Création/évolution. Il existe plus que deux options.

Posté par haarsma

>3 Articles pour la série : Extraits du livre origines ♥♥♥
Print Friendly, PDF & Email
Loren et Déborah Haarsma, avec la traduction française de leur livre!

Loren et Déborah Haarsma, avec la traduction française de leur livre!

Ceci est un extrait du livre « Origines » de Loren et Déborah Haarsma respectivement docteur en physique d’Harvard et en astrophysique du MIT), publié par nos soins et disponible à la CLC.

 

Débattre de la météo ?

Pour illustrer la raison pour laquelle le débat sur les origines n’est pas simplement une question de conflit entre science et christianisme, imaginez que vous viviez dans une culture où l’on a un débat similaire au sujet de la météo. La Bible enseigne clairement que Dieu gouverne le temps qu’il fait. De nombreux passages bibliques proclament que Dieu provoque la pluie et la sécheresse (voir Deut 11:14-17 ; 1 Rois 8:35-36 ; Job 5:10 ; 37:6 ; Jér 14:22). Les auteurs du Deutéronome, des Psaumes et de Jérémie font spécifiquement référence aux dépôts de pluie et de neige (voir Deut 28:12, 24 ; Ps 135:7 ; Jér 10:13 – en français, nous avons plus clairement : Job 38:22, NDT).

Mais qu’est-ce qui produit la pluie ? La plupart d’entre nous ont appris que l’eau s’évapore du sol, s’élève jusqu’à une altitude où l’air est plus froid, et se condense alors en gouttelettes d’eau qui forment des nuages. Nous avons appris comment des fronts froids, des fronts chauds et des systèmes dépressionnaires apportent la pluie. En regardant les prévisionnistes à la télévision, nous apprenons que les scientifiques utilisent des modèles numériques sophistiqués pour comprendre et prédire le temps qu’il fera quelques jours à l’avance. Leurs prévisions sont tout particulièrement importantes pour les agriculteurs, les pilotes d’avion, le personnel militaire et les résidents de régions côtières. Chaque année, les scientifiques développent des modèles numériques météorologiques plus performants.

Imaginez maintenant que des débats naissent à propos de ce qui devrait être enseigné dans les écoles concernant le climat. Imaginez que des scientifiques éminents écrivent des livres de vulgarisation sur la météorologie et disent : « Grâce à notre compréhension des causes du vent et de la pluie, il est clair qu’aucun être divin ne contrôle le temps. » Imaginez qu’une organisation professionnelle d’enseignants en science émette un ensemble de directives disant : « Les élèves doivent apprendre que tous les phénomènes météorologiques découlent de causes naturelles ; la météo est non guidée et n’implique aucune action divine. » Pendant ce temps, d’autres personnes affirmeraient que ces explications scientifiques du vent et de la pluie doivent être fausses parce que la Bible enseigne clairement que Dieu gouverne le climat. Ces personnes écriraient des livres et donneraient des conférences publiques en affirmant : « Les athées ont inventé des théories impies sur l’évaporation et la condensation. Mais nous pouvons prouver que leurs théories soi-disant scientifiques sont fausses et que la Bible est vraie. » Ils iraient dans les églises et enseigneraient : « Si vous croyez ce que disent ces scientifiques à propos des origines du vent et de la pluie, vous avez abandonné la foi en Dieu. » Ils enverraient des pétitions aux concepteurs de programmes scolaires pour exiger qu’en classe de sciences, on enseigne aussi leur théorie météorologique « des dépôts » en tant qu’ explication alternative à l’évaporation et la condensation.

Si vous viviez dans un monde où ce genre de débat fait rage, considéreriez-vous qu’il s’agit d’un simple conflit entre science et religion ? Prendriez-vous position pour l’un ou pour l’autre camp ?

Il y a plus que deux options

Fort heureusement, il n’y a pas de tels débats au sujet des causes du climat. La majorité des chrétiens pensent qu’en ce qui concerne la météo, la science et la Bible disent vrai toutes les deux. Dieu gouverne le temps qu’il fait, en général par des processus compréhensibles scientifiquement comme l’évaporation et la condensation. La majorité des athées s’accorde aussi sur l’idée qu’une explication scientifique de la météo, en soi, ne prouve ni n’infirme l’existence de Dieu. C’est pourquoi il n’y a pas de controverse au sujet de ce que les cours de sciences devraient enseigner sur la météo.[1]

Les débats au sujet de la création, de l’évolution et du Dessein Intelligent ont quelques similitudes avec l’exemple ci-dessus mais, par bien des aspects, ils sont plus complexes. Les questions sur la façon d’interpréter l’Écriture représentent de plus grands enjeux, et ces débats soulèvent davantage de défis théologiques. Un bon point de départ pour cerner ces débats est de se souvenir qu’il existe plus que deux options.

[1] NDT : Aux E.U. les programmes scolaires sont élaborés localement par des conseils d’école.


Navigation dans la série<< Un livre de référence sur les Origines disponible en Français
Origines : extraits. Les chrétiens en accord sur l’essentiel, en désaccord sur le secondaire. >>
haarsma

5 Commentaires

  1. Avatar
    Antoine mer 06 Jan 2016 Répondre

    Le parallèle avec la météo est génial. Bonne année!

  2. Avatar
    libesansdieu sam 09 Jan 2016 Répondre

    Bonjour,
    Le parallèle n’a rien de génial, tout au contraire.
    Il ne fait que reproduire le même biais cognitif que celui qui fausse le débat création / évolution.
    Décryptage:
    La science s’intéresse aux causes et aux processus des phénomènes naturels indépendamment de toute considération d’ordre surnaturel alors que la foi postule une cause première, par définition invérifiable.
    Les méthodes respectives des deux magistères sont INCOMPATIBLES et par conséquent, la conclusion qui consiste à envisager un dialogue entre science et foi n’a simplement aucun sens. En posant les mêmes questions, science et foi n’ont simplement rien à se dire puisqu’elles ne sont pas en mesure d’apporter des réponses conciliables. Le NOMA, toujours le NOMA.

    Un exemple pour bien comprendre de quoi il s’agit (le biais cognitif en question)
    Imaginons qu’on doivent compter le nombre de billes dans un sac.
    Pour plus de sûreté, on fait appel à deux candidats qui vont dénombrer les billes successivement.
    Le premier candidat sort les billes du sac et en compte 12.
    On remet les billes dans le sac
    Le second candidat sort à nouveau les billes du sac et en compte 60 !
    Pourtant, le nombre de billes est le même !
    Cherchez l’erreur !
    Réponse:
    Le premier candidat compte en base 10 et le second en base 2.
    Ils n’ont pas utilisé la même méthode (la même base) et leurs réponses comparées n’ont aucun sens !

    • Avatar
      Benoit Hébert dim 10 Jan 2016 Répondre

      excellent exemple libresansdieu,

      le scientifique compte en base 2, le théologien en base 10. Plutôt que de considérer que les résultats auxquels ils aboutissent respectivement sont « inconciliables », il vaudrait mieux que le scientifique apprenne au théologien comment on compte en base 2, et que le théologien montre au scientifique comment on compte en base 10, et que les scientifiques chrétiens expliquent comment on passe d’une base à une autre ;-)

      Ah réductionnisme, quand tu nous tient !

      • Avatar
        libresansdieu dim 10 Jan 2016 Répondre

        Je m’attendais un peu à cette réponse mais vous oubliez un point fondamental.
        En effet, si les mathématiques peuvent apprendre des mathématiques (passer d’une base à une autre), la science n’a rien à apprendre de la foi (il n’existe aucune passerelle)
        L’incompatibilité du dialogue science/foi demeure.

  3. Avatar
    Jim Caster dim 24 Jan 2016 Répondre

    Non, il n’existe pas que deux options pour expliquer les origines de l’humanité!
    Il en existe une troisième, c’est le créationnisme par des extraterrestres!

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*