Probabilité, Structure, et Dessein

Complément au Livre 'Origins'

Date : ven 29 Mai 2015 Catégorie Article Original
Print Friendly, PDF & Email

Cet article fait partie des compléments du Livre Origins de Deborah et Loren Haarsma – Cliquez ici pour le sommaire –

On admet généralement qu’un objet, ou un événement, est le fruit d’un dessein lorsque deux conditions sont satisfaites:

 

Probabilité

L’occurrence fortuite de l’objet en question, indépendamment de tout dessein d’un être intelligent, doit être extrêmement improbable.

Structure

L’événement ou l’objet possède une structure particulière, une structure qu’un être intelligent serait susceptible de créer.

 

Une structure peut être manifeste sans pour autant être très improbable. Supposons que vous êtes assis à votre bureau en train de travailler sur votre ordinateur. Vous ouvrez un nouveau document de traitement de texte et sentez soudainement qu’une goutte d’eau a frappé votre tête. Vous levez les yeux et repérez de l’eau de condensation sur un tuyau surplombant votre crâne. Vous quittez votre bureau pour signaler le problème au personnel de maintenance, puis y revenez. Lorsque vous vous rasseyez, vous voyez les lettres « hi » sur l’écran de votre ordinateur[1]. Vous pouvez supposer que quelqu’un a délibérément tapé ces lettres. Mais si vous trouvez plusieurs gouttes d’eau près de l’ordinateur, ainsi que des projections d’eau sur le clavier, vous pouvez conclure que deux gouttes d’eau sont tombées sur les touches « h » et « i » pendant votre absence. (Ne tentez pas l’expérience chez vous. Les gouttes ne frapperaient peut-être pas assez fort votre clavier, mais elles pourraient tout à fait l’endommager!) Bien que le mot « hi » présente une structure, il n’est pas particulièrement improbable que la chute de gouttes d’eau la produise. Vous pourriez tout à fait conclure que personne n’a produit cet événement, surtout si vous avez d’autres raisons de croire que personne n’est venu dans votre bureau en votre absence.

Quelque chose peut être très improbable sans pour autant présenter une structure reconnaissable. Supposons, pour reprendre l’exemple précédent, que vous revenez dans votre bureau et trouvez sur l’écran « fk4jl2tmx;w,aoff9 » ou « 9xkgdi83;a;c95,sd » ou bien « V71/;ae-1dk5ssmgo ». S’il y a des gouttes d’eau sur votre bureau et des éclaboussures sur le clavier, vous allez probablement conclure que des gouttes d’eau sont tombées dessus au hasard. Chacune de ces chaines de 17 caractères est en elle-même extrêmement improbable. L’eau aurait pu générer environ 1028 (1 suivi de 28 zéros) chaînes de 17 caractères différentes. Les chances d’en obtenir une en particulier sont donc d’environ 1 sur 1028. Mais tandis que la chaîne de caractère sur votre écran est très improbable, elle ne présente aucune structure particulière. L’immense majorité des chaînes de 17 caractères n’en présente pas non plus. Puisque vous ne voyez pas pourquoi quelqu’un s’amuserait à taper une chaîne de caractères aléatoire, vous allez probablement conclure que personne n’est à l’origine de cet évènement, surtout si vous avez d’autres raisons de penser que personne n’est venu dans votre bureau en votre absence.

Supposons maintenant que de retour dans votre bureau, vous trouvez « Caroline était ici » sur votre écran. C’est une structure identifiable. Il est raisonnable de croire que quelqu’un a tapé ces mots délibérément, même si personne dans le bâtiment ne s’appelle Caroline. Et il est très improbable qu’une si longue chaîne de caractères forme une structure reconnaissable, à moins que quelqu’un ne l’ait délibérément produite. Vous penseriez probablement que quelqu’un a causé cet événement, même s’il y a des gouttes d’eau sur le bureau et des éclaboussures sur le clavier, et même si vous avez des raisons de croire que personne n’est venu dans votre bureau pendant que vous étiez parti. Il est beaucoup plus raisonnable de croire que quelqu’un s’est introduit chez vous et a délibérément écrit ces mots, plutôt que de penser qu’ils sont le produit de la chute des gouttes d’eau. Dans cette situation, vous concluriez : « dessein ».

Ce raisonnement est utilisé pour soutenir l’hypothèse du Dessein Intelligent dans le domaine de la biologie. Certains systèmes biologiques, tel le flagelle des bactéries, sont dotés d’une structure. Un être intelligent pourrait raisonnablement vouloir les créer. Les partisans du Dessein Intelligent affirment que la production de tels systèmes complexes, via les mécanismes naturels de l’évolution, est hautement improbable. (Voir l’article associé sur ce site, «Est-il improbable que la complexité soit le fruit de l’évolution ?») Ils concluent que puisque ces systèmes manifestent à la fois une faible probabilité et une structure, ils ont été conçus par un être intelligent.

[1] « Hi » veut dire « salut » en anglais. NDT.

 

© 2007 by Faith Alive Christian Resources, 2850 Kalamazoo Ave. SE, Grand Rapids, MI 49560.
Traduction avec autorisation : scienceetfoi.com.

 

 Retour

Sommaire des compléments au livre Origins (si vous venez d’ailleurs)