Cours en ligne : Dieu est-il à l’origine du mouvement rétrograde de l’orbite de mars ?

Dieu lacunes luther
Posté par Marc Fiquet
Print Friendly, PDF & Email

 

Dans ce module du cours en ligne,  ce chapitre traite des relations entre science et religion selon les modèles professionnels donnés par le théologien John Haught cité par Denis Lamoureux.

Pour illustrer le problème du concordisme scientifique, D. Lamoureux propose un exemple historique tiré du commentaire de Genèse de Martin Luther. A l’époque on s’étonnait de voir l’orbite de mars « reculer » en l’observant depuis la Terre, certains affirmaient alors que des anges étaient à l’origine du phénomène. Pour le théologien, Martin Luther,  seul Dieu pouvait en être l’explication.

Au vu de la science d’aujourd’hui cette approche (du Dieu des lacunes – ou Dieu bouche-trou) peut prêter à sourire.

 

Mais que penser d’un raisonnement qui prône par exemple que seul un miracle peut expliquer l’apparition de la vie dans une première cellule ?

Pour certains chrétiens en effet, il est assez tentant d’avoir le même réflexe que Luther en son temps. Le manque d’explication scientifique pour décrire actuellement  le passage de l’inanimé à la première cellule vivante pourrait les pousser à chercher les réponses dans la Bible et mettre un miracle sur ce manque d’explication.

Mais que deviendra alors la foi du croyant quand une explication scientifique viendra combler ce trou dans nos connaissances de la nature ?

 

Le croyant ne devrait pas perdre de vue que Dieu a mis en place des lois (naturelles) au travers desquelles il agit dans la nature.  Et l’étude de la nature passe par la science, ce n’est pas la vocation des textes bibliques qui nous révèlent l’existence d’un Créateur qui interagit avec l’humanité.

 

Pour en savoir plus sur les rapports entre Bible et science et l’approche du Dieu des Lacunes, suivez cet Excursus du cours en Ligne  du théologien et biologiste Denis Lamoureux.

 

N’oubliez pas de télécharger les notes de cours associés à ce module :  Notes 67 à 89

 

R_Cours_Denis_Lamoureux

 

Module 71 | 7 mn | Martin Luther et mars ; EXCURSUS: le Dieu des lacunes

 

 

Sommaire du Cours en ligne

Avatar
Après un cursus universitaire et professionnel dans les technologies de l’information, Marc poursuit désormais des études en théologie avec un premier objectif de valider un master II de recherche. Il est le webmaster du site scienceetfoi.com et Directeur de Projet Exécutif au sein de l'association.

6 Commentaires

  1. Avatar
    Temaro mer 02 Oct 2019 Répondre

    Bonjour,

    A propos du Dieu des lacunes…
     » Le croyant ne devrait pas perdre de vue que Dieu a mis en place des lois (naturelles) au travers desquelles il agit dans la nature.  »

    Le croyant ne devrait pas perdre de vue non plus que nous ne connaissons que 5% de ce qui constitue notre univers et qu’il existe des modèles (pas plus spéculatifs que ne pouvait l’être la relativité au début du XXème siècle) aujourd’hui soutenus par de plus en plus de physiciens, et qui proposent une solution au problème des lois qui régissent notre univers.
    Le croyant devrait aussi être convaincu qu’on ne résout pas une enigme par la magie de l’inexplicable.

  2. Avatar Auteur
    Marc Fiquet sam 05 Oct 2019 Répondre

    bonjour Temaro,

    Il me semble que la physique s’occupe d’utiliser « les lois de la nature » mais qu’elle n’est pas compétente pour se prononcer sur leur nature. la théorie de la relativisé utilise les lois de la physique. S’’interroger sur leur origine ou même leur existence soulève des questions métaphysiques donc philosophiques.

    le théiste a un certains nombre de réponses, d’autres visions du monde en auront d’autres.

    Tu n’es sans doute pas sans savoir que la notion même de réel est une question métaphysique (qui n’impose pas nécessairement l’existence de Dieu) mais qui sort du champs même de la physique.

    Donc quand tu dis « pas plus spéculatifs que la RG » du début du XXe siècle, je ne pense pas qu’on parle de la même chose à vrai dire..
    La RG avait ttes les chances de se voir confirmer par l’observation, ce qui est loin d’être le cas pour le sujet qui nous intéresse.
    Ce n’est pas parque des physiciens s’expriment qu’ils le font dans le cadre de leur discipline. On fait aussi parfois de la philosophie des sciences…

    • Avatar
      Temaro sam 05 Oct 2019 Répondre

      Bonsoir Marc,

       » La notion même de réel est une question métaphysique […] qui sort du champs même de la physique.  »

      Lorsque j’évoque des modèles qui proposent une solution au problème des lois qui régissent notre univers, je ne fais pas référence à une vision métaphysique du monde mais à la physique théorique. (théorie des cordes, branaire, multivers)
      Contrairement à ce que tu affirmes, la nature de la réalité est une question scientifique AUSSI.

  3. Avatar Auteur
    Marc Fiquet dim 06 Oct 2019 Répondre

    la discussion portait sur les lois de la physique, je ne vois pas en quoi les modèles que tu cites fournissent des clés sur la discussion qui nous intéressent. Si le multivers existe la question des lois qui le régisse reste entier.

    D’autre part tu semblais sous entendre que ce type de modèle s’il s’avérait se confirmer rendrait inutile la référence à la notion de créateur, or je ne vois pas le « rapport avec la choucroute ». quel rapport entre la théorie des cordes et l'(in)existence de Dieu ?

    https://www.scienceetfoi.com/ressources/la-theorie-des-cordes-a-t-elle-devoile-dieu/

  4. Avatar
    Temaro dim 06 Oct 2019 Répondre

      » Je ne vois pas en quoi les modèles que tu cites fournissent des clés sur la discussion qui nous intéresse  »

    Comme je le disais précédemment, tout croyant devrait être conscient du fait que la magie de l’inexplicable ne saurait être une clé et encore moins une réponse satisfaisante à la question qui nous intéresse.
    Le soucis, c’est qu’en impliquant une transition du non-être à l’être, la notion de création definit sa propre contradiction interne…
    A mediter !

  5. Avatar
    Thibault HEIMBURGER dim 13 Oct 2019 Répondre

    Bonsoir Temaro,

    Juste une petite incursion dans cette discussion.

    Tout d’abord je crois que tu es bien optimiste quand tu écris par exemple:
    « Le croyant ne devrait pas perdre de vue non plus que nous ne connaissons que 5% de ce qui constitue notre univers et qu’il existe des modèles (pas plus spéculatifs que ne pouvait l’être la relativité au début du XXème siècle) aujourd’hui soutenus par de plus en plus de physiciens, et qui proposent une solution au problème des lois qui régissent notre univers. »

    La Relativité Générale était une théorie unificatrice moyennant un changement complet de paradigme par rapport à la notion de gravité et pas un modèle parmi beaucoup d’autres. Elle portait en elle-même la possibilité au moins théorique d’être testée. Elle l’a été de nombreuses fois avec succès.
    Quant au statut des Lois de l’Univers …

    Les modèles dont tu parles (super-cordes, gravité quantique à boucles ..) sont multiples et infiniment plus spéculatifs. Les physiciens sont extrêmement partagés sinon divisés et de plus, à ce jour, il semble très difficile voire impossible de tester ces modèles.
    En réalité, reconnaissons avec beaucoup de physiciens que la physique fondamentale est en crise.
    Ceci n’implique en aucune façon une défaite de la science et encore moins l’obligation de l’intervention d’un principe divin.

    Le Réel est t-il « voilé » comme le suggérait Bernard d’Espagnat, le Maître d’Etienne Klein, en explorant les fondements de la mécanique quantique ? La physique quantique est-elle complète ?
    Il semble que oui.

    « Le soucis, c’est qu’en impliquant une transition du non-être à l’être, la notion de création définit sa propre contradiction interne… »
    Je ne vois pour un croyant aucune contradiction.
    Mais je reconnais qu’il s’agit d’une prise de position exactement symétrique de celle du non-croyant et la science est incapable de les départager.
    C’est définitivement le domaine de la métaphysique.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*