatres ont été stupéfaits de voir certains de leurs malades délivrés alors qu’avec leurs potions, ils ne parvenaient à rien.
    Ainsi la véritable foi/confiance ne peut être réelle qu’en cas de relations avec Dieu. Mais cela n’est pas expérimental par la science.

    • Avatar
      Temaro ven 25 Sep 2020 Répondre

      Bonsoir Alain,

      Si vous le dîtes…

       » C’est donc une relation personnelle avec Dieu qui distingue le véritable croyant.  »

      Oui.
      C’est la réponse type qui est donnée après épuisement de tous les autres arguments.
      N’avez-vous jamais envisagé que le sujet croyant puisse entretenir avant tout une relation avec lui-même, dont l’inconscient constitue la plus grande part ?

  10. Avatar
    Alain Dumont sam 26 Sep 2020 Répondre

    Bonjour Temaro
    Pour une relation avec Dieu, il est nécessaire d’être honnête avec soi-même, de lire au minimum les lois et de voir ses propres travers face à ces lois.
    Ayant fait cela, je me suis aperçu que j’étai loin d’être dans cette relation:
    La première base que je ne connaissait pas était la repentance au vu de mes nombreuses fautes et transgressions au vu de la loi divine.
    La deuxième base était l’obéissance: au début, j’ai cru que la confirmation selon le rite de la dénomination était ce qu’il fallait faire. Mais j’ai eu un ressenti tel que je me suis aperçu que ce n’était pas conforme. Puis connaissant le sens du terme baptême, j’ai compris que c’était le premier acte que je devais faire, je l’ai fait. Puis du fait que j’avais reçu un enseignement des témoins de Jéhovah et des mormons, il fallait que je sois au clair au sujet de ces religions. Pour les T.J. ce fut rapide: trois jours après m’être fait baptiser, aolors que je lisais dans mon lit un petit opuscule relatant la divinité du Christ, une pensée/parole s’est imposée en moi et m’a dit c’est comme ça qu’il faut comprendre. Ainsi l’enseignement de cette religion a été balayé immédiatement.
    La Bible interdit à Noé et à sa descendance, dans la loi et dans le Nouveau Testament de manger du sang. Ainsi, alors que je travaillai en saison en tant que cuisinier, je liais les sauces de civets avec du sang, et je trouvais cela bon. Mais une forte pensée me dictait de ne plus consommer cela. C’est ce que je fis par obéissance. Notez bien que je n’ai pas été élevé dans cette doctrine.
    Je me posais aussi des questions en ce qui concerne les Mormons. Un jour que je me promenai le long du Rhône à Beaucaire avec un stagiaire pasteur, je vis en lettres de feu sur fond noir le ch.7 de l’épitre aux Hébreux. Dans ce chapitre il est écrit que le sacerdoce selon l’ordre d’Aaron est aboli (sacerdoce que les Mormons reprennent pour eux, et que le sacerdoce selon l’ordre de Melchisédech n’est pas transmissible. par la suite, je fus conduit vers la repentance de tous mes travers, fautes et péchés. Ainsi pour moi tout a été conduit d’une manière particulière mais totalement biblique. Puis je fus conduit à m’instruire avec une certaine précision dans les Écritures. Ainsi je vous donne ici un peu de mon témoignage, quoique je vous en avais donné quelques point assez détaillés par le passé.
    Mais toutes ces expériences ne m’ont jamais interdit de lire des ouvrages scientifiques, des ouvrages sur l’histoire des religions et des témoignages divers. Ainsi le seul point où je m’oppose toujours est le hasard.
    Que Dieu vous bénisse

    • Avatar
      Temaro sam 26 Sep 2020 Répondre

      Bonjour Alain,

      Merci pour votre témoignage mais vous ne repondez pas à ma question:

       » N’avez-vous jamais envisagé que le sujet croyant puisse entretenir avant tout une relation avec lui-même, dont l’inconscient constitue la plus grande part ?  »

      Merci pour votre concision.

  11. Avatar
    Alain Dumont sam 26 Sep 2020 Répondre

    Bonsoir Temaro
    En ce qui concerne l’inconscient, je dois dire que je n’ai jamais réfléchi sur ce sujet. Mais sur ce sujet, j’ai lu que Dieu a mis dans l’humain la pensée de l’éternité, sur ce sujet lisez Ecclésiaste ch.3v10-11. Ainsi il est vraisemblable que l’inconscient que vous nommez peut être cette pensée que beaucoup rejettent mais qui est la base de la recherche de Dieu et d’une relation avec Lui.
    Je pense que là j’ai répondu à votre question mais, encore, d’un texte biblique que beaucoup d’athées volontaires ne voient pas
    Que Dieu vous bénisse abondamment ainsi que tous les vôtres
    Alain

    • Avatar
      Temaro sam 26 Sep 2020 Répondre

      Bonsoir Alain,

       » En ce qui concerne l’inconscient, je dois dire que je n’ai jamais réfléchi sur ce sujet  »

      Merci pour votre honnêteté.
      C’est pourtant la première chose à explorer quand on souhaite réfléchir sur la foi, sa nature, ses fondements éducatifs, culturels, neurologiques, psychologiques etc…

  12. Avatar
    Alain Dumont dim 27 Sep 2020 Répondre

    Bonsoir Temaro
    Mes réflexions religieuses dans ma jeunesse, pour ne pas dire furent peu précises. En effet je n’ai été que peu de fois dans un temple protestant pour y apprendre les rudiments religieux. Dans mon adolescence j’ai lu de nombreux ouvrages dont certains étaient issus de milieux ésotériques, en plus de la Bible. Comme je l’ai déjà écrit, j’ai reçu aussi l’enseignement des Témoins de Jéhovah et des Mormons. Ainsi je ne voyais pas bien ce qui était mauvais ou correcte dans chacune de ces religions. Pour les livres des milieux ésotériques, j’ai vu rapidement de nombreuses erreurs dans leurs interprétations et d’approches, c’est ainsi que je les ai vite rejeté. Pour le catéchisme me conduisant à la confirmation, cela s’est passé chez un clerc de notaire alors que je travaillais dans une usine. la troisième année se fit concernant l’histoire du protestantisme avec toutes les persécutions. Ce fut à l’âge de 19 ans que je fis ma confirmation puis je partais à l’armée. C’est donc ainsi que je fus amené à voir différents systèmes religieux mais ma haine du catholicisme était là.
    Ce n’est que par la suite où je fus amené à faire la différence entre la religion et les théologiens qui sont des savants. c’est aussi par la suite que je fus amené à faire des expériences relationnelles avec Dieu comme cela est écrit.
    Soyez béni
    Alain

    • Avatar
      Temaro dim 27 Sep 2020 Répondre

      Bonsoir Alain,

      Encore une fois, merci pour ce petit résumé biographique.

      Vous dîtes:
       » je fus amené à faire des expériences relationnelles avec Dieu  »

      Comprenez bien que je ne conteste pas la sensation  » d’authenticité  » de vos expériences subjectives.
      Je souligne simplement le fait qu’il convient de prendre conscience des interprétations rationnelles qui peuvent en être faîtes, par exemple au prisme des neurosciences et considérant l’ensemble des déterminants sociaux, culturels, éducatifs, psychologiques, physiologiques et neuronaux qui participent à cette forme d’activité cérébrale.

      Bonne continuation

  13. Avatar
    Alain Dumont mer 30 Sep 2020 Répondre

    Pour parler du monde spirituel, les occultistes de toutes sortes savent bien que cela existe depuis les temps les plus reculés. Les psychiatres donne des noms pour ces manifestations. Ils peuvent avec leurs produits faire cesser certains problèmes mais ils ne savent pas les guérir. Voici, une fois je suis allé dans un hôpital psychiatrique pour rendre visite à une personne qui avait été internée abusivement. elle m’a présenté une femme qui était touchée par des puissances incubes (mari de la nuit pour les africains. Cela était connu même par les anciens mésopotamiens, les romains appelaient ces esprits des incubes (succubes pour les femmes de la nuit). la femme avait des tranquillisants mais n’était pas soignée ni délivrée. J’ai vu d’autres cas où les personnes étaient liées et au moment des délivrances, la présence de mauvaises puissances se faisait entendre jusqu’au moment de leur sortie de définitive, ces cas ne sont pas guérissables par les psy. J’ai vu une personne dans un hôpital qui avait les yeux continuellement fermés depuis un certain temps. Il a été prié pour lui, quelques minutes plus tard il a rouvert les yeux puis quelques jours plus tard cette personne est sortie guérie. I y a plusieurs autre faits que je pourrait vous dire mais il me semble que cela est inutile. Toutefois, je vais vous demander: est-ce que vous êtes déjà allé voir un guérisseur, un astrologue ou autre? Est-ce que vos parents ou ancêtres ont touché à ces choses là?
    Que le Seigneur vous bénisse abondamment.

    • Avatar
      Temaro mer 30 Sep 2020 Répondre

      Bonjour,

       » Est-ce que vous êtes déjà allé voir un guérisseur, un astrologue ou autre ?  »

      Personnellement, mon guérisseur est mon médecin traitant, ce n’est pas votre cas ?
      Notez toutefois que je n’ai pas d’à priori en ce qui concerne certaines médecines douces ou dîtes  » alternatives  » pour les  » petits bobos « .

      On sait par exemple que l’homéopathie a à peu près la même efficacité qu’un placebo. Cela dit, aucun guérisseur n’a jamais inversé un pronostique défavorable pour une maladie grave (diabète, insuffisance rénale, problèmes cardiovasculaires, cancers, etc…)

       » Est-ce que vos parents ou ancêtres ont touché à ces choses là ?  »

      Peut-être, allez savoir !

  14. Avatar Auteur
    Marc Fiquet mer 30 Sep 2020 Répondre

    [modérateur]
    Bonjour Messieurs,
    cette discussion revient sur différents articles du site, je ne vois pas l’intérêt de répéter les mêmes choses en boucle..

    Au bout d’un moment il faut savoir s’arrêter. Une règle d’or sur ce site est que les commentaires soient directement en rapport avec le sujet de l’article. Les lecteurs en seront que plus édifiés.

    Merci pour votre compréhension.

  15. Avatar
    Lazerges sam 03 Oct 2020 Répondre

    Boffff

    • Avatar Auteur
      Marc Fiquet dim 04 Oct 2020 Répondre

      bonjour Lazerges,
      Mais encore ?… Comme dirait Cyrano de Bergerac, « c’est un peu court jeune homme ! » :roll:

      • Avatar
        Temaro dim 04 Oct 2020 Répondre

         » -Boff… Dit-il sentencieusement car il avait une manière de dire  » Boff  » qui conférait à ce simple terme un caractère de finalité dont l’impératif le disputait au catégorique. Quand il avait dit  » Boff  » on avait une idée de l’absolu.  » (Pierre Dac)

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*