Cours en ligne : Le modèle « Dialogue » entre science et religion, la recherche d’une compréhension globale et harmonieuse du monde

dialogue science religion
Auteur : Marc Fiquet
Print Friendly, PDF & Email

Dans son cours en ligne le théologien Denis Lamoureux, reprend les différents modèles de relations entre science et religion (ou science et foi) présentés par le physicien et théologien Ian Barbour un des pionniers du dialogue Science et religion du XXe siècle.

Le troisième , des quatre modèles est celui du dialogue, la science et la religion ne sont pas seulement considérées comme des domaines  séparés mais ceux-ci sont capables d’échanger.

 

Deux remarques concernant ces diaporamas :

 

Dans le premier diaporama, Barbour revient sur une donnée historique concernant l’avènement de la science moderne. Beaucoup en effet se sont interrogés sur le fait que celle-ci soit née en occident et non pas ailleurs et sur les conditions qui l’ont rendue possible. En complément de ce qui a été dit par Barbour, on pourra également se remporter aux analyses sociologiques de Max Weber (un des pères reconnus de cette discipline), je viens de suivre un séminaire d’étude sur cet auteur qui mérite vraiment le détour. Il montre en quoi l’influence de la culture chrétienne a joué un rôle déterminant dans l’avènement de la science moderne, il décrit  le processus complexe de rationalisation puis de sécularisation en occident. Conseil : prenez plutôt un commentaire sur cet auteur que les textes de Weber lui-même, l’auteur n’est pas des plus simple à lire…

 

Dans le deuxième diaporama, Barbour présente le modèle NOMA (Non recouvrement des magistères) de Stephen Jay Gould. Il le classe dans le modèle dialogue et non pas indépendance. Je vous invite à bien suivre la présentation et à être attentif à la citation qu’a choisi Lamoureux. Beaucoup ont classé Gould comme un adepte du modèle de l’indépendance entre les magistères de la science et de la religion. Gould ne préconise pas  que chacun reste chez soit, il accepte un dialogue entre magistères bien que les magistères ne traitent pas des mêmes registres (ne se recouvrent pas), certes ce dialogue présente certaines limites. Gould, paléontologiste de renommée internationale,  est intervenu dans le débat aux Etats-Unis lorsque certains états sous la pression de religieux ont voulu proposer un enseignement alternatif à la théorie de l’évolution dans les écoles, une « théorie de la création », on se retrouvait alors dans un conflit à gérer religion contre science, la loi n’a pas été votée.

La science  travaille sur des faits, il n’y a pas de faits alternatifs. Ses modèles explicatifs évoluent au cours du temps car nos connaissances progressent au fils des recherches. Si nos croyances englobent des processus scientifiques ancestraux, cela risque de nous poser quelques problèmes. En revanche la science ne traite pas des questions existentielles, éthiques ni de l’existence de Dieu, un  dialogue entre science et religion est donc toujours possible et même souhaitable.

N’oubliez pas de télécharger les notes de cours associés à ce module (il a été mis à jour)  :  Notes 67 à 89

 

Cliquez sur le lien suivants pour accéder au diaporama :

R_Cours_Denis_Lamoureux

 

Module  83 | 5 mn |  Le modèle « Dialogue » – Def, Origines de la science, cosmologie, questions éthiques

Module  84 | 5 mn | S. Jay Gould : NOMA, Conclusions

 

 

 

 

 

Sommaire du Cours en ligne

Cours en ligne de Denis Lamoureux

 

 

 

Crédit illustration :   Zen Chung  de Pexels

Avatar
Après un cursus universitaire et professionnel dans les technologies de l’information, Marc poursuit désormais des études en théologie avec un premier objectif de valider un master II de recherche. Il est le webmaster du site scienceetfoi.com et Directeur de Projet Exécutif au sein de l'association.

1 Commentaire

  1. Avatar
    Temaro sam 10 Avr 2021 Répondre

    Bonjour Marc,

    Deux remarques.

    1. Le christianisme, berceau de la science moderne ?

    Corrélation ne signifie pas causalité !
    Pour ceux qui auraient tout oublié des Lumières, suivez le guide:

    Histoire des sciences.
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Histoire_des_sciences

    2. Périmètre de compétence de la science.

     » En revanche la science ne traite pas des questions existentielles, éthiques ni de L’EXISTENCE DE DIEU(*), un  dialogue entre science et religion est donc toujours possible et même souhaitable  »

    (*) Désolé, mais je ne vois pas en quoi la méthode scientifique serait inadéquate ou illégitime pour produire des preuves négatives relatives à certaines affirmations du théisme (effet de la prière, réalité des miracles, naissance virginale et résurrection de Jésus…)

    Le dialogue entre science et religion ne doit donc pas se fonder sur ce qui peut apparaître compatible entre les deux domaines (sophisme du biais de confirmation) mais au contraire:
    1. Questionner sans concession les propositions susceptibles d’être testées.
    2. Identifier les propositions irréfutables (dénuées de sens) par définition.
    3. En tirer les conséquences d’un point de vue rationnel.

    Mais tout cela a déjà été souligné maintes fois… Sans l’effet escompté.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*