Porter le message de l’évangile au cœur d’une création évolutive (partie 1)

Posté par Bruno Synnott
Print Friendly

Cette série s’adresse aux chrétiens et à tous ceux qu’aurait été déçus par une vision du monde chrétienne trop simpliste, issu d’un paradigme préscientifique  et basée sur une compréhension désuète des récits de la création du monde.
Traditionnellement, le christianisme occidental a dépeint le monde comme une création de Dieu (point de base qui a toujours uni l’ensemble des chrétiens) en 6 jours de 24 heures avec l’apparition du mal causé par la désobéissance du premier humain nommé Adam.
Le point qui accroche souvent pour les esprits modernes férus et pétris de science est la conception d’une création idyllique et d’un couple d’humain auréolé par la grâce divine. Il y a de plus le fameux point de bascule sur lequel j’aime à réfléchir depuis quelques années, la fameuse « chute » de l’homme désobéissant, événement à partir duquel se serait propagée le mal, la corruption, la souffrance et le péché dans un monde autrefois paradisiaque.

 

eXploration_TheologiqueL’intention de cette série n’est pas de remettre en question l’idée – le fait ! – qu’il y ait eu création de l’humanité par Dieu, ni même qu’il y ait eu  un épisode de désobéissance. Il y a certes eu rupture de relation entre les premiers humains et Dieu qui aliéna universellement l’humanité d’elle-même et de sa vocation à devenir « image de Dieu ».
L’intention de cette série est de chercher à concilier le métarécit biblique avec les connaissances scientifiques actuelles, et ce faisant, de renouveler le discours chrétien sur la création « très bonne » et d’un épisode de rébellion duquel a résulté la nécessité d’être sauvé. Nous mettrons une emphase particulière sur l’idée du mal et de la souffrance qui choque plusieurs non-chrétiens et que le discours traditionnel ne rejoint plus.

 

Proposer un discours renouvelé, un récit combinant vérité théologique et cohérence scientifique, est un enjeu crucial pour asseoir la crédibilité intellectuelle de l’évangélisation – la nécessité d’être sauvé de nos péchés par Jésus « mort pour nous à la croix ». Il y a une vision du monde qui sous-tend notre évangélisation, l’apparition de la souffrance et du péché et le besoin d’en être délivré, et elle mérite qu’on s’y penche sérieusement.

 

Bien sûr, le choix d’accueillir Jésus dans sa vie en réponse à une conviction du Saint-Esprit peut se passer d’une vision exacte de la création du monde. Le salut repose avant tout sur la prise de conscience de notre aliénation de Dieu, des autres et de nous-mêmes. Elle repose aussi sur la prise de conscience du besoin de Jésus pour être délivré et revenir dans le plan de Dieu.
Malgré cela, l’acte même d’évangéliser implique nécessairement la recherche de pertinence et de crédibilité rationnelles. La foi chrétienne est une foi « intelligente » et doit constamment chercher à demeurer en phase avec les connaissances actuelles, exégétiques et scientifiques. Elle doit au besoin se mettre-à-niveau ou se laisser revisiter lorsque « ça accroche » avec des connaissances universellement admises, comme celle d’une Nature qui évolue que nous aimons nommer « Création évolutive ».

 

—-

Crédits illustration :

http://fr.123rf.com/profile_gavrilichev

http://fr.123rf.com/profile_blueringmedia

 

 


Navigation dans la série
Porter le message de l’évangile au cœur d’une création évolutive (partie 2) >>

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*