Et si la nudité des premiers humains nous renvoyait à la nôtre ? (4)

Posté par ROGER LEFEBVRE

Print Friendly, PDF & Email

Pourquoi j’ai écrit « Adam, l’homme nu »…

Et si la nudité des premiers humains nous renvoyait à la nôtre ? (4)

 

[Abordons maintenant] la question de la honte ressentie par la primo-humanité prenant conscience de la gravité de sa faute et de ses funestes conséquences. Aussi, revenons à ces humains qui ont goûté au « fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal ». […] Le plus sobre semble d’assimiler cette connaissance du bien et du mal à l’expérimentation du bien et du mal. Ou du moins, à l’ouverture des yeux de nos premiers parents sur ce que sont le bien et le mal. […] Tout d’abord, la honte relative à leur nudité semble avoir concerné leurs rapports réciproques. Ce que la TOB met en évidence en traduisant avec raison : « Tous deux étaient nus, l’homme et sa femme, sans se faire mutuellement honte. » […] Après la faute, il semble donc qu’ils découvrent la honte de leur nudité l’un par rapport à l’autre, puisqu’ils cherchent immédiatement à la couvrir. La honte par rapport à Dieu ne semble apparaître que plus tard, à son approche : ce qui déclenche chez eux un mouvement de panique qui les pousse à se cacher. Si, comme dans l’ensemble de l’Ancien Testament, on assimile la nudité à une faiblesse, et la honte à une défaite, on détient une clé de lecture qui semble assez cohérente. […] Autorisons-nous donc à une courte saynète pédagogique :

Adam, découvrant la nudité-faiblesse d’Ève :

Qu’est-ce que tu m’as fait là ? Dieu t’avait mise près de moi afin de m’aider dans mon boulot, et au lieu de cela, tu m’enfonce dans la boue !… Tu n’as pas honte ?

Ève, découvrant la nudité-faiblesse d’Adam :

Qu’est-ce que j’ai fait là ? Mais rien de spécial : j’ai cru bien faire en nous donnant plus de discernement. Pour t’aider, justement, à voir plus clair dans ton travail de gestion. Si ce n’était pas bien, tu n’avais qu’à me le dire. Après tout, c’était ta responsabilité ! Or tu ne m’as strictement rien dit. Ce serait plutôt à toi d’avoir honte. […]

Première dispute conjugale, qui en initiera bien d’autres dans le monde, au cours des siècles et des millénaires. Car, d’une certaine façon, ils ont tous les deux raison ; et dans le fond d’eux-mêmes, ils savent bien que les griefs que l’autre leur adresse sont vrais. Et ils ont honte, vraiment honte d’une défaite qui leur fait perdre tout crédit aux yeux de l’autre. Dès lors, ils cherchent à voiler l’objet symbolique de leur honte – leur sexe nu – avec le feuillage [d’un figuier].

(Adam, l’homme nu, Roger Lefèbvre, Éd. Science & Foi, 2014, pp. 63 et 64)

 

(Suite de la présentation de ce livre dans un prochain article.)

Accéder à la fiche du livre

Cliquez ici

Pour vous procurer le livre :

Choisissez votre format papier ou numérique :

Livre2_Roger Logo_kindle   Logo_epub

(Suite de la présentation de ce livre dans un prochain article.)

Le livre de Roger Lefèbvre est disponible aux adresses suivantes :

Version papier : http://www.clcfrance.com/adam-l-homme-nu_ref_SF-A010.html

E-book : http://www.amazon.fr/ADAM-LHOMME-NU-premiers-renvoyait-ebook/dp/B00PNTERK2


Navigation dans la série<< Comment la méditation de la Bible m’a conduit à accepter l’évolution. (3)
Et si la nudité des premiers humains nous renvoyait à la nôtre ? (5) >>
ROGER LEFEBVRE
De formation Ingénieur agronome, et après ses études à la faculté de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine, Roger devient pasteur de l’église protestante évangélique d’Ath, en Belgique, où il travaille aussi comme professeur de religion protestante dans divers lycées jusqu'à sa retraite en 2009. De 1998 à 2013, il assure la présidence de l’Alliance Évangélique Francophone de Belgique (AEFB).

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*