Commentaires ou Suggestions

Nous espérons de tout coeur que ce site répond à vos attentes et favorisera le dialogue nécessaire entre lecture de la Bible et découvertes de la Science.

Nous sommes conscients des enjeux et de la sensibilité des sujets abordés,

c’est pourquoi, si vous avez :
des réactions, des remarques, des suggestions, des questions…

 

E X P R I M E Z – V O U S  !

562 Commentaires

  1. TRENTIN Philippe jeu 10 Sep 2020 Répondre

    Bonjour,
    J’ai bien reçu vôtre article, Sienceetfoi.com
    Je souhaite si possible avoir plus d’information sur Sienceetfoi.com
    si possible
    En autres, Je recherche des Bibles si cela est possible
    Me communiquer vos Tarifs, si cela est possible
    Je vous remercie, par avance

  2. Philippe jeu 17 Sep 2020 Répondre

    Au sujet de l’article de ce jour « comment les chrétiens ont interprété la Genèse au cours des siècles ?  »
    Le livre de Roger Lefèbvre « La croix est-elle la réponse au péché d’Adam » décrit pourtant un Augustin à l’origine du « péché originel », puisant forcément cette doctrine dans une lecture assez littérale de la chute !
    Philippe

    • Auteur
      Marc Fiquet ven 18 Sep 2020 Répondre
    • Auteur
      Marc Fiquet sam 19 Sep 2020 Répondre

      Rebonjour Philippe, le sujet d’Augustin est un excellent cas d’école et ta question est très pertinente.

      J’en ai profité pour mettre à jour les notes de l’article qui étaient restées en anglais…

      Si on ne retient de lui que la notion du péché originel et une conception du paradis perdu et d’un Adam historique, on aura une bien mauvaise opinion de son approche du texte biblique et de son rapport à la science et même à la science son époque.
      Je t’encourage vraiment à le lire c’est un auteur extrêmement intéressant et riche, il aura autant influencé la grande Eglise que les réformateurs protestants. Son œuvre philosophique est remarquable (réflexions sur le temps par exemple).

      Il a écrit plus de 40 ans ce qui explique que l’Augustin d’un jour peut aussi nuancer les propos de l’Augustin d’un autre jour, sans parler des ses rétractations au crépuscule de sa vie ..
      Pour la question qui nous intéresse, il faut voir également le traitement que va accorder l’évêque au texte de Ge 1 et à celui de Ge 2-3. son interprétation du récit de la « chute » a très fortement été influencé par les débats théologiques contre Pélage, sa compréhension des textes de Paul, une réflexion philosophique profonde inspirée par le néoplatonisme et la problématique du baptême des enfants comme Roger l’explique dans son livre.

      Pour Francis Collins, qui tente une synthèse de la pensée d’Augustin dans De la génétique à Dieu (The Langage of God) à partir des Trois ouvrages majeurs : Les confessions, La Genèse au sens littéral et La citée de Dieu. il fait la remarque suivante :Augustin posait davantage de questions qu’il ne fournissait de réponses ».

      Par exemple à propos des jours de la création, il y avait de grands débats parmi les pères de l’Eglise pour savoir comment les interpréter, Augustin ecrit : « De quel type de jours s’agissait-il, ? il nous est extrêmement difficile, voire impossible de le concevoir. » (citée de Dieu XI, 6.).

      En parallèle, tu pourras constater que sa vision sur le paradis et la nature humaine différerait de celle d’un irénée de Lyon, par exemple,
      Voir ici https://www.scienceetfoi.com/la-science-comme-element-de-controle-de-l-interpretation-du-recit-adam/
      mais ça ne veut pas du tout dire (bien loin de là) qu’Augustin était un adepte de l’approche littéraliste de l’Ecriture, ça serait bien mal le connaître..

      J’espère avoir éclairé ta lanterne et aussi t’avoir donné envie de lire cet auteur, c’est un incontournable de la littérature occidentale. ET c’est un auteur qui a encore beaucoup à communiquer à la foi des croyants d’aujourd’hui.. S’il y a une lecture à faire, c’est celles des confessions.
      en plus il y a des versions gratuites comme ici ;-)
      https://www.tousvoslivres.com/doc2015/TousVosLivres%20-%20Confessions%20de%20st%20Augustin.pdf

      Tu m’en diras des nouvelles ;-D

  3. Alain Dumont sam 26 Sep 2020 Répondre

    Pour Pascal Touzet
    Bonjour cher frère en Christ
    Initialement, j’ai rencontré les mêmes problèmes. Ma première lecture de la Bible de la Genèse à l’Apocalypse a été réalisée alors que j’avais 14 ans et demi. Je croyais fermement à ce qui y été écrit, mais je commençais à me poser des questions sur les dons spirituels. puis entrant dans l’armée, je discutais en témoignant de la Bible avec mes camarades et parfois avec des officiers. Entre deux, alors que je me posais des questions sur le parler en langues, je fus conduit vers une assemblée évangélique où des dons spirituels étaient exercés. Là j’ai entendu pour la première fois un parler en langues et sans pouvoir dire pourquoi et comment j’ai compris ce que c’était. Peu de temps après je me fis baptiser par immersion selon le sens littéral du texte. Mais tout n’était pas résolu. Je manquai de beaucoup de documentation du fait de nombreuses incapacités des milieux évangéliques. Ayant été éduqué dans l’ERF avec une bonne instruction sur l’histoire de la réforme, sans compté que j’avais entendu beaucoup de témoignages sur les abominations des religieuses catholiques dans les hôpitaux dont un témoignage familial -Mon père blessé en Indochine s’était vu refusé à boire du fait qu’il était protestant par une infirmière religieuse – Ce n’est que par la suite, vers 1987 que le Seigneur m’a montré que les théologiens, qu’ils soient catholiques ou autres étaient avant tout des savants. Ainsi j’ai pu me procurer une documentation qui donnait les lieux d’installations initiaux des descendants de Noé. Par la suite je me suis procuré des ouvrages écrits par des chercheurs et physiciens chrétiens et je me suis initié à l’hébreu et au grec. Toutefois je fis troublé par les données génétiques des singes comparées à celles de l’humain. Par la suite je me suis procuré la Septante et plusieurs livres traduisant des livres bibliques de la Septante. J’avais aussi une Bible en hébreu. C’est ainsi que je damandais au Seigneur le pourquoi de la différence entre la Bible et les historiens et paléontologue au sujet de l’antiquité de l’homme. c’est là que je fus amené à ouvrir la traduction du livre de la Genèse de la Septante. Là je posais mon regard sur cette note de Marguerite Harle: faisons un homme. je regardais le texte hébreu et devant le terme Adam: Gen.1.26 il n’y avait pas l’article défini « Ha » ainsi l’article indéfini n’existant pas en hébreu était sous entendu. C’est donc ainsi que j’ai entrepris mes recherches et que la documentation que je possédais m’a bien été utile et m’a bien aidé à comprendre ce problème. Les prodiges réalisés par le Christ m’ont donné la possibilité de voir deux formes d’approches mais ont anéanties le hasard.
    Tout cela a été relu par deux pasteurs de l’ERF dont un était enseignant à l’institut protestant de Paris, formé initialement à Oxford et aussi par un ex physicien.
    Que le Seigneur vous bénisse abondamment ainsi que tous les vôtres.

    • Auteur
      Marc Fiquet sam 26 Sep 2020 Répondre

      [modérateur]
      cher Alain,
      Nous ne sommes pas sur un forum mais sur un blog. Inutile donc de nous rappeler ton témoignage sur tous les articles et pages de ce site.
      Merci.
      Que tes convictions et recherches aillent à l’encontre des découvertes de la science moderne, c’est bien dommage, le hasard dans l’évolution est un fait et n’est pas forcément à considérer comme aveugle et en opposition avec un monde créé par Dieu désirant des êtres libres.

      Le biologiste et théologien explique ça très bien dans le module dans son cours science et religion, voir diapo 11 et suivantes :
      https://www.scienceetfoi.com/wp-content/_ajouts/DL78-science-religion/

      • davidsudest jeu 26 Nov 2020 Répondre

        Dans ce module, il est reproché à Carl Sagan d’être matérialiste scientifique ! c’est le comble puisque dans la Science moderne un des attendus cognitifs de base c’est le matérialisme ! Non pas par idéologie anti-religieuse, mais par méthode; en effet dieu étant à jamais invisible immuable inexpérimentable par des observateurs non croyants, il est improuvable par la Science puisque celle-ci étudie la nature avec les ressources de la nature et elle ne peut pas invoquer le dogme figé de dieu qui est métaphysique donc hors champ de la Science. Comme dit G. Lecointre un scientifique, quelque soit ses options métaphysiques personnelles, doit les laisser au vestiaires du labo, sinon il ne se place plus en scientifique; ce n’est pas en invoquant son dieu , le dieu bouche-trou, la réponse ultime à tout ce qu’il n’explique pas encore, qu’il agira en scientifique; il entacherait sa recherche de son biais idéologique; je ne vois pas comment il pourrait faire expérimenter sa théorie avec intervention de son dieu chrétien par exemple par un scientifique japonais shintoïste ou bouddhiste ! Le narrateur de ce module peut toujours échafauder des théories ad hoc pour dire que le hasard viendrait de dieu, oui mais ça c’est sa théorie à lui et il peut en avoir plein d’autres de ce genre de « théorie » ….sauf qu’il n’est pas dans la méthode scientifique, mais dans ses croyances basées sur aucun fait observable. Il voudrait tellement que dieu ait droit de citer en Science ! Ben non désolé; la Science est par essence une méthode matérialiste, athée quoi. Si certains ne sont pas contents, choqués, rien ne les empêche de s’écarter de la Science qui n’accepte pas les dogmes; elle n’affirme ni n’infirme l’existence de dieu, c’est simplement qu’elle ne peut pas étudier l’invisible le non testable, l’immuable. J’ai envie de dire fichez la paix à la Science ou acceptez ses principes mais ne tentez pas de manipuler les gens en leur faisant croire que dieu pourrait entrer en Science. Son discours est juste un argumentaire pour créationnistes. Science et foi n’ont rien en commun : pas les mêmes buts, pas la même méthode pas le même périmètre d’étude, donc ne doivent jamais être rapprochés. Quand on est croyant et scientifique, faut toujours séparer l’un et l’autre.

        • Auteur
          Marc Fiquet ven 27 Nov 2020 Répondre

          Bonsoir David,

          Pour plus de facilité dans les échanges il conviendrait de mettre le lien des articles s’ils viennent des ressources ou poster directement les commentaires dans le blog le cas échéant :-D

          Pour répondre à ta question, je pense que que tu confonds le matérialisme méthodologique avec lequel il me semble que tout le monde est d’accord et le matérialisme philosophique qui est une croyance au même titre qu’une religion, qui suppose une vision du monde qui place la science dans un rôle qui n’est pas le sien de décider a priori qu’il n’existe rien en dehors du monde matériel.

          La science n’est pas athée (elle ne nie pas l’existence de Dieu) mais agnostique (elle ne peut pas se prononcer sur son existence ou non).
          C’est toute la différence entre des scientifiques athées militants qui utilisent la science idéologiquement pour tenter de justifier leurs croyances, Sagan, Dawkins, Hawking, et je pense Lecointre etc.. et des scientifiques plus honnêtes intellectuellement qui font la part des chose entre matérialisme méthodologique et philosophique comme Hubert Reeves par exemple.

          Je suis d’accord avec toi pour dire que certains croyants peuvent également manipuler la science, mais dans les cas cités par Lamoureux il me semble qu’il s’agit d’un dialogue entre science et foi qui est mis en œuvre, il n’y a pas confusion des genres.

          Pour aller pour loin dans cette réflexion, je te conseille cet article et le lien qui pointe vers l’article complet à l’intérieur « Le réductionnisme : Aide ou obstacle en science et religion ? » il traite de la différence entre naturalisme (ou matérialisme) méthodologique et philosophique.

          https://www.scienceetfoi.com/reductionnisme-science-peut-on-reduire-homme-reactions-physico-chimiques/

  4. davidsudest ven 27 Nov 2020 Répondre

    D’abord merci Marc pour ce long article plaidoyer pour ne pas avoir un réductionnisme ontologique menant à l’athéisme.
    Dans mon intervention précédente, je voulais simplement dire que si on se place sur le plan scientifique, on reste matérialiste et que sinon ce serait une faute professionnelle de la part d’un scientifique de l’abandonner. Et j’ai bien dit que la science est matérialiste non par par idéologie mais par méthode.
    A propos de Guillaume Lecointre c’est gonflé de la mettre dans le même paquet d’athées prosélytes, car de toutes ses conférences il rappelle ce qui est du domaine de la Science et ce qui est de celui de l’idéologie; il a affirmé que lorsqu’il y a intrusion de la foi dans la science ça faisait du créationnisme et quand la Science se mêle de foi ça faisait de l’athéisme donc des mélanges donnant 2 absurdités. De plus je n’ai jamais entendu Lecointre faire état d’un quelconque athéisme personnel. IL alerte son auditoire sur les intrusions religieuses dans le domaine scientifique; les conférence de Lecointre, aux 4 coins de la France enseigne au public qui s’intéresse à l’épistémologie le pourquoi et le comment de la méthode scientifique. C’est lui principalement qui m’a donné les grilles de lectures pour savoir qui parle science avec probité d’autres imposteurs masquant leurs idéologies sous un discours pseudo-scientifiques.
    Egalement Poole ne cesse d’affirmer que les scientifiques répètent sans cesse un « ce n’est rien que »…Eh bien j’aimerais lui dire que c’est quand même eux qui nous font découvrir toute la complexité du monde matériel : des atomes, de l’ARN de l’ADN, des composés des roches magmatiques, de la vie des étoiles, de l’absence de frontières étanches entre minéral et vivant, entre animaux non humains et humains, entre homme et femmes etc… : la science révèle l’absence d’essentialisme dans la réalité du monde matériel, contrairement à ce qu’affirment des croyants des 3 grandes religions monothéistes. De plus, on pourrait répondre à son « ce n’est rien que » des scientifiques à son constant appel l’ignorance par « dieu est la causalité ultime ». Egalement, je diagnostique chez Poole, le syndrôme de Dumouch : en effet, il n’a pas de démonstrations mais beaucoup de métaphores bien vaseuses et ridicules : par exemple la science serait comparée à un médecin légiste quand la métaphysique expliquerait le contexte…ça prête à rire quand on sait que dans la métaphysique on n’apporte pas de preuves ! Et puis au sujet du chimpanzé : déjà il faudrait non pas qu’il affirme que 96% du patrimoine génétique est le même chez l’homme et le chimpanzé, mais plutôt que 96% des gènes comparables chez les 2 espèces sont identiques ou très similaires (dixit Julien Benoît paléontologue et youtubeur d’Entracte Science) . Bref, il explique ensuite qu’il ne faut pas lui faire croire que les 4% qui nous différencient du chimpanzé fait que nous sommes des humains…ben qu’en sait-il ? Sur quelle source en génétique se fonde-t-il ? (En tous cas si nous sommes humains c’est parce qu’on a un patrimoine génétique très proche du chimpanzé) ;-) Il n’ose pas aller au bout de son raisonnement : si on est homme c’est parce qu’il y a quelque chose en plus…l’évolution ne suffit pas : il faut dieu pour nous sonner une spiritualité ! Si possible le dieu de ma religion ;-) il ne prononce jamais dieu : il veut que son article fasse scientifique, mais dieu est en filigrane…Il veut tellement introduire dieu en science, mais non hélas ! Et sa réflexion : C’est pas les chimpanzés qui « ont construit des industries, qui sont capables d’aller dans l’espace d’écrire des livres » ; en effet, les singes ne sont pas aussi performants que les hommes… en comportements humains ! De même que nous ne sommes pas capables d’avoir une mémoire aussi rapide qu’eux ni capables de nous déplacer aussi vite qu’eux dans les arbres ;-) Et son réflexion « Ceux qui rejettent l’idée que les humains ont été créés à l’image de Dieu ont donné une importance trop grande à la continuité du genre humain avec le reste du règne animal », c’est son impuissance à justifier pourquoi et qu’entend on par image de dieu et quelle est la raison d’atténuer le continuum entre animaux non humais et non humains. Evidemment, c’est sa réflexion d’un chrétien regrettant que certains ne croient pas que le genre humain ressemble au dieu chrétien. Tout c’est c’est très nombriliste, anthropocentré et chritiano-centré. Bref, Désolé la science s’est écartée des églises depuis plusieurs siècle maintenant, pas possible qu’elle y revienne. c’est un cliquet sans retour. Poole peut toujours reprocher à des scientifiques tels Dawkins de déborder de la science pour affirmer leur athéisme personnel, par un réductionnisme philosophique…. mais alors pourquoi vouloir faire reconnaître à la communauté scientifique son spiritualisme ? Poole parle en croyant, il est frustré que la métaphysique n’ait pas droit de cité en science, alors je le soupçonne de prendre prétexte de certains débordements idéologiques athées de scientifiques pour tenter de placer sa croyance au coeur de la Science.

  5. Gaston lun 24 Mai 2021 Répondre

    Message pour Marc, c’est sur ce lien, mais vraisemblablement il faut le coller dans la barre d’adresse.

    https://www.l-eternel-testament.net

    Fraternellement.
    Gaston

  6. Jean-François dim 20 Juin 2021 Répondre

    Je débarque sur ce site qui aborde un sujet fondamental mais où j’inclue la cognition, la sapience (les savoirs personnels), la virtualité et une raison étendue par le passage de la logique (du tiers exclu) à une agorique (des tous tiers considérés, découverte à travers la complexité, les conditions initiales, l’architecture noétique du « plus machina » [chacun avec sa machine, puissance du cloud) la théorie du chaos…). Où je crois l’Evangile une source architectonique scientifique « au passage », ce n’est pas le but principal mais tous les aspects du réel doivent s’accorder, mais aussi un révélable naturel en approfondissement constant. Ma question est l’aspect « chrétien » qui me parait – au moins dans les coopérants de ce site – d’inspiration Evangélique alors que mon approche personnelle est ce que j’appelle l’interligence en tant que « le ce parquoi tout est lié » (énergie, matière, pensée, esprit) soit dans la vérité (réel) soit dans le vécu de chacun (réalité). Et donc une interligence (religo) sans a priori à partir des mêmes bases Catholique, Réforme, Judéité et sans doute une certaine approche musulmane et donc de leurs penseurs – Est-ce la cas ? Ou il y a t-il des co-sites de recherche comparable croyant en un créateur. Ceci me paraît important au moment où émerge le concept de l' »Intelligent Redesign » du post-humain. Enfin, ma préoccupation principale est le coadjuvance numérique de l’homme et donc la nature théologique de son « plus machina » et de la diktyonoése (pensée en réseau « numéripathique ») où je discerne une capacité naturelle universelle à la néguentropie (comme une mise en résonnance/raisonance) que j’appelle le « capax » (retrouvant ainsi la terminologie de Ricoeur de l’homo capax). Suis-je dans votre contexte ? Mon propos est une modélisation / simulation numérique de tout cela … Ma préoccuption étant une ontodiktyologie (réseau d’ontologies) pandisciplinaire pour tenter de trouver la cohérence (téléologique induite) à toute cette aventure entre Dieu et ses créatures (mais là je butte sur le manque d’analyse architectonique comparée – Eckart, Machiavel, Hobbes, Papes, Husserl, Heidegger, etc. Amitiés !

    • Auteur
      Marc Fiquet dim 20 Juin 2021 Répondre

      Bonjour Jean-François,

      Merci pour ce commentaire.
      Bien que nous nous intéressions au dialogue entre philosophie, théologie et science, nous ne poussons pas la modélisation philosophique à ce point.
      Notre préoccupation majeure est d’abord la vulgarisation pour permettre à chacun d’éviter les conflits malheureusement encore trop fréquents entre science et foi.

      Bonne poursuite dans tes recherches et analyses.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*