La curieuse instrumentalisation du Big Bang

Posté par Antoine BRET
Print Friendly, PDF & Email

 

 

Comme il a déjà été écrit sur ce site, nul ne sait si le Big Bang fut vraiment le commencement de l’univers. Il se trouve que le thème revient souvent et qu’au gré de mes conversations science & foi, je tombe très souvent sur deux cas de figures.

 

Il y a tout d’abord l’athée militant. Ce qu’il veut, c’est une science qui a réponse à tous. Il est en effet convaincu que Dieu se réfugie dans les zones d’ombre de la science, si bien que si l’on élimine les zones d’ombre, on élimine Dieu.

Evidemment, l’athée militant n’a pas trop envie d’entendre que l’origine du Big Bang reste un mystère. Il va donc facilement soutenir que la fameuse inflation cosmique résout tous les problèmes techniques, que la théorie des cordes, ou bien la gravité quantique à boucles, sont achevées et donnent la réponse à toutes les questions sur l’origine du Big Bang, etc.

Et re-évidemment, rien ne sert de lui expliquer que l’inflation est très spéculative, que la théorie des cordes ou la gravité quantique à boucles le sont encore plus, et qu’aucun consensus scientifique n’existe en ces matières pour le moment. Son siège est fait : la science a trouvé toutes les réponses, donc pas de Dieu.

 

Et puis il y a le croyant, avec en particulier (mais pas uniquement) l’adepte de « l’argument Kalam » cher à William Lane Craig:

  • Tout ce qui commence à exister a une cause,
  • L’univers a commencé à exister,
  • Donc, l’univers a une cause (Dieu).

On le voit, la deuxième étape du raisonnement suppose que l’univers a eu un commencement. Et là, rebelote, on retombe exactement sur le même type de conversation qu’avec notre ami l’athée militant, mais pour un fin opposée : « J’ai besoin que l’univers ait eu un commencement… donc, la science le dit ». Et tout y passe : le fameux théorème BGV le prouve (même s’il n’est qu’un modèle classique, et pas quantique), les modèles de Big Bounce sont forcément faux, etc. J’aurai mon commencement !

Bref, on se demande bien pourquoi les petits génies du monde entier se cassent la tête, et les dents, sur la cosmologie quantique : les athées militants ainsi que les adeptes de l’argument Kalam ont toutes les réponses !

 

On pourrait épiloguer longuement sur cette situation, mais j’aimerais juste faire quelques remarques :

Tout d’abord, l’ironie des choses est assez évidente. Deux « camps » opposés utilisent le même argument… faux d’un point de vue scientifique.

Non, la « science » actuelle ne sait tout simplement pas si l’univers a eu un commencement ou non. Forcer sa réponse n’a aucun sens, et ne sert finalement qu’à démontrer que l’on ne sait pas du tout de quoi on parle.

Cette manie de vouloir une réponse à tout est extrêmement préjudiciable au débat science & foi. Elle le radicalise gratuitement, puisque chaque camp croit, à tort, avoir en main un argument massue qui devrait abattre l’autre.

Finalement, les croyants devraient se rendre compte que ce genre d’apologétique est en fait une occasion de chute. Je laisse à ce titre le mot de la fin à Augustin, pour une citation qui n’a hélas pas pris une ride en plus de 1600 ans :

 

Le ciel, la terre et les autres éléments, les révolutions, la grandeur et les distancés des astres, les éclipses du soleil et de la lune, le mouvement périodique de l’année et des saisons ; les propriétés des animaux, des plantes et des minéraux, sont l’objet de connaissances précises, qu’on peut acquérir, sans être chrétien, par le raisonnement ou l’expérience. Or, rien ne serait plus honteux, plus déplorable et plus dangereux que la situation d’un chrétien, qui traitant de ces matières, devant les infidèles, comme s’il leur exposait les vérités chrétiennes, débiterait tant d’absurdités, qu’en le voyant avancer des erreurs grosses comme des montagnes, ils pourraient à peine s’empêcher de rire.

Qu’un homme provoque le rire par ses bévues, c’est un petit inconvénient ; le mal est de faire croire aux infidèles que les écrivains sacrés en sont les auteurs, et de leur prêter, au préjudice des âmes dont le salut nous préoccupe, un air d’ignorance grossière et ridicule. Comment en effet, après avoir vu un chrétien se tromper sur des vérités qui leur sont familières, et attribuer à nos saints Livres ses fausses opinions, comment, dis-je, pourraient-ils embrasser, sur l’autorité de ces mêmes livres, les dogmes de la résurrection des corps, de la vie éternelle, du royaume des cieux, quand ils s’imaginent y découvrir des erreurs sur des vérités démontrées par le raisonnement et l’expérience ? On ne saurait dire l’embarras et le chagrin où ces téméraires ergoteurs jettent les chrétiens éclairés.

Sont-ils accusés et presque convaincus de soutenir une opinion fausse, absurde, par des adversaires qui ne reconnaissent pas l’autorité de l’Écriture ? on les voit chercher à s’appuyer sur l’Ecriture même, pour défendre leur assertion aussi présomptueuse que fausse, citer les passages les plus propres, selon eux, à prouver en leur faveur, et se perdre en de vains discours, sans savoir ni ce qu’ils avancent ni les arguments dont ils se servent pour l’établir.

Augustin, De la Genèse au sens littéral, Livre I, 19.39 (an 383)

Antoine BRET

16 Commentaires

  1. Isabel Fesser lun 19 Juin 2017 Répondre

    Merci une fois de plus!
    je voudrais vous demander, car je suis en train de le lire, ce que vous pensez du livre « Avant le Big Bang de Igor et Grichka Bogdanov.
    Merci

  2. Antoine lun 19 Juin 2017 Répondre

    Merci Isabelle,
    Je n’ai pas lu le livre. J’ai cependant beaucoup entendu parler de leurs ambitions scientifiques. Le sujet est aride, et seule une poignée de scientifiques (dont je ne suis pas) est à même de juger leurs thèses. Ceci étant dit, l’opinion de cette poignée est que les travaux des Bogdanov ne sont pas très sérieux, et qu’eux-mêmes ne comprennent finalement pas trop de quoi ils parlent.
    Leur production scientifique est du reste très confidentielle, et n’a pas du tout eu une influence scientifique à la mesure de leurs prétentions.

  3. him lun 21 Août 2017 Répondre

    Merci pour cette intéressante remise en cause de la 2ieme prémisse du Kalam car jusqu’à présent j’avais plutôt entendu une remise en cause de la première prémisse par la mécanique quantique et ses conséquences macroscopiques sur les système chaotiques (à commencer par l’atmosphère par exemple).

    Sans lien avec ce qui précède je crois qu’il y a une version plus « intuitive » du Kalam:
    – Tout ce qui commencé à exister a plusieurs causes,
    – L’univers a commencé à exister,
    – Donc, l’univers a plusieurs causes (Dieux).

  4. HEIMBURGER sam 26 Août 2017 Répondre

    Bonsoir Antoine,

    je suis un peu nouveau sur ce blog et pardon si ces questions ont été débattues ailleurs sur ce blog..

    En quelques mots, bien que n’étant ni physicien, ni astrophysicien, ni mathématicien, je suis passionné depuis très longtemps par ces questions et j’ai lu de nombreux ouvrages de référence (évidemment grand public) dans ce domaine.
    Je ne me reconnais pas dans les deux catégories que vous définissez: « l’athée militant » et le « croyant ». Bien que croyant chrétien je ne me considère pas du tout comme « adepte obligé », comme croyant, de l’argument Kalam.
    Néanmoins, je viens de lire ou de relire deux ouvrages sur le sujet: »La réalité cachée; les univers parallèles et les lois du cosmos » de Brian Greene dans une optique « athée » (bien qu’il ne parle absolument pas de l’hypothèse de Dieu) et celui de Jean Staune: « Notre existence a t-elle un sens ».
    Si vous avez lu ces ouvrages, qu’en pensez-vous?

    Si la question est celle du commencement de l’Univers, nous pouvons dire avec certitude que NOTRE Univers (celui auquel nous avons accès) a bel et bien commencé par un « Big-bang » il y a 13,7 milliards d’années. L’expansion, très brève, est une hypothèse très forte et à ce jour, à ma connaissance, la seule permettant d’expliquer l’homogénéité du rayonnement de fond de l’univers observée. L’expansion n’a rien à voir avec le problème du commencement.

    Dans ce problème, nous sommes aussi obligés de prendre en compte le fait que les Lois et les constantes de l’univers que nous connaissons sont telles qu’elle permettent, voire obligent l’Univers connu de produire ou de permettre l’apparition d’êtres conscients: la question du principe anthropique. Toute modification, même infinitésimale des constantes de la Nature (telles que calculées dans notre univers) aboutissant à un univers stérile.

    De mes lectures, il me semble que les « athées » sont, d’une certaine façon « obligés » d’imaginer, à partir des mathématiques des « multivers » à l’infini tout en reconnaissant qu’ils ne pourront probablement jamais en démontrer l’existence, par définition. Or ces hypothèses de multivers, dans leur différentes variantes, semblent actuellement battre de l’aile.

    En conséquence, j’ai actuellement tendance à penser que notre univers observable semble bien être unique et que le problème de son ajustement fin permettant l’apparition de la vie est de plus en plus crucial.

  5. Antoine mar 29 Août 2017 Répondre

    Merci pour le commentaire -:)
    Je n’ai pas lu les deux livres dont vous parlez. Concernant le Big Bang, tout à fait d’accords avec vous. Un dossier lui est du reste consacré sur ce même site (http://www.scienceetfoi.com/ressources/pourquoi-le-big-bang/).
    Mais même s’il y a bien eu un Big Bang, on ne saura s’il est bel et bien le commencement de notre univers que le jour où nous aurons marié mécanique quantique et relativité générale (http://www.scienceetfoi.com/le-big-bang-implique-t-il-un-commencement-du-monde/).
    Quant au multivers, je pense qu’il est plus que le dernier recours des physiciens athées pour éviter Dieu. La théorie des cordes permet le multivers, de la même manière que la mécanique quantique relativiste permet l’antimatière, ou bien la mécanique des fluides permet les ondes de chocs. Si vous lisez l’anglais, je vous recommande les textes de Tom Rudelius pour un traitement équilibré de la question. C’est un Chrétien Evangélique et physicien théoricien, actuellement en thèse à Harvard sur la théorie des cordes.

    • HEIMBURGER mar 29 Août 2017 Répondre

      Bonsoir Antoine,

      Un grand merci pour votre réponse.
      Je suis tout à fait d’accord avec le fait que le « mariage » de la relativité générale et de la mécanique quantique sera un pas de géant dans la compréhension du monde. Je ne suis pas aussi certain qu’il permettra de répondre à la question de savoir si notre univers est unique ou non.

      Je corrige un peu ce que j’ai écrit. Vous avez raison: en un sens « historique »: la notion même de multivers ,comme possibilité scientifique basée sur des équations mathématiques, est antérieure aux questions tournant autour du principe anthropique. Ce qui est démontré par celui-ci (par simulations informatiques multiples), c’est que toute modification, même infinitésimale, d’une seule des constantes observées de la Nature aboutit à un univers stérile.

      Le problème est donc:
      – soit c’est le fruit d’un hasard total dans un univers unique. Je n’en crois pas un mot. Comme vous le savez, Trinh Xuan Thuan, astrophysicien renommé a calculé (sans doute par amusement) que la probabilité, dans cette hypothèse du hasard total, d’aboutir à un univers permettant la vie serait de l’ordre de celle d’un archer lançant sa flèche au hasard et atteignant un cible d’un cm2 quelque part au bout de l’univers observable.
      Je pense que nous pouvons éliminer cette hypothèse.
      – soit « autre chose » explique cela. Car je crois que cette observation mérite au moins un début d’explication. C’est là que les hypothèses des multivers interviennent. Car il y en a de nombreuses. Par exemple, certaines théories basées sur un interprétation particulière de la mécanique quantique stipulant que tout ce qui peut arriver arrive effectivement dans un autre univers, ou plutôt crée cet univers. Toute « décision » implique la « création » d’un autre univers Si j’enlève le dernier point de ma phrase précédente, alors un autre univers (un univers complet) est généré. Tout cela pour dire qu’il n’y a pas de modèle unique des multivers sur la base des équations mathématiques et que certains modèles, pourtant apparemment parfaits sur le plan mathématique semblent aboutir à des absurdités.

      La vraie question est celle du statut des mathématiques.Clairement, les mathématiques ont permis d’énormes avancées, contradictoires du « sens commun ».. La relativité générale d’Einstein, comme la mécanique quantique ont été avant tout basées sur les mathématiques puis confrontées à l’expérience, elles ont montré qu’elles décrivaient effectivement le réel.
      Devons nous en déduire que TOUT ce qui est théoriquement permis par les Mathématiques est effectivement réel ?
      Là est le problème.

      Je lis effectivement l’anglais. Pouvez-vous me donner les références de Tom Rudelius disponibles sur Internet?
      Un grand merci pour votre attention.

      Cordialement.

  6. HEIMBURGER mer 30 Août 2017 Répondre

    Post-scriptum:
    j’invite vraiment tout lecteur intéressé à se procurer le livre de Brian Green (probablement un des plus grands astrophysicien de notre époque), livre cité plus haut. Ce livre est à mon sens un véritable exploit de « vulgarisation » de haute volée (mais parfaitement accessible) sur les recherches théoriques les plus avancées dans le domaine de la cosmologie fondamentale, hypothèses basées essentiellement sur certaines solutions des mathématiques permettant effectivement de résoudre certains problèmes insolubles jusqu’ici. Ceci à un moment où la science commence à s’approcher, qu’on le veuille ou non, de questions fondamentales qui concernent aussi la Foi en un Dieu « créateur de l’univers visible et invisible ».

    Il écrit: (p.416):  » dans ce livre, nous avons exploré une candidate [la théorie des multivers] aux progrès majeurs de cette histoire: la possibilité que notre univers fasse partie d’un multi-univers. L’excursion nous aura fait découvrir neuf variations sur ce thème du multi-univers …. »
    Multi-univers en patchwork, inflationnaire, de branes, cyclique, paysage, quantique, holographique, virtuel et enfin « suprême »( pour ce dernier:  » le principe de fécondité stipule que chaque univers possible est un univers réel, ce qui rend caduque la question de savoir pourquoi une possibilité, la nôtre, serait particulière. Ces univers incarnent toutes les équations mathématiques possibles ».
    Et ensuite (p.418 et suivantes) : « Pour se faire une idée de la direction que pourrait prendre le concept de multi-univers,.. voici 5 questions fondamentales avec lesquelles les physiciens continueront de se débattre dans les années à venir »:
    – « Le formalisme copernicien est-il fondamental ? »
    –  » Les théories scientifiques avec un multi-univers peuvent-elles être testées ? » et  » pouvons-nous tester les théories de multi-univers que nous avons rencontrées , »
    –  » Quelle influence le multi-univers a t-il sur la nature de l’explication scientifique , »
    – Et enfin : » devons nous croire aux mathématiques » ?

    Je note donc qu’il n’y a pas, comme je l’ai dit, UNE théorie des multivers mais au moins NEUF.

    Belle matière à réflexion!

    • Marc Fiquet lun 04 Sep 2017 Répondre

      j’arrive un peu après la bataille mais voici mes remarques sur le sujet :

      Je n’ai pas lu Green mais j’ai visionné ses émissions de la BBC qui ont été éditées en DVD. B Green est un grand vulgarisateur ! Mais il fait partie de ces scientifiques qui à mon goût s’engouffrent un peu vite voire un peu loin dans les spéculations inhérentes à la physique quantique et il joue un peu avec la nouvelle physique comme on fait du spectacle de magie. Du coup ça impressionne beaucoup le grand public !..

      C’est Benoit (Hébert) qui m’a ouvert les yeux sur cette facette des choses. C’est vrai que la mécanique quantique permet de théoriser énormément de modèles, mais le fait qu’ils ne s’appuient sur aucune représentation conceptuelle n’arrange rien pour nos points de repères habituels (Niels Bohr : « Si vous croyez avoir comprise la théorie quantique, c’est que vous ne l’avez pas comprise. »)
      Du coup les spéculations vont bon train, l’univers holographique par exemple n’est pas sans nous rappeler certains cours de philosophie et cette fameuse question : « qu’est-ce qui vous garantit que vous êtes réels et que votre vie n’est pas un vaste rêve, que vous n’êtes pas actuellement en train de rêver ? » La réponse est assez simple : « et si je me lève et que je vous mets une belle tarte dans la poire, vous allez la sentir passer la réalité ! » :mrgreen:

      Idem sur la théorie qui postulerait qu’à chaque choix qui se ferait dans l’univers un autre univers se créerait instantanément avec l’autre possibilité, même si on est capable de mettre en place des équations pour étayer ce genre d’élucubrations (!) imagine un peu le nombre de clones de moi-même dans des univers parallèles qui existeraient actuellement rien que sur les nombreux choix déjà pris dans ma vie, du coup qui est le vrai moi-même ? comment relier la matière à la conscience ?? pure spéculations démontrant juste la phénoménale et fertilisante imagination du cerveau humain plus que la réalité sous-jacente de la physique quantique… Ces modèles sont réfutés par les scientifiques les plus orthodoxes.

      Bien sûr tout n’est pas à jeter dans ce que présente Green, mais il tire juste parfois un peu trop sur la ficelle et le spéculatif ne lui fait pas peur ! Il faut donc savoir faire la part des choses entre le réel consensus scientifique et les champs d’investigation plus ouverts…
      En guise de réelles réflexions philosophiques à partir de la physique quantique, rien ne vaut un retour aux sources, il me semble que les échanges entre Bohr et Einstein sont d’une qualité rare, ainsi que les réflexions de Schrödinger.
      Quant au multivers et son rapport à Dieu, on peut le voir comme un modèle « concurrentiel » au modèle théiste d’un Dieu qui aurait réglé les constantes de notre univers unique, mais rien n’empêche non plus de l’intégrer comme un moyen utilisé par Dieu pour amener notre univers à son existence, dans la recherche d’une cause première ou de l’origine des lois, on ne ferait en quelque sorte que repousser le problème d’une case (voir le lien proposé par Antoine).
      Voir également cette vidéo du DVD « Perspectives » que j’ai calée à la bonne séquence et qui aborde ce sujet vu par des astronomes et physiciens chrétiens : https://youtu.be/cXfsmM_0iaM?t=21m14s

      Il faut cependant toujours garder à l’esprit que le modèle du multivers est très largement spéculatif, il faut lire par exemple des cosmologistes comme Georges Ellis pour modérer un peu les ardeurs de Green et consort qui ont un peu tendance à s’emballer sur cette question.

      Pour finir, le Livre dirigé par Staune « Notre existence a-t-elle un sens ? » nécessiterait certainement un article dédié, il est très intéressant et pose de très bonnes questions avec un collectif de très bonne facture !

      • HEIMBURGER mer 06 Sep 2017 Répondre

        Bonsoir Marc,

        A l’inverse de toi, je n’ai pas visionné ses émissions de la BBC mais j’ai lu et médité son livre. Même à partir de ce livre seulement, je suis totalement en accord avec l’idée qu’il s’engage beaucoup trop vite dans des spéculations mais on doit reconnaître cependant qu’il pose de bonnes questions avec honnêteté. Celles que j’ai évoquées précédemment:
        – « Le formalisme copernicien est-il fondamental ? »
        – » Les théories scientifiques avec un multi-univers peuvent-elles être testées ? » et » pouvons-nous tester les théories de multi-univers que nous avons rencontrées , »
        – » Quelle influence le multi-univers a t-il sur la nature de l’explication scientifique , »
        – Et enfin : » devons nous croire aux mathématiques » ?
        Ce sont ces questions et les réponses qu’il tente d’apporter qui sont intéressantes, et discutables/à discuter, beaucoup plus que le reste du livre.

        En fait, il me semble que nous sommes totalement en accord mais peux-tu me donner les références concernant la dernière partie de ta phrase: « … Ces modèles sont réfutés par les scientifiques les plus orthodoxes. » Qui sont ces scientifiques orthodoxes dont tu parles ? Et que disent-ils ?

        Amicalement.

        • Marc Fiquet jeu 07 Sep 2017 Répondre

          Oui ces questions sont pertinentes, il est possible que le format télévisuel et grand public de la BBC n’impose à Green de pousser le bouchon un peu loin parfois.

          Quand je parle d’orthodoxie scientifique je veux parler de l’enseignement supérieur par exemple où ces modèles d’univers surgissants à chaque choix ne sont pas enseignés. J’avais un article sur cette question, mais je ne remets pas la main dessus.. je te redonnerai les références si je le retrouve.

  7. Isabel Fesser jeu 31 Août 2017 Répondre

    Heimburger, MERCI!

  8. HEIMBURGER jeu 31 Août 2017 Répondre

    Je continue de découvrir ce site avec le peu de temps dont je dispose et je m’aperçois que plusieurs des sujets que j’aborde ici ont déjà fait l’objet de discussions, en particulier celui de  » l’ajustement fin » des constantes physiques de notre univers , de la notion de « principe anthropique » (dans ses différentes variantes), de l’hypothèse (ou plutôt des hypothèses) des multivers et des multiples interprétations de ces faits et hypothèses.

    J’aimerai pouvoir rassembler en un article/post mes réflexions issues de mes nombreuses lectures (les livres cités plus haut et bien d’autres) sur ces sujets mais je ne sais pas comment faire sur ce blog.
    Comment faire ?

    Attention: il ne s’agirait que d’humbles réflexions d’un chrétien (en l’occurrence catholique) « de base », du 21ème siècle, ne cherchant pas à prouver quoi que ce soit mais néanmoins attaché à tenter de comprendre la notion de « Création Divine » qui fait partie de notre Credo et que nous ne pouvons pas abandonner.

    Mon impression de départ est que si les domaines de la théologie et de la science sont effectivement différents par leur objet, leur méthode et leurs critères, la science permet néanmoins d’éliminer certaines interprétations des Écritures et ce faisant elle nous rend un grand service: elle permet d’approfondir le sens profond de la Foi en Dieu créateur. Par exemple, aujourd’hui la science nous dit que l’interprétation littérale de la Genèse ne fait plus partie du « croyable disponible ». Il est donc faux et illusoire de penser que science et foi sont deux domaines radicalement, ontologiquement séparés. La science interroge de fait notre Foi (même si ce n’est pas du tout son but) et ce faisant lui rend service en la « purifiant » de représentations du passé.

    Tout en respectant scrupuleusement les différents domaines de la foi et de la science, ceux-ci doivent être en dialogue.Je pense que c’est le but de ce site.
    Or, pour la première fois me semble t-il dans l’histoire des sciences, avec la question strictement scientifique posée par la découverte de l’ajustement fin des constantes de notre univers, la science arrive à une limite philosophique qui devient en même temps un point de rencontre avec la notion de création divine où se joue, à un niveau fondamental, le concept même de Création.

    • Marc Fiquet lun 04 Sep 2017 Répondre

      Bonjour HEIMBURGER, je te contacte par messagerie, on va trouver une solution :-)

      • HEIMBURGER lun 04 Sep 2017 Répondre

        Bonsoir Marc,
        je suis en train de lire et relire l’excellent article de Tom Rudelius envoyé par Antoine le 2 septembre. J’écris une réponse, ce qui prendra un peu de temps.
        Que veux-tu dire en écrivant « on va trouver une solution »? A quel problème/question fais-tu allusion?
        Dans l’attente de ton mail.
        Cordialement.

  9. Antoine jeu 16 Nov 2017 Répondre

    Voici un texte récemment écrit par Avi Loeb, qui enseigne la cosmologie à Harvard, et Paul Steinhard qui fait la même chose à Princeton. Vers la fin, on trouve cette phrase “Although most cosmologists assume a bang, there is currently no evidence—zero—to say whether the event that occurred 13.7 billion years ago was a bang or a bounce”
    https://www.cfa.harvard.edu/~loeb/sciam3.pdf

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*