Que veut-on dire par : « la Bible est sans erreur » ?

Posté par Benoit Hébert
Print Friendly, PDF & Email

L’inerrance est la conviction partagée par l’immense majorité des évangéliques que la Bible est sans erreur.  On dit aussi parfois qu’elle est infaillible, parce qu’elle a été inspirée par le Saint Esprit.

 « Toute Ecriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour réfuter, pour redresser, pour éduquer dans la justice,  afin que l’homme de Dieu soit à la hauteur, parfaitement équipé pour toute œuvre bonne. » 2 Timothée 3:16-17

Dans son ouvrage qui fait référence en matière de théologie systématique parmi les évangéliques anglophones : Christian Theology, voici comment  Millard J. Erickson introduit la notion d’inerrance :

 « L’inerrance est la doctrine selon laquelle la Bible est entièrement digne de confiance dans tous ses enseignements. Les théologiens ont débattu à propos des niveaux selon lesquels la Bible est inerrante. Si la Bible n’était pas inerrante, alors notre connaissance de Dieu pourrait ne pas être fiable et juste. L’inerrance est un corollaire de la pleine inspiration de la Bible….Alors que des affirmations scientifiques détaillées et des affirmations mathématiquement exactes ne sont pas possibles, l’inerrance signifie que, si on la juge avec les usages de son époque, la Bible enseigne la vérité sans affirmer aucune erreur. » (Ma mise en gras) »

  • Les évangéliques sont en accord sur l’essentiel. Dieu ne ment pas dans la Bible, ce serait incompatible avec son caractère.

« …la foi et à la pleine connaissance de la vérité qui est conforme à l’enseignement de notre foi, pour qu’ils aient l’espérance de la vie éternelle. Cette vie nous a été promise de toute éternité, par le Dieu qui ne ment pas. » Tite 1 :1-2

  • La notion d’inerrance est profondément enracinée dans la Bible :

 « Chaque parole de Dieu est entièrement vraie. » Proverbes 30:5

« Le principe de ta parole est vérité, et toute règle de ta justice est pour toujours. »Psaumes 119:160

 

  • Même si on s’accorde sur cette expression : l’inerrance de la Bible, on peut être en profond désaccord à propos de ce que l’on veut réellement dire. Derrière les mots se cachent des sens très différents. Ne pas expliciter sa pensée peut conduire à de grands malentendus. Il existe au sein du monde évangélique tout un éventail de convictions concernant l’infaillibilité de la Bible, Parole de Dieu.

Ainsi les évangéliques s’accordent pour affirmer que la Bible enseigne la vérité en ce qui concerne le domaine spirituel, ce que Denis Lamoureux qualifie de concordisme (correspondance) théologique totale.

La vraie question est : le concordisme théologique total entraîne-t-il un concordisme historique et scientifique total ? Autrement dit, devons nous considérer que les textes bibliques sont exacts du point de vue des critères de la science moderne (qui est elle-même en évolution permanente !) C’est à ce niveau que les opinions divergent, car la Bible ne répond pas elle-même à ce genre d’interrogation. Quelle importance donner concrètement à la remarque d’Erickson : « si on juge la Bible par l’usage de son temps » ?

Voici comment Erickson définit les différentes conceptions de l’inerrance biblique :

  • L’inerrance absolue : la Bible est entièrement vraie, y compris dans son traitement parfois détaillé de l’histoire et de la science. (note personnelle : c’est l’avis des fondamentalistes et des créationnistes, c’est d’ailleurs leur principale motivation et point de départ.)

 

  • L’inerrance « plénière » : la Bible est totalement vraie. Il n’y a pas de différence avec la définition précédente en ce qui concerne les vérités théologiques/spirituelles/religieuses. La compréhension des références historiques et scientifiques est toutefois différente. Ces références sont phénoménologiques, c’est-à-dire telles qu’elles apparaissaient visuellement à ceux qui les décrivaient. Elles contiennent donc des approximations populaires et des généralisations. Pourtant elles sont correctes. Ce qu’elles enseignent est essentiellement correct de la façon dont elles l’enseignent.

 

  • L’inerrance limitée : la Bible est sans erreur et infaillible en ce qui concerne les doctrines nécessaires au salut. On fait pourtant une distinction entre les données non empiriques révélées d’un côté, et les références naturelles empiriques d’un autre côté. Les références scientifiques et historiques reflètent la compréhension courante de l’époque à laquelle elle a été écrite…Dieu n’a pas révélé l’histoire et la science aux auteurs inspirés. Ainsi, la Bible pourrait bien contenir ce que nous pourrions qualifier d’erreurs dans ces domaines. Toutefois, ceci est sans grande conséquence, parce que le but de la Bible n’est pas de nous enseigner la science ou l’histoire. Si on la lit selon sa réelle vocation, la Bible est pleinement fiable et inerrante.

 

  • L’inerrance dans son objectif : la Bible accomplit sa vocation sans aucune erreur…C’est une vision pragmatique de la vérité.

 

  • Dieu s’est non seulement abaissé aux connaissances scientifiques et historiques des auteurs inspirés, mais aussi en matière de théologie. Il y a donc dans la Bible un mélange de vérités spirituelles inspirées et des opinions humaines, comme par exemple dans la théologie de Paul.

 

 

 

Avatar

9 Commentaires

  1. Avatar
    Maxime sam 07 Juil 2012 Répondre

    Bonjour Benoît,

    Encore une fois, je te remercie pour ce site si précieux.
    Cet article sur l’inerrance me laisse songeur. Avant, j’étais partisan de l’inerrance absolue. Puis j’ai évolué, comme toi, vers l’inerrance plénière, puis limitée. Depuis hier, en lisant de nombreux passages dans le Nouveau Testament, je me suis dit, avec accablement, que je serai plutôt d’accord avec la dernière conception. Cela me désole, car j’aime vraiment Dieu et je voudrais penser que la Bible est fiable. Mais lorsqu’on lit les passages qui condamnent les cheveux longs pour les garçons, ceux qui disent que les femmes doivent garder le silence, etc. j’ai du mal à penser qu’il s’agit de vérités, mais plutôt de préjugés de l’époque. D’ailleurs, souvent les commentateurs évangéliques disent qu’il faut remettre ces phrases dans leur contexte, qu’il ne faut pas les prendre pour nous. En faisant cela, ne souscrivent ils pas à la dernière version de l’inerrance?
    Dans mon église, on m’a toujours mis en garde contre le libéralisme théologique. Je ne sais pas si ma position est libérale. Je voudrais faire confiance à tous les passages de la Bible, mais je n’y arrive pas. Aurais tu des conseils à me donner? Des livres sur la question, qui prennent en compte mes doutes et mes interrogations?
    Encore merci pour ce site,
    Fraternellement,

    Maxime

  2. Avatar Auteur
    Benoit Hébert sam 07 Juil 2012 Répondre

    Merci beaucoup Maxime pour ce commentaire qui montre bien toute la difficulté d’interprétation de la bible sur certains sujets.

    C’est un équilibre en effet très délicat entre garder une haute opinion de l’inspiration et considérer l’aspect humain et incarné dans l’histoire du texte.

    Tu fais bien aussi de souligner certaines contradictions de fait qui existent dans les milieux évangéliques, où l’on soutient parfois une inerrance absolue, mais où dans la pratique de la prédication, cela est intenable.

    Il existe un courant évangélique dont je fais partie qui défend une approche « incarnationnelle » de l’inspiration. C’est ce que tu pourras découvrir en parcourant par exemple les articles de Peter Enns ou de Denis Lamoureux sur ce blog à ce propos. Le principe du « message véhiculé » défendu par Denis Lamoureux m’a également beaucoup aidé, et pas seulement en ce qui concerne la science ancienne dans la Bible.

    Si tu lis l’anglais, un livre de Peter Enns pourrait sûrement t’aider, il s’agit d' »Inspiration and Incarnation ».

    L’idée principale quand je lis la Bible est de tirer des principes spirituels universels de situations qui s’écrivent dans un contexte culturel, historique, religieux…Et ce n’est pas toujours facile de faire la part des choses! Heureusement, le plus important est généralement assez évident pour tous.

    comme disait Mark Twain,(je cite de mémoire): »dans la Bible, les passages qui me dérangent le plus ne sont pas ceux que je comprends le moins bien, mais ceux que je comprends le mieux. »

  3. Avatar
    gakari1 sam 07 Juil 2012 Répondre

    Merci Maxime de ta question honnête.
    J’ai à peu près le même cheminement et ai aussi peur de tomber dans le libéralisme bien moins vivant.
    Par contre, les épitres de Paul me posent moins de pbs que les évangiles ou les textes dits « historiques » de l’ancien testament.
    Et je n’ai pas trouvé de réponses « évangéliques » comme Benoît (je vais tâcher de lire ces bouquins), que des réponses protestantes, catholiques, et surtout critiques.
    J’ai du mal à concilier cela avec la foi évangélique comme sait le faire Georges, mais c’est sûrement un cheminement nécessaire.
    Désolé, je n’ai pas vraiment de réponses, je partage tes questions.

    Yannick

  4. Avatar Auteur
    Benoit sam 07 Juil 2012 Répondre

    Bonsoir Yannick,

    Je suis toujours moi aussi en pleine réflexion sur ces questions, et je recherche encore l’équilibre.

    Je ne peux pas dire que j’ai trouvé des réponses purement « évangéliques » au sens traditionnel du terme, et je regarde aussi du côté des catholiques. Un auteur comme JL Ska conseillé par Georges me paraît avoir une approche équilibrée. J’ai dévoré deux de ces livres sur l’AT récemment et j’en parlerai bientôt.

    En ce qui concerne le NT, je reste bcp plus dans une herméneutique évangélique « traditionnelle » et je ne trouve pas l’approche critique à la Meier convaincante, comme je l’ai écrit dans mon échange avec Georges sur son blog.

    Ceci dit, à partir du moment où on renonce à l’inerrance historique, il faut revoir toute l’approche que l’on a dans les rapports entre récit biblique et historicité.

  5. Avatar
    Marc sam 07 Juil 2012 Répondre

    Bonjour Maxime,

    Nous sommes beaucoup à nous poser ces questions en effet, la position d’équilibre entre légalisme et libéralisme n’est pas si simple à trouver…

    Je ne peux pour ma part que t’encourager à suivre le conseil de Benoit si tu lis l’anglais. Le livre de Peter Enns est vraiment TRÈS intéressant et pas très difficile, je suis en train de le lire.
    Il existe au format électronique (kindle) http://www.amazon.fr/Inspiration-Incarnation-Evangelicals-Testament-ebook/dp/B004TS1MLU/ref=sr_1_1?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1341683279&sr=1-1
    c’est moins cher que la version papier et dispo en qq minutes :cool:. Il existe une appli gratuite sur PC pour lire ces formats si tu n’a pas la tablette électronique d’Amazon.

    Sinon, ce n’est pas tout à fait sur les mêmes passages que ceux que tu cites, mais l’approche de notre excellent ami Bruno pourra aussi t’éclairer, voir par exemple ses deux articles sur le pastorat féminin :
    http://lebigbadbruno.blogspot.fr/2012/01/les-femmes-peuvent-elles-devenir.html
    http://lebigbadbruno.blogspot.fr/2012/01/hermeneutique-et-pastorat-feminin.html

  6. Avatar
    pat065 lun 18 Juin 2018 Répondre

    La Bible n’est qu’un ramassis de conneries qui a été écrite par des centaines d’individus au gré de leurs idées et en relation avec les événements de leur époque; Aucun Dieu n’a jamais écrit quoi que ce soit. Renseignez-vous sur les millions de crimes que l’Eglise catholique a commis pendant des siècles dans le seul but de faire croire n’importe quoi aux sans-cervelle que nous sommes et d’en retirer richesse et pouvoir. Nous en avons toutes les preuves aujourd’hui.
    http://www.astrosurf.com/nitschelm/Page_noire_christianisme.htm

  7. Avatar
    pat065 lun 18 Juin 2018 Répondre

    Toute religion est manipulation spirituelle. Sortez de votre carcan. La Terre n’est plus le centre de l’univers, elle n’est plus qu’un grain de sable dans l’immensité cosmique où des millions de planètes sont habitées par des êtres intelligents.

    • Avatar
      Marc Fiquet lun 18 Juin 2018 Répondre

      Cher Pat65,

      inutile de t’énerver, ce site n’est pas là pour polémiquer mais pour aider à réfléchir…

      Les excès de la religion ne sont pas un prétexte pour évacuer le message de paix et de salut annoncés par le Christ.

      Le fait qu’il y ait des milliards de planètes ne change rien au problème de l’existence de Dieu, je ne vois pas le rapport… Au contraire, aucune explication aujourd’hui n’est capable d’expliquer rationnellement d’où viennent les lois de la nature et pourquoi l’univers est ainsi ordonné (réglage fin de l’univers).
      La réponse théiste est loin d’être « débile ».

      • Avatar
        Michel Thys lun 18 Juin 2018 Répondre

        Bonsoir Marc et Pat65,
        Comme je l’ai écrit ailleurs, les « lois de la nature » sont le fruit de l’évolution du vivant pendant des centaines de millions d’années. Mais il est vrai que les sciences n’expliquent pas encore suffisamment les mécanismes adaptatifs des différentes fonctions physiologiques (par exemple la « force vitale » qui pousse un spermatozoïde à se diriger vers un ovocyte,grâce à son flagelle, et à y pénétrer grâce à son acrosome, en vue de produire une nouvel être vivant.
        À notre époque, encore y voir une volonté divine est un peu simple et rapide …

        Quant à l’univers, il n’est « ordonné » qu’en apparence, étant « seulement » régi par les lois d’attraction des planètes autour des étoiles, et entre-elles. Statistiquement, il y a sans doute d’autres formes de vie sur d’autres planètes du « multivers », mais très différentes des nôtres, du fait d’environnements différents.
        À mes yeux, la « réponse théiste » à ce qui n’est pas encore connu n’est pas « débile ». Elle reste en effet légitime lorsqu’on ignore, ou feint d’ignorer, les découvertes scientifiques déjà suffisamment explicites.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*