Le Big-Bang implique-t-il un commencement du monde ?

Posté par Antoine BRET
Print Friendly, PDF & Email

Présentation de l’auteur (B. H.)

Antoine Bret est Professeur à l’Université Castilla-La Mancha, en  Espagne. Ses recherches portent sur la physique des plasmas, avec applications en fusion thermonucléaire inertielle ou en astrophysique. Il a aussi été « Visiting Scholar » au département d’astrophysique de l’Université de Harvard en 2012. Ingénieur Supélec et docteur en physique de l’Université d’Orsay, il est auteur ou co-auteur de plus de 80 articles dans des revues à comité de lecture. Il a aussi été pasteur d’une église évangélique à Madrid. Il est l’auteur de « The world is not 6000 years old. So what?” – Sous presse chez Wipf&Stock, ouvrage dans lequel il traite de la question de l’âge de l’univers.Découvrez en davantage sur  antoinebret.com.

Le Big-Bang implique-t-il un commencement du monde ?

 

On entend fréquemment dire que la théorie du Big-Bang implique que l’univers a eu un commencement. Independent des conséquences théologiques ou matérialistes qu’en tirent les uns et les autres, il est remarquable de constater que l’idée du Big-Bang n’implique pas du tout un commencement de l’univers. C’est ce que ce petit article se propose d’expliquer.

La théorie du Big-Bang est née d’une observation simple: les galaxies s’éloignent les unes des autres, d’autant plus rapidement qu’elles sont distantes. Cet éloignement provient du fait que l’univers lui-même se dilate. Si donc on passe le film à l’envers, on va voir les galaxies se rapprocher les unes des autres, jusqu’à ce que toute la matière de l’univers ne forme plus qu’un seul point.

L’image des vignettes collées sur un ballon en train de se gonfler est souvent évoquée, à juste titre, pour illustrer le fait que les galaxies s’éloignent les unes des autres, emportées qu’elles sont par un univers en expansion. Certes, l’idée que l’espace lui-même puisse enfler n’est pas très intuitive. Mais la Relativité Générale (RG) d’Einstein (confirmée en permanence par les GPS du monde entier) est formelle: l’espace est un objet dynamique, élastique, qui interagit avec la matière qu’il contient. Pour suivre l’illustration du ballon de baudruche, on peut dire que les vignettes collées sur sa surface vont toutes se toucher si on le dégonfle complètement. C’est le Big-Bang.

L’idée d’un “instant zéro” semble donc s’imposer nécessairement. On passe le film à l’envers, et on calcule le temps qu’il faut pour que toute la matière de l’univers se concentre en un point qu’on appelle parfois “une singularité”. Est-il donc démontré que le monde a eu un commencement? Les choses sont-elles aussi simples? Les physiciens savent bien que non.

Pour le comprendre, recensons les outils dont on dispose pour explorer le passé. Nous l’avons déjà dit, la théorie qui relie la dynamique de l’espace à la matière qu’il contient est la RG d’Einstein. Une autre théorie, dite Mécanique Quantique (MQ), s’applique pour décrire le comportement de la matière à l’échelle atomique. Tant que l’univers est bien plus grand qu’un atome, relativité générale et théorie quantique n’empiètent pas sur leurs domaines respectifs. L’orbite de la terre autour du soleil ne dépend pas de ce qui se passe à l’échelle atomique, et les phénomènes atomiques n’ont que faire de la gravitation.

Mais que se passe-t-il quand l’univers, à force de se contracter dans notre film passé à l’envers, atteint une taille comparable à celle d’un atome? RG et MQ ne peuvent plus s’ignorer, et l’on doit bien se demander comment elles se marient pour arriver à comprendre ce qui se passe.

Le problème est que pour le moment, personne ne sait comment se déroulent les noces. Le Big-Bang n’est donc pas un instant zéro. C’est un immense point d’interrogation. La RG permet de rembobiner le film jusqu’à ce que la MQ ait son mot à dire, mais pas plus tôt. Avant, c’est l’inconnu.

 

Les recherches vont bon train pour unir GR et MQ, mais rien n’a été établit fermement pour le moment. Il est toutefois intéressant de constater que selon certaines candidates au titre de “théorie du tout”, le Big-Bang serait en fait un rebond. Lors d’une contraction précédente, l’univers aurait atteint une taille minimum avant de rebondir pour donner « notre » Big-Bang. Si tel est le cas, le Big-Bang ne signifie pas plus le commencement de l’univers que le rebond d’une balle de tennis n’indique le début de la partie.

Nul ne sait quand le fin mot de l’histoire sera connu. Les théories unifiant GR et MQ sont en effet extrêmement difficiles à mettre à l’épreuve expérimentalement, et donc à valider. Mais quel que soit ce qu’apporte le futur, la réponse présente de la science à la question « l’univers a-t-il eu un commencement ?» est : on n’en sait rien du tout.

 

Pour aller plus loin : Discours sur l’origine de  de l’univers, par Etienne Klein

 


Navigation dans la série<< Mais les lois de la physique, c’est pas fait pour changer?
Peut-on se fier aux publications scientifiques? (1/2) >>
Antoine BRET
Ca pourrait aussi vous intéresser
Filter by
Post Page
âge de la terre
Sort by

71 Commentaires

  1. Benoit Hébert ven 17 Jan 2014 Répondre

    Doit-on te remercier Antoine pour ce pavé dans la mare ;-) ?

    Il est toujours profitable de réfléchir à certains réflexes et à leur bien fondé, en particulier quand il s’agit de notre apologétique…

    Ton article ainsi que la lecture du livre d’Etienne Klein nous montrent qu’en effet, nous n’avons pas la preuve scientifique indiscutable d’un instant zéro, mais de très sérieuses présomptions en faveur d’une contraction considérable de notre univers en moins qu’une tête d’épingle. Si on ne peut pas qualifier ça de commencement absolu, ça ressemble au moins beaucoup à un commencement relatif…

    Dans la même idée que ton article, j’ai été interpellé par les réflexions de Denis Lamoureux ,à propos de Genèse 1:1 « Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre… », et de l’ambiguité de la traduction de ce verset. Pour plusieurs spécialistes de ce texte, il n’enseigne pas la création ex-nihilo, bien que cette idée soit contenue ailleurs dans la Bible, et Genèse 1 commence avec l’idée d’un univers chaotique préexistant…comme les autres cosmogonie de l’Antiquité.

    voir mon article « « Bara » ne signifie pas exclusivement « creatio ex nihilo »!
    http://www.scienceetfoi.com/bara-ne-signifie-pas-creatio-ex-nihilo/

    dont voici un extrait

    « La doctrine chrétienne de la création inclut la croyance que Dieu a créé le monde à partir de rien (ex nihilo). Il n’a pas utilisé de matériel éternel pré existant. Le créateur précède toute chose ; tout ce qui existe dépend de lui. Il n’a pas seulement créé la matière, mais aussi l’espace et le temps. Pourtant, les chrétiens sont surpris de découvrir que l’activité créatrice de Dieu dans Genèse 1 n’est pas exclusivement creatio ex nihilo. Cette notion semble apparaître avec l’origine de la lumière, du firmament, des corps célestes, et des premiers hommes. Mais la scène d’ouverture du récit de la création de Genèse 1 :2 décrit une terre déjà existante dans l’obscurité, sous les eaux dans un état chaotique, sans faire mention de l’identité de son créateur, ni du moment où celle-ci a été créée, si seulement elle a été créée.
    […] En paraphrasant Gen 1 :1 selon les catégories intellectuelles des anciens Hébreux :

    Quand Dieu commença à faire le ciel et la terre, il y avait une terre sombre sous les eaux déjà existante. L’Esprit de Dieu prit complètement en charge ce chaos et de ce vide. Ensuite, par un commandement verbal, Dieu coupa et sépara cet état pré créé pour former et nommer le » ciel » et la » terre « .

    Bien entendu, Denis Lamoureux poursuit sa démonstration en montrant que la notion de création ex nihilo est bien contenue dans les Ecritures. (Romain 4 :17, Colossiens 1 :15-17, Hebreux 11 :3…)

    Certaines traductions françaises (et anglaises) montrent bien toute l’ambiguïté dans la traduction de Genèse 1 :1, qui commence avec une terre et un océan primitif pré existants (comme chez les récits de création Babyloniens et le tehom)

    « Lorsque Dieu commença la création du ciel et de la terre,
    la terre était déserte et vide, et la ténèbre à la surface de l’abîme. »
    ( Gen 1 :1 version TOB) »

  2. Yogi ven 17 Jan 2014 Répondre

    Je ne sais pas ce qui pourrait en être d’un univers précédent au nôtre et dont nous serions le « rebond », mais en tous cas la généralisation de ce concept en un univers cyclique, suite de Big Bang et de Big Crunch, a pris un sérieux coup dans l’aile avec la découverte de l’accélération de l’expansion de l’univers.

    Notre univers à nous en tous cas ne semble pas destiné à donner lieu à un futur « rebond ». Ce qui ne fait qu’affaiblir l’hypothèse selon laquelle il en serait issu. La théorie de la fluctuation du vide quantique se marie mieux semble-t-il avec nos connaissances actuelles. http://www.larecherche.fr/idees/entretien/edgard-gunzig-creer-univers-a-partir-rien-01-04-2002-70487

  3. Antoine ven 17 Jan 2014 Répondre

    Merci Yogi pour ton commentaire,
    Il semble bien en effet que l’accélération de l’expansion nous dispense d’un futur big-crunch.
    Si maintenant notre big-bang est un rebond, que peut-on dire des choses avant? Les lois de la physique étaient-elles les mêmes? Je crois que oui, mais je sors pas mal de mon domaine de compétences, là -:)
    Au passage, une question fascinante que pose Klein dans son livre : si le big-bang est le commencement de l’univers, les lois de la physique lui ont-elles préexisté ? Comment les premiers électrons qui sont apparus savaient-ils qu’ils devaient se repousser ? Tout un programme…

  4. Marc ven 17 Jan 2014 Répondre

    Bonjour à tous,

    Merci Antoine pour cette mise au point nécessaire, excellent article !.
    J’apprécie énormément Klein pour son objectivité, sa pertinence et sa faculté de vulgarisation.
    « Discours sur l’origine de l’univers » est un must have pour tous ceux qui désirent accéder facilement à une synthèse honnête et éclairée sur les recherches de la science touchant ces questions.

    Le philosophe des sciences évoque les principaux scenarios à l’étude actuellement qui tentent de décrire ce que notre physique est pour le moment incapable de modéliser à l’échelle d’un univers extrêmement dense et minuscule comme le souligne l’article d’Antoine.

    Sur les dizaines de modèles étudiés, aucun aujourd’hui ne semble démontrer que notre univers soit directement issu du néant…
    Petit clin d’œil à Yogi ;-) en passant, voici les conclusions de l’auteur sur les travaux de Gunzig :

    Rien ne permet de dire que ce modèle soit le meilleur, ni même qu’il soit pertinent, mais il a ceci d’intellectuellement stimulant qu’il fait apparaitre l’univers comme étant sa propre cause.

    Tout ça pour dire que le débat est vraiment loin d’être tranché, il n’y a pas de consensus scientifique sur la question, chacun y va de sa sensibilité…

    Il faut d’ailleurs se souvenir que la théorie du big bang a eu certaines difficultés à s’imposer dans le milieu scientifique, une des barrières pourrait-on peser, est qu’elle semblait justement pointer vers un univers surgi de rien et donc plutôt conforme au modèle de création Biblique…
    Selon l’interprétation concordiste en tout cas qui prête à la Bible une explication scientifique du comment des choses…

    Georges Lemaître, cosmologiste belge et ecclésiastique qui fut le premier à imaginer le point zéro d’un univers en expansion dans les années 1930, refusait pourtant de faire l’amalgame entre ses théories du commencement de l’univers et la création Biblique.

    Un pas que n’ont pourtant pas hésité à franchir certains hommes d’église (et la plupart des chrétiens encore aujourd’hui) comme en témoigne cette célèbre phrase de Jean-Paul II lors de sa rencontre avec Hawking le 3 octobre 1981 qui dit en substance au savant : « après le Big bang, c’est pour vous (les scientifiques) mais avant, c’est pour nous (les religieux) » C’est une conception somme toute assez discutable du non recouvrement des magistères d’avoir imaginé le big-bang comme délimitation visible de la physique et de la métaphysique !…
    Voici la phrase exacte de JP II :

    nous avons raison d’étudier l’évolution de l’univers depuis le Big Bang , mais nous ne devrions pas explorer le Big Bang car il s’agit de l’instant de la Création et donc l’oeuvre de Dieu

    Pourtant, nous voyons bien aujourd’hui que la science continue à progresser, qu’il se pourrait bien que nous ayons (les croyants) mis le doigt de Dieu peut-être un peu trop à proximité de nos démonstrations scientifiques !..

    Si la réalité palpable du Dieu créateur semble reculer derrière des lois inconnues ou le mur de Planck voire d’hypothétique multivers, notre foi ne s’en trouve-t-elle pas plutôt renforcée ? Car comme le rappelle l’apôtre

    La parole est tout près de toi, dans ta bouche et dans ton cœur. Or cette parole est celle de la foi, que nous prêchons. Si tu reconnais publiquement de ta bouche que Jésus est le Seigneur et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité, tu seras sauvé. En effet, c’est avec le cœur que l’on croit et parvient à la justice, et c’est avec la bouche que l’on affirme une conviction et parvient au salut.
    Romains (10:8)

  5. rodolphe (posta01) mar 21 Jan 2014 Répondre

    Bonjour Marc,

     » il se pourrait bien que nous ayons (les croyants) mis le doigt de Dieu peut-être un peu trop à proximité de nos démonstrations scientifiques !..  »

    Voilà un aveux qui en dit long sur le périmètre d’action du présumé créateur.
    Ne sembles-tu pas en effet émettre l’idée prémonitoire que Dieu ne serait peut-être pas responsable de la création de notre Univers visible ?

    Pour info, j’ai toujours un message en attente sur la page:
    « Le problème de la vérité – Aloice Touzet »

    A+

    • Marc mer 22 Jan 2014 Répondre

      Salut Rodolphe,

      Comme tu l’auras remarqué, nous ne pensons pas que Dieu soit « démontrable » il est clairement exprimé dans la Bible que le chemin est celui de la foi, c’est ce que j’entendais exprimer par mon commentaire.

      Nous avons cependant de nombreux indices qui pointent en faveur d’un Créateur comme nous l’avons déjà évoqué.
      Quant à ton expression « idée prémonitoire » nous devrons constater que cette prémonition est d’abord loin d’être partagée par le plus grand nombre et ensuite très moderne et très occidentale. L’histoire et l’anthropologie nous invitent même à constater le contraire, l’homme est porté assez naturellement à croire à l’au-delà.

      Pour le croyant, les découvertes de la science, loin d’évacuer l’idée d’un créateur ne font que renforcer la foi et l’émerveillement pour cette conception géniale !

      J’aime assez cet article de la série du livre Origins dont j’anticipe la publication pour l’occasion et qui est dans la même ligne que ma remarque initiale.
      http://www.scienceetfoi.com/ressources/le-big-bang-est-il-une-preuve-de-l-existence-de-dieu/

      Concernant ta question posée 6 fois, j’y ai répondu 2 fois !!… En fait en relation avec l’article cité plus haut, il n’y a aucun pb pour le chrétien d’avoir des explications rationnelles aux phénomènes naturels créés par Dieu et intelligibles à nos sens et à notre conscience. Par contre l’approche scientiste qui pense tout expliquer par le hasard en lui donnant une définition très restrictive me parait beaucoup moins cohérente et est très loin de faire consensus même chez les scientifiques non-croyants.. Tout le monde n’a pas suivi Monod dans approche philosophique très discutable sur le hasard et la nécessité.
      Et si on commence à parler le cause première, la physique se trouve vite à l’étroit sans le secours de la philosophie ou de la religion.

      Bonne lecture et soirée.

  6. Coco Panache mer 22 Jan 2014 Répondre

    Bonjour Marc, bonjour à tous,

    attention, la phrase que rapporte Stephen Hawkin dans son livre (que tu rapportes plus haut) n’a jamais été dite par JP II… lequel dit tout le contraire, et incite, félicite et finit par bénir les scientifiques qui explorent la nature, y compris s’il arrivaient à dépasser le mur de Planck.

    C’est là (je sais plus mettre les balises) :
    http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/speeches/1981/october/documents/hf_jp-ii_spe_19811003_accademia-scienze_fr.html

    Ce brave Stephen aurait bien aimé bien prendre la suite de Galilée, dit-il lui-même dans son livre. Cela vaut bien une petite déformation des propos du Pape, allons!
    en espérant qu’on y voie que du feu.

    Lesquels propos erronés devraient faire se soulever les oreilles des croyants, car ils sont choquants : un pape ne va pas dire où doivent s’arrêter les recherches des scientifiques (la seule barrière est la limite éthique). Mais pour les autres, ça passe comme une lettre à la poste, les préjugés anti-catholiques étant en général beaucoup moins subtils.

    • Marc mer 22 Jan 2014 Répondre

      Salut Coco,

      Merci pour cette précision, mais il faudra en parler à Etienne Klein, je tenais cette citation d’une de ces conférences…

      J’ai lu « une brève histoire du temps » de Hawking, je ne me souviens pas de cette phrase, tu parles peut-être d’un autre livre ?

      Je ne sais pas s’il s’agit d’une tentative d’intox de la part du savant, mais l’article papal que tu mets en lien même s’il est élogieux pour le monde de la science et très équilibré sur l’approche biblique de la création n’exclurait pas la possibilité d’une telle phrase de la part du Pape.

      Il y a dans les milieux protestants évangéliques de nombreux chrétiens qui en sont là en tout cas ! Ca n’a rien d’insultant pour la science, juste un piège et la difficulté de l’exercice qui consiste à séparer physique et métaphasique, quand on joue à la frontière, on peut parfois tomber dans la caricature.

      Je vais enquêter sur cette petite phrase…

      • Coco Panache jeu 23 Jan 2014 Répondre

        Pour moi, il est inconcevable, impossible que le Pape ait pu dire cela. Je comprends que tu puisses ne pas l’exclure, mais enquêtons pour voir d’où vient cette phrase. Je n’ai plus sous la main ‘la brève histoire du temps’, je vais le re-chercher ; de ton coté, questionne Etienne Klein !

        Il n’est pas possible que le Pape ait dit cela, pour plusieurs raisons : d’abord, cela n’apparaît pas dans le texte du Vatican que j’indique plus haut. Il faut savoir que le Pape s’entoure de scientifiques crédibles pour élaborer son allocution ; il ne parle pas en l’air ou de son avis, dans un domaine qu’il ne connait pas, mais il s’appuie très prudemment sur l’avis des scientifiques qu’il peut consulter. Et ils sont prudents ! comme des serpents, crois-moi
        (ahahah!). Alors l’aurait-il dit en privé ? je ne crois pas non plus, voilà pourquoi :

        le Pape ne peut pas dire : ‘Olaah! les gars ! etudiez ce que vous voulez dans votre domaine, mais au-delà du mur de Planck, touchez pas, c’est notre propriété privée, vous risquez de rencontrer Dieu’. Tout simplement parce qu’il sait que les équations butent sur cette limite, et qu’elles buteront toujours (les scientifiques ont bien du lui dire que l’on sait aujourd’hui qu’il y a des choses que l’on ne pourra pas savoir ; et c’est la science qui le dit). Donc il n’a aucune crainte de ce coté-là.

        Au contraire il serait enchanté que les scientifiques découvrent quelque chose de Dieu ! c’est même un peu son boulot (il ne peut pas dire une chose et son contraire ailleurs). Il donne même le moyen de contourner le problème : comme les équations butent sur une limite, ce n’est pas  »encore plus  » d’équations qui vont dépasser la limite ! Plusss de quelque chose qui ne marche pas, ça ne résoud pas un problème
        http://evene.lefigaro.fr/citations/paul-watzlawick
        Mais il donne la piste, lis attentivement le texte du Vatican; il dit : ‘à la science, ajoutez la métaphysique, un regard limpide, et vous remonterez jusqu’à l’intuition d’un Esprit Créateur’… tu vois, il veut que les scientifiques
        trouvent quelque chose, donc il ne va pas dire ailleurs qu’ils ne doivent pas chercher…

        A mon avis, cette phrase, c’est de l’intox. Reste à confirmer d’où elle vient.

  7. rodolphe (posta01) jeu 23 Jan 2014 Répondre

    Salut Marc,

    « Comme tu l’auras remarqué, nous ne pensons pas que Dieu soit « démontrable » »

    Nous sommes tout à fait d’accord là-dessus. J’ajouterais même qu’il est infalsifiable.
    Nous avons donc à faire à une notion tout simplement indécidable.
    A partir de là, à quoi bon évoquer un sujet sur lequel il n’y a rien à dire ?

     » Il n’y a aucun pb pour le chrétien d’avoir des explications rationnelles aux phénomènes naturels créés par Dieu. »

    Le problème c’est que précisément (et comme tu le dis toi même) les croyants ont toujours justifié Dieu en le positionnant précisément à la limite de la connaissance humaine, ce qui, au regard des progrès de la science est pour le moins un indice pour le coup très factuel de la fragilité du concept. (révolution copernicienne, âge de la Terre, évolution, apparition de la vie, maintenant le Big Bang)

    Par conséquent, s’il pleut et que je souhaite tout savoir du phénomène, je n’ai nullement besoin d’évoquer un créateur.
    Pour quelle raison en irait-il différemment de l’étude de l’origine de notre Univers ?
    (l’argument du Kalam est aisément balayé par une approche quantique de l’origine de notre Univers)

    A+

  8. rodolphe (posta01) ven 24 Jan 2014 Répondre

    Bonjour à tous,

    Pour ceux que ça intéresse, un lien fort intéressant d’Etienne Klein à propos de l’origine (éventuelle) de l’Univers: (fin de message)

    Pourquoi éventuelle ?
    Tout simplement parce que, comme l’explique très bien Etienne Klein, toute tentative théorique (théorie des cordes, à boucles, branaire, etc…) consistant à répondre à cette question à pour conséquence la disparition de la singularité initiale. En fait, la théorie nous suggère qu’il a toujours dû y avoir eu quelque chose

    « http://www.agoravox.tv/culture-loisirs/culture/article/l-univers-a-t-il-une-origine-peut-40846 »

  9. Marc ven 24 Jan 2014 Répondre

    Ben pas tout à fait Rodolphe, tu retombes dans le scientisme :-( ce que ne fait pas Klein, il faudrait plutôt dire :
    « la théorie nous suggère qu’il a pu toujours y avoir quelque chose » et non pas « qu’il a toujours dû… »
    Cela amène du reste plusieurs remarques :

    1. De quelle nature pourrait-être ce quelque chose ??
    2. Tous les modèles proposés, de l’aveu même de klein dans son livre ou dans d’autres conférences revêtent encore un caractère très spéculatif, peut-être un autre s’imposera-t-il..
    3. Ces questions sur l’origine de l’univers sont-elle d’ailleurs même à notre portée ? cf le sous-titre de l’article que tu cites en lien : L’Univers a-t-il une origine ? Et d’ailleurs, sommes-nous capable de comprendre l’origine de l’Univers ?
    4. Enfin, il semble que Klein dans cette argumentation tente avant tout de relancer un débat que certains religieux auraient eu tort de clôturer trop tôt, d’où l’anecdote de la fameuse réplique de Jean-Paul II à Hawking que le conférencier situe en 92 et non en 81 comme je l’ai fait plus haut… Raison de plus pour relancer l’enquête suggérée par Coco Panache.

  10. Coco Panache sam 25 Jan 2014 Répondre

    Vous voyez bien que ça sent le fake (le faisant) cette histoire ! ceux qui rapportent cette phrase ne contrôlent pas leurs sources, et se trompent sur les dates. C’est pas 92, le Pape était déjà affaibli pour la maladie, c’est bien 81.

    C’est Hawking lui-même qui rapporte toute l’histoire, dans son livre auto-biographique paru en 92 dans les pays anglo-saxons :

    http://www.amazon.fr/Qui-%C3%AAtes-vous-monsieur-Hawking/dp/273810231X/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1390642299&sr=1-1&keywords=qui+etes+vous+hawking

    Pour être honnêtes, ceux qui évoquent cette histoire devraient dire : ‘Hawking RAPPORTE que le pape lui aurait dit’ et non pas ‘le Pape a dit’, ce qui est quand même différent. Voilà ce que Stephen écrit dans ce livre :

    Mon intérêt pour l’origine et le destin de l’univers s’est réveillé lorsque j’ai assisté à une conférence sur la cosmologie au Vatican en 1981. Après, on nous a accordé une audience avec le Pape, qui se remettait tout juste d’une tentative d’assassinat. Il nous a dit que nous pouvions étudier l’évolution de l’univers après le big-bang, c’était admis, mais que nous ne devions pas faire de recherche sur le big-bang lui-même, parce que c’était le moment de la création et donc le travail de Dieu’.

    Il est savoureux de voir que manifestement, Hawking ne se souvenait pas que la théorie du big-bang avait été approchée pour la première fois par un prêtre catholique (Georges Lemaître), et qu’en aucune façon l’Église n’avait dit qu’il ne
    fallait pas étudier le big-bang, bien au contraire. Cette conception particulière du partage des compétences entre scientifique et religieux ne peut émaner que d’un esprit athée, pour qui Dieu empêche qu’on l’approche (on entend presque le serpent rusé de Genèse susurrer : ‘Dieu se réserve la Connaissance et vous a interdit d’en approcher…’

    Enfin bon, la phrase (jamais dite par le Pape) a été lachée, et maintenant tout le monde croit que ‘le Pape à dit…’

    • Marc sam 25 Jan 2014 Répondre

      Merci Coco,

      Tu m’as fait économiser qq heures de recherche et 20€ !..

      Les choses sont maintenant plus claires sur ce sujet, même si nous n’avons à priori pas de démenti officiel sur la question pour dédouaner complètement le fond de la pensée prêtée à JP II.
      Comme malheureusement sur de nombreuses questions, chacun se fera une opinion en fonction de l’affection qu’il prêtera à l’un ou l’autre des interlocuteurs.. Pour ma part je resterai neutre et je chercherai dorénavant une autre citation pour illustrer le fond de l’idée d’origine (dommage, on tenait qq’un de bien connu ;-))

      La faillibilité de Klein nous rappelle qu’à tous les niveaux dans ce monde d’information, il devient difficile de maîtriser nos sources et nous restons des humains bien fragiles…

    • Yogi sam 25 Jan 2014 Répondre

      Saluons l’exploit de Coco Panache qui, sans avoir été présent à l’entretien de 0981, sans être dans la tête de Hawking, ni dans celle de JPII, et sans un mot du pape sur le sujet, sait que Hawking ment. Chapeau.

  11. Coco Panache sam 25 Jan 2014 Répondre

    Déplorons le jugement aussi peu sûr de Yogi, qui lirait dans la presse que Hollande ayant déclaré à un journaliste ‘qu’il est pour le mariage sacramentel, monogame, hétérosexuel et qu’il aime les riches’, penserait que celui-ci dit la vérité.

  12. Marc sam 25 Jan 2014 Répondre

    Les amis, attention aux dérapages… Et restons sur le sujet de l’article !

    Merci d’avance !!

    8-)

  13. posta01 sam 25 Jan 2014 Répondre

    Marc,

    Je ne pense pas que finasser sur les mots change l’éventualité de plus en plus plausible selon laquelle, comme le dit Klein très clairement avec la dernière phrase de l’article:
     » Il se pourrait tout à fait qu’il y ait toujours eu quelque chose.  »

    Par ailleurs, s’il y a toujours eu quelque chose, la question d’une création délibérée se voit naturellement et simplement définitivement évacuée. Où est le scientisme dans le fait de tirer les conséquences d’une telle éventualité ?

    Quant à l’anecdote selon laquelle le pape JP II aurait dit à Hawking lors d’une visite au Vatican:
    « «Nous sommes bien d’accord, monsieur l’astrophysicien. Ce qu’il y a après le big bang c’est pour vous, et ce qu’il y a avant, c’est pour nous.»

    Je ne vois pas de raisons sérieuses pour ne pas la considérer comme authentique dans la mesure où aucun des protagoniste n’a pris la peine de démentir.

  14. Marc dim 26 Jan 2014 Répondre

    Bonjour Rodolphe, je n’ai jamais entendu Klein faire de pareil raccourci, ni mettre la science en compétition avec l’existence de Dieu !…

    Tu sembles t’arrêter un peu vite dans la réflexion et courir à des conclusions hâtives.

    Je proposais par exemple 4 pistes de réflexion suite à une supposition que quelque chose existe avant le big-bang, Et je n’ai pas parlé de l’origine de certains scénarios de l’avant big bang (on semble alors tourner en rond sans y inclure une transcendance à un moment donné)

    Klein en est toujours à poser des questions, dont une vraiment interpellante de savoir si nous serons un jour même capables de savoir…
    Restons donc modestes à la mesure de la science d’aujourd’hui.

    Si ces questions ont une réponse théologique évidente, la science qui travaille sur le comment a encore de belles années devant elle..

  15. posta01 dim 26 Jan 2014 Répondre

    Marc,
    « je n’ai jamais entendu Klein faire de pareil raccourci, ni mettre la science en compétition avec l’existence de Dieu !… »

    C’est pourtant bien ce qu’il suggère en rappelant que:
    IL SE POURRAIT BIEN QU’IL Y AIT EU TOUJOURS QUELQUE CHOSE !

  16. Marc dim 26 Jan 2014 Répondre

    Il se pourrait bien qu’on puisse le comprendre comme ça !…

    Mais qu’entend-il, qu »entendons-nous par quelque chose ?

  17. posta01 dim 26 Jan 2014 Répondre

    Marc,

    Pour répondre à cette passionnante interrogation, je ferais référence à Hubert Reeves:
    « Si vous me demandez si je crois à quelque chose, je vous répondrai sûrement oui mais je ne sais pas en quoi ! »

    Voilà une formule qui me convient tout à fait à la fois par son ouverture mais aussi par sa réserve !

  18. Marc dim 26 Jan 2014 Répondre

    Alors là Bravo Rodolphe !

    Cette position agnostique ne peut-être que louable et laisse la démarche scientifique bien à sa place.

    Bonne semaine !

  19. Coco Panache dim 26 Jan 2014 Répondre

    Ce site mériterait de meilleurs athées.

    Rodolphe, si tu lisais Benoît, au lieu d’asséner tes conclusions sans les démontrer (on se demande qui est le plus asservi à une idéologie, ici), tu apprendrais qu’une matière pré-existante est relatée par la première phrase de la Bible, les auteurs de la Genèse étant d’accord avec Klein, quelques millénaires avant lui.
    Et que cela n’a pas empêché la Force Créatrice originelle de délibérément la travailler, à la manière d’un potier, par séparations et ajustements successifs, puisque le verbe de création utilisé, bara, signifie, entr’ autres, ‘tailler à partir de’.

    Cette matière pré-existante est appelée ‘chaos’ ou tohu-bohu’, et rien n’est dit de son origine.

    Ces auteurs savaient donc déjà que l’origine absolue de toute chose est hors de notre connaissance, avant que la physique moderne ne le confirme; et que le processus d’organisation de la matière passe par une différenciation des éléments, et leur re-combinaison, un peu comme l’image d’un potier qui organise une matière informe (une ‘soupe primitive’) en séparant et modelant sa pâte originelle.

    Ce site mériterait de meilleurs athées.

  20. posta01 dim 26 Jan 2014 Répondre

    Marc,

    « La démarche scientifique bien à sa place… »

    Dans la foulée, n’aurais-tu pas oublié la démarche religieuse, qui elle, n’apporte rien à l’affaire ?

  21. posta01 dim 26 Jan 2014 Répondre

    @Coco Panache,

    « Ces auteurs savaient donc déjà que l’origine absolue de toute chose est hors de notre connaissance. »

    Oui, nos ancêtres savaient déjà qu’ils ne savaient rien… Donc ?

    J’aime bien ta formule:
    « Ce site mériterait de meilleurs athées. »

    Mais on a les athées qu’on mérite !

  22. Coco Panache dim 26 Jan 2014 Répondre

    Donc… ils savaient à peu près la même chose que nous, pour ce qui est des grandes questions.
    Donc… la science n’a rien apporté dans ce domaine :)

    • posta01 dim 26 Jan 2014 Répondre

      On peut considérer effectivement, comme tu le fais, que l’astronomie moderne, la relativité, la physique quantique, les différentes théories de la gravité quantique ne sont que des « détails », des « péripéties » sans lendemain dans l’histoire de la connaissance humaine…
      Mais tu sembles oublier qu’avant de répondre à de grandes questions, on doit d’abord apporter de petites réponses… Ce que les religions n’ont jamais fait.

      Médite ce proverbe de Lao Tseu:
      « Renoncez à l’étude et vous n’aurez aucun souci. »

      • Coco Panache dim 26 Jan 2014 Répondre

        Ah merci, c’est gentil ! mais si tu permet, renoncer à l’étude ne me plaît pas trop, même si j’y gagne quelques soucis. Je te propose de lire ce passage que j’ai fait mien :

        Toute sagesse vient du Seigneur,
        elle procure connaissance et intelligence.
        Dès ta jeunesse choisis-en l’instruction,
        car ceux qui sont dignes d’elle,
        elle-même va partout les chercher.

  23. posta01 dim 26 Jan 2014 Répondre

    @ Coco Panache,

    Ah oui, j’oubliais:

    Klein n’affirme pas qu’il existe une problématique de l’origine absolue de toute chose mais plutôt que la
    question est vraisemblablement mal posée dans la mesure où il y a peut-être toujours eu quelque chose.

    Dans ce cas, pas de créateur. Ce n’est pas une conclusion péremptoire que de l’affirmer mais la simple conséquence d’une telle éventualité.

  24. Coco Panache dim 26 Jan 2014 Répondre

    Non, cela ne préjuge pas de l’impossibilité d’un créateur ; parce que ‘toujours’, ‘absolu’, ça se rapporte à plus loin que notre espace-temps, donc en dehors des règles qui le détermine. Donc tu ne peux pas en tirer des conséquences qui en découlent.

  25. posta01 dim 26 Jan 2014 Répondre

    @ Coco,

    Tu oublies JUSTE que l’avènement de la physique quantique nous amène à reconsidérer des notions qui nous semblent aussi intuitives que l’espace, le temps, la réalité…
    Nous savons aujourd’hui qu’Il existe bel et bien une réalité physique qui dépasse ces notions, il faudra t’y faire !

  26. Coco Panache dim 26 Jan 2014 Répondre

    C’est bien ce que je dis : en vertu des notions nouvelles, tu ne peux plus affirmer l’impossibilité de quoi que ce soit. Il va te falloir accepter que la science ne peut plus évacuer ce que la spiritualité soupçonne.

  27. posta01 dim 26 Jan 2014 Répondre

    @Coco,
    La science qui serait en mesure de confirmer la foi !?
    Tu fais dans le concordisme maintenant ?

  28. Coco Panache lun 27 Jan 2014 Répondre

    Ben non… dire que la science n’ignore plus qu’une réalité immatérielle est présente au-delà de la matière, ce n’est pas dire qu’elle est en mesure de confirmer la foi… curieux qu’il faille te faire cette précision.

    Je remarque que tu présentes tantôt l’empirisme matérialiste comme seul capable de rendre compte du réel (je vois, je touche, je mesure, et rien n’existe en dehors de ça), et maintenant tu parles d’une réalité physique (tu devrais dire non-physique, d’ailleurs) qui dépasse les notions intuitives. Est-ce afin de pouvoir mieux contredire tes interlocuteurs en fonction de la tournure que prend la discussion ?

    Je n’ose imaginer que tu ne sois malhonnête dans l’argumentation ? ou peut-être un peu ‘adaptatif’, mais de façon sélective ?

    PS : imagine le Pape recevant une délégation d’alpinistes. Tu le vois leurs disant :

    ‘Chers amis, faites de l’escalade, d’accord, mais surtout ne montez pas trop haut, disons au-delà de 7.000 mètres : vous risqueriez d’empiéter sur le domaine sacré de Dieu’.
    C’est pareil avec les astrophysiciens, pas la peine d’avoir un démenti pour comprendre que cette phrase est une insanité invraisemblable. Tu devrais être moins crédule avec les journalistes. C’est marrant que ce soit un croyant qui te dise d’être moins crédule :)

  29. rodolphe (posta01) lun 27 Jan 2014 Répondre

    Bonjour Coco Panache,

    Je dis juste que c’est la méthode scientifique qui permet d’avancer dans notre compréhension du réel. C’est clair, simple, net et précis.
    Maintenant, je ne pense honnêtement pas qu’un dialogue constructif puisse émerger lorsque votre interlocuteur considère comme acquis des notions (toujours en cours de définition) comme le temps, l’espace, la matière, la réalité.
    Ce n’est pas une pirouette ou encore une fumeuse stratégie d’évitement que d’affirmer ça mais bien au contraire la prise de conscience que la science est confrontée à cette double difficulté qui est d’explorer le réel en même temps qu’elle tente de le définir.
    Pour me faire mieux comprendre, la science avance un peu à la manière d’une fourmi aveugle qui tenterait de reconnaître un éléphant par le seul toucher…
    Peut-être faisable mais pas simple !

    Quant à l’anecdote concernant l’échange entre JP II et Hawking et dont tu suspectes l’authenticité, tiens moi au courant de tes recherches.
    Hawking serait donc un menteur, Klein et les autres des naïfs…
    Sans démenti officiel, j’ai du mal à le croire !
    Quoi qu’il en soit, et quoi qu’en pense l’Eglise, le Big Bang est bien au coeur de la recherche scientifique. Loin d’être l’horizon de la connaissance, il en représente au contraire une étape fondamentale pour l’émergence d’une nouvelle physique.

  30. Coco Panache lun 27 Jan 2014 Répondre

    C’est beauu, ta conclusion ! on dirait un discours de fin de congrès de l’Amicale des Astronomes et des Physiciens Réunis !!! ça donne envie d’apprendre la physique fondamentale, non, sans rire, c’est vrai. C’est décidé, je me remet aux maths.

    Klein n’est pas naïf, il a très bien pu être trompé en recopiant une phrase.
    Regarde comment il te démonte Hawking, j’en suis tout gêné pour lui, le pauvre :
    http://www.liberation.fr/sciences/2010/09/16/hawking-versus-dieu_679235

    Hawking n’a pas besoin de mentir (ce que je n’ai jamais dit), il lui suffit de poursuivre son but, et d’interpréter ce qu’il entend selon son désir : apparaître comme un second Galilée, qui réussirait, lui, à démontrer par les équations que l’univers n’a pas besoin de Dieu.
    Sauf que l’Église et le Pape ne referont plus l’erreur de mélanger Dieu et la science. Dans son désir que l’Église fixe une limite qu’il pourrait transgresser, Hawking était prêt à entendre un Pape lui interdire un domaine, celui de Dieu. Voilà, c’est aussi bête que ça…

  31. posta01 lun 27 Jan 2014 Répondre

    @Coco Panache,

    Il est faux de dire que dans le contexte, Hawking « exprima son désir » que l’Eglise lui fixa une limite.
    Si l’anecdote est réelle (ce que rien ne permet d’infirmer) il fut simplement le destinataire privilégié du message traditionnel de l’Eglise.

    Voici ce que disait St Augustin au IVème siècle:
    « Il y a une autre forme de tentation encore plus dangereuse. C’est la maladie de la curiosité. C’est ce qui nous pousse à essayer de découvrir les secrets de la nature, ces secrets qui dépassent notre entendement, qui ne peuvent nous servir à rien et que l’homme ne devrait pas aspirer à connaître ».

    Force est de constater que le message de l’Eglise a fort peu évolué depuis.

    • Yogi lun 27 Jan 2014 Répondre

      Mais ce que Dieu a puni par la Chute, n’est-ce pas l’accès à l’Arbre de la Connaissance ?

  32. Coco Panache lun 27 Jan 2014 Répondre

    Rodolphe, t’es indécrotable ; si tu veux croire dur comme fer contre toute évidence, je ne t’en empêche pas !

    Tiens, Yogi ! je me demande si ta formulation erronée ne cache pas un piège, façon serpent. Je ne savais pas que Dieu ait puni; tu as une idée derrière la tête ?

    • Yogi lun 27 Jan 2014 Répondre

      En quoi ma formulation est-elle erronée ? La Chute n’était-elle pas une punition ? Ne sanctionnait-elle pas la consommation du fruit de l’Arbre de la Connaissance ? (bien que je crains que nous nous éloignions là du sujet du billet)

      • Coco Panache lun 27 Jan 2014 Répondre

        Tu as raison ; c’est moi qui comprenais ton emploi du terme ‘Chute’ de façon erronée. Il faut dire que la logique que tu emploies est à contre-courant de la logique biblique, et c’est ça qui m’a perturbé. Non, Dieu ne punit pas. Qu’est-ce tu veut que j’te dise ?

        • Yogi lun 27 Jan 2014 Répondre

          Ah oui pardon.
          Hum voyons … la Chute était donc un acte d’Amour … qui en introduisant dans le monde le mal la souffrance et la mort, euh … a permis à l’homme de progresser … et à certains de finir au Paradis pendant que d’autres allaient en Enfer pour l’éternité … mais le tout pour leur bien.
          J’ai bon ? Suis-je dans la logique biblique ?

          • Coco Panache lun 27 Jan 2014 Répondre

            Pas vraiment, non… disons que tu es dans la grosse farce, j’ai du mal à croire qu’avec ton bagage culturel et rationnel, tu en soit à ce stade.
            Enfin je sais pas ; attends, je me demande si j’entre dans ce jeu, je réfléchis

            • Coco Panache lun 27 Jan 2014 Répondre

              Quel est ton intérêt pour cette question ?

          • Marc lun 27 Jan 2014 Répondre

            @yogi,
            lis ou relis attentivement les posts de Bruno Synnott, les choses ne sont peut être pas aussi cliché que ça !… même si une grande partie du monde chrétien aura tendance à caricaturer la Genèse un peu de cette manière.

            on est carrément hors sujet ici, il y aura des articles traitant de la question.
            merci

            @Coco, donc inutile de réfléchir plus longtemps ce fil n’est plus dans le sujet…

            • Coco Panache lun 27 Jan 2014 Répondre

              ah bon

  33. posta01 lun 27 Jan 2014 Répondre

    @Coco,

    Je te rappelle que le sujet de l’article est:
     » Le Big-Bang implique-t-il un commencement du monde ?  »

    Pour faire court, et d’après les dernières théories, la réponse est NON !
    Le Big Bang n’est pas le début de la réalité (quoi que ce terme puisse recouvrir)

  34. Coco Panache lun 27 Jan 2014 Répondre

    Hum, ce n’est pas ce que dit l’auteur de l’article. Il te faudrait donc l’argumenter, mon courage t’accompagne.

    Pour moi, on ne le saura jamais, même si des progrès sont prévisibles. Parce que plus on remontera dans le temps, plus le ‘pouvoir séparateur’ de l’intelligence rationnelle (qui a été formée à l’intérieur de l’univers, donc qui est soumise à ses limites, et ne peut pas être plus fine que les lois qui ont présidé à son apparition)
    aura du mal à saisir la finesse de lois plus subtiles qu’elle, lois qui (de toutes façons) décrivent des phénomènes qui échapperont de plus en plus quand on les approchera.
    On a donc de la marge devant nous, et de quoi nous poser des questions sur les blogs pour un certain temps.

    Toutefois, il reste aussi possible qu’on finisse par savoir où est le début de l’univers.

    1) si c’est le big-bang, je serais très content de l’apprendre, vraiment;

    2) si c’est bien avant le big-bang, dont nous serions le n-ième rebond, ça me fera très plaisir d’imaginer toutes les possibilités que recèle un tel scénario;

    3) et s’il n’y avait ni ‘commencement’, ni ‘pas-de-commencement’, car ces catégories (qui apparaissent à l’intérieur de notre univers fermé) ne correspondraient pas dans un ailleurs qui existerait d’une façon que nous ne pouvons pas imaginer, avec d’autres lois, je serais encore plus content, et m’extasierais devant autant de grandeur.

    Dans tous les cas, ça me convient. Très intéressant, ce sujet.

  35. rodolphe (posta01) mar 28 Jan 2014 Répondre

    Salut Coco Panache,

    Parmi les 3 éventualités que tu envisages, la première peut être exclue.
    Le Big Bang n’est pas l’origine du réel mais l’état le plus jeune de l’Univers auquel notre connaissance actuelle de la physique nous permet d’accéder.
    (je ne prendrai pas la peine d’argumenter, d’autres plus qualifiés l’ont déjà fait )
    Reste donc les 2 autres possibilités (et les différentes formes de multivers) où je ne vois pas bien quelle serait la place pour un créateur devenu inutile, créateur que tu n’évoques d’ailleurs pas !

  36. Coco Panache mer 29 Jan 2014 Répondre

    Pourquoi veux-tu que j’évoque le créateur à tout bout de champ ? c’est toi qui semble avoir un problème avec ça…

  37. posta01 mer 29 Jan 2014 Répondre

    Il me semble simplement que l’hypothèse d’un univers incréé (disons une réalité incréée où le Big Bang ne serait qu’une phase particulière) est juste exclusive avec l’idée d’un créateur.
    Comme le dit très bien Etienne Klein, ne pas admettre ce scénario, c’est choisir l’autre scénario qui consiste
    à concevoir le passage du non-être à l’être, tâche qui semble éminemment improbable.
    Mais le croyant pourra toujours soutenir l’idée d’un créateur à l’origine d’un monde incréé…
    Tout ceci présage de riches échanges.

  38. Coco Panache mer 29 Jan 2014 Répondre

    ‘Il me semble simplement que l’hypothèse d’un univers incréé est juste exclusive avec l’idée d’un créateur’

    Dans les mots, oui : l’incréé est ce qui n’est pas créé. Mais tu dis très justement : ‘il me semble’… tu reconnais ainsi que dans les faits, ça ne doit pas si simple (sinon tu aurais été catégorique).

    Ce n’est pas toi qui me disais récemment que la science ne pouvait plus ignorer que derrière des notions intuitives, il y avait une autre réalité ?

  39. rodolphe (posta01) jeu 30 Jan 2014 Répondre

    Tu auras compris que la formule « Il me semble » tient davantage de la formule de politesse que du doute objectif !
    Quant à l’expression « autre réalité », je fais juste référence à ce qui se cache derrière les portes quantiques de notre monde que sont les trous noirs et le Big Bang.

  40. posta01 jeu 30 Jan 2014 Répondre

    Bonsoir Coco,

    Je ne sais pour quelle raison, ma réponse n’a pas été publiée. Je disais donc:
    Tu auras compris que l’expression « Il me semble » est davantage une formule de politesse que l’expression d’un doute objectif.
    Quant à cette « autre réalité » que j’évoquais, je ne faisais référence qu’aux portes quantiques de notre Univers que sont trous noirs et Big Bang.

  41. Coco Panache jeu 30 Jan 2014 Répondre

    Ah, les portes quantiques, certes certes…

  42. rodolphe (posta01) mer 19 Mar 2014 Répondre

    @rédaction,

    Alors, pas trop inquiet sur l’origine divine de l’Univers après la toute récente observation sur le Big Bang (polarisation des photons du fond diffus cosmologique) qui au-delà de la confirmation du modèle inflationnaire valide la relation étroite entre infiniment grand et infiniment petit ?
    http://www.lemonde.fr/sciences/video/2014/03/18/comprendre-la-decouverte-des-echos-du-big-bang_4385313_1650684.html

    • Benoit Hébert mer 19 Mar 2014 Répondre

      Merci Rodolphe pour cette nouvelle. Désolé, je ne vois pas le rapport!

  43. rodolphe (posta01) mer 19 Mar 2014 Répondre

    Benoit,
    Il faudrait être aveugle pour ne pas voir le rapport puisque pour la première fois depuis que l’Humanité existe, on a la preuve expérimentale que ce qu’il convenu d’appeler le Big Bang (et donc les propriétés de notre Univers) ne résulte pas du passage du non être à l’être mais bien du jeu « aléatoire » des fluctuations quantiques du vide !

  44. rodolphe (posta01) mer 19 Mar 2014 Répondre

    Sauf si bien sûr, Dieu, dans sa grande « transparence » à l’égard de l’Humanité
    est lui-même à l’origine des fluctuations quantiques du vide…
    Le problème, vois-tu, c’est que le fait que notre Univers ait une origine quantique valide le concept autosuffisant de multivers.

  45. Benoit Hébert mer 19 Mar 2014 Répondre

    Rodolphe, je vois que tu commences toi-même à faire les questions et les réponses.

    Tu tombes toujours dans la même manie de mettre en opposition une explication physique testable par la science (bien qu’à mon avis tu ailles un peu vite en ce qui concerne le multivers, attendons de voir ce que la communauté des cosmologistes en tirera comme conséquence…) et une affirmation métaphysique et spirituelle de l’ordre de la foi.

    Un chrétien n’a pas besoin que la science lui prouve par une loi physique que Dieu est bien à l’origine de l’univers, puisqu’il croit que Dieu est à l’origine du mécanisme lui-même. Donc quand la science progresse, elle découvre comment Dieu s’y est pris…c’est tout. Dieu n’est pas en compétition avec une explication scientifique du monde physique, quelle qu’elle soit! Il est l’explication de l’explication ;-)

  46. rodolphe (posta01) mer 19 Mar 2014 Répondre

    Benoit,

    Mésalors… Quelle est l’intérêt d’une « explication de l’explication » si précisément le mécanisme impliqué ne semble orienté vers aucun but ?

  47. rodolphe (posta01) mer 19 Mar 2014 Répondre

    « Quand la science progresse, elle découvre comment Dieu s’y est pris…
    c’est tout. »
    => Ca c’est une opinion !

    « Quand la science progresse, elle découvre comment fonctionne l’Univers…
    c’est tout. »
    => Ca, c’est un fait !

    • Benoit Hébert mer 19 Mar 2014 Répondre

      « « Quand la science progresse, elle découvre comment fonctionne l’Univers…
      c’est tout. »
      => Ca, c’est un fait ! »

      c’est la définition même du réductionnisme…

  48. rodolphe (posta01) mer 19 Mar 2014 Répondre

    Tu ne réponds pas à ma question:
    « Quelle est l’intérêt d’une « explication de l’explication » si précisément le mécanisme impliqué ne semble orienté vers aucun but ? »

    Par ailleurs, « comprendre les choses » ne signifie pas systématiquement s’aligner sur une doctrine réductionniste. On a déjà évoqué ce sujet ainsi que la notion de phénomène émergent qui a élargi depuis plusieurs décennies déjà la stricte approche réductionniste.

  49. rodolphe (posta01) ven 21 Mar 2014 Répondre

    Benoit,

    Je suis tout ouie…

  50. Pascal mar 17 Mar 2015 Répondre

    Très belle synthèse, mais une chose me chiffonne sur la fin de l’article. Il me semble que le Big-Bang correspond à la naissance de l’Univers, selon la RG, en tant que continuum spatio-temporel à 4 dimensions (j’aime bien le mot continuum, cela me rappelle Star Trek, époque le regretté Spok), à savoir que la notion « d’avant » le big-bang perd tout sens, dans la mesure où le temps est né à partir de celui-ci. Ce qui signifie qu’il n’y a pas plus d’avant, le temps n’existant pas encore, qu’il n’y a « d’endroit » où le big-bang se serait déroulé.

    • Antoine mer 18 Mar 2015 Répondre

      Salut Pascal,

      Le truc est que ce raisonnement ne marche que si la RG décrit correctement les choses à partir de t=0. Mais on sait très bien que c’est faux. Pour le moment, on ne peut rien dire avant t=temps de Planck (10e-43 s). Le jour où l’on aura une théorie quantique de la gravitation, on pourra décrire ce qui se passe avant de temps de Planck. Peut-être alors trouvera-t-on un vrai commencement. Ou pas. Une des candidates actuelles, la « gravitation quantique à boucle » trouve en fait un rebond, un « big bounce ». Mais cette théorie n’a pour le moment pas passé le test expérimental.

  51. Antoine jeu 16 Nov 2017 Répondre

    Voici un texte récemment écrit par Avi Loeb, qui enseigne la cosmologie à Harvard, et Paul Steinhard qui fait la même chose à Princeton. Vers la fin, on trouve cette phrase “Although most cosmologists assume a bang, there is currently no evidence—zero—to say whether the event that occurred 13.7 billion years ago was a bang or a bounce”
    https://www.cfa.harvard.edu/~loeb/sciam3.pdf

  52. Alain MOCCHETTI jeu 23 Nov 2017 Répondre

    COMMENT S’EST FORMEE LA GIGANTESQUE SPHERE DE PLASMA A L’ORIGINE DE NOTRE BIG BANG
    Avant de lire le présent pavé de texte à caractère scientifique, il est fortement conseillé de lire la THEORIE DE L’INFINI VERSION ALAIN MOCCHETTI, il suffit pour cela de se connecter au Moteur de Recherche de Google (https://www.google.fr/) et de taper THEORIE DE L’INFINI VERSION ALAIN MOCCHETTI dans le Moteur et vous accéderez à 14200 Publications Spontanées, il suffit d’en lire une pour bien comprendre ce qui va suivre.
    Dans le passé, il y a eu une infinité de Big Bangs suffisamment espacés pour éviter toutes interférences entre des Galaxies issues de Big Bangs différents. Dans l’avenir, il y aura une infinité de Big Bangs avec les mêmes caractéristiques que celles du passé. Chaque Big Bang en explosant donne naissance à un Univers dit Multiple. Il y a donc une infinité d’Univers Multiples, prière de ne pas confondre avec les Univers dits Parallèles.
    Pour commencer, ce que nous appelons UNE SPHERE DE PLASMA n’est en réalité pas une SPHERE car son explosion éjecterait de la matière dans toutes les directions, ce qui n’est pas le cas. Nous connaissons l’allure géométrique de notre UNIVERS MULTIPLE, donc les Mathématiciens doivent pouvoir définir la Forme Exacte de la « Sphère de Plasma » avant son explosion en utilisant des Outils très Puissants tels que les 7 Supercalculateurs Exaflopiques présentement en construction dans le Monde (USA (2), Chine (1), Japon (1), France (1), Russie (1), Hollande (1)). Dans un avenir à moyen terme (année 2050), 3 Supercalculateurs Zettaflopiques seront construits dans le monde (USA(1), Chine (1) et le Consortium des Pays (1) les moins fortunés), ces 3 derniers Supercalculateurs seront 1000 fois plus puissants et 1000 fois plus grands que les Supercalculateurs Exaflopiques qui verront le jour pour ces 7 derniers entre 2020 et 2022.
    Les principales questions que je me pose au quotidien sont :
    – D’où vient le Plasma qui a permis la Formation des « Sphères de Plasma » ?
    – Quelle durée a-t-il fallu pour que les « Sphères de Plasma » se forment, des centaines de milliards d’années terrestres, je pense ?
    – Selon quel processus les « Sphères de Plasma » se sont elles formées ?
    D’après LE PRINCIPE FONDAMENTAL DE LA FORMATION DES UNIVERS MULTIPLES ET NON PARALLELES, dans l’UNIVERS qui englobe tous les Univers Multiples, tout naît, tout vit et tout meurt, pour plus de précision tapes (Alain Mocchetti Ingénieur) dans le Moteur de Recherche de Google et tu accéderas à 12200 Publications Directes et tu trouveras toutes les réponses à tes questions. Que restera t il dans 100 milliards d’années de la Voie Lactée : un amas de Naines n’émettant presque plus de rayonnement faute de combustibles, toutes les Planètes de chacun des Systèmes Planétaires seront réduites à un gigantesque Tas de Cailloux et de Planètes Mortes, la température sera voisine du ZERO ABSOLU (-273 degrés Celcius).
    Que deviendra dans les centaines de milliards d’années suivantes la matière morte qui constituera toute la Voie Lactée ? Suite dans une prochaine rubrique COMMENT S’EST FORMEE LA GIGANTESQUE SPHERE DE PLASMA A L’ORIGINE DE NOTRE BIG BANG. Pour finir je tiens un Journal Facebook Scientifique dont l’adresse est DAVID MOCCHETTI. Le journal est gratuit.
    N’hésitez pas à le consulter.
    Alain Mocchetti
    Ingénieur en Construction Mécanique & en Automatismes
    Diplômé Bac + 5 Universitaire (1985)
    UFR Sciences de Metz
    alainmocchetti@sfr.fr
    alainmocchetti@gmail.com
    @AlainMocchetti

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*