Débat « Science et Foi » à l’université de Toronto avec D. Lamoureux

Posté par Benoit Hébert
Print Friendly, PDF & Email

Nous vous avions informé du débat entre Krauss (physicien, athée), Stephen Meyer (chrétien, partisan de l’Intelligent Design) et Denis Lamoureux (biologiste de l’évolution, théologien évangélique) à l’université de Toronto.

Ce débat (en anglais) est passionnant et animé. Chaque débatteur s’exprime d’abord seul 25 minutes

  •  Krauss parle cosmologie et insiste sur le fait que l' »hypothèse Dieu » n’est pas nécessaire pour expliquer l’origine de l’univers. Pour lui, la « conception intelligente  » de l’univers n’est qu’une illusion.
  • Stephen Meyer défend les thèses du « Discovery Institute », celle de la nécessité d’interventions directes d’un « Designer » pour expliquer la conception intelligente de l’univers, et la possibilité de défendre ceci scientifiquement.
  • Denis Lamoureux (1:05-1:29) expose de façon « non apologétique » (ce qui le rend très apologétique!) la création évolutive. Sa foi dans un Dieu créateur et la conception intelligente de l’univers, ainsi que la nécessité pour les chrétiens de ne pas chercher à faire intervenir Dieu de façon miraculeuse dans les trous de notre connaissance.

Pendant 5 minutes et sans être interrompu, chacun répond aux deux autres. S’en suit ensuite un débat libre entre les trois.

Je vous encourage à regarder l’intervention de Denis Lamoureux en entier, ainsi que le débat. Stephen Meyer semble particulièrement mal à l’aise, au point d’en être plutôt touchant en face d’un Krauss assez agressif. Denis Lamoureux s’en sort à mon avis le mieux sur la forme et le fond. Sur la forme, il a pour Meyer une sympathie fraternelle, tout en exprimant son désaccord sur ses théories « scientifiques ». Sur le fond, il affirme simplement sa foi en Dieu et expose pourquoi les chrétiens devraient renoncer au concordisme scientifique, c’est à dire à la supposition tout à fait raisonnable à priori que le Saint Esprit a révélé des vérités de nature  scientifiques dans la Bible. Merci Denis pour ton travail si inspirant !

 

Pour conclure, permettez moi de citer anonymement une lectrice francophone qui nous a écrit sur notre rubrique contact et qui fait l’éloge du travail de Denis Lamoureux et nous encourage dans la traduction de son cours en ligne :

Bonsoir, le survol de ce cours me passionne. Depuis si longtemps, j’espère voir se rallier Dieu et science, mon espoir se réalise.  Il se fait très tard pour moi ( je devrais être couchée à cette heure-ci ) mais la lecture de ce site me comble depuis la matinée.
Je ne suis pas professionnelle mais je connais le Nouveau Testament depuis plusieurs années et l’hiver 1975, la majorité des livres de l’Ancien Testament. Ce soir en lisant sur votre site je me suis aperçue qu’il y avait plusieurs passages qui m’étaient inconnus, mais surtout incompris.
La journée devait se terminer en vous remerciant de tout coeur. A chacun de vous qui avez travaillé sur un sujet aussi fondamental, particulièrement à M. Denis Lamoureux qui nous dit en quelques mots ses expériences personnelles.
Vos conseils s’il vous plaît pour aborder ce cours sans en manquer une seule ligne. Quoique retraitée, le temps est là, mais il demeure toujours très précieux. Avec amour, mon existence s’est enrichie aujourd’hui.

 

5 Commentaires

  1. Antoine mar 22 Mar 2016 Répondre

    Je ne dirai pas que Krauss est agressif, du moins au début. Il commence par appeler un chat un chat. Je trouve qu’il fait bien de préciser d’entrée que les partisans de l’ID vont se réjouir de ce débat, car ça leur donne une légitimité. C’est tout à fait ce qui pourrait se passer s’il ne faisait pas cette introduction. Il énumère ensuite les principales « manies » de l’ID : vouloir systématiquement court-circuiter la révision par les pairs, remettre encore et encore sur la table les mêmes arguments, même après qu’ils aient été démontés 20 fois. Il dénonce aussi cette idée du Dieu bouche-trous, que si l’on ne comprend pas quelque chose, c’est qu’il y a un Dieu.
    Il affirme en revanche que si l’on comprend, c’est qu’il n’y a pas de Dieu. Un peu superficiel, tout de même. Et puis il devient en effet un peu agressif vis-à-vis de l’idée de Dieu (« Saddam Hussein in the sky »). Son explication du fine tuning est aussi très légère. A la limite de l’honnête, il me semble.

    Meyer commence par prétendre qu’il n’est pas opposé à la science. C’est tout à fait la tactique ID, et même créationniste à la Ken Ham, qui consiste à prétendre que la science, la « vraie », est de leur côté. Il se roule ensuite, de tout son long, dans l’argument dénoncé par Krauss : on ne comprend pas quelque chose, on ne l’explique pas quelque chose… donc il y a un Dieu. Je l’ai trouvé aussi moins à l’aise que Krauss. Voire même très emprunté (54:40). Un mauvais jour, peut-être.
    On trouve en 56:00 un typique court-circuitage de la communauté scientifique : j’explique à l’auditoire pourquoi l’argument d’un biologiste est faux. Mais si c’est si simple, pourquoi ne pas le publier ? Surement parce qu’il est bien plus facile de convaincre les non-biologistes de la salle, que les experts.
    Une autre tactique typique en 56:25 : on attaque toute une discipline, la biologie évolutive, en visant ses zones encore inconnues. Ici, l’origine de la vie.
    Un détail ennuyeux : il prétend que son ami Douglas Axe a fait 14 ans de recherche à l’Université de Cambridge (50:14). J’ai vérifié dans la base de données « ISI Web of Knowledge ». Douglas Axe n’a jamais publié un seul article en tant qu’employé de Cambridge.

    Je me retrouve tout à fait dans ce que dit Lamoureux.

    • Auteur
      Benoit Hébert mar 22 Mar 2016 Répondre

      Merci Antoine pour cette analyse détaillée. Effectivement, Krauss n’est agressif qu’à certains moments bien précis. Je rejoins complètement ton analyse !

    • Antoine ven 08 Avr 2016 Répondre

      Je me suis trompé. Il y a effectivement 5 articles de biologie moléculaire avec pour auteur, ou co-auteur, un certain DD Axe affilié à Cambridge. Ce soit être lui.

  2. Peel Olivier dim 27 Mar 2016 Répondre

    Merci pour cette vidéo. Toutefois, mon anglais est loin d’être parfait et je ne perçois pas toujours toutes les nuances ni tous les énoncés. Krauss parle vite et je ne comprends pas tout. Mais dommage que nous ayons si peu de débat comme ceux-là en France ou en Belgique.

  3. Auteur
    Benoit Hébert ven 17 Nov 2017 Répondre

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*