Complot or not complot (2) ? A propos de la stratégie gouvernementale « anti-complotiste ».


>3 Articles pour la série : Complot or not complot ?

Print Friendly, PDF & Email

 

Je partage ici en toute simplicité quelques réflexions concernant les rapports entre « créationnisme scientifique », c’est-à-dire l’ensemble des théories « scientifiques » alternatives à la science « officielle » développées dans les milieux chrétiens évangéliques concernant les origines physiques du monde et des êtres vivants, et la « théorie du complot ». Ces quelques réflexions m’ont été inspirée par la découverte du site gouvernemental « On te manipule » ainsi que par les nombreux échanges sur ce blog ou ailleurs.

Un constat :

le sentiment d’être victime d’un « complot » anti-créationniste est une réalité chez beaucoup de chrétiens de sensibilité évangélique.

Ce sentiment est partagé par de nombreux chrétiens évangéliques qui n’ont pas de véritable formation scientifique, mais aussi par des personnes éduquées, voire éduquées dans les sciences.

Voici un commentaire représentatif publié sur ce blog

« Lafosse : pensez vous que les revues accréditées par les commissions scientifiques vont publier ce qui est contraire à leur idéologie. C’est le Dr Emil Silvestru qui avant d’être chrétien créationniste, mentionne cet état de fait concernant le rejet des résultats non conformes à l’évolutionnisme. »

 

Le succès d’un certain nombre d’articles publiés sur des sites populaires chez les évangéliques et auxquels nous avons apporté des réponses démontre la réalité de ce sentiment. Tous ces articles rejettent d’une manière ou d’une autre les découvertes de la science enseignées à un niveau aussi élémentaire que le collège ou le Lycée, sans parler de l’université. Ils entretiennent donc le sentiment d’une « paranoïa scientifique » chez certains évangéliques :

 

La théorie du « complot » rencontre donc un écho certain chez de nombreux chrétiens évangéliques. Pourquoi ? J’y vois deux raisons principales :

  • 1. Une réaction face au scientisme
  • 2. Une interprétation littérale de la Bible

 

La campagne « anti-complotiste » risque fort d’être inefficace en matière de science si elle n’aborde pas ces deux aspects

S’il paraît inapproprié de parler de complot,  notre société est bel et bien parcourue par des luttes d’influence idéologiques et religieuses.

C’est que rappelait Roger Lefebvre dans un article récent :

« Dans cet article publié dans LE MONDE le 28 janvier dernier, François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France, nous propose une tribune où il remet clairement les pendules à l’heure. Il le fait en rappelant que la laïcité n’est pas synonyme d’athéisme, et qu’en conséquence, on peut parfaitement être laïc et croyant… On devrait l’être même, du moins en ce qui concerne les croyants soucieux de rappeler par l’exemple aux athées militants leur devoir de neutralité laïque. »

Est-il exagéré de dire que certains ont bien l’intention d’instrumentaliser l’ « école laïque et républicaine »  pour en faire le terrain d’action de « hussards de la République », chargé de prêcher la Bonne Parole du positivisme ?

Comment alors s’étonner des réactions parfois maladroites ou mal informées de croyants sincères qui perçoivent bien les véritables intentions de ceux qui se cachent derrière les déclarations des défenseurs de la science ?

 

Pour lutter de façon efficace contre la désinformation « pseudo-scientifique » qui est abondante dans certains milieux évangéliques,

 

quelle stratégie adopter ?

Les outils « anti-complotistes » développés par le site gouvernemental français sont intellectuellement intéressants, même si, sans surprise et « laïcité oblige », ils ne peuvent aborder les enjeux plus profonds de ce débat.

Illustrons ici leur pertinence par quelques situations concrètes :

 

« L’esprit critique tu auras… mais pas pour tout. Le vrai et le faux tu mélangeras.

La théorie du complot a le doute sélectif : elle critique systématiquement l’information émanant des autorités publiques ou scientifiques, tout en s’appuyant sur des certitudes ou des paroles « d’experts » qu’elle refuse de questionner. »

Combien de fois a-t-on pu lire des propos « créationnistes » critiquant la science officielle, tout en s’appuyant sur la reconnaissance académique pour le faire, en citant des articles scientifiques complètement hors contexte. La tactique classique consiste aussi à faire valoir un doctorat, parfois dans un domaine qui n’a rien à voir, pour faire valoir des opinions personnelles qui ne passeraient jamais le test d’un comité de lecture.

C’est donc une technique redoutable pour qui n’a pas les connaissances nécessaires pour démêler le vrai du faux.

 

« Le « millefeuille argumentatif » tu pratiqueras.

C’est une technique rhétorique qui vise à intimider celui qui y est confronté : il s’agit de le submerger par une série d’arguments empruntés à des champs très diversifiés de la connaissance, pour remplacer la qualité de l’argumentation par la quantité des (fausses) preuves. Histoire, géopolitique, physique, biologie… toutes les sciences sont convoquées – bien entendu, jamais de façon rigoureuse. Il s’agit de créer l’impression que, parmi tous les arguments avancés, « tout ne peut pas être faux », qu’ »il n’y a pas de fumée sans feu ». »

Stratégie très classique liée au point précédent. Nous en avons donné un exemple en répondant à cet article qui prétend citer 101 preuves de la jeunesse de la terre !

 

« La cohérence tu oublieras

A force de multiplier les procédés expliqués ci-dessus, les théories du complot peuvent être totalement incohérentes, recourant à des arguments qui ne peuvent tenir ensemble dans un même cadre logique, qui s’excluent mutuellement. »

Ceci est tout à fait caractéristiques de la stratégie du « Discovery Institute », fer de lance du mouvement anti-évolution de l’ »Intelligent Design », dont le but est de démontrer « scientifiquement » l’impossibilité de l’évolution. Sans aucun scrupule intellectuel, des personnes pensant des choses complètement différentes et contradictoires (Terre jeune/Terre ancienne par exemple) se sont unies dans cet objectif, ayant recours à des contre-arguments qui s’excluent ainsi mutuellement les uns des autres.

 

Conclusion :

En matière de science, il est donc triste de constater que pour certains chrétiens, la fin justifie les moyens. La plupart le font sans maîtriser les arguments qu’ils avancent, dans le but de défendre leur interprétation de la Bible et en réaction par rapport au rationalisme « scientifique ».

Pour être efficace dans le grand travail d’éducation qui reste à accomplir, il faudra donc

  •  dénoncer l’instrumentalisation scientiste, et présenter les preuves scientifiques dans un contexte rassurant pour la foi.
  •  fournir aux chrétiens les outils théologiques qui leur permettront de ne pas mettre en compétition une interprétation littérale de la Bible et les découvertes de la science est également essentiel.

Ces deux axes sont la vocation de ce site et de l’équipe Science & Foi.


Navigation dans la série<< Complot or not complot ? (1)
Théorie du complot : un brin de détente >>
Avatar

7 Commentaires

  1. Avatar
    Antoine lun 22 Fév 2016 Répondre

    Merci Benoit, super intéressant. Tu cites 2 raisons pertinentes pour lesquels la communauté évangélique se fait facilement l’écho des histoires de complots.
    J’en avais un 3eme en tête : Nombre de passages dans les écritures nous disent de ne pas nous conformer au monde, à sa philosophie, que le monde va se moquer de nous, nous persécuter, etc.
    Il est possible qu’un chrétien évangélique qui se retrouve en train de défendre des thèses qui vont à contre-courant de tout ce qu’en enseigne la communauté scientifique du « monde », se dise que c’est finalement normal et même, pourquoi pas, bon signe.

  2. Avatar Auteur
    Benoit Hébert jeu 25 Fév 2016 Répondre

    L’intiative d’un colloque organisé par la grande loge de France sous le « haut patronage de l’éducation nationale » suscite des questions et des réactions sur les réseaux sociaux…

    Voir l’article du sociologue Sébastien Fath (CNRS)

    http://blogdesebastienfath.hautetfort.com/archive/2016/02/23/france-haut-patronage-de-l-education-nationale-pour-un-colloque-franc-macon.html

    Cette initiative est-elle de nature à clarifier la situation ?

    • Avatar
      marc jeu 25 Fév 2016 Répondre

      En effet Benoit on est en plein dans la thématique de l’article !!

      Comment ne pas éviter les amalgames tels que « l’éducation nationale conspire contre la Bible en promouvant des doctrines satanistes comme l’évolution » quand on on assiste à ce genre de provocation où la ministre de l’éducation en personne invite la jeunesse à une rencontre officielle avec l’organisation maçonique ?

      D’où l’intérêt de s’instruire en science, de bien savoir faire la part des choses pour ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain !

      voir cet article de La croix pour les détails de l’affaire Najat Vallaud-Belkacem:

      http://www.la-croix.com/Religion/France/Un-colloque-organise-par-la-franc-maconnerie-et-l-education-nationale-2016-02-22-1200741857

  3. Avatar
    Gérald sam 16 Avr 2016 Répondre

    Puisque vous évoquez la franc-maçonnerie, vous serez intéressée par l’information suivante : le célèbre et très prolifique prêtre, théologien, historien et philosophe des sciences catholique évolutionniste fermement anticréationniste très prisé par les médias, Jacques Arnould, a donné une conférence sur le thème de « Dieu et la science » à la Grande Loge de France le 5 mars dernier.
    Vu surTwitter : https://twitter.com/search?q=Jacques+Arnould&src=tyah.
    Voir aussi http://www.jlturbet.net/2015/10/dieu-et-la-science-conference-de-jacques-arnould-a-la-gldf-le-21-novembre-2015.html.

    Vous pouvez aussi consulter la page Facebook suivante de la GLDF :
    https://www.facebook.com/Grande-Loge-de-France-Officiel-1634107473473790/?rf=386079324797145
    La vidéo est disponible sur Internet. Voir :
    https://twitter.com/GLDF_Officiel/status/710055431520063488
    https://vimeo.com/158623142
    Il semble que Jacques Arnould soit très apprécié des francs-maçons, et que la réciproque soit également vraie. Nous pouvons voir qu’il a contribué à la revue Points de Vue initiatiques qui est la revue trimestrielle de la GLDF (http://www.gldf.org/editions-publications/pvi-revue-de-la-gldf/decouvrir-pvi.html) :

    https://www.amazon.fr/Franc-ma%C3%A7onnerie-compagnonnage-Jacques-Arnould-Esot%C3%A9risme-Paranormal/s?ie=UTF8&hidden-keywords=-5%20-10%20-15%20-20%20-25&page=1&rh=n%3A531786%2Cp_lbr_books_authors_browse-bin%3AJacques%20Arnould.

    De même, de grands noms évolutionnistes français tels que Guillaume Lecointre (systématicien) et Patrick Tort ont aussi des liens avérés avec la franc-maçonnerie. Il en est de même du député socialiste Lengagne à l’origine de la Résolution 1580 de l’Europe contre le créationnisme.

    Ces connivences spirituelles expliquent très certainement sa grande aversion pour la doctrine biblique de la création.

    • Avatar
      Antoine lun 18 Avr 2016 Répondre

      Tous ceux qui ne pensent pas que le monde a 6000 ans sont donc franc-maçons?

  4. Avatar
    Manu lun 18 Avr 2016 Répondre

    Gérald,
    Toutes les personnes que vous mentionnez sont « anticréationnistes ».
    Or toutes ces personnes sont des hommes (mâles).
    Donc tous les hommes (mâles) sont « anticréationnistes ».
    CQFD

  5. Avatar
    Chrétien ven 28 Sep 2018 Répondre

    Il n’y a jamais de conspirations, les historiens le savent bien…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*