Sagesse Canada Dry(1)

Posté par Antoine BRET
Print Friendly, PDF & Email

 

Un petit billet d’humeur pour prendre un peu de recul sur les discussions autour des différents modèles scientifiques, et en particulier liées au contexte science et foi.

 


 

C’est vendredi soir. Avec vos amis, vous cherchez un bar que vous avez du mal à trouver. Errant de rues en rues, croyant maintes fois tenir la bonne, vous vous voyez obligés de poursuivre les recherches. « Admettons-le, on s’est trompés. C’est pas là ». Et puis enfin, vous mettez la main sur le bon endroit, et sur le bar tant convoité.

Pourtant, l’un de vous persiste à se vouloir perdu. Vous avez beau lui montrer l’enseigne, le nom de la rue, le numéro, la décoration dont parlait le journal, rien n’y fait. « On ne peut pas être certain » s’entête-t-il. « Vous agissez comme des moutons. Ayez le courage d’ouvrir les yeux et vous devrez admettre : ce n’est pas là ». A ce stade, il est possible que vous imitiez les amis de Sheldon Cooper quand celui-ci devient vraiment trop pénible : vous plantez le récalcitrant, et entrez dans le bar.

 

Où veux-je en venir ? Admettre que l’on s’est trompé, ne pas suivre le troupeau, faire face aux faits… sont des principes évidemment très sains, qu’il est nécessaire de ne pas oublier pour parvenir à la vérité. Mais une fois qu’on a trouvé le bar, il ne reste plus qu’à remercier les principes en question d’avoir été de bons guides, et c’est tout. Une fois parvenu à destination, plus besoin de GPS.

Aimeriez-vous que l’on vous accuse de penser que 2 et 2 font 4 parce que vous suivez le troupeau, ou parce que vous avez abandonné la recherche de la vérité pour ne pas avoir à admettre votre erreur ? Surement pas. 2 et 2 font 4, on n’y revient pas, et c’est bien pour cela que tout le monde pense pareil, et que plus personne ne se pose la question. On s’en pose d’autres, mais pas celle-là.

 

Le débat Science et Foi fourmille de d’ergoteurs qui cherchent à impressionner les autres à coups de grands principes. « Vous pensez que la terre est sphérique ? Vous pensez qu’elle tourne autour du soleil ? Vous pensez que l’univers est vieux ? Vous pensez que les êtres vivants ont une ascendance commune (théorie de l’évolution) ? Pauvre mouton de panurge ! Ayez le courage de penser par vous-mêmes, et vous verrez. Ne pensez jamais que vous avez la vérité, etc. »

Un type de discours qui est à la sagesse ce que le Canada Dry était à l’alcool. Ça en a le goût, la couleur, mais ça n’en est pas du tout. En ce début de XXI siècle, il reste évidemment un nombre considérable de questions sans réponse sur l’univers et son contenu. Mais il y a également pas mal de choses que l’on sait avec certitude, et sur lequel on ne reviendra pas. Chercher à comprendre d’où viennent ces certitudes est parfaitement respectable. S’acharner à leur appliquer les bons principes qui ont permis leur découverte, est digne de l’obstination la plus absurde.

 

Ne nous laissons pas intimider par la sagesse Canada Dry !

 

 

 

[1] Les moins de 40 ans devront peut-être attendre la fin de l’article pour comprendre le titre.

Crédit illustration By laszlo burdi (Own work) [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Antoine BRET
Ca pourrait aussi vous intéresser
Filter by
Post Page
débat création/évolution
Sort by

2 Commentaires

  1. marc sam 02 Juil 2016 Répondre

    Merci Antoine pour ce partage, on conviendra tout de même qu’entre 2 et 2 font 4 et la théorie de l’évolution, l’investigation personnelle et le niveau d’étude pour en assimiler tous les contours n’est pas tout à fait le même !..
    Même si les principes de base sont assimilables dès le collège.

  2. Pascal sam 02 Juil 2016 Répondre

    Haha ! Excellent pamphlet anti-ergoteurs ! Par contre, dire que 2 et 2 font 4 ne va pas de soi. Cela dépend de la base de calcul ! En base 3, par exemple, 2+2=11 ! Bon j’ergote un peu sur ce coup-là.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*