Discussion à propos du « Labyrinthe des origines » d’Alfred Kuen (14). Conclusion

Posté par Benoit Hébert

Print Friendly, PDF & Email

Il y a plusieurs années déjà, j’ai essayé d’organiser sur le blog une « discussion » à propos du livre d’Alfred Kuen aux éditions Emmaüs : » le Labyrinthe des origines ».

David Vincent, membre de notre équipe a eu l’excellente idée de publier un sommaire de cette série sur son blog, à l’occasion de la retraite annoncée de cet auteur prolifique du monde évangélique, à l’âge de 94 ans!

Au travers de cette série d’articles s’appuyant sur l’excellent résumé de Philippe Gold Aubert, aujourd’hui décédé, j’ai désiré ne pas prendre directement parti pour ou contre les idées exprimées par Alfred Kuen, ou par les auteurs qu’il citait. Par des questions, j’ai souhaité simplement susciter la discussion dans des commentaires.

Le résultat a été mitigé, et je suis revenu à des articles plus engagés…Il me restait même un dernier article non publié abordant la question délicate du hasard et de la conception intelligente de l’évolution.

Le traitement de l’évolution est  à mon sens le point le plus faible du livre d’Alfred Kuen. Les preuves scientifiques de la macroévolution sont très largement sous évaluées, et la dichotomie « évolution/création » malheureusement entretenue. Les amalgames entre athéisme et évolution sont considérés comme légitimes.

J’ai déjà exprimé ailleurs tout le bénéfice que j’ai tiré des ouvrages d’Alfred Kuen, et en particulier sa traduction « Parole Vivante » du NT…C’est avec beaucoup de respect que j’exprime ici un désaccord fraternel !

Nous répondons par plusieurs articles aux questions soulevées par Alfred Kuen. Nous avons une section complète dédiée à la « conception intelligente » de l’univers, mais le traitement de cette question sera encore plus complet quand j’aurai traduit le cours en ligne de Denis Lamoureux sur cette question.

La question du hasard et de la conception intelligente dans l’évolution :

 

« S’attachant à l’énigme de la perfection, M. Denton s’écrie : « Comment le Hasard serait-il parvenu, d’un seul coup ou par essais successifs, à une telle perfection de l’adaptation aux différentes fonctions dans les organismes vivants? L’œil par exemple donnait des sueurs froides indéniables déjà à Darwin! Et le travail incroyablement organisé comme une usine, qu’on voit maintenant au microscope électronique au sein d’une cellule, est la marque d’une intelligence parfaite. Notre cerveau est encore plus inouï avec sa dizaine de milliards de cellules nerveuses, chacune d’elle possédant entre 10 000 et 100 000 fibres de liaison par lesquelles elle est reliée aux autres cellules cérébrales. Malgré le nombre de connexions (1015) le réseau est hautement organisé. Quelle perfection! »

On peut citer encore bien d’autres merveilles dans la nature, comme la mécanique du vol des insectes ou des oiseaux, la résistance à l’acide chlorhydrique de notre estomac, la vitesse de l’influx nerveux, etc., etc. Comment expliquer cette intelligence dans la nature? Le hasard en est totalement incapable. Ceci explique que de plus en plus de savants recherchent un sens à notre Univers et à l’Homme. Mais pourquoi donc a-t-il fallu tellement de temps pour en prendre conscience? A. Huxley fait la confession suivante : « J’avais des motifs pour ne pas désirer que le monde eût un sens; je postulais donc qu’il n’en a pas… la philosophie de l’absurde était essentiellement pour moi un instrument de libération d’un certain système de moralisation. Nous nous opposions à la morale, parce qu’elle gênait notre liberté sexuelle. » »

Peut-on distinguer deux types de « hasard »? Un hasard au sens scientifique décrivant des événements aléatoires à notre échelle, tout à fait compatible avec la notion de providence divine, et un Hasard divinisé, remplaçant la croyance au Créateur ? L’amalgame entre ces deux définitions est-il souhaitable ? Peut-on penser l’évolution comme mode de création divin, par lequel s’exprime la conception intelligente de l’univers ?

« Ainsi la théorie de l’évolution est devenue un dogme comme un autre, à consonance quasi religieuse, favorisant une philosophie d’évolutionnisme social et de progrès qui sonnait le glas à la vision théologique du monde, envisagé comme un ordre créé à dessein par Dieu, depuis 2000 ans. La volonté de Dieu fut remplacée par les caprices d’un immense jeu de roulette, la théorie de l’évolution bénéficiant d’une large médiatisation, avec le recul de la religion chrétienne, surtout en Europe. Les nouveaux maîtres du modernisme furent Marx, Freud et Darwin. Les raisons de l’option évolutionniste sont donc d’ordre philosophique et non scientifique. Finalement, quelle que soit la théorie de l’origine de la vie sur la terre, on est obligé de croire à un miracle, et chaque option exige un acte de foi! »

La théorie de l’évolution est-elle devenue pour certains une « religion » ? Est-ce une raison pour la rejeter en tant que théorie scientifique ? Darwin a-t-il eu pour intention d’évacuer la foi au Créateur par sa théorie de l’évolution ? Dieu est-il davantage glorifié si l’évolution est un « miracle » surnaturel ? Est-ce un problème pour la foi si nous comprenons toujours mieux comment Dieu s’y est pris par la science ?

Nous avons abordé toutes ces questions sur ce site à maintes reprises, et nous continuerons de le faire. Le cours en ligne de Denis Lamoureux, professeur à l’université d’Alberta (Canada) est l’un des outils mis à votre disposition pour sortir de cette fausse dichotomie création/évolution.


Navigation dans la série<< Discussion à propos du « Labyrinthe des origines » d’Alfred Kuen, partie 13
Avatar

9 Commentaires

  1. Avatar
    Antoine lun 19 Oct 2015 Répondre

    Je ne trouve pas que l’oeil donnait des « sueurs froides » à Darwin.
    Voyons son texte (Editions Guillaumin 1870, en ligne sur Google Books):

    Page 228, on trouve ce paragraphe qui semble donner raison à Kuen:

    Au premier abord, il semble, je l’avoue, de la dernière absurdité de supposer que l’œil si admirablement construit pour admettre plus ou moins de lumière, pour ajuster le foyer des rayons visuels à différentes distances et pour en corriger l’aberration sphérique et chromatique, puisse s’être formé par sélection naturelle.

    Mais voici la suite du texte, page 229:

    Cependant lorsqu’on a dit pour la première fois que le soleil était immobile et que la terre tournait, le sens commun de l’humanité déclara de même la théorie fausse. Tous les philosophes savent bien qu’en fait de science on ne peut jamais se fier au vieux dicton « Vox populi vox Dei ». La raison me dit que, si on peut démontrer qu’il existe de nombreux degrés de transition, depuis l’œil le plus parfait et le plus compliqué jusqu’à l’œil le plus imparfait et le plus simple, chacun de ces degrés de perfection étant utile à celui qui en jouit ; si, de plus, l’œil varie quelquefois, si peu que ce soit, et si ces variations s’héritent, ce qui peut se prouver par des faits, si, enfin, les variations ou les modifications de cet organe ont jamais pu être de quelque utilité à un animal placé dans des conditions de vie changeantes ; dès lors la supposition qu’un œil parfait et compliqué puisse s’être formé par sélection naturelle, tout en confondant notre imagination peut, avec toute rigueur, être considérée comme vraie.
    Comment un nerf peut-il devenir sensible à la lumière ? C’est un problème qui nous importe aussi peu que celui de l’origine première de la vie elle- même. Je dois dire seulement que plusieurs faits me disposent à croire que les nerfs sensibles au contact peuvent devenir sensibles à la lumière, et de même à ces vibrations moins subtiles qui produisent le son.

  2. Avatar Auteur
    Benoit Hébert lun 19 Oct 2015 Répondre

    Oui Antoine, et l’évolution de l’œil par étapes est aujourd’hui bien documentée. voir par exemple

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_%C3%A9volutive_de_l%27%C5%93il

    l’œil est aussi un très bel exemple d’évolution convergente, puisqu’il a été « réinventé » plusieurs fois de façon indépendante

    http://www.mapoflife.org/search/?search_str=eyes

  3. Avatar
    rodolphe (posta01) lun 19 Oct 2015 Répondre

    Une lecture est incontournable si on souhaite aborder la theorie de l’evolution en évitant les idées fausses et autres « cliches » trompeurs.
    « Le guide critique de l’evolution » (Guillaume Le cointre – 2009)
    On peut ne pas partager l’athéisme de l’auteur, cet ouvrage est une référence incontestee en la matiere reconnue par tous les professionnels et une mine d’informations abordable par le plus grand nombre, même si l’ouvrage est conseillé comme support pour les universitaires.
    Par exemple, chacun pourra decouvrir que la notion de « finalite » en biologie ne signifie pas « finalisme », que la contingence (hasard) ne s’oppose pas à la convergence (necessite) bien au contraire…
    Une remarque pour Benoît.
     » Peut-on distinguer deux types de « hasard »? Un hasard au sens scientifique décrivant des événements aléatoires à notre échelle, tout à fait compatible avec la notion de providence divine, et un Hasard divinisé, remplaçant la croyance au Créateur ?  »
    Nous l’avons deja évoque, le hasard n’est pas l’absence de causes (hasard quantique mis a part) mais l’incapacité de prevoir. Ce fait ne justifie nullement de « diviniser » le hasard pas plus qu’il ne justifie une « compatibilite » avec la notion de providence divine. Il nous rappelle simplement nos limites calculatoires lorsqu’on est confrontés à des systèmes dynamiques complexes.
    Les choses arrivent parce qu’il existe une probabilité non nulle, tout simplement.

    • Avatar
      marc lun 19 Oct 2015 Répondre

      Rodolphe, tu te prends les pieds dans le tapis.
      Tu donnes toi-même une définition du hasard tout à fait compatible avec le théisme…

      • Avatar
        rodolphe (posta01) lun 19 Oct 2015 Répondre

        Qu’est-ce que vient faire la notion de providence divine dans les phenomenes fondamentalement instables ? Quel est le lien ?

  4. Avatar Auteur
    Benoit Hébert mar 20 Oct 2015 Répondre

    Cette série sur le livre d’Alfred Kuen ayant été visitée environ 13 000 fois, il valait la peine de la renuméroter correctement !

    • Avatar
      rodolphe (posta01) mar 20 Oct 2015 Répondre

      C’est vrai que la renumerotation des chapitres est plus importante que ma dernière remarque…

      • Avatar
        marc mar 20 Oct 2015 Répondre

        Rodolphe, il va juste falloir apprendre à accepter que des chrétiens qui ont reçu la révélation de Dieu débattent ensemble de la manière dont Dieu peut agir dans le monde.

        Tu ne partages pas cette foi certes !
        Mais nous ne pouvons pas refaire les mêmes débats sur l’existence de Dieu et sa compatibilité avec le hasard à chaque article.
        Aussi je te demande solennellement de t’abstenir de commentaires sur les articles qui concernent la théologie pour ne pas ramener les discussions à toi à l’infini.

        Marc.
        Modérateur

        • Avatar
          rodolphe (posta01) mar 20 Oct 2015 Répondre

          Ramener les discussions à moi ? Tout au contraire !
          Lois de la nature, necessite, contingence, instabilite des systemes dynamiques complexes sont autant de sujets d’etudes legitimes pour la science.
          A ce titre, ces sujets concernent le plus grand nombre et requièrent un traitement objectif.
          Or, la notion de providence divine, c’est un peut tout le contraire d’un concept objectif, non ?
          Le dialogue science foi est mal barré. Mais effectivement, si on quitte la science pour la theologie, tout est permis.
          L’essentiel n’est – il pas que chacun y trouve son compte ?

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*