« 4 vues à propos de l’Adam historique » chez Zondervan (1/4). « Pas d’Adam historique » selon Denis Lamoureux

Posté par Benoit Hébert

>4 Articles pour la série : 4 vues sur l'Adam historique
Print Friendly, PDF & Email

L’ouvrage « 4 vues à propos de l’Adam historique » est paru chez l’éditeur américain Zondervan. Dans cet ouvrage, 4 théologiens évangéliques nord américains ( Denis Lamoureux (pas d’Adam), John Walton (l’Adam archétypal), John Collins (créationnisme terre ancienne) et William Barrick (créationnisme terre jeune ) s’expriment à propos du débat concernant l’Adam historique, en lien direct avec nos discussions sur les rapports science/foi. Nous publierons 4 petits articles résumant selon les éditeurs (Barrett & Caneday) du livre  l’avis de chacun d’entre eux. L’occasion de prendre conscience de l’état du débat contradictoire, et du fait que tous ne peuvent pas avoir raison en même temps!

Pas d’Adam historique, le point de vue de la « création évolutive » par Denis Lamoureux

Denis Lamoureux, St. Joseph's College

Denis Lamoureux, St. Joseph’s College

Lamoureux écrit qu’alors que les chrétiens ont affirmé dans le passé l’existence d’un Adam historique, les preuves de l’évolution s’opposent aujourd’hui à cette croyance. Dieu a au contraire créé l’humanité par le processus naturel de l’évolution, et l’humanité est le fruit de ce développement évolutif. La génétique et le registre fossile nous montrent que les hommes « partagent avec le chimpanzé un ancêtre commun datant d’il y a 6 millions d’années environ », et que nous ne descendons pas d’un couple (Adam et Eve), mais d’un groupe d’environ 10 000 individus. Denis Lamoureux reconnaît que certains ont essayé d’incorporer un « Adam historique » dans une vision évolutive des origines de l’homme (Bruce Waltke, Darrel Falk, Denis Alexander), mais il argumente qu’il s’agit là d’une tentative inadaptée qui cherche à combiner de la science moderne avec la science ancienne dont Dieu s’est servi dans la Bible comme d’un moyen pour communiquer des vérités spirituelles infaillibles.

De manière plus spécifique, Lamoureux rejette le concordisme scientifique, c’est à dire l’idée que Dieu a choisi de révéler par les Ecritures des faits de nature scientifique, et que la science moderne, si elle est bien comprise, devrait s’aligner avec la Bible. Au contraite, les auteurs inspirés avaient une perception et une compréhension ancienne du monde, ce qui est évident dans leur compréhension du cosmos en trois parties, leur vision du « firmament », ainsi que dans d’autres exemples. En ce qui concerne les origines biologique de l’humanité, les auteurs bibliques en avaient aussi une compréhension ancienne. Il croyaient à une création « de novo« , c’est à dire la croyance que Dieu avait façonné l’homme et tout le reste de façon directe, instantannée, et complète, c’est à dire la création d’un homme pleinement mature.

Lamoureux pense qu’Adam n’a pas existé, mais que ce fait ne change rien aux vérités essentielles de la foi chrétienne. Alors que les auteurs bibliques utilisent une vision ancienne du monde et des origines biologiques de l’homme ( par exemple Paul en Rom. 5:12-19), cela ne devrait en rien éroder notre confiance en l’Ecriture. Adam n’est pas un personnage historique, mais un exemple parmi d’autre de moyen pédagogique utilisé dans la Bible pour nous transmettre un message spirituel bien réel. Alors qu’Adam n’est pas historique, le second Adam, Jésus-Christ, est lui historique, et il est mort à cause de nos péchés.

 


Navigation dans la série
« 4 vues à propos de l’Adam historique » chez Zondervan (2/4). La vision archétypale d’Adam, selon John Walton >>

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*