Et si la nudité des premiers humains nous renvoyait à la nôtre ? (7)


Print Friendly, PDF & Email

Pourquoi j’ai écrit « Adam, l’homme nu »…

Et si la nudité des premiers humains nous renvoyait à la nôtre ? (7)

 

La doctrine du « péché originel » semble toujours susciter les mêmes questions… Et les mêmes affirmations puisque Jésus en aurait été exempt. Dès lors, Jésus aurait-il pu – fût-ce potentiellement – commettre un péché ?… Autre extrait :

 

À cette dernière question, le récit de la tentation du Christ paraît apporter une réponse sans équivoque : oui ! (Cf. Luc 4:1-13) Oui, Jésus aurait pu pécher. Sinon, quel aurait été le sens de la tentation ? Celle-ci n’a de sens que si le risque d’y succomber existe, ne fût-ce que de façon potentielle. Or, on oublie souvent que la pointe de la tentation dont Jésus fut l’objet n’était pas de changer une pierre en pain, de se jeter dans le vide ou d’acquérir la royauté plus facilement que par la croix. Certes, un miracle égocentrique, un geste gratuit ou manquer à sa vocation sont bien des façons de succomber à la tentation. Mais derrière tout cela, se cachait la véritable tentation, celle qui distillait le doute quant sa filiation divine : « Si tu es le Fils de Dieu… » Commence par te le prouver à toi-même, avant de te faire passer pour tel !

Cette tentation ne pouvait avoir de sens que si Jésus pouvait se poser des questions à ce sujet, s’il était susceptible d’en douter et donc, s’il avait pu pécher. N’oublions pas que la tentation du Seigneur survient juste après son baptême, alors même que le Père vient de proclamer sa filiation divine. « Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée survint une voix : Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Ecoutez-le ! » (Marc 9:7) Comme quoi : Oui, Jésus était bien un homme comme vous et moi, un homme qui pouvait se demander s’il n’était pas en train de rêver sa vie, un homme susceptible de douter de la parole divine et donc de pécher ; mais qui pourtant, à notre différence, n’a jamais commis de péchés. « Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse sympathiser à nos infirmités, mais nous en avons un qui a été tenté en toutes choses comme nous, à part le péché. «  (Hébreux 4:15, Darby) – Pour mémoire, en grec, le verbe « peiraô » signifie aussi bien tenter que éprouver, d’où les diverses versions. –

 

Accéder à la fiche du livre

Cliquez ici

Pour vous procurer le livre :

Choisissez votre format papier ou numérique :

Livre2_Roger Logo_kindle   


Logo_epub

 


Navigation dans la série
Comment la méditation de la Bible m’a conduit à accepter l’évolution. (1) >>
ROGER LEFEBVRE
De formation Ingénieur agronome, et après ses études à la faculté de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine, Roger devient pasteur de l’église protestante évangélique d’Ath, en Belgique, où il travaille aussi comme professeur de religion protestante dans divers lycées jusqu'à sa retraite en 2009. De 1998 à 2013, il assure la présidence de l’Alliance Évangélique Francophone de Belgique (AEFB).

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*